mercredi, 31 janvier 2007

Enfants des morts (Kinder der Toten) - Elfriede Jelinek - 1995

bibliotheca enfants des morts

Trois morts vivants, deux femmes et un homme, hantent un groupe de retraités autrichiens dans une paisible villégiature styrienne la pension Rose des Alpes. Edgar Gstranz, vingt ans, ancien skieur professionnel de l'équipe olympique autrichienne mort plusieurs années auparavant dans un accident de voiture après une soirée bien arrosée, Gudrun Bichler, jeune thésarde citadine et dépressive suicidée dans sa baignoire, et Karin Frenzel, veuve entièrement assujettie à une mère tyrannique et borné.

Et à travers ce paysage idyllique autrichien ils errent porte-voix de tous les humiliés et victime innocentes de de l'Autriche Parfois ils semblent vivre, parfois ils sont morts. Tels des zombies ils profanent des cadavres, castrent des automobilistes, fêtent des d'horribles orgies. Et tels des vampires ils essaient de regagner leur vie auprès des vivants.

Le roman d'Elfriede Jelinek se veut une furieuse allégorie de la mort et contre l'oubli de l'histoire autrichienne récente. Enfants des morts est une véritable farce macabre dans laquelle Jelinek, comme à son habitude, écrit surtout contre sa patrie l'Autriche dont le passé nazi a été comme effacé et oublié après 1945. Lors de sa parution en Autriche, le roman fit scandale dans la mesure où ce pays est représenté comme un royaume de vieux et de morts, noyés dans l'oubli.

Elfriede Jelinek a obtenu le prix Nobel de littérature en 2004. Ce roman, Enfants des morts, s'il est d'une très grande qualité, peut cependant choquer ses lecteurs par la crudité des descriptions et actes présents. De plus la confusion voulue du récit en fait une lecture bien difficile qui cependant en vaut largement la peine.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

dimanche, 20 novembre 2005

Die Kinder der Toten - Elfriede Jelinek - 1995

Trois morts vivants, deux femmes et un homme, hantent un groupe de retraités autrichiens en vacances à la pension Alpenrose.

Parfois ils semblent vivre, parfois ils sont morts. Tels des zombies ils profanent des cadavres, castrent des automobilistes, fêtent des d'horribles orgies. Et tels des vampires ils essaient de regagner leur vie auprès des vivants.

Le roman d'Elfriede Jelinek, qui à ma connaissance n'a pas encore été traduit en français, se veut une furieuse et baroque allégorie de la mort et contre l'oubli de l'histoire autrichienne récente. Jelinek, comme à son habitude, écrit surtout contre sa patrie. Lors de sa parution en Autriche, le roman fit scandale dans la mesure où ce pays est représenté comme un royaume de vieux et de morts, noyés dans l'oubli.

Elfriede Jelinek a obtenu le prix Nobel de littérature en 2004. Ce roman, Die Kinder der Toten, s'il est d'une très grande qualité, peut cependant choquer ses lecteurs. De plus, la confusion voulue du récit demande beaucoup d'attention lors de la lecture.