lundi, 06 octobre 2008

Olympos - Dan Simmons - 2005

bibliotheca olympos

Olympos fait directement suite à Ilium (2003) et le lecteur retrouve les héros là où il les a laissés. Dans un lointain passé, les Troyens et les Grecs sont en guerre contre les Dieux qui habitent le mont Olympos sur Mars alors que dans un lointain futur, les « humains à l'ancienne » sont attaqués, décimés par des créatures mécaniques nommées Voinyx qui les avaient servis pendant des centaines d'années, et bientôt menacés par l’immonde Sétébos, cervelle géante dotée de mains multiples. Au milieu, les Moravec, êtres mi-organiques, mi-mécaniques, sont accourus des lunes de Jupiter et de la Ceinture d'astéroïdes où ils résident, pour tenter de protéger les humains (qui les ont créés il y a bien longtemps) et comprendre le sens de ce qui se passe dans un système solaire menacé par des manipulations quantiques dont ils cherchent la source... bref, une histoire longue et vaste, bien difficile à décrire.

Si Ilium (2003), premier tome de ce cycle de deux romans, était plutôt réussi et promettait une suite intéressante, nous touchons ici avec Olympos le fond absolu. L'univers était intéressant, le sujet passionnant, et pourtant, Dan Simmons, certainement pas un manchot dans le genre, réussit à tout rater. Et cela malgré certaines réussites, notamment les descriptions épiques des batailles et l'univers créé autour.
Premièrement tout comme le premier volume, celui-ci est beaucoup trop long. Les deux livres auraient pu sans problème être synthétisés en un seul volume tant Dan Simmons se perd en scènes complètement futiles. Le montage est très confus, de nouveaux personnages sans grand intérêt apparaissent sans cesse, et le lecteur ne s'accroche plus qu'à quelques mystères ouverts dont la résolution traîne inutilement. Ensuite le contenu à caractère sexuel fort présent n'a guère de sens et donne même certaines scènes et dialogues totalement ridicules. Vers la fin, alors que certains  mystères commencent à s'éclaircir le lecteur se rend vite compte de la totale incrédibilité des explications données par Dan Simmons, notamment l'explication sur l'origine des voinyx et sur le rôle des post-humains. Rien n'est réellement réfléchi et on se rend vite compte que l'auteur ne maîtrise plus rien de son univers. Certains développements apparaissent comme par surprise, comme par exemple l'apparition totalement inattendue d'un sous-marin nucléaire destructeur du monde. Le contenu prend également ses distances par rapport l'oeuvre d'Homère, ce qui étais pourtant l'un des intérêts principaux du tome précédent.
Confusions, mauvais développements, aucune synthèse... cela ne suffit hélas pas. Car si le roman en soi peut être considéré comme très médiocre, ce qui énerve le plus reste le fond idéologique douteux de Dan Simmons, dont de nombreux propos dans ce roman ne servent finalement qu'à représenter les juifs comme les éternels victimes face à un monde cruel envers eux et surtout des Palestiniens qui sont d'éternels terroristes assoiffés de sang. En effet Dan Simmons imagine que ces derniers ont répandu sur terre un affreux virus qui a décimé l’humanité et que seuls quelques juifs ont survécu, modifiés par des nanotechnologies. Mais pour finir le boulot, ces terroristes mettent la main sur un sous-marin atomique, appelé l'épée d'Allah, et tentent de lancer plusieurs missiles pour anéantir purement et simplement la Terre. Et évidemment comme ces Palestiniens sont incapables de fabriquer leurs armes d'apocalypse eux-mêmes, Dan Simmons les fait s'aider par les Français, éternels alliés du terrorisme. La colère l'emporte devant tant de bêtises et la subtilité ne semble guère être un fort de Simmons.

