vendredi, 12 octobre 2007

Mozart est là ! Le secret des francs-maçons - Gordon Zola - 2006

bibliotheca mozart est la

Que relie le vol du manuscrit original de la Flûte enchantée de Mozart à l’assassinat d’un chef d’orchestre de l’opéra Bastille ? Derrière ces deux affaires se cache un terrible secret qui remonte à Vienne de l’époque de Mozart et aux liaisons de celui-ci avec la Franc-Maçonnerie. Depuis lors de mystérieux tueurs rôdent afin de faire taire à jamais ce secret.
Guillaume Suitaume, le célèbre commissaire de police spécialisé dans les affaires bizarres, est appelé à enquêter sur le meurtre du chef d’orchestre et au bout de mille épreuves il arrivera à élucider cet effroyable mystère qui depuis trop longtemps ne cesse de tuer. Mais heureusement, ce cher Suitaume connaît parfaitement la musique…

Le titre l’indique, le nom de l’auteur également, il s’agît bien d’un roman humoristique parodiant les thrillers historico-ésotériques forts à la mode de nos jours. Gordon Zola, également l’un des fondateurs de la maison d’édition Le Léopard masqué qui s’est spécialisée dans le genre, en a déjà écrit six mettant tous en scène le commissaire Guillaume Suitaume et sa fine équipe. Cette série, dont sort un nouveau numéro tous les quelques mois, rencontre d’ailleurs un succès sans cesse grandissant.
L’humour dans ce polar musical est totalement loufoque et déjanté que ce soient les différentes scènes en soi ou l’écriture qui use et abuse de multiples jeux de mots. Particulièrement réussies sont les apartés délirants dans lesquelles Gordon Zola s’adresse directement au lecteur ou à l’écrivain de polars en herbe pour lui expliquer les grosses ficelles du genre qu’il adore mettre en place. Le lecteur ne se lassera guère de cette lecture, car en plus d’avoir beaucoup d’humour, Gordon Zola démontre qu’il est aussi un excellent écrivain.

Les autre aventures de Guillaume Suitaume sont Les Suppôts de Sitoire, La Fausse celtique, Le dada de Vinci, Où est le Bec? et C’est pas sorcier Harry ! Le 7ème livre n’aura pas lieu.

A lire !

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Extrait :

Emmanuel Schikaneder, le librettiste de la « Flûte enchantée » n’a jamais écrit nulle part que la reine de la nuit était un prix de beauté, je vous l’accorde, mais pour interpréter la mégère désaprivoisée, la noirceur opératique faite femme, le mal plus incarné qu’un ongle, on imagine une certaine stature dans le charisme, on ose espérer du méchant théâtral, de la belle « sale gueule », du Dark Vador, du docteur No, du Fantômas mâtiné de Mata-Hari… En bref, on se fait des joies simples de voir une belle dégueulasse bien crédible pour pourrir l’amour bien pur de Tamino et Pamina !

Lupus Kiété, lui, le directeur de casting bulgare, avait vu dans ses rêves les plus fondus, les plus abstrus, les plus tordus, et également dans une pub pour la vache-qui-rit, une espèce d’héroïne tout en rondeurs odieuses, une sorte d’hétaïre élevée aux loukhoum de Damas. Il avait eu ce brave artiste ce qu’on appelle dans le jargon du show-business, une révélation et dans celui des garagistes, un court-circuit du delco ! Il avait vu, imaginé, extrapolé dans cette apparition dantesque, la nouvelle égérie d’une nouvelle race de « reine de la nuit » ! Cette grosse serait tout osmose avec le décor ultra-moderno-délirant de Jarvis Platiné, le metteur en scène le plus à la mode de l’instant. Ce dernier, comme tout bon créateur de roue, avait imaginé une révolution de la forme, une refonte des couleur et des matières, essayant dans tout l’extravagance de son talent de faire corps avec le génie de Mozart ! Ce n’était pas gagné !

