vendredi, 04 février 2011

Spin - Robert Charles Wilson - 2005

robert charles wilson, science-fiction, litterature americaine, litterature canadienne, spinLa nuit est glaciale, cela n’empêche pourtant pas les trois enfants Jason, Diane et Tyler de sortir pour voir les étoiles. Jason et Diane sont des jumeaux, plutôt surdoués, alors que Tyler est le fil de la femme de ménage qui est élevé avec eux. Leur jeunesse commune va faire en sorte que durant toute leur vie ils seront liés et cela malgré, ou plutôt surtout, à cause de l’évènement qui se passera durant cette nuit. En effet alors que les trois enfants scrutent le ciel à travers leur lunette de vue, d’un coup les étoiles disparaissent comme si elles s’étaient toutes éteintes d’un coup. Le soleil aussi, même si le lendemain quelque chose se lève pour éclairer la terre, un faux soleil, une sorte d’imposteur. Cet évènement va bouleverser l’humanité toute entière, elle mettra d’ailleurs des années à comprendre ce qui est arrivé, alors que le pourquoi de cet évènement lui restera à tout jamais mystérieux. Jason le surdoué va vouer ses prochaines années à la recherche sur cet évènement, alors que Diane entrera dans une secte préparant la fin du monde. Tyler quant à lui, essaie de suivre ses deux amis d’enfance tant bien que mal, mais ce sont surtout les travaux de Jason qui vont l’intéresser.
En effet les scientifiques découvrent que la Terre a été isolée du reste de l’Univers par un Spin, sorte de barrière physique tournant si rapidement autour d’elle qu’elle occulte toute lumière stellaire ou réfléchie. De plus il est constaté qu’à l’intérieur de ce Spin le temps passe de façon bien plus rapide au point que rapidement des millions d’années séparent rapidement l’intérieur de l’extérieur du Spin. Et cela au point qu’il ne faudra pas plus de quarante ans avant que le soleil ne devienne une naine brune, condamnant l’humanité à griller sur place en une génération alors qu’elle sera engloutie par l’héliosphère. Ou peut-être qu’elle survivra. Car ceux qui ont placé la Terre dans cet isolement spatio-temporel avaient sûrement un plan. Mais lequel ? La sauver d’un danger, ou alors la cacher de quelque chose ?
Tyler accumulera patiemment les découvertes, grâce à Jason, mais souffrant  d’un d’un amour secret pour Diane, il n’a de cesse d’osciller entre vivre sa propre vie ou rester dans l’ombre des jumeaux, une ombre aussi étouffante que la membrane Spin qui a occulté la lumière des astres.


L’auteur américano-canadien de science-fiction est depuis longtemps passé maître dans les grands romans de SF où il mêle intiment des destinées bien humaines à de grands enjeux bouleversants la Terre dans son ensemble. Dans Spin l’auteur garde cette même structure, partant de trois personnages dont le narrateur Tyler, pour nous conter de façon bien subjective à travers ces destins un grand mystère, le Spin, qui isolera la Terre du reste de l’univers. Le lecteur s’attache dès les premières pages à ces trois héros et découvre peu à peu une bonne partie des mystères du Spin et surtout ses conséquences sur la Terre. En effet, sous l’œil du narrateur, il nous peint une société sombrant peu à peu dans le chaos et le mysticisme, alors que quelques ilots de lucidité profitent de la fulgurante accélération temporelle générée par le Spin pour concevoir de pharaoniques projets de terraformation de Mars et d’exploration de la galaxie. Et c’est cette même dualité que le narrateur observe chez les deux jumeaux Jason et Diane. Pour Robert Charles Wilson, la science-fiction ne vaut jamais par elle seule, et ses romans nous content toujours et avant tout des destins bien humains. Et c’est peut-être cela la force de ses romans, excellents d’un point de vue SF et par les idées incroyables qu’ils mettent en scène, mais surtout parce qu’ils sont augmentés de ce côté humain si prenant et attachant. Et comme toujours chez cet auteur cette narration subjective empêchera le lecteur jusqu’au bout de tout savoir sur ce mystérieux Spin, et cela même si de nombreuses informations sont donnés au fil du livre, le lecteur évoluant ainsi dans un continuel mystère, riche et intelligent, sera repoussé dans les derniers retranchements de son imagination.

