lundi, 10 septembre 2012

Les Visages (The Genius) - Jesse Kellerman - 2008

jesse kellerman, litterature americaine, romans policiers, les visages, artEthan Muller est un ambitieux galeriste d’art contemporain installé à New York et qui tente le tout pour le tout de percer. Et l’occasion se présente à lui le jour où il met la main sur tout un paquet de dessins, des cartons entiers, d’une qualité exceptionnelle présentant une galerie incroyable de visages. L’artiste, un dénommé Victor Crack, est un inconnu qui de plus a totalement disparu. Et de plus on ignore tout de la personne, sauf qu’il a vécu pendant quarante reclus dans un appartement pour y faire ses multiples dessins. Bref pour Ethan Muller tut cela est une aubaine, et de plus il ne doit rien reverser à l’auteur, celui-ci ayant disparu. Et dès qu’il rend les dessins publiques, la critique est unanime : C’est le travail d’un génie!
Mais les ennuis commencent pour Ethan le jour où il reçoit un coup de fil d’un vieux policier à la retraite. Celui-ci reconnaît sur les dessins les portraits d’enfants victimes des années plus tôt d’un mystérieux tueur en série. Victor Crack serait-il l’assassin ? Sceptique au départ, Ethan Muller va peu à peu se lancer dans l’enquête pour peut-être enfin pouvoir résoudre ce mystère. Mais son enquête va lui révéler bien d’autres vérités : d’abord sur lui-même, le monde de l’art et même sur sa famille. Car tout est lié et tout va s’effondrer comme un château de cartes...

Les Visages est le premier roman de l’auteur américain Jesse Kellerman à avoir été traduit en français, et ce fut un succès immense en librairie l’année de sa sortie en France en 2010, d’autant plus qu’il était bien soutenu par les médias. Et après lecture il faut avouer qu’il s’agît là d’une sorte de polar très réussie, bien loin du thriller annoncé ou du roman policier traditionnel. D’ailleurs y a-t-il réellement enquête ?Mais la force du roman vient avant tout de son idée originale de base, celle des dessins d’enfants assassinés dans les années 1970 et dont l’auteur n’est que mystère. Après c’est la découverte du monde de l’art contemporain et celle de son personnage principal dont l’évolution au cours du roman est tout aussi forte qu’elle ne le rend attachant. Et de par ce narrateur, fort cynique au départ, on nous fait part d’une belle réflexion sur l’existence dans la société d’aujourd’hui, le succès, l’échec, la création artistique et son génie. Le titre original peut-être mieux choisi est en effet The Genius, ou dans la version britannique The Brutal Art. Plus décevants par contre sont les interludes dédiés à la famille de Muller, qui, sans manquer de qualité et on s’en doute bien guère le fruit du hasard, vont donner de façon assez prévisible la solution de l’énigme. Certaines longueurs viennent également nuire à l’ensemble.

Bref, Les Visages de Jesse Kellerman est un beau roman plutôt réussi et aux multiples intérêts, mais qui risque de décevoir ceux qui lisent sa quatrième de couverture, car il ne s’agît pas d’un thriller. Peut-être qu’à l’avenir son marketing sera revu.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com 

Présente edition : Traduit de l’américain par Julie Sibony, éditions Pointdeux, 9 juin 2011, 774 pages
ISBN-10: 2363940180 / ISBN-13: 978-2363940186

dimanche, 09 septembre 2012

Kurt courrier de cabinet (Kurt kurér) - Erlend Loe - 2010

erlend loe, kurt courrier de cabinet, litterature norvegienne, romans jeunesse, michel strogoffLa Norvège est en pleine ébullitions, et alors que le pays risque de connaître de graves bouleversements, il lui faut un héros pour sauver la situation. En effet le félon Hektor Hellføkk a réussi à rallier à sa cause les Norvégiens du nord pour faire sécession avec le sud. Le nord, où des nappes de pétrole ont été découvertes, veut profiter de ses richesses, sans que les dividendes tombent dans l’escarcelle du sud. Aussi les voies de communication sont-elles coupées établissant de facto une nouvelle frontière entre les deux parties du pays.
Or, le chef de Kurt, Gunnar, a un frère, Bodvar, qui possède un quai dans le nord insurrectionnel. Et il a besoin d’un courrier de cabinet pour transmettre une missive à son frère. Qui de mieux que Kurt qui connaît bien le nord va traverser toute la Norvège en Fenwick pour transmettre la missive. Mais son chemin sera semé d’émbûches...

