samedi, 25 août 2012

Kaïro - Kiyoshi Kurosawa - 2001

Kiyoshi Kurosawa, litterature japonaise, fantastique, kairo, horreur, apocalypseLe monde est en train de se dérégler, quelque chose se passe… et surtout des personnes disparaissent… Pour Michi, 21 ans, elle s’en rend compte après la disparition brutale et sans raison d’un collègue de travail. Et en se rendant à son domicile il lui semble même voir son fantôme avant qu’il ne s’évapore à jamais.
Ailleurs, un jeune homme découvre dans un laboratoire un étrange programme informatique sur la vie artificielle. Il est étudiant en économie et lui aussi constate ces disparitions, d’abord par l’apparition de personnes qui ne sont plus que l’ombre d’eux-même avant de disparaître à jamais, puis par le dépeuplement bien visible de sa ville.
Et en effet, quelque part dans l’au-delà, des fantômes condamnés à la léthargie de l’éternité ont perçu un moyen d’accéder au monde des vivants, cela par le biais des ordinateurs et connections réseaux. Et peu à peu ils prennent la place des vivants, les envoyant à leur tour dans l’au-delà, alors que peu à peu le monde se vide de toute humanité.

Est-ce la fin du monde ?

Kaïro de l’auteur-cinéaste japonais Kiyoshi Kurosawa est un sombre roman fantastique dans lequel le monde se voit peu à peu envahi, cela avec un calme terrifiant par des fantômes utilisant les connections du net pour faire disparaître les vivants. Mais Kaïro est aussi un film, réalisé par l’auteur lui-même et produit à peu près au même moment que l’écriture de ce roman. Et si les deux oeuvres se ressemblent elles ne sont pourtant pas égales. D’où l’intérêt du livre, qui est bien plus qu’une novélisation du très réussi film.
Et le roman étonne à plus d’un titre. D’abord par l’ambiance sombre qui s’installe dès les premières pages, avec ses personnages solitaires qui vivotent dans cette société aliénante. Et puis par son horreur... mais ici guère de fantastique à gros effets avec des scènes violentes. Non, l’horreur est celle de la solitude qui s’installe de plus en plus et du vide qui se fait dans le monde, un vide bien plus angoissant et suffocant pour les héros du roman. Peu à peu ils voient tout et tout le monde disparaître autour, les gens deviennent spectre avant de s’évaporer... et tout cela dans une non-violence qui en devient d’autant plus dérangeante. Et l’auteur ne laisse guère d’espoir à ses personnages de stopper cette invasion. Le peuvent-ils, le veulent-ils même ?
Si l’auteur excelle dans son écriture, la lenteur du texte et son absence d’action pourront tout de même ennuyer plus d’un lecteur en recherche de ce que ce genre de fantastique offre généralement. Toutefois ce livre vaut certainement la peine, d’autant plus que la société décrite par Kurosawa, une société connectée sans plus de lien social humain, se matérialise de plus en plus autour de nous.

Kaïro de Kiyoshi Kurosawa est certainement un roman à lire !

Kiyoshi Kurosawa, litterature japonaise, fantastique, kairo, horreur, apocalypse


Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com

Présente édition : Editions Philippe Picquier, 1 septembre 2004, 254 pages