Ce roman connaîtra deux suites : Axis (2007) et Vortex, deux romans nous invitant à découvrir encore davantage cet incroyable espace-temps qu’a développé Robert Charles Wilson avec Spin.

Spin de Robert Charles Wilson est un roman de science-fiction de bien haut niveau, grandiose même, toujours terriblement prenant et intéressant par de multiples aspects. Bref un roman de SF qui devrait plaire à un public très large, bien au-delà de celui des amateurs du genre. 

A lire de toute urgence !

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com 

Présente édition : traduit de l’américain par Gilles Goullet, editions Folio, 21 janvier 2010, 609 pages

Voir également:
Les fils du vent (Gypsies) - Robert Charles Wilson (1988), présentation
Le vaisseau des Voyageurs (The Harvest) - Robert Charles Wilson (1992), présentation
Darwinia - Robert Charles Wilson (1998), présentation
Les chronolithes (The Chronoliths) - Robert Charles Wilson (2001), présentation
Blind Lake - Robert Charles Wilson (2003), présentation

vendredi, 23 octobre 2009

Blind Lake - Robert Charles Wilson - 2003

bibliotheca blind lake

Dans les petites villes américaines de Crossbank et de Blind Lake se sont installés deux complexes scientifiques, des centres d’observation astronomiques d’un nouveau type, qui, à l’aide d’une toute nouvelle technologie fondée sur l’utilisation d’ordinateurs quantiques, réussissent à décupler les capacités d’observation des télescopes spatiaux. Grâce à l’Œil, nom donné à cette technologie, les scientifiques sont capables d’observer en grandeur nature la vie se déroulant sur des planètes lointaines. Alors que le centre de Crossbank s’est fixé d’étudier une planète à priori vide, celui de Blind Lake se centre sur l’observation d’un Sujet, un être extra-terrestre, dénommé « le Homard » en raison de sa morphologie et qui vit dans une cité de niveau préindustriel. Le sujet semble centré sur ses activités difficilement définissables, lorsqu’un beau jour, il entreprend un pèlerinage qui pourrait bien lui être fatal.
Au même moment l’armée boucle le site de Blind Lake en empêchant toute personne de fuir. Y compris les communications vers l’extérieur sont toutes coupés. Cette quarantaine étant scrupuleusement respectée pour cause de danger mortel : toute personne qui tente de sortir du complexe scientifique est froidement massacrée par des drones de combat qui ceinturent la zone. Etant habitué à vivre dans une zone de haute sécurité, les scientifiques, journalistes et autres travailleurs journaliers pris au piège au moment de la fermeture de l’enclave se posent tous la même question : Combien de temps cela va durer ? Mais alors que les jours passent, voire les semaines, la question qui s’impose peu à peu est celle du pourquoi. En effet aucune source de danger n’a été identifiée à Blind Lake : seul changement est le comportement différent du Sujet, mais cela ne peut avoir de répercussions sur terre. Et si quelque chose de grave s’était passé à Crossbank ? Personne à Blind Lake ne peut le savoir, même si les interrogations se multiplient. Puis peu à peu des informations réussissent à filtrer et il semblerait que Crossbank, pour une raison encore inconnue, aurait été bloqué, puis détruit…