Ce roman est à jeter, un texte totalement médiocre de la part d'un écrivain qui pourtant nous a habitué à des livres de bien plus de qualité.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Voir également:
- Hypérion (Hyperion) - Dan Simmons (1989), présentation
- La chute d'Hypérion (The Fall of Hyperion) - Dan Simmons (1990), présentation
- Endymion - Dan Simmons (1995), présentation
- L'éveil d'Endymion (The Rise of Endymion) - Dan Simmons (1997), présentation
- Ilium - Dan Simmons (2003), présentation

samedi, 03 novembre 2007

Ilium - Dan Simmons - 2003

bibliotheca ilium

"Rage
Chante, Ô Muse, d'Achille fils de Pélée la rage inextinguible, lui le belliqueux, le meurtrier, destiné à mourir, chante la rage qui coûta aux Achéens tant d'hommes valides, et envoya tant d'âmes brûlantes et vives descendre dans la morne maison de la mort. Et tant que tu y est, Ô Muse, chante la rage des dieux eux-mêmes, si irrascibles et puissants ici sur leur nouvel Olympe, et la rage des post-humains, tout morts et disparus qu'ils puissent être, et la rage de ces quelques rares humains qui restent, tout nombrilistes et inutiles qu'ils puissent être devenus. Et puisque tu chantes, Ô Muse, chante aussi la rage de ces êtres sentiens, pensifs, sérieux mais pas tellement humains là-bas dehors sous la glace d'Europe, mourants dans la cendre soufrée d'Io, et naissants dans les froids replis de Ganymède.
Oh, et chante pour moi aussi, Ô Muse, pauvre Hockenberry le ressuscité contre son gré - pauvre feu Hockenberry, Docteur, Hockenbush pour ses amis, ses amis depuis longtemps retombés en poussière sur un monde depuis longtemps laissé derrière. Chante ma rage, oui, ma rage, Ô Muse, si petite et insignifiante que cette rage paraisse devant la colère des dieux immortels ou comparée à l'ire du belliqueux Achille.
En y repensant, Ô Muse, ne chante rien sur moi. Je te connais. J'ai été ton esclave et ton serviteur, Ô Muse, Ô garce incomparable. Et je n'ai pas confiance, Ô Muse. Pas le moins du monde."


Thomas Hockenberry est un professeur du vingtième siècle spécialisé dans l'oeuvre de l'ancien poète grec Homère qui se retrouve ressuscité en pleine guerre de Troie. Il y est engagé par les Dieux afin de suivre au plus près cette guerre qui restera à jamais dans les annales de l'Histoire. Mais Hockenberry se rend vite compte de certaines disgressions avec le poème de Homère. Ce dernier avait-il tort ou alors cette guerre n'est pas celle qu'il pensait. En effet il s'aperçoit rapidement qu'il n'a pas ressuscité dans le passé mais dans le futur et les Dieux ne sont que des humains utilisant un savoir technologique très avancé. De plus cette Guerre de Troie n'a pas lieu sur Terre, mais sur une planète Mars totalement terraformée.
Loin de là aux confins du système solaire les Moravecs, entités robotiques à l'intelligence artificielle, s'inquiètent des puissances quantiques immenses émises par la planète Mars. Ophu d’Io et Mahnmut seront dépêchés pour tenter de contrer cette menace qui joue contre l’avenir de l’univers tout entier.
Pendant ce temps-là sur Terre l'humanité a fortement régressée. La plupart ont quitté la planète laissant derrière quelques milliers d'habitants vivant dans une société de pur loisir, sous la bienveillante surveillance des « Voynix » (créatures métalliques extra-terrestres dont l’origine n’est pas claire) et ne se déplacent que via des portails, "Faxnods", alors que la majeure partie du globe leur est devenue totalement inconnue. Une poignée de ces humains vont cependant se lancer dans une immense odyssée qui a pour but de premièrement comprendre ce qui est arrivé au monde et puis de trouver un vaisseau spatial qui les emmènera loin de là.