Cette nouvelle élue, donc, s’appelait Colchique Aurée…

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Voir également:
- C'est pas sorcier Harry! Le 7ème livre n'aura pas lieu - Gordon Zola (2006), présentation et extrait

lundi, 01 janvier 2007

C’est pas sorcier, Harry ! Le 7ème livre n’aura pas lieu – Gordon Zola - 2006

bibliotheca c est pas sorcier harry

- A quoi sert le mot sorcier aujourd’hui, je vous le demande ?
Murmures sans précision dans l’assemblée.
- Eh bien, il sert à engraisser les éditeurs de livres pour enfants ! Nous sommes devenus la principale attraction de millions de mioches de Poildus qui se ruent sur les insanités, les niaiseries que publie un auteur britannique à la mode !
- Moi, j’ai lu ses livres et ils sont rudement chouettes !
C’était Eskalathor, le jeteur de sorts, qui venait de parler.
Du haut de sa chaire (et tendre), Kolthar le fusilla du regard. La main qui tenait sa baguette tremblait de rage.
- Tu n’as pas honte, Eskalathor ?!
- Non.
- Tu devrais ! Cette JFK Bowling a ruiné notre réputation… Avec elle, les terribles sorciers que nous étions ne sont devenus que rigolade, des potaches à baguette, des héros de papier sans intérêt !

De nos jours à Pointe-à-pitre en Guadeloupe se tient la grande réunion annuelle de la M.E.S.T.U.P.U.M.P.O (Mages Et Sorciers Tous Unis Pour Un Monde Plus Occulte). La Guadeloupe n'a pas été choisie au hasard, le sujet principal de cette réunion étant le vaudou aujourd'hui. Mais un autre sujet bien plus important et bien plus grave va bouleverser l'assemblée: le succès mondial des romans de Harry Potter qui nuit énormément au sérieux des sorciers et autres mages. De nos jours plus personne n'a peur d'eux, ils sont devenus la risée de tous. Ainsi décident-ils d'agir et lors de cette réunion sera mis au point un plan des plus machiavéliques. La guerre est déclarée et la première action sera de voler le manuscrit des dernières aventures de Harry Potter qui devra être publié bientôt. Il faut que le monde comprenne que la sorcellerie n'est pas un jeu d'enfants.
Les événements paranormaux se multiplient un peu partout sur Terre. le manuscrit de l'écrivain JFK Bowling a été volé ne laissant aucune trace. A Paris le commissaire Guillaume Suitaume, expert en enquêtes incroyables, est mis sur l'affaire. Il doit absolument découvrir ce qui se trame et y mettre un terme.

Vous l'aurez compris: C'est pas sorcier, Harry! est une parodie de l'univers du petit sorcier Harry Porter sorti de la plume de l'auteur anglais J-K Rowling. Le récit prend la forme d'un thriller ésotérique avec un fort côté historique et mythologique (la Grèce antique, le Minotaure, le Labyrinthe de Dédale, le Roi Salomon etc.). L'intrigue est impeccable, mais là n'est pas le principal intérêt de ce roman. C'est évidemment l'humour et la parodie qui prennent la place principale de ce roman. Et en effet ce roman est réellement hilarant. On rit franchement au fil des pages, on s'amuse à déceler les nombreux jeux de mots (difficile de les trouver tous), et les notes en aparté de l'auteur sont bien réussies. La construction du récit est toujours délirante et très surprenante. Gordon Zola (est-ce son vrai nom?) manie sa plume avec beaucoup de réussite. Sceptique au départ, j'ai finalement fini le roman d'une traite.

Il est à noter que l'écrivain Gordon Zola n'en est pas ici à sa première disgression littéraire. C'est pas sorcier, Harry! est déjà le sixième thriller humoristique de la série du commissaire Guillaume Suitaume (chaque aventure est tout à fait indépendante l'une de l'autre). Les précédents volumes sont Les Suppôts de Sitoire, La Fausse celtique, Le dada de Vinci, Où est le Bec? et Mozart est là! Le secret des francs-maçons. Tous sont publiés chez l'éditeur français Le Léopard Masqué, seul éditeur de l'hexagone à être spécialisé dans le roman humoristique. Il est à noter que l'éditeur a intégré un jeu de pistes interactif dans le roman (indices trouvés dans le roman répondant à d'autres questions données dans le roman ou sur internet) qui permettra aux participants de remporter un voyage.

C'est pas sorcier, Harry! de Gordon Zola est une véritable chef-d'oeuvre d'humour insolent!

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Extrait: chapitre 5 Le Démon de Minuit

Le père Noël…

Un curé a le droit de s’appeler Noël… ne vous en déplaise.