Les romans de l’écrivain canadien Robert Charles Wilson étonnent toujours par leur qualité, en faisant de la science-fiction à la fois intelligente et divertissante, et par leur humanisme, en se concentrant sur des personnages très crédibles et toujours attachants. Et pour Blind Lake le sujet est fort et prenant : l’observation d’une vie extra-terrestre, vue à travers une caméra dont personne ne sait si elle montre de vraies images et évocations intelligente des possibilités de communications entre des êtres fondamentalement différents
Mais l’écrivain se concentre plus sur la société qui s’est mise en place à Blind Lake et qu’il tente de décortiquer sur ses réactions face à une situation de crise qui est la mise en quarantaine de tout ce beau monde par l’armée. Et le texte en devient un véritable roman psychologique, tant chaque personnage est profondément analysé et mise ne scène. Les interrogations sur le Sujet et ses motivations pour un jour quitter son existence routinière renvoient aux propres habitants de Blind Lake, quelque peu gangrenés par le routine quotidienne et l'absence d'ouverture sur le monde. Sauf peut-être pour les trois journalistes qui arrivent sur le site en espérant se stabiliser dans la routine.
Certaines invraisemblances existent toutefois, tel entre autres le calme de la population face à la situation de crise qui les frappe, mais aussi cette technologie si évoluée qui n’est pas toujours crédible.

Si Blind Lake n’est pas ce que l’on pourrait appeler un grand roman, ni d’ailleurs le meilleur de Robert Charles Wilson, il reste toutefois bien au-delà de la moyenne de la production du genre.

Tout aussi divertissant qu’intelligent, Blind Lake de Robert Charles Wilson est un roman à mettre entre toutes les mains.

A découvrir !

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr

Voir également:
- Les Fils du vent (Gypsies) - Robert Charles Wilson (1988), présentation
- Le Vaisseau des Voyageurs (The Harvest) - Robert Charles Wilson (1992), présentation
- Darwinia - Robert Charles Wilson (1998), présentation
- Les Chronolithes (The Chronoliths) - Robert Charles Wilson (2001), présentation
- Spin - Robert Charles Wilson (2005), présentation

mercredi, 26 décembre 2007

Les chronolithes (The Chronoliths) - Robert Charles Wilson - 2001

bibliotheca les chronolithesScott Warden, de voyage en Thaïlande, devient témoin de l'apparition du premier chronolithe apparaissant sur terre à Chumphon. Il s'agît d'un immense obélisque apparu de façon instantanée et fait d'une matière bleue opaque inconnue, mais qui porte une inscription des plus mystérieuse. En effet il s'agirait d'un monument célébrant la victoire d'une guerre se déroulant plus de vingt ans dans le futur. Et le vainqueur serait un mystérieux chef de guerre dénommé Kuin. Cet événement va brusquement totalement changer la vie de Scott, et peu à peu aussi celles du reste de l'humanité. Car le monolithe de Chumphon sera suivi d'autres, tous à l'honneur de Kuin, et se propagent peu à peu d'Asie vers le monde entier. Les spéculations font bon train et beaucoup se préparent à une guerre venant d'Asie. D'autres attendent avec espoir l'arrivée de ce Kuin en qui ils voient une sorte de sauveur. La population se divise et l'ordre mondial se transforme petit à petit dans un immense chaos.


Les Chronolithes
est un grand roman de science-fiction de l’auteur canadien d’origine américaine Robert Charles Wilson, auteur qui s’immisce de plus en plus parmi les plus grands du genre depuis le formidable roman Darwinia (1998).