Ilium est un roman de science-fiction paru en 2003 et écrit par l'écrivain américain Dan Simmons principalement célèbre dans le monde de la science-fiction pour son cycle d'Hypérion. Ce vaste roman, premier volume d'un cycle qui sera suivi d'Olympos (2005), est étonnant à plus d'un titre et Dan Simmons ne cesse de nous surprendre en mélangeant habilement les genres. Premièrement on y reconnaît clairement de nombreux éléments tirés du cycle d'Hypérion, un univers de science-fiction, qui se retrouve ici mêlé à la Guerre de Troie, Troie étant aussi appelée Ilion ou Ilium, tel qu'elle est racontée dans L'Iliade par le poète grec de l'Antiquité Homère. D'ailleurs les premières lignes du livre, reprises en début d'article, sont clairement une retranscription des premières lignes de l'oeuvre de Homère (« Chante, ô déesse, le courroux du Péléide Achille, / Courroux fatal qui causa mille maux aux Achéens / Et fit descendre chez Hadès tant d'âmes valeureuses / De héros, dont les corps servirent de pâture aux chiens / Et aux oiseaux sans nombre : ainsi Zeus l'avait-il voulu. »). Mais Dan Simmons n'est ni un historien ou un uchroniste, et donc replace la Guerre Troie dans le futur et sur Mars. Comme dans le cycle de Hypérion on retrouve également de nombreuses références à la littérature, notamment à Marcel Proust et William Shakespeare. De plus la vie des humains sur Terre semble clairement inspirés de la vie des Eloïs dans La machine à explorer le temps (The Time Machine, 1895) de l'écrivain britannique Herbert George Wells.
Et Dan Simmons nous raconte son histoire à partir de trois axes dont les chapitres s'alternent tout au long du roman. Le premier suit Thomas Hockenberry en pleine Guerre de Troie sur Mars, le second les Moravecs et leur voyage vers Mars, et finalement les humains sur Terre dans leur quête pour trouver un vaisseau spatial. Le découpage du récit, l'alternance entre les trois axes et le montage général de l'intrigue sont assez efficaces. hélas les trois axes ne sont valent pas toujours, mais les passages plus faibles sont largement compensés par les plus réussis. L'action terrestre est notamment bien moins réussie alors que Dan Simmons excelle dans les descriptions des événements se déroulant sur Mars, et surtout au Mont Olympe (le martien et non le terrien) avec ses batailles grandioses, ses intrigues politiques et amoureuses et ses conflits entre les Dieux.
Le tout est très épique et fort inventif. Il est cependant difficile d'aborder ce roman dû au fait que Dan Simmons plonge le lecteur directement et abruptement dans son histoire sans trop d'explications préalables. De nombreuses longueurs risquent cependant de lasser certains lecteurs.

La suite d'Ilium est paru en 2005 sous le titre d'Olympos et permet au lecteur de progresser à l'élucidation des nombreuses énigmes posées dans ce roman.

En bref Ilium est un excellent roman de science-fiction, une fresque étonnante mélangeant plusieurs genres, principalement pour les amateurs de vastes cycles et de romans au long terme.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Voir également:
- Hypérion (Hyperion) - Dan Simmons (1989), présentation
- La chute d'Hypérion (The Fall of Hyperion) - Dan Simmons (1990), présentation
- Endymion - Dan Simmons (1995), présentation
- L'éveil d'Endymion (The Rise of Endymion) - Dan Simmons (1997), présentation

- Olympos - Dan Simmons (2005), présentation

vendredi, 11 novembre 2005

Dan Simmons - bibliographie et note biographique

Dan Simmons est né le 4 avril 1948 à Peoria, Illinois. Il est principalement connu pour son cycle de science-fiction Hypérion.Auteur très prolifique, il accumule kes genres ; science-fiction, fantastique, horreur, tout cela parfois dans le même roman. Dan Simmons a été souvent récompensé (le fameux Hugo Award, notamment, récomposant des œuvres de science-fiction), hélas tous ses livres ne se valent pas, même si certains sont de véritables musts.


Son oeuvre:


Song of Kali
(1985) : Le chant de Kali (1989)

Carrion Comfort (1989) : L’échiquier du mal (1992)

Phases of Gravity (1989) : Les larmes d'Icare (1994)

Hyperion (1989): Hyperion (1991)

The Fall of Hyperion (1990): La chute d’ Hyperion (1992)

Prayers to Broken Stones (1990) : Le Styx coule à l’envers (1992)

Banished Dreams (1990)

Summer of Night (1991) : Nuit d'été (1993)

Summer Sketches (1992)

Children of the Night (1992): Les fils des ténèbres (1994)

The Hollow Man (1992): L’Homme nu

LoveDeath (1993): L’amour la mort (1995)

Fires of Eden (1994) : Les feux de l’Eden (1996)

Endymion (1995): Endymion (1996)

The Rise of Endymion (1997): L’éveil d’ Endymion (1998)

The Crook Factory (1999): Les forbans de Cuba (2000)

Darwin's Blade (2000) : l’épée de Darwin (2002)

Hardcase (2001) : Vengeance (2001)

Worlds Enough and Time: Five Tales of Speculative Fiction (2002)

A Winter Haunting (2002) : Les chiens de l’hiver (2003)

