vendredi, 13 juillet 2012

Opération Khéops - Guillaume Richez - 2012

litterature francaise, romans erotiques, thrillers, guillaume richez, operation kheops, En Egypte, début 2011 : la révolution arabe se fait peu à peu et le pays succombe de plus à plus à la colère de la foule.
Un cyberdissident est enlevé par des hommes cagoulés. De son côté, la CIA met tout en oeuvre pour le retrouver, espérant ainsi avoir une carte en main pour faire tomber le régime. Mais l’opération s’annonce bien plus complexe que cela. Cela se fera avec l’aide d’une tueuse du Mossad, ainsi que, et surtout, la fille de cette dernière : Kathryn Moore, américano-israélienne, un mètre soixante-dix de grâce pour cinquante-quatre kilos de muscles. Malgré ses grandes connaissances des arts martiaux, cet agent préfère parfois utiliser des méthodes d'interrogatoire très très personnelles... plutôt sensuelles... et bien convaincantes.

Le thriller d’espionnage érotique Opération Khéops de l’auteur Guillaume Richez  est publié en 2012 après avoir remporté un jeu-concours, dénommé SAS au féminin, sur une communauté d’écriture sur le Web, encadrée par l’éditeur en question.
Appréciant fort la série SAS de Gérard de Villiers, malgré leurs nombreux défauts, je tente donc cette lecture.
Hélas ce roman s’avère vite être une grosse déception. Pas si évident de faire du SAS, finalement, car ce SAS au féminin est clairement un raté. L’auteur ne semble pas avoir bien saisi quelle est la réelle recette des romans de de Villiers : un écriture vive et simple, une savante réutilisation de tous les clichés du genre de l’espionnage depuis James Bond, tout en en gardant le ton quelque peu désuet, un ancrage dans l’actualité immédiate et une vision politique du monde bien désabusée de tous ses principes.

Ici on a droit à un roman d’espionnage avec un faux air de modernité, une intrigue mal ficelée et sans suspense qui suit une héroïne sans charme ni crédibilité. S’y ajoutent des scènes érotiques peu nombreuses et bien plates, une écriture inégale ainsi qu’une idéologie quelque peu douteuse.
On voit ainsi une étudiante semi-nympho découvrir la vraie vie de sa mère, celle d’assassin politique, lui emboîter le pas du jour au lendemain pour le service qui l’emploie, cela de suite avec le plus grand talent, pour résoudre un complot égyptien fantaisiste.

Question thriller d’espionnage, facile de trouver mieux, question érotique tout autant. Finalement que reste-t-il ici ?

Pas tout n’est à jeter pour autant. L’auteur ne semble pas dénué de talent, je suspecte bien plus que son projet ait été mal choisi ou mal dirigé, peut-être même écrit à la va-vite pour pouvoir répondre au concours dont il a fini lauréat.
La fin ouverte indique une possible suite, espérons quelle sera plus réussie et surtout bien plus convaincante.


Opération Khéops est selon moi un roman à éviter. Dommage.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr  -  PRICEMINISTER.com

Présente édition : éditions J’ai Lu, 21 mars 2012, 318 pages