Dans Les Chronolithes un autre événement inexplicable vient perturber la réalité du monde, le plongeant petit à petit dans le chaos le plus total, le tout présentant une nouvelle variation sur les voyages à travers le temps, ou plutôt l’utilisation intertemporelle de certains éléments, et de la boucle de rétroaction temporelle, ici, principalement idéologique et politique : un tyran du futur envoie au passé des échos de sa propre gloire, afin de susciter au sein des peuples le fanatisme qui permettra l’avènement de son empire..
Comme à son habitude Robert Charles Wilson et le poids sur l’influence qu’a cet événement fantastique sur le monde. On y reconnaît vite l’inspiration prise auprès des attentats du 11 septembre 2001 de New York, une catastrophe d’origine assez inconnue qui petit à petit plonge le monde dans un certain chaos.
Pour mieux nous le décrire l’auteur nous fait suivre sur plusieurs années son personnage principal de Scott Warden, ainsi que de certains personnages annexes. Mais Robert Charles Wilson garde jusqu’à la fin le secret sur ces mystérieux chronolithes laissant le lecteur dans le doute, tout en lui ayant donné cependant de nombreuses indications sur leur possible signification. Dans ce véritable thriller temporel, tel que nous le présente l’éditeur, l’auteur prend cependant le temps de bien étoffer son histoire et surtout ses personnages qui sont très denses. Le suspense ne vient que très lentement. De plus le lecteur, tel Scott Warden, reste sans cesse perdu et ne sait vers où tout évoluera. Pourtant, même si ouverte, Robert Charles Wilson offre au lecteur une fin impressionnante.

Les Chronolithes est un fantastique et très riche roman de science-fiction, tout à fait époustouflant. Un véritable chef-d’œuvre du genre.

 

Voir également:
- Les fils du vent (Gypsies) - Robert Charles Wilson (1988), présentation
- Le vaisseau des Voyageurs (The Harvest) - Robert Charles Wilson (1992), présentation
- Darwinia - Robert Charles Wilson (1998), présentation
- Blind Lake - Robert Charles Wilson (2003), présentation
Spin - Robert Charles Wilson (2005), présentation

jeudi, 12 avril 2007

Les fils du vent (Gypsies) – Robert Charles Wilson - 1988

bibliotheca les fils du vent

Karen et Laura sont deux sœurs qui se retrouvent à l’âge adulte après s’être perdu de vue suite à une enfance faite de peur, d’errance et de fuite. Car ces deux sœurs, ainsi que leur frère Tim qu’elles recherchent, ont un don mystérieux et secret, celui d’ouvrir des portes vers d’autres mondes, des mondes parallèles où l’histoire s’est déroulée différemment. Des mondes où tout est possible, du plus paradisiaque et idyllique vers le plus cauchemardesque. Ou alors parfois ils sont simplement décalés. Mais leur père adoptif n’a jamais toléré pas ce don, il y a toujours vu un immense danger, et ainsi il ne fut jamais question en famille, sinon au prix d’une raclée. D’ailleurs à raison, car les enfants vont vite se rendre compte qu’ils sont pourchassés à travers ces mondes par un mystérieux homme tout habillé de gris aux intentions ambiguës.
L’âge adulte atteint Karen, qui a longtemps refoulé ce don, tente de mener une vie normale et d’élever son fils comme il se doit. Mais lorsque son mari la quitte et que son fils Michael semble lui aussi posséder ce don étrange, et de plus d’une façon extrêmement forte, Karen fait le point sur sa vie et sur son passé. Mais l’homme en gris a lui aussi détecté les pouvoirs de son fils, et la fuite reprend. Elle va ainsi rejoindre sa sœur et ensemble elles vont essayer de faire face à toutes leurs interrogations du passé et de retrouver leur frère.
D’où viennent-ils ? Qui sont leurs vrais parents ? Qu’est devenu Tim, leur jeune frère dont plus personne n’a entendu parler ? Et qui est ce mystérieux homme en gris qui apparaît tel un songe pour faire peser une menace constante sur leur existence ?

