lundi, 09 janvier 2006

Les Araignées (Die Spinnen) - Fritz Lang - 1919

Kay Hoog est un jeune et riche aventurier. Lors d'une course en yacht il trouve une bouteille contenant un message, lancée six ans plus tôt à la mer. Le message provient d'un archéologue mystérieusement disparu au Mexique six ans plus tôt alors qu'il était sur la trace d'un trésor Incas. Kay Hoog va partir à la recherche de l'archéologue et, biensûr, du trésor des Incas. Mais très vite, une organsation secrète, appelée les Araignées, dirigée par la séduisante Lio Sha et le cruel Docteur Telphas, va se mettre sur son chemin. Une course-poursuite va commencer pour Kay Hoog qui le mènera de San Francisco et sa ville souterrainedédiée au crime et au vice au désert mexicain, puis en Afrique du Sud et aux Malouïnes. Il devra user de beaucoup de courage et de ruse pour venir à bout de ses ennemis à travers mille péripéties et acrobaties en tout genre.

Premier et unique roman du cinéaste Fritz Lang, réalisateur entre autres de Metropolis, de M le Maudit ou Dr Mabuse. Cette histoire est sortie en 1919 sus forme de feuilletons, composés de deux histoires distinctes mais qui se suivent parfaitement, et ont servis de base pour les deux premiers films du grand réalisateur: Le Lac d'or (Der Goldene See) et Le Cargo de Diamant (Das Brillantenschiff).

Mais la valeur de ce roman est plus anecdotique que littéraire. Déjà le roman n'est pas abouti. La carrière de Fritz Lang a très vite démarrée, et il n'a plus retravaillé son texte. On constate d'ailleurs qu'il y a certaines scènes qui manquent, pas des plus importantes heureusement. Dans d'autres cas on constate que Fritz Lang y intègre des indicatins scéniques (p.ex. un chapitre qui commence par: "Tel qu'on l'a vu dans la scène précédente.."), ce qui montre la finalité voulue par l'auteur, càd. servir de base à un film. Autre gaffe, le Roi du Diamant Terry est d'abord présenté comme un self-made man, puis on explique que sa fortune provient d'un de ses ancêtres. De plus le roman ne considère que très peu de consdérations psychologiques, même rudimentaires. Tout reste très basique, l'éternelle dualité du bien d'un côté et du mal de l'autre. Lang utilise de plus de nombreux clichés racistes, tel les Chinois avec leurs nattes sont toujours des criminels. Quant au Nègre, de la scène sur le cargo, est un grand enfant bébête qui a peur des fantômes. Les Indiens, qu'ils soient Incas, Mayas ou Aztèques, on ne sait pas trop, sont des fanatiques cruels qui aiment bien sacrifier des jeunes et belles filles.

Cependant pas tout n'est mauvais non plus. Le roman semble avoir été écrit pour galvaniser un cœur de scout, mais ce défaut imputable au genre est au final plaisant. On s'imagine bien le Lang adolescent inventer cette immense histoire d'aventures en prenant à droite et à gauche tous les ingrédients du genre, et les mélangeant à sa sauce.

A lire pour le plaisir et pour l'anecdote, mais ce n'est certainement pas un grand roman.

21:10 Écrit par Marc dans Lang, Fritz | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fritz lang, romans d aventures, litterature autrichienne, les araignees, cinema | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!