Hard Freeze (2002): Revanche (2005)

Hard as Nails (2003) : Une balle dans la tête (2005)

Illium (2003) : Illium (2004)

Olympos (2005)


Nouvelles:


Eyes I Dare Not Meet in Dreams
(1982)

Remembering Siri (1983)

Vexed to Nightmare by a Rocking Cradle (1985) : Douce nuit, sainte nuit

E-Ticket to 'Namland (1987)

The Offering (1987)

Iverson's Pits (1988): Les fosses d'Iverson

Metastasis (1988)

Two Minutes Forty-Five Seconds (1988)

Vanni Fucci is Alive and Well and Living in 'Hell' (1988)

Shave and a Haircut, Two Bites (1989) : Le barbe et les cheveux, deux morsures

The Death of the Centaur (1990)

Dying Is Easy, Comedy Is Hard (1990) (with Edward Bryant)

Entropy's Bed at Midnight (1990): Le lit de l’entropie à minuit

All Dracula's Children (1991) Tous les enfants de Dracula

This Year's Class Picture (1992): Photo de classe

Death in Bangkok (1993): Mourir à Bangkok

Dying in Bangkok (1993)

Flashback (1993)

The Great Lover (1993)

Sleeping with Teeth Women (1993)

My Copsa Micas (1994)

Looking for Kelly Dahl (1995) : A la recherche de Kelly Dahl


Voir également:
- Hypérion (Hyperion)- Dan Simmons (1989), présentation
- La chute d'Hypérion (The Fall of Hyperion) - Dan Simmons (1990), présentation
- Endymion - Dan Simmons (1995), présentation
- L'éveil d'Endymion - Dan Simmons (1997), présentation

18:05 Écrit par Marc dans Simmons, Dan | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dan simmons, litterature americaine | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!

mercredi, 09 novembre 2005

L'éveil d'Endymion (The Rise of Endymion) - Dan Simmons - 1997

Après un répit de 4 ans sur la vieille Terre, Raul Endymion et Aena, la nouvelle prophète qui doit faire le lien entre les humains et les intelligences artificielles, reprennent leur périple, séparément cette fois. Sur Pacem, capitale de la Pax, le pape viens de mourir. Réélu après sa résurrection sous le nom de Urbain XVI, il déclenche une croisade contre les Ousters ("extros" en français). Sur Mars, des millions de corps congelés sont retrouvés après une apparition meurtrière du Shrike.

Mais pas grand chose de neuf dans ce dernier épisode, le plus long de la série ce long roman qui conclue la gigantesque saga entamé avec Hypérion.

L'éveil d'Endymion rappelle un peu la Chute d'Hypérion (The Fall of Hyperion, 1990) par sa structure crescendo. Cependant il déçoit quelque peu en devenant de plus en plus prévisible vers la fin, au fur et à mesure que tous ses mystères se dévoilent. En effet cela fait plus de 2000 pages qu’on languit pour connaître tous les secrets, et forcément on est un peu déçu. De plus on sent bien que Dan Simmons se dépêche pour tout éclaircir, absolument tout. Ce qui est plus gênant c'est qu'il va même contredire certaines choses déjà connues afin de recréer artificiellement du suspense. L’univers créé perd tous ses secrets et donc tout son charme.

Malgré ces petites critiques négatives, il faut dire que Dan Simmons conclut honorablement sa saga, et prouve qu’il est devenu l’un des plus grands auteurs contemporains de science-fiction.

Voir également:
- Hypérion (Hyperion)- Dan Simmons (1989), présentation
- La chute d'Hypérion (The Fall of Hyperion) - Dan Simmons (1990), présentation
- Endymion - Dan Simmons (1995), présentation
- Ilium - Dan Simmons (2003), présentation
- Olympos - Dan Simmons (2005), présentation