Les fils du vent est l’un des premiers romans de l’auteur canadien de science-fiction Robert Charles Wilson, le troisième en l’occurrence, où celui-ci reprend l’un des thèmes les plus classiques du genre, celui des voyages à travers des mondes parallèles. Ce roman est hélas loin d’être abouti, les personnages ne sont pas trop bien travaillés et la mise en place de l’intrigue et l’élaboration du mystère est parfois hasardeuse. En dévoilant trop bien trop vite, cette course-poursuite à travers des mondes parallèles perd un peu de son suspense. Cependant ce roman se lit avec un plaisir réel et on y retrouve avec enthousiasme les éléments annonciateurs des œuvres plus importantes que l’auteur écrira par la suite tel par exemple Darwinia (1998). L’histoire est intelligemment racontée et les personnages, comme toujours chez Robert Charles Wilson, sont profondément humains. L’une des réussites du roman réside d’ailleurs dans le travail sur les liens familiaux qui unissent les différents personnages et comment ceux-ci réagissent face à ce lourd fardeau qui pèse sur eux. La dimension du totalitarisme religieux, celle de la dictature du Novus Ordo sur l’un des mondes parallèles, préfigure l’Amérique en devenir ainsi que celle décrite plus tard dans le roman Mysterium (1994).

Les fils du vent est un roman très plaisant et intéressant à lire, même si toutefois il n’est pas toujours très abouti.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Voir également:
- Le vaisseau des Voyageurs (The Harvest) - Robert Charles Wilson (1992), présentation
-
Darwinia - Robert Charles Wilson (1998), présentation

- Les chronolithes (The Chronoliths) - Robert Charles Wilson (2001), présentation 
- Blind Lake - Robert Charles Wilson (2003), présentation
Spin - Robert Charles Wilson (2005), présentation

jeudi, 27 juillet 2006

Le vaisseau des Voyageurs (The Harvest) - Robert Charles Wilson - 1992

Depuis maintenant plus d'une année, un étrange objet volant non identifié survole la Terre. Tous attendent un signal qui en fera un événement sans précédent dans l'histoire de l'Humanité. Le premier contact entre l'homme et une espèce intelligente venue d'ailleurs. Mais rien ne s'est encore produit. Seuls des monolithes apparaissent mystérieusement dans les centres des grandes villes. La crainte s'installe de plus en plus. On ne sait toujours pas s'ils sont bienveillants ou hostiles. Nul ne le sait. Mais le silence continue. Et puis une nuit une chose étrange se passe. Chaque habitant de la terre fait le même rêve. Un rêve étrange dans lequel les Voyageurs s'adressent pour la première fois aux humains. Ils leur proposent ce que seuls les dieux possèdent: l'immortalité. Mais à quel prix. Certains s'en interrogent et refusent le marché proposé. Alors que le monde autour d'eux commence à changer, ces résistants vont commencer à s'organiser et à lutter. Mais lutter contre quoi. Ces Voyageurs sont-ils hostiles? Et s'ils étaient réellement bienveillants?

Robert Charles Wilson est devenu en peu de temps un écrivain très reconnu du genre de la science-fiction. Il est avant tout spécialiste lorsqu'il s'agît de décrire des événements d'envergure cosmique vues par les yeux d'humains ordinaires, souvent dépassés par ce qui se passe. Le vaisseau des Voyageurs est l'une des premières oeuvres de Robert Charles Wilson. On y retrouve tous les ingrédients que l'on retrouvera plus tard dans des romans comme Darwinia (1998) ou Bios (1999). Mais ici cela ne prend pas si bien. Tout commence bien, le lecteur est pris par le mystère de ce vaisseau qui torune autour de la terre sans donner de signal et va vite s'attacher aux personnages. Hélas la déception arrive vite fait. Peu de choses se passent finalement. Et la seule question que l'on se pose est de savoir pourquoi ce bouquin est finalement si gros. L'ennui s'installe page après page, et au bout d'un certain temps on se rend bien compte que rien d'extraordinaire ne va encore se produire. L'auteur tente de mettre l'accent sur la psychologie et la spiritualité de ces personnages, mais cela ne marche pas. Dommage.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Voir également:
- Les fils du vent (Gypsies) - Robert Charles Wilson (1988), présentation
- Darwinia - Robert Charles Wilson (1998), présentation