Le courrier Kurt a déjà connu de multiples aventures sous la plume de l’auteur norvégien Erlend Loe, ici dans Kurt courrier de cabinet, pour sauver la Norvège de l’éclatement sous l’impulsion de séparatistes nordiques.Car en effet la Norvège perdrait quand même le cercle polaire arctique, le soleil de minuit, le Musée de l'aviation norvégienne et la ville prétendument la plus au nord du monde : Honningsvag... Bref l’affaire est sérieuse.
Et à l’auteur de nous conter une aventure pleine de rebondissements et d’humour, librement inspirée du Michel Strogoff de Jules Verne, cela au plus grand plaisir d’un lectorat jeune et adolescent qui s’amusera à tout instant de ce voyage peu ordinaire et bien cocasse. Viennent s’y ajouter les illustrations de Kim Hiorthoy, caricaturales et bien dans l’esprit bon enfant et parodique des aventures de Kurt.

A découvrir !

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com

Présente edition : traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud, illustré par Kim Hiorthoy, éditions La Joie de lire, 25 juillet 2012, 384 pages

ISBN-10: 2889081397 / ISBN-13: 978-2889081394

samedi, 08 septembre 2012

Rork, tome 0 : Les fantômes - Andreas - 2012

couverture, andreas, rork, tome 0, bande dessinee, bandes dessinees, bd, bd belgesRork est le genre de personne à qui l'on fait appel lors d'évènements extraordinaires, dans lesquels des énigmes de type paranormal doivent être résolues. Il est cultivé et sait décrypter les écritures anciennes mais a aussi certains pouvoirs très spéciaux (notamment celui de passer d'un monde parallèle à un autre). Et s’il se retrouve souvent dans des histoires complexes et bien dangereuses jamais il ne se laisse porter par les événements.

Samuel a toujours eu le don assez particulier de retrouver des choses perdues. Cela avait commencé lorsqu’il était gamin et qu’une fille de son village natal avait disparu. Lui savait où elle était, grâce à son don... mais plutôt parce que quelqu’un le lui avait soufflé, un être mystérieux qu’il découvrira être le fantôme d’un arbre. Et depuis à chaque fois que quelqu’un disparaît Samuel s’adresse à l’un des nombreux fantômes des arbres pour trouver les réponses. Il en a même fait son métier, cela afin d’aider au mieux son prochain.
Un jour, une femme, une certaine Daphné, lui demande de retrouver le père de son enfant, qui a disparu il y a dix ans. Et là, aucun fantôme ne se manifeste pour l'aider. En fait, Samuel a été dupé par la femme : ce n'est pas une personne qui est recherchée, mais un coffre. Les fantômes, se sentant trahis, ne l’aideront plus.
Des années après, Samuel est menacé par un certain Tryan, un chasseur de trésors. Il décide de demander à Rork de l'aider à renouer avec les fantômes pour qu'il puisse à nouveau chercher les personnes disparues.
Mais Rork découvre vite que toute cette histoire est bien plus dangereuse qu’il n’y paraît dans un premier temps.

Rork est l’un des personnages emblématiques du dessinateur d’origine allemande Andreas. Débutée fin des années septante, avec un style classique de la bande dessinée belge de l’époque, au bout de sept tomes le dessinateur a su se diversifier et réinventer un style bien à part en créant autour de Rork un univers à la fois onirique et surréaliste. 2012, après une longue attente apparaît enfin un nouveau tome, le tome 0, celui des débuts qui invite le lecteur à un retour aux origines des mystères.