mardi, 08 novembre 2005

Endymion - Dan Simmons - 1995

Endymion se situe près de trois siècles ont passé depuis la "Chute" et les évènements d'Hypérion. L'univers de l'homme, l'ancienne Hégémonie, est dirigérée par une dictature religieuse, se disant représentant l'Eglise Catholique, le Pax. En effet ceux-ci, on réussit à joindre à eux de nombreux fidèles, grâce à des cruciformes, espèces parasites trouvés sur la planète d'Hypérion, qui permettent la régénération et donc la ressurection du fidèle après sa mort, lui conférant ainsi l'immortalité.
Raul Endymion, non-chrétien, vit sur Hyperion. Un jour, il tue un chrétien régénéré. Refusant de se convertir, il doit mourir de la "vraie mort". Mais il est sauvé par Martin Silenus, le vieux poète, l'auteur des "Cantos d'Hypérion" interdits par l'Eglise.
Ce dernier a une mission a lui confier qui va changer le cours de l'Humanité. Endymion doit en effet protéger Anea, la fille de Brawne Lamia, une des sept pélerins, et du cybride de John Keats, qui va bientôt sortir des Tombeaux du Temps, où elle est entrée il y a trois siècles afin de se propulser dans le temps. Raul doit l'aider à échapper à la Pax, l'Eglise, qui veut la supprimer. Aena est en effet un prophète, dont les paroles devraient changer le cours de l'humanité et mettre fin au Pax.
Raul part avec elle et l'androide A.Bettik dans le vaisseau du Consul pour une destination inconnue : en effet, ils vont suivre le cours du fleuve Thétys, qui au temps de l'Hégémonie coulait sur plus de 200 planète différentes.

Endymion est généralement considéré comme le moins bon de la série, dans la mesure où il n'est qu'un roman de transition vers L'éveil d'Endymion (The Rise of Endymion, 1997). Transition relativement longue et délayée, au cours d'un périple qui donne l'occasion à Simmons d'explorer quelque peu son univers à moindre frais. Endymion, cependant, n'est pas véritablement la suite du cycle d'Hypérion, bien qu'Endymion se déroule après les événements d'Hypérion. Dan Simmons veut dans le cycle d'Endymion (Endymion - L'éveil d'Endymion "The rise of Endymion") répondre à tous les mystères posés par le premier cycle. Cependant afin de prolonger sa quête, Dan Simmons change quelques données, et cela de façon peut-être maladroite du style: imaginons qu'un personnage clé nous aurait menti. Cela forcément change tout.

Endymion, est de loin inférieur au cycle d'Hypérion, oeuvre magistrale du genre, mais reste cependant bien au-delà de la moyenne de ce que l'on retrouve en science-fiction.

Voir également:
- Hypérion (Hyperion)- Dan Simmons (1989), présentation
- La chute d'Hypérion (The Fall of Hyperion) - Dan Simmons (1990), présentation
- L'éveil d'Endymion (The Rise of Endymion) - Dan Simmons (1997), présentation
- Ilium - Dan Simmons (2003), présentation
- Olympos - Dan Simmons (2005), présentation

mardi, 01 novembre 2005

La chute d'Hypérion (The Fall of Hyperion) - Dan Simmons - 1990

Deuxième et dernier tome du cycle d'Hypérion.

Hypérion est sur le point de devenir le champ de bataille contre les "Ousters" ("Extros" en français). Cependant si Hyperion et ses labyrinthes est la planète de toutes les convoitises, elle concentre parallèlement toutes les craintes. Tel un dieu impuissant, Joseph Severn, un cybride, perçoit l'intégralité des événements autour d'Hypérion sans pouvoir les infléchir, puisqu'il côtoie Meina Gladstone, présidente de l'Hégémonie la journée et partage en rêves la vie des pèlerins durant ses nuits. Dès lors l'histoire est écrite par une succession de drames humains, d'épreuves titanesques dont seule l'improbable réussite peut sauver la société humaine.

La chute Hypérion est la suite que méritait Hypérion. Particulièrement surprenant et captivant, l'ouvrage devient de plus en plus passionant au fil des pages. Il atteint son point culminant lors d'un dénouement qui explore un nouveau thème majeur de la SF, en nous donnant à réfléchir sur l'asservissement de l'humanité à ses machines et à sa technologie, et sur sa perte d'indépendance qui compromettrait sa survie en cas de crise. Il étonne par son intelligence. Les forces décrites dans le récit sont toujours utilisées à bon escient, la mise en situation parfaitement aboutie. Chaque personnage joue son rôle à la perfection, respectant sa propre logique sans pour autant omettre une part de mystère.

Le cycle d'Hypérion marque par sa perfection, son aboutissement qui se révèle dans le fait que l'auteur a réussi à créer un univers autour d'une problématique. Vue d'ensemble le cycle d'Hypérion présente un récit très varié, très complet et d'une très haute qualité. Le lecteur bascoule sans problème dans cet univers et en dévore impatiemment les pages pour en percer les mystères.