- Les chronolithes (The Chronoliths) - Robert Charles Wilson (2001), présentation
- Blind Lake - Robert Charles Wilson (2003), présentation
Spin - Robert Charles Wilson (2005), présentation

lundi, 26 décembre 2005

Darwinia - Robert Charles Wilson - 1998

En 1912, le monde va connaître un événement sans précédent dans son histoire. L'Europe et une partie de l'Angleterre vont disparaître subitement, remplacé par un continent à la faune et à la flore non terrestres. Ce continent sera appelé la Darwinie. Mais avec l'Europe qui disparaît, l'Histoire du Monde va changer. S'ensuivent directement des guerres d'indépendance dans les colonies, et les deux Guerres Mondiales seront évitées. Avec le temps qui passe, ce "miracle" reste inexpliqué. Pour l'enfant Guildford Law, cette tragédie n'est ni un miracle ni une punition divine, mais plutôt une énigme que la science pourra un jour résoudre. C'est fort de cette certitude qu'il sacrifie tout pour faire partie de la première grande expédition d'exploration destinée à s'enfoncer au coeur du continent inconnu. Ce continent va offrir toutes ses splendeurs et tous ses dangers aux explorateurs, mais le continent reste habité par aucune espèce intelligente. Du moins en apparence, car des démons, invisibles en premier lieu, vont apparaître dans la tête de certains. De catastrophes en trahisons, l’expédition se désagrège, tandis que ses rescapés se dirigent tout droit vers une vérité dérangeante.

Le sujet du livre est extrêmement intéressant et bien porté par Robert Charles Wilson. Il s'agit d'une uchronie mêlée avec des éléments de science-fiction. Avec ses baraques installées là où s'étendait Londres ou ses fragiles implantations continentales, Wilson renverse les histoires de notre adolescence, situées dans l'Ouest sauvage ou le Grand Nord. Ici la grande frontière du monde connu se trouve en Europe. Wilson fait également de nombreuses références aux récits martiens de Burroughs, mais aussi à Lovecraft, de par la deécouverte de monstres chitineux et de cités perdues non-humaines. Le trouble est soumis au lecteur à tout moment du à cette divergence par rapport à l'Histoire réelle. Le héros, Guilford Law, jouera un rôle essentiel dans ce roman car Law est mort lors de la Première Guerre Mondiale, qui n'a ici jamais eue lieu. Et derrière ce "miracle" se cache une explication aux dimensions plus que cosmogoniques, que l'on y manie les années par paquets de dix mille millions, les noosphères galactiques, et une mort de l'univers qui a déjà eu lieu.

Darwinia est un livre aux airs légers, rappelant les romans d'aventures type Jules Verne, avec un genre tout aussi simpliste. Mais que l'on ne s'y fie pas, Darwinia est une oeuvre extrêmement ambitieurs, machiavélique et même assez complexe, d'ores et déjà amenée à devenir un grand classique de littérature. Le style d'écriture est plutôt simple, du moins à première vue, et se lit très facilement. On regrette que certains personnages sont mal construits, voir mal placés dans le roman; mais c'est bien le seul défaut que je puisse trouver à cet excellent roman. Wilson arrive également à placer son récit dans un autre temps, à une autre époque, en conservant les idées et les mentalités de l'époque (voir p.ex. les références sur la vie sur Mars). Darwinia fut nominé au prestigieux Hugo Awards en 1999.

Darwinia est un roman très original, dont je ne connaît pas de pareil et que je conseille vivement.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Voir également:
- Les fils du vent (Gypsies) - Robert Charles Wilson (1988), présentation
- Le vaisseau des Voyageurs (The Harvest) - Robert Charles Wilson (1992), présentation
- Les chronolithes (The Chronoliths) - Robert Charles Wilson (2001), présentation
- Blind Lake - Robert Charles Wilson (2003), présentation
Spin - Robert Charles Wilson (2005), présentation