lundi, 09 août 2010

Leçons du monde fluctuant – Jérôme Noirez – 2007

 

bibliotheca lecons du monde fluctuant.jpgAu XIXe siècle, dans l’Educaume d’Angleterre, on enferme les analphabètes des quartiers pauvres dans des cancrières. La Grande Rectrice Victoria parraine l’interrogation nationale-écrite annuelle à laquelle les élèves-citoyens se prêtent avec joie, et tous vénèrent la Divine Scolastique dont les Amphigouristes sont les plus fervents dévots.
Parce qu'il nourrit une passion esthétique - mais néanmoins coupable aux yeux de ses contemporains - pour les toutes jeunes filles, Charles Lutwidge Dodgson, un révérend, photographe amateur et professeur de mathématiques à l’université d’Oxford, est exilé dans les contrées lointaines de Novascholastica, une île étrange en forme de main et deux fois plus grande que l’Angleterre. Dans cette colonie britannique perdue au milieu de l'océan Indien, où les frontières du réel, du rêve et de la mort se confondent et se chevauchent, un véritable pays merveilleux, il ne prendra jamais le pseudonyme de Lewis Carroll, rencontrera des personnages étranges et, toujours, poursuivra le fantôme de son Alice, la petite Kematia,...

Pour l’écrivain, conteur et musicien français Jérôme Noirez, l’auteur britannique Lewis Carroll, célèbre pour son Alice au Pays des Merveilles, présente une véritable fascination. En effet, d’un côté il s’agissait d’un révérend solitaire, professeur de mathématiques, affligé de bégaiement, et qui d’un autre côté, comme dans un univers parallèle et merveilleux, a réussi à créer un monde unique peuplé de monstres des plus drôles qui prennent plaisir à y confondre une jeune fille en mille et une aventures. Ainsi le roman Leçons d’un monde fluctuant est dédié à cet homme en racontant son histoire, de façon inhabituelle, dans un univers uchronique, où telle une quête initiatique il va découvrir à Novascholastica peu à peu ce monde qui aura fait rêver tant d’enfants et d’adultes. Mais pour Noirez il ne s’agît pas de recréer l’univers repris et remâché sans cesse par les studios Disney, il s’attaque à l’oeuvre originale, bien plus riche, foisonnante et surtout plus noire, telle que Lewis Carroll l’avait imaginée. Ainsi le lecteur suit la quête initiatique de cet étrange Dodgson, qui ne parvient pas à articuler trois mots de suite de façon correcte, et qui se laisse porter par les événements, moqué et haï de tous, avec pour seul ami un oiseau exotique qui le bombarde de charognes. Son négatif est un vilain parfaitement odieux, le précepteur des morts, Jab Renwick, être fantastique sans scrupule, né des amours d’un assassin avec le mur de sa prison. Il pratique une cruauté si savoureuse qu’on le prend vite en estime. Et fidèle à l’oeuvre de Carroll, Noirez y met tout le nonsense et la grotesquerie nécessaire tel par exemple et entre autres le chasseur qui a avalé un cerf avec les bois dépassant encore de sa bouche comme deux défenses disproportionnées, le lapin obèse avide de substances illicites, le chien de chiffon, le gnou élégant...

Evidemment le tout est plutôt déconcertant, difficile d’ailleurs d’y plonger, tant l’univers créé est loin des codes habituelles de la fantasy ou du merveilleux. Mais une fois pris par la beauté et la richesse du style, on n’arrive plus à s’en détacher, allant de surprise en surprise à la rencontre de ce qui est vraisemblablement l’une des oeuvres les plus riches et originales du genre dans la littérature française de ces dernières années.


Leçons du monde fluctuant est une quête littéraire et fantastique sans précédent, un roman unique à découvrir au plus vite.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr -  FNAC.com -  ABEBOOKS.fr -  PRICEMINISTER.com


Présente édition : Editions J'ai Lu, 5 juin 2010, 318 pages

Voir également :
- L'empire invisible - Jérôme Noirez (2008), présentation
- Fleurs de dragon - Jérôme Noirez (2008), présentation

 

12:01 Écrit par Marc dans Critiques littéraires, Noirez, Jérôme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lewis carroll, litterature francaise, jerome noirez, fantasy | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!