Le père Noël, donc, fut réveillé en pleine nuit par un coup violent porté à sa croisée, un poing rageur qui martelait sa vitre. Il ouvrit un œil hagard encore éperdu de sommeil, se mit sur son coude gauche, renifla l’odeur de rance auquel il ne s’habituait pas et crut mourir de peur en voyant la trogne tordue qui s’écrasait sur la fenêtre de sa chambre, une tronche tout en mocheté, une sale gueule, une goule maléfique qui faisait une grimace à rendre jaloux un présentateur télé…

Pour ajouter à la magie noire de l’instant, une masse de cheveux désordre rendait l’apparition toute Gorgone (pas Zola), sortie tout droit des contes et légendes des pays où tout est laid, affreux, cauchemardesque ! Vous savez, les pays avec des fées à verrues et des faits avérés…

Le curé fit un signe de croix rapide en disant que sa dernière minute était arrivée quand il se rendit compte qu’il s’agissait simplement de la face de la mère Maurte, Adèle Maurte, la femme du charcutier ! Elle tambourinait sauvage, à coups redoublés et usait d’onomatopées inédites dans le dictionnaire des cochonneries (femme de charcutier oblige).

Le père Noël se leva précipitamment pour aller ouvrir sa fenêtre… Dans cette précipitation nocturne, impromptue et inopinée, il ne manqua pas de se prendre les pieds dans un tapis sournois tapi sur le sol ; il en résultat une chute spectaculaire (dite « la bûche de Noël »), et l’homme d’Eglise se retrouva avec son aube sur la tête… en pleine nuit !!! La mère Maurte n’en ria pas mais s’écrasa un peu plus le nez sur la vitre, transformant la vision en un tableau du Caravage. L’abbé, rouge de honte, cacha ses effets personnels, se remit sur pied avec le peu de fierté qui lui restait et ouvrit enfin la fenêtre à cette hideuse apparition. Sans le carreau, Adèle Maurte n’était guère plus avantagée, la patine du verre apportait même un peu d’amélioration au visage original, gommant les imperfections nombreuses qui allaient de la moustache mal épilée à la ride accusatrice, en passant par le nez vérolé, dévasté par une varicelle de jeunesse. Elle semblait avoir à peu près dans les cinquante-trois ans et deux mois. L’abbé exorbita (ce n’est pas cochon). - Que se passe-t-il, Adèle ?

- Excusez-moi, monsieur l’abbé… c’est terrible ! Un drame chez la famille Broilleur !

Interloquage.

Sammy Broilleur était un des plus gros notables de la région. Son usine de fabrique de fausses citrouilles et de balais de sorcières nourrissait une bonne partie de la région, nourrissait également diverses jalousies… L’abbé ne l’ignorait pas et imagina aussitôt le pire, une histoire de vengeance, peut-être avec du crime horrible, du décimage bourgeois !

- Il est arrivé quelque chose à monsieur Broilleur ?

- A sa femme.

- Lucette ?

Il n’en avait qu’une aux dernières nouvelles des potins villageois.

- Elle est morte ?

- Pas encore… mais c’est presque pire !

De plus en plus inquiet, le père Noël, qui ne croyait plus en l’autre depuis bien longtemps, enfila son costume (car il gardait toujours l’habit de prêtre à portée de son lit).

- Peut-être devriez-vous prendre un peu d’eau bénite, mon père…

- Pour quoi faire ?

L’Adèle hésita un instant.

- Cela ne peut pas faire de mal.

Que répondre à cela ?.....

...Au centre, sur un vaste lit, Lucette Broilleur paraissait dormir… Seul problème : elle était à un mètre au-dessus du matelas et tournait sur elle-même, plus roide qu’une justice d’autrefois !

La mâchoire du père Noël s’écrasa avec force sur ses charentaises… Tout accablé surprise !

- Voilà, monsieur l’abbé, ça fait plus de trois heures que ma femme tourne !

- Que s’est-il passé ?

- Aucune idée… J’étais dans mon bureau à l’étage inférieur quand j’ai entendu un grand cri en provenance de la chambre de ma femme… J’ai accouru quatre à quatre et je suis tombé sur… ça !

Le « ça » n’était pas très beau à voir.