Et il faut dire que Rork, tome 0 : Les fantômes est très réussi. On est entraîné par cette magique histoire de fantômes qui nous mène de surprise en surprise dans des contrées inédites de l’imaginaire.
Les planches sont toutes magnifiques, la mise en scène originale et certaines sont d’une richesse inouïe, telle une magnifique et grandiose  double planche apparaissant en fin de volume. La narration est aussi réussie et on y voit dans les premières pages comment à la fois Samuel raconte son histoire et Rork qui mène déjà son enquête, un rpocédé idéal pour faire plonger le lecteur dès le début dans l’histoire.
Avec Rork, tome 0 : Les fantômes on sent bien que Andreas et son éditeur ont à la fois voulu offir une nouvelle aventure aux connaisseurs tout en conquérant un nouveau public. Sans nul doute que que ce sera une réussite.

A découvrir ! Absolument !

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com

Extraits : les premières planches

andreas, rork, tome 0, bande dessinee, bandes dessinees, bd, bd belges

andreas, rork, tome 0, bande dessinee, bandes dessinees, bd, bd belges

andreas, rork, tome 0, bande dessinee, bandes dessinees, bd, bd belges

andreas, rork, tome 0, bande dessinee, bandes dessinees, bd, bd belges

andreas, rork, tome 0, bande dessinee, bandes dessinees, bd, bd belges

andreas, rork, tome 0, bande dessinee, bandes dessinees, bd, bd belges

andreas, rork, tome 0, bande dessinee, bandes dessinees, bd, bd belges

andreas, rork, tome 0, bande dessinee, bandes dessinees, bd, bd belges

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com

Présente édition : éditions Le Lombard, 31 août 2012, 48 pages

18:27 Écrit par Marc dans Andreas, BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : andreas, rork, tome 0, bande dessinee, bandes dessinees, bd, bd belges | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!

vendredi, 07 septembre 2012

SAS, tome 194 : Le chemin de Damas [2] - Gérard de Villiers - 2012

romans erotiques,sas,gerard de villiers,malko linge,litterature francaise,beyrouth,damas,le chemin de damas,193,thrillers,romans d espionnage,syrie,liban"Le visage de Talai Abu Saniyeh s'était crispé, comme s'il souffrait. Malko se dit que sa rage de dents le reprenait.

Seulement, quand la main du Palestinien ressortit de sa sacoche, elle ne tenait pas sa boîte de comprimés, mais un gros pistolet automatique.

- Crève, chien de juif ! lança-t-il en braquant son arme sur Malko."

Suite directe de SAS, tome 193 : Le chemin de Damas [1] dans lequel la CIA a été pris de court par le moukhabarat syrien, les américains tentent ici de nouveau de prendre le dessus. A Malko Linge de trouver un nouveau traître parmi les rangs syriens pour faire chuter le Raïs. Les Israéliens ont un plan, mais est-il faible ? Et surtout ce cache-t-il rien d’autre aux Américains.

A Malko Linge de trouver la solution. Ses efforts le mèneront cette fois du Liban en Egypte, puis en Russie, rencontrer des gens dont on ne sait jamais de quel bord ils sont. Or, la moindre erreur de jugement mène au cimetière, et de préférence un cimetière dans le désert à la frontière syrienne.
Malko réussit enfin à monter une seconde machine infernale contre Bachar El Assad. Cette fois, cela devrait fonctionner... à moins que…

Suite et fin de cette histoire de complot syrien, ce second tome, SAS, tome 194 : Le chemin de Damas [2], tente de rebondir là où le précédent s’était assez magistralement arrêté. Or en reprenant le tout à zéro, on s’en lasse également par moments. En effet plus de surprise, et un suspense assez faible. De plus ce pauvre Malko semble se fatiguer, cela se voit au nombre assez réduit de ses conquêtes féminines. Le complot qui se construit au fil de l’intrigue qui, même si elle est inspirée d’un fait authentique (ou qui devrait l’être), ne gagne à aucun moment sa crédibilité. Toutefois le dénouement surprend par un agissement des plus étonnants de l’agent si spécial de la CIA.

