dimanche, 18 février 2007

L’amour fait aux femmes - Lacolaffeille - 2007

bibliotheca l amour fait aux femmes

C'est l'histoire d'une femme qui devient la maîtresse de son mari après trente trois ans de mariage et qui tente de comprendre et résoudre la crise du milieu de vie.

Le sujet universel qu’est l’amour nous est raconté ici par les yeux d’une femme en plein milieu de vie qui a déjà plus de trente ans derrière elle. Elle nous fait découvrir les sentiments d’une femme trompée et de la souffrance d’aimer. Et comment gérer ces sentiments afin de retrouver un second souffle dans la vie. De là va transparaître l’amour le vrai l’éternel qui nous est raconté tout en poésie. Dans ce roman Lacolaffeille, pseudonyme de l’auteur pouvant être traduit par la colline des fées, nous décortique ce tourbillon de sentiments tel un légiste au travail et démonte les mécanismes de la crise du milieu de vie. Elle utilise de nombreuses références et citations au cinéma, à la littérature, aux arts en général pour nous conter ce récit intimiste.
A noter que ce roman est augmenté tel un DVD de boni faits de poèmes et autres petits textes.

L’amour fait aux femmes est le troisième roman publié dans la collection main de femme des éditions Parole éditions, une collection entièrement consacrée aux écrits de femmes qui ne doivent pas forcément être mis entre les mains de tous les hommes.

Extrait :

"On ne tue pas seulement en vous poignardant dans le dos. Des hommes battent leurs femmes, d'autres les rouent de mots, d'attente, d'absence et de silence. Je tairai par pudeur, ceux prononcés par l'homme que j'aime, que je ne reconnais plus, lui qui, il y a six mois encore, me faisait des scènes de jalousie injustifiées me laissant stupéfaite, mais vous livre ses mots à «elle» dont la lame transperce mon coeur : «Je vous interdis de vous immiscer dans ma vie privée», «Je vous interdis de vous immiscer dans ma vie privée», «Je vous interdis de vous immiscer dans ma vie privée», «C'est moi d'abord», «Moi d'abord», «Moi d'abord»... Des mots qui claquent, s'entrechoquent, résonnent sans cesse dans ma tête. Des mots qu'elle a prononcés si froidement au téléphone. C'est là que l'on se dit, ça existe des gens si cruels ?.. Comment est-ce possible n de telles circonstances, comment peut-on se comporter avec si peu d'élégance, de délicatesse ? N'ont-ils aucune conscience ? Et pour finir, «j'espère que vous n'allez pas me faire du mal»... ou l'art de retourner la situation... Avant de raccrocher sèchement. Ce qu'elle ne sait pas, c'est que c'est à moi et à moi seule que je fais du mal.

C'est la jungle dehors. Implacables, les dianes chasseresses, armées jusqu'aux dents, partent à l'assaut des mâles vieillissants. Des rivales, des rivières sanguinaires sans aucun état d'âme..."