Le regard du prêtre se posa sur Adèle Maurte mais personne ne daigna expliquer sa présence… Il se contenta d’un silence inspirateur de suspicion. …

…. S’armant de tout son courage, le père Noël se signa et grimpa sur le lit. Pour amorcer sa nouvelle incantation, il devait prendre la main du patient…

Comment faire avec une possédée qui tournait sur elle-même ? Une seule solution, la plus cavalière… Il sauta sur sa monture comme Saint-Michel sur le démon et agrippa les doigts grassouillets de sa « cliente » ! Le corps de Lucette Broilleur se mit à tournoyer de plus en plus vite emportant son cavalier dans un rodéo ridicule sous les regards atterrés (ou terre-à-terre) d’un auditoire subjugué. L’abbé ne lâcha pas prise et hurla son discours exorcisant :

- Au nom de la Très Sainte Trinité, de la Vierge Marie, de Sainte-Catherine, de Saint-Antonin, de la Cour Céleste, des Douze Apôtres, des Quatre Evangélistes, de la part des Neufs Chœurs des Anges, des Sept Béatitudes et de tout ce qui traîne de bon et de positif dans le coin, je vous ordonne de quitter ce pauvre corps ! Démons, Succubes, Incubes, Apéricubes, fichez le camp ! Retournez dans vos antres flamboyants ! Abandonnez cette bonne grosse à l’amour des siens ! Vade Retro Satanas et Diabolo !

Et ça tournait, tournait toujours… Tournait le manège des forces obscures, des choses d’en bas, des saloperies malignes ! Le ou les suppôts du grand cornu ne voulaient pas quitter cette grosse enveloppe terrestre… La prière d’exorcisme n’y faisait rien… Uriner dans un Stradivarius n’aurait pas fait mieux ! Le prêtre réitéra sa formule incantatoire mais l’enveloppe corporelle de Lucette Broilleur se mit à tournoyer plus vite encore... Le père Noël lâcha prise et s’en alla rouler dans un coin de la chambre… Plus de peur que de mal. Exorcisme raté ! La broche humaine reprit sa vitesse de croisière.

L’abbé se releva péniblement, faisant grincer ses articulations.

- Vous aviez raison, monsieur Broilleur, votre dame à l’air rudement occupée… M’est avis qu’ils sont plusieurs là-dedans, sauf vot’ respect.

- Ca ne doit pas beaucoup la changer, répliqua l’industriel avec tout le tact du mari qui mesure la frivolité de son épouse avec une règle à graduer les coups fourrés.

Le prêtre laissa passer l’ange noir.

- L’envoûtement a l’air très puissant… Vous avez noté des signes avant-coureurs ?

- C’est à dire ?

- Votre femme aurait-elle été victime de divers tracas dans les dernières semaines ? Un tel sort est souvent l’aboutissement d’une série de « malchances »… Sammy Broilleur jeta un œil de bœuf à la charcutière qui lui répondit d’un sourire qu’elle réservait aux gens bons.

- Pas que je sache.

Le père Noël se frotta le menton et souleva la paupière gauche… Il venait d’avoir une idée. Il se précipita sous lit…

Bingo !

Il en retira une citrouille de taille moyenne… une vraie, pas une en plastique sortie des usines Broilleur ; elle était sculptée avec art et finesse au point qu’on y reconnaissait le visage légèrement empâté de Lucette… et chose plus incroyable encore autant qu’étrange s’il en fut, le cucurbitacée était constellé d’aiguilles, une myriade d’épingles plantées dans le fruit, de toutes parts, du plantage sauvage, de l’aiguillette sorcière… Citrouille immangeable au risque de se percer le digestif ! Y’avait de l’esprit belzébutheur dans l’air, de la pensée vacharde, du diabolique vicieux ! Un petit malin (sans jeu de mots) cherchait des noises terribles à dame Lucette…

- C’est quoi ça ? s’effondra Broilleur.

- Une citrouille…

- Qu’est-ce que ma femme fait avec une citrouille sous son lit ? (1)

- C’est une technique d’ensorcellement classique… Votre épouse est totalement possédée !

- Qu’est-ce qu’on peut faire ?

- Trouver l’envoûteur !

Et ça tournait… tournait toujours…

(1) Car les deux époux faisaient chambre à part (NdA).

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Voir également:

- Mozart est là! Le secret des francs-maçons - Gordon Zola (2006), présentation et extrait