Bref SAS, tome 194 : Le chemin de Damas [2] est un SAS classique, toujours aussi divertissant, mais qui traîne un peu avant d’aboutir. Pour les fans de la série.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com 

Présente édition : éditions Gérard de Villiers, 6 juin 2012, 320 pages

Voir également :
SAS, tome 83 : Coup d'état au Yémen - Gérard de Villiers (1985), présentation
SAS, tome 84 : Le plan Nasser - Gérard de Villiers (1986), présentation
SAS, tome 85 : Embrouilles à Panama – Gérard de Villiers (1987), présentation
SAS, tome 107 : Alerte Plutonium - Gérard de Villiers (1992), présentation
- SAS, tome 108 : Coup d'état à Tripoli - Gérard de Villiers (1992), présentation
- SAS, tome 132 : L'espion du Vatican (1998), présentation et extrait
SAS, tome 176 : Le printemps de Tbilissi - Gérard de Villiers (2009), présentation
SAS, tome 177 : Pirates ! - Gérard de Villiers (2009), présentation
SAS, tome 178 : La Bataille des S-300 [1] - Gérard de Villiers (2009), présentation
SAS, tome 179 : La Bataille des S-300 [2] - Gérard de Villiers (2009), présentation

SAS, tome 180 : Le piège de Bangkok - Gérard de Villiers (2009), présentation

SAS, tome 181 : La Liste Hariri - Gérard de Villiers (2010), présentation

SAS, tome 182 : La filière suisse - Gérard de Villiers (2010), présentation
SAS, tomes 183 et 184 : Renegade - Gérard de Villiers (2010), présentation
SAS, tome 185 : Féroce Guinée - Gérard de Villiers (2010), présentation
SAS, tome 186 : Le Maître des Hirondelles - Gérard de Villiers (2011), présentation
SAS, tome 187 : Bienvenue à Nouakchott - Gérard de Villiers (2011), présentation
SAS, tome 188 : Rouge Dragon [1] - Gérard de Villiers (2011), présentation
SAS, tome 189 : Rouge Dragon [2] - Gérard de Villiers (2011), présentation
SAS, tome 190 : Ciudad Juarez - Gérard de Villiers (2011), présentation
SAS, tome 191 : Les fous de Benghazi - Gérard de Villiers (2012), présentation
SAS, tome 192 : Igla S - Gérard de Villiers (2012), présentation 
SAS, tome 193 : Le chemin de Damas [1] - Gérard de Villiers (2012), présentation 
- SAS, tome 195 : Panique à Bamako - Gérard de Villiers (2012), présentation
SAS, tome 196 : Le beau Danube rouge - Gérard de Villiers (2013), présentation et extrait
SAS, tome 197 : Les fantômes de Lockerbie (2013), présentation et extrait
SAS, tome 1 , version BD : Pacte avec le Diable (2006), présentation et extraits
SAS, tome 2, version BD : Le sabre de Bin-Laden (2006), présentation et extrait

mercredi, 05 septembre 2012

L’Homme qui faisait vieillir (O fazedor de velhos) - Rodrigo Lacerda - 2008

rodrigo lacerda, livres, litterature bresilienne, romans jeunesse, l'homme qui faisait vieillir, romans d apprentissageDans la vie de Pedro les livres ont toujours tenu une grande place. Lorsqu’il était enfant il devait subir d’assommantes séances de lecture infligées par sa mère qui tentait ainsi de lui communiquer son amour des grands textes. Ce qu’elle réussira peu à peu à faire… Mais pour Pedro ce sont surtout les textes José Maria de Quieiros qui trouvent grâce à ses yeux.
Un jour, à la suite d’une mésaventure à l’aéroport, les œuvres complètes de Shakespeare en anglais sous le bras, un pavé littéraire offert par son père, Pedro rencontre un étrange vieil homme qui lui laisse méditer cette phrase : « Lire, c’est vieillir. ».
Des années plus tard lorsqu’il commence à étudier l’histoire à l’université, il sent bien qu’il n’a pas la même passion que ses camarades pour cette discipline : « j’avais l’impression d’arroser une plante en plastique pendant qu’eux aménageaient un magnifique jardin ». Il doute de son choix et demande alors à l’un de ses anciens professeurs de l’aider à sortir de cette crise. Celui-ci lui recommande de prendre conseil auprès d’un vieux professeur, historien couvert d’honneur. Le vieux professeur, Nabuco, est justement le vieil homme qu’il avait rencontré auparavant dans l’avion. Et la rencontre avec le vieux Nabuco va marquer un tournant décisif dans la vie de Pedro.