Cependant beaucoup des mystères ne seront que révélés lors du cycle d'Endymion, composé lui aussi de deux tomes.

Le cycle d'Hypérion est une référence à ne pas rater!

Voir également:
- Hypérion (Hyperion)- Dan Simmons (1989), présentation
- Endymion - Dan Simmons (1995), présentation
- L'éveil d'Endymion (The Rise of Endymion) - Dan Simmons (1997), présentation
- Ilium - Dan Simmons (2003), présentation
- Olympos - Dan Simmons (2005), présentation

16:45 Écrit par Marc dans Simmons, Dan | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dan simmons, science-fiction, le cycle de hyperion, litterature americaine | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!

lundi, 31 octobre 2005

Hypérion (Hyperion) - Dan Simmons - 1989

Sur Hypérion, lointaine planète de l'Hégémonie, les Tombeaux du Temps, mystérieuses sépultures fermés dans le futur et voyageant dans le sens inverse du temps, sont sur le point de s'ouvrir. On craint que le "Shrike" ("gritche" en français), objet de culte pour certains, de pure terreur pour d'autres, ne se mette à faire des ravages. Les habitants veulent fuir, car il paraît de plus que les "Ousters" ("Extros" en français) veulent s'emparer de la planète.Sept pèlerins y sont envoyés par la sainte Église du "Shrike" afin de sauver l'Univers menacé. Cependant parmi eux se trouverait un traître. Au cours du long voyage qui les emmène vers les Tombeaux, tous racontent leur histoire.

Lénar Hoyt, le prêtre Jésuite, qui porte incrusté dans la poitrine un mystérieux cruciforme semblant lui conférer une vie éternelle ; Fedmahn Kassad, le soldat, à la quête d'une mystérieuse femme ; Sol Weintraub, le lettré, dont la fille rajeunit et régresse physiquement de jour en jour et qui va bientôt disparaître ; Martin Silénus, le poète, qui raconte la lente agonie de l'ancienne terre ; Brawne Lamia, la détective, qui est tombée amoureuse d'un cybride, mélange mi-humain mi-AI de John Keats le poète du XVIIIe siècle ; Le consul de l'Hégémonie, qui semble avoir quelque chose à cacher ; et le templier Het Masteen, qui sera rapidement assassiné.

Tous ont eu un contact avec le Shrike, qui semble être la clée de tout, alors que tout le monde le voit si différemment.

Dan Simmons connaît bien la science-fiction, très bien même. Hyperion rassemble de très nombreux éléments très divers de science-fiction sous forme d'un magnifique space-opéra. L'histoire ne s'arrête d'ailleurs pas là. Ce n'est que le premier de deux volumes constituant la saga d'Hypérion, prolongée par la saga en deux volumes d'Endymion.

Dans ce premier volume, Dan Simmons arrive à admirablement bien adapter son style en fonction des différents récits. Récit de guerre, ou récit science-fiction type Matrix, récit policier, voir récit théologique (récit du lettré qui s'accompagne d'une réflexion sur le dilemme d'Abraham). Chaque pélerin raconte son histoire à sa façon (le récit du poète est particulièrement réussi). Dan Simmons mélange ainsi de nombreux genres de science-fiction pour donner un réel chef-d'oeuvre.

Hélas, Dan Simmons récupère également certaines tares de la science-fiction. Ainsi dans ce roman de nombreux personnages du passé cités soont quasi tous anglophones et datent du XXe siècle. Tout ce qui réfère à notre époque semble hautement douteux et irréfléchi.

Cependant Hypérion et sa suite La Chute d'Hypérion (The Fall of Hyperion, 1990) est un des tous grands chefs-d'oeuvres de la littérature de science-fiction.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Voir également:
- La chute d'Hypérion - Dan Simmons (1990), présentation
- Endymion - Dan Simmons (1995), présentation
- L'éveil d'Endymion (The Rise of Endymion) - Dan Simmons (1997), présentation
- Ilium - Dan Simmons (2003), présentation
- Olympos - Dan Simmons (2005), présentation

14:59 Écrit par Marc dans Simmons, Dan | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : dan simmons, science-fiction, litterature americaine, le cycle de hyperion | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!