lundi, 07 juin 2010

Américain, américain - Hubert Prolongeau - 2008

bibliotheca americain, americain

Que reste-t-il aujourd'hui du cinéaste d'origine greco-turque Elia Kazan? Des films, dont beaucoup de chefs-d'oeuvres... bref un génie du cinéma. Mais Elia Kazan est aussi l'homme qui dans les années 1950 a dénoncé nombreux de ses collègues à la Commission des activités anti-américaines du sénateur McCarthy, les vouant à des procès ou du moins à la fin de leur carrière. Le génie s'est avéré être un monstre, et même bien des années plus tard il n'exprimera jamais de remords. Mais dans cet acte indéfendable, Kazan semble avoir puisé la matière de ses plus grands films.

Américain, américain est le titre du roman historique de l'écrivain et reporter français Hubert Prolongeau et qui nous fait revivre la vie de ce personnage si contesté, à la fois un artiste illustre et un dénonciateur sans remords. Le titre est inspiré de l'un des films les plus remarquables de Kazan : America, America (1963) et qui conte l'émigration d'un jeune grecque vers les Amériques.
Hubert Prolongeau nous fait revivre la vie de cet homme de l'intérieur, par un narrateur imaginaire qui côtoiera le cinéaste durant presque toute sa vie. Cela ressemble fort à un documentaire historique, surtout qu'il s'agît d'une époque de laquelle on s'attend plus à lire des témoignages. Mais il s'agît bien d'un roman historique mené avec beaucoup de crédibilité et de brio, grâce à une très bonne documentation et une écriture vivante et sensible.
Le roman commence alors que le narrateur et Kazan sont sur les bancs de l'école et, à partir de là, le lecteur suit toute la carrière de Kazan dans le Hollywood des années 1930, plus vrai que nature, ses premiers pas de cinéaste, ses relations avec les studios envers lesquels le cinéaste se montrera souvent bien complaisant, sa période noire lors du MacCarthysme et sa fin de carrière durant laquelle il réalisera ses plus beaux films. Pour Prolongeau, outre l'évocation de la grande carrière de Kazan, le but de ce roman est aussi de décrire l'une des périodes les plus noires de la démocratie américaine, le cinéma des débuts jusqu'à son âge d'or, et aussi de mettre en parallèle le destin d'un Kazan et celui d'un personnage fictif, le narrateur, un homme bien meilleur mais un cinéaste médiocre. Peut-être pourrait-on résumer cela par : Le génie est injustice, n'est pas talentueux celui qui le mérite...

Américain, américain de Hubert Prolongeau est un roman historique à découvrir de toute urgence ! Et cela que ce soit pour les amateurs de cinéma, d'Histoire ou tout simplement pour ceux sensibles aux grandes destinées de notre époque.

A découvrir !

Pour commander ce livre :

AMAZON.frFNAC.com ABEBOOKS.fr PRICEMINISTER.com


Présente édition
: Editions J'ai Lu, 14 avril 2010, 348 pages