lundi, 15 mars 2010

Fleurs de dragon - Jérôme Noirez - 2008

bibliotheca fleurs de dragon

Le Japon médiéval en 1489. Le pays est dévasté par des guerres de clan, le pouvoir en place à Kyoto n'arrive plus à faire valoir son autorité. La capitale est d'ailleurs une ville à plaies ouvertes, pleine de ruines encore fumantes. L'officier de justice Ryôsaku tente de faire son métier du mieux qu'il peut, et cela malgré la situation difficile du shôgunat. Un jour il se voit confier la mission de poursuivre de mystérieux criminels qui traversent le pays en laissant derrière eux des cadavres de samouraïs. La particularité est que chacune des victimes est retrouvée avec en sa bouche un parchemin reprenant un extrait du Sûtra du Lotus, faisant éloge de la compassion. Le shôgunat craint l'émergence d'une secte religieuse violente qui risque de causer encore plus de torts dans ce pays déjà en ruines. Pour accomplir sa tâche, Ryôsaku sera aidé de trois jeunes samouraïs d’une quinzaine d’années, Kaoru, jeune coq et peureux; Keiji, adolescent tourmenté ayant déjà tenté de se faire seppuku et Sôzô, joueur de biwa qui rêve de devenir compositeur. Au fur et à mesure de leur enquête les quatre visiteurs trouvent des indices qui ont tout pour les dérouter. Rien ne paraît simple... à croire que les auteurs de ces massacres ne sont même pas humains.

Fleurs de dragon du romancier, conteur et musicien français Jérôme Noirez plonge le lecteur dans l'univers fascinant et envoûtant du Japon médiéval, à une époque où celui-ci était en pleine guerre civile. Le lecteur est tout de suite pris par cette intrigue policière teintée de fantastique, à la suite de héros attachants et qui vivront de multiples aventures faites de rencontres des plus étranges, que ce soient de moines aveugles, de fillettes se prenant pour des ninjas, des brigands de haut chemin ou même des monstres légendaires, avant de conclure leur enquête dans un dénouement inattendu et tout à fait réussi. Et pour nous faire revivre cette époque Jérôme Noirez use d'une bonne documentation parfaitement rendue en toute simplicité, de quoi nous accrocher dès le départ et sans jamais tomber dans le roman savant. L'accent est mis sur le suspense, l'action, les aventures de toutes sortes... et le lecteur en sera largement servi. Le roman est toutefois quelque peu plus ciblé vers un public plus jeune, et particulièrement adapté à un public adolescent, sans toutefois déplaire à un public autre. L'auteur joint également à son roman quelques annexes bien intéressantes nous expliquant plus en profondeur certains aspects du roman, dont la religion en vigueur à l'époque au Japon, ainsi qu'une belle annexe sur les armes cités dans le roman.

Fleurs de dragon de Jérôme Noirez est un passionnant roman historico-policier au cadre envoûtant et qui plaira au plus grand nombre.

A lire !

Pour commander ce livre :

AMAZON.frFNAC.com ABEBOOKS.frPRICEMINISTER.com


Présente édition
: Editions J'ai Lu, 9 septembre 2009, 253 pages


Voir également :
- Leçons du monde fluctuant - Jérôme Noirez (2007), présentation
- L'empire invisible - Jérôme Noirez (2008), présentation

