vendredi, 06 mai 2011

Le Royaume des Voleurs (The Holy Thief) - William Ryan - 2010

William Ryan, romans policiers, litterature britannique, thrillers, moscou, russie, korolev, le royaume des voleursMoscou, 1936. La terreur stalinienne s’installe peu à peu alors que l’Europe est sur le point de se lancer dans le plus grand conflit de tous les temps. Pour l’inspecteur Korolev, chef de la section criminelle de la Milice de Moscou, c’est avant tout un meurtre mystérieux qui le préoccupe, celui d’une jeune femme assassinée et affreusement mutillée au sein d’une église. Et comme la victime était citoyenne américaine, une nonne de surplus, c’est le NKVD qui s’en mêle, surveillant tous les faits et gestes de Korolev. Mais malgré cette pression l’inspecteur fait tout son possible pour arriver à bout de ce mystère, mais pour cela il devra pénétrer dans le Royaume des Voleurs, càd. dans les milieux de la pègre qui contrôle la ville. Et à mesure que d’autres cadavres apparaissent l’étau de la NKVD se resserre de plus en plus autour de Korolev, au point où ce dernier arrive à se demander qui sont les vrais criminels dans cette Russie où prédominent la peur, la faim, la misère et l’incertitude.

Premier roman de l’auteur britannique William Ryan Le Royaume des Voleurs invite le lecteur dans un Moscou des années 1930 plus vrai que nature, l’époque de Staline, des grands procès et des purges, pour découvrir une intrigue policière quelque peu classique mais bien prenante. Et comme l’annonce la couverture du livre, ceci est la première aventure de l’inspecteur Korolev, y en aura-t-il donc d’autres, les policiers en série sont bien à la mode en ce moment, tout autant que cela en fatigue certains.
L’intrigue est bien construite, le suspense marche, hélas on se rend vite compte que l’auteur a chercher à quelque peu embrouiller son public pour nous dévoiler vers la fin que l’histoire n’était guère aussi compliquée, et même bien plate.
Au final on se sent un peu floué, cela promettait d’être mieux, et malgré le bon temps passé, ce roman s’oubliera bien vite.

Le Royaume des Voleurs se William Ryan, sans être réellement mémorable, plaira aux amateurs de polars tout en offrant un contexte historique intéressant.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com

Présente édition : traduit de l’anglais par Jean Esch, Editions des Deux Terres, 1 avril 2011, 368 pages