mercredi, 05 janvier 2011

Noir océan (Skipid) - Stefan Mani - 2006

bibliotheca noir ocean.jpg2001 : le cargo Per se, un navire de quatre mille tonnes et cent mètres de long, quitte le port islandais de Grundartangi en Islande pour le Surinam, en Amérique Latine, d’où il ramènera plusieurs milliers de tonnes de minerai de fer. Ce voyage prendra un mois aller-retour, si tout se passe bien. A son bord les neuf membres d’équipage se préparent pour ce long trajet, mais des peurs subsistent. Certains quittent l’Islande avec dans leurs bagages des secrets bien peu reluisants qui risquent de refaire surface d’un moment à l’autre, d’autres craignent un licenciement général de toute l’équipe après cette mission et prévoient une mutinerie en pleine mer. L’atmosphère se charge peu à peu de suspicion et d’hostilité. Et quand un jour les communications sont coupées par l'un des membres de l'équipage, mais par lequel ? -, la folie prend peu à peu le contrôle du bateau qui n'en finit pas de dériver vers des mers toujours plus froides et inhospitalières... vers un véritable cauchemar pour ces hommes à bord.

L’auteur islandais Stefan Mani invite le lecteur avec Noir Océan à un voyage hors du commun à bord d’un cargo maudit lors d’un voyage qui peu à peu se transforme en un terrible huis clos où la folie finira par régner. Souvent classé en tant que polar, ce roman tient toutefois plus du conte noir ou de la fable existentielle. Neuf hommes sont enfermés sur un bateau dérivant sur une mer déchaînée. tous ont quelque chose à cacher, certains n’ont pas grand chose à perdre et d’autres sont prêts à tout pour se sauver. Un tueur rôde, mais les autres périls sont tout aussi nombreux. Et l’auteur réussit à parfaitement mettre tout cela en scène, dans une ambiance lourde et bien noire avec une belle caractérisations des différents personnages dans leur longue et terrible descente aux enfers. Une bonne documentation sur la vie sur ce type de bateau renforce le réalisme du texte. C’est poignant, déroutant, angoissant, mais aussi beau et tragique, cela malgré un démarrage quelque peu plus classique et certaines pages supplémentaires.
Ne reste plus qu’au lecteur à se laisser dériver au fin fond de ce Noir Océan, vers un dénouement étrange, à la fois prévisible et inattendu.

A découvrir !

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com


Présente édition : traduit de l’islandais par Eric Boury, éditions Gallimard, 4 février 2010, 486 pages