lundi, 15 février 2010

L’Empire Invisible - Jérôme Noirez - 2008

bibliotheca l empire invisible

1858, l’état de Caroline du Sud fait vivre ses riches fermiers  de la culture du coton. Mais dans ces terres vides des Etats-Unis, pour récolter cet or blanc et pour ainsi augmenter sa rentabilité, les fermiers ont essentiellement recours aux esclaves d’origine africaine. Nat Walker est l’un de ses esclaves employé avec sa fille Clara chez les Wingard. Son épouse a été vendue plus tôt par ses propriétaires à une autre famille. Et Nat Walker tente de veiller du mieux qu’il peut sur sa fille. C’est un père aimant et conciliant, qui est toujours présent à ses côtés, aussi bien pour la soutenir durant la journée face à l’ardeur du travail que pour la rassurer à la nuit tombée lorsque les blancs encapuchonnés de costumes immaculés se livrent à leurs chevauchées intimidantes. Mais Nat est aussi le chef spirituel de cette petite communauté d’esclaves. La nuit, en secret et caché des maîtres, il offre à ses pairs un peu de réconfort en disant la messe pour ceux qui n’ont plus d’espoir. Et tout ce monde survit dans un fragile équilibre, mais un beau jour il faudra bien que la situation dérape.
Chez les Riley, propriétaires voisins des Wingard, on raconte qu’une poignée d’esclaves s’est retournée contre ses maîtres et a usé d’armes en faisant couler le sang. Se sentant menacés, Daugherty, le surveillant principal, accompagné de ses deux assistants Samuel et Harper ainsi que d’Edwin, aîné de la famille Wingard, multiplient les expéditions punitives. Et une nuit, alors qu’ils sont ivres morts, ils tombent sur Nat qu’ils rouent de coups. Le pauvre homme décédera de ses blessures.
Le lendemain c’est toute la communauté qui se retrouve consternée, les esclaves qui ont perdu l’un leur exemple, et même les Wingard qui ont perdu un valeureux esclave très travailleur et qui redoutent maintenant une révolte. Mais le pire est pour Clara, qui n’arrive pas à se résoudre à la perte de son père. Elle ne vit plus que pour se venger, les assassins de son père ne peuvent s’en tirer impunis. Et l’arme de sa vengeance elle l’a trouvée en la personne d’Aaron, un Noir mystérieux qui se prétend affranchi et qui semble prêt à tout pour quelques sacrifices. Mais Clara ne se doute pas encore de l’horreur qu’elle va déclencher e faisant appel au fou d’Aaron.

Jérôme Noirez est un conteur, musicien et écrivain français, principalement de romans pour adolescents. Dans ce passionnant roman qu’est L’Empire de l’Invisible Jérôme Noirez plonge le lecteur dans l’une des périodes les plus sombres de l’histoire des Etats-Unis d’Amérique, celles de l’esclavage et de la naissance du Ku Klux Klan dans les états du Sud aux environs de l’an 1860. L’écrivain nous mène à la découverte du travail des esclaves dans les champs de coton, dans un état du Sud, à la suite d’une jeune esclave, Clara, qui après la mort de son père prépare une terrible vengeance. Il nous démontre la dureté de la vie de ces travailleurs, l’injustice qu’ils subissent de la part de maîtres qui semblent tout-puissants en leur domaine. Jérôme Noirez s’inspire pour son roman de la révolte de Nat Turner de 1831 qui se vengea de ses maîtres et lui rend d’ailleurs hommage par le personnage de Nat Walker. Et Noirez fait fonctionner le tout comme un huis clos sous haute tension, l’action se concentrant uniquement dans le domaine des Wingard, où toute cette communauté voit son fragile équilibre se détruire après la mort de l’un d’eux. Des nouvelles parviennent du dehors, des rumeurs de révoltes chez les Riley ou par le biais du médium Hodgkin venu de Philadelphie, là où les Noirs vivent en toute liberté. Et ce petit univers voit sa fin approcher à grands pas dans une intrigue qui voit sa violence augmenter de façon crescendo, jusqu’à un point culminant d’où personne ne sortira indemne. Le lecteur est porté par le grand talent de narration de l’auteur à la suite de nombreux personnages, tous très attachants et bien détaillés, et cela même dans leurs travers. De nombreux clichés et stéréotypes subsistent hélas également. Le suspense tient parfaitement et lecteur y accroche jusqu’à la dernière page. Le fantastique y est souvent évoqué et sous-entendu, mais jamais confirmé, le roman s’ancrant parfaitement dans le réel.
Mais l’une des qualités principales du roman est de nous expliquer l’esclavage, un sujet quelque peu oublié de nos jours, dans toutes ses dimensions. En bon pédagogue, Jérôme Noirez, y adjoint une carte des Etats-Unis de 1860, une petite chronologie de l’esclavage aux Etats-Unis (allant de 1607 à 1870, un texte expliquant la naissance du Ku Klux Klan ainsi qu’un rappel de la révolte historique de Nat Turner. Toutes ses annexes viennent étoffer l’intrigue et augmentant la valeur historique.

L’Empire Invisible de Jérôme Noirez est un roman fort et poignant sur l’esclavage américain, un parfait divertissement pour un public adolescent, mais qui ne perd rien face à un lectorat plus adulte.

Un roman à découvrir !

Pour commander ce livre :

AMAZON.frFNAC.com ABEBOOKS.fr PRICEMINISTER.com


Présente édition
: Editions J’ai Lu, 10 février 2010, 215 pages

Voir également :
Leçons du monde fluctuant - Jérôme Noirez (2007), présentation
- Fleurs de dragon - Jérôme Noirez (2008), présentation