Rodrigo Lacerda, auteur, éditeur et docteur en théorie littéraire, a vite connu un certain succès en son pays, le Brésil, pour livres de littérature jeunesse. Ce roman-c, L’Homme qui faisait vieillir a d’ailleurs été primé dès sa sortie.
Véritable roman d’apprentissage, L’Homme qui faisait vieillir aborde le thème du passage à l’âge adulte à l’image du jeune Pedro, cela dans ses expériences, amitiés et amours, ainsi que sa quête d’identité... et cela concentré autour du sujet principal que sont les livres et du rôle qu’ils peuvent et doivent jouer dans la vie de chacun. Car les livres sont le savoir, celui qui se transmet, l’expérience aussi, celle vécu par d’autres et transmises à tout un chacun. L’auteur nous fait ainsi partager l’amour qu’il porte en ces objets et le rôle qu’ils vont jouer pour Pedro.
Le roman, particulièrement dédié aux adolescents (à partir de 15 ans) est à la fois rythmé, drôle, émouvant, profond, grave et lyrique. Il comblera le plus grand nombre qui suivra avec passion l’évolution de Pedro et sera marqué pendant longtemps par la figure du vieux professeur. L’œuvre de Shakespeare y joue également un grand rôle, sorte de fil rouge à travers le roman, une œuvre qu’on y découvre avec le plus grand plaisir.

A découvrir !

Court extrait :

Je ne me rappelle pas au juste à partir de quand mes parents ont commencé à me faire ingurgiter des bouquins. De bonne heure, en tout cas.

Je me souviens des séances de lecture de poésie que ma mère nous infligeait à ma soeur et moi et qu'elle n'acceptait d'interrompre que lorsqu'un de ses enfants, moi en général, tombait à genoux devant elle pour l'implorer avec ferveur, et que l'autre, ma soeur le plus souvent, lui serrait la main avec la force d'un moribond exprimant ses dernières volontés. Elle nous lançait un regard contrarié, mais riait de notre désespoir surjoué : «Arrête, maman, on t'en supplie, arrête !»

Le contenu de ces lectures était relativement varié. Je dis relativement car ma mère avait beau aimer des auteurs différents les uns des autres, c'étaient toujours les mêmes qui revenaient. A partir d'un moment, nous avons commencé à reconnaître les noms de certains d'entre eux : Gonçalves Dias, Fernando Pessoa, Carlos Drummond de Andrade... Puis les titres de certains livres et poèmes : Le Navire négrier, Message, La Rose du peuple...

Après des années à lutter amoureusement contre l'inclination de ses enfants à la paresse mentale, ma mère est enfin parvenue à récolter les fruits de son travail. Petit à petit, non seulement nous avons fini par nous habituer aux noms et aux vers que nous écoutions à contrecoeur, mais nous avons même commencé à marquer nos préférences pour tel ou tel, à choisir ceux qui, pour une raison ou pour une autre, rendaient moins ennuyeuses ces séances de lecture qui nous mettaient à la torture.

Mon choix le plus ancien, du moins pour autant que je me souvienne, s'était porté sur un poème au titre étrange : «I-Juca-Pirama». Comme j'allais le découvrir, il s'agissait du nom du personnage principal de l'histoire, un Indien tupi.

A un moment, les Tupis perdent la guerre contre les Timbiras et I-Juca-Pirama, alors qu'il essaie de s'enfuir avec son vieux père malade à travers la forêt, est fait prisonnier par les vainqueurs.

Un jour, je ne sais plus quel âge j'avais, je me suis intéressé à ce passage. Ma mère m'y avait incité en me faisant la faveur d'ajouter un nouvel élément palpitant aux tourments du protagoniste. Elle m'avait dit que les Indiens dérobaient la force et le courage de leurs ennemis d'une manière très concrète : en les mangeant.

Pas crus, cuits. N'empêche...

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com  


Présente édition : éditions La joie de lire, 25 juillet 2012, 232 pages
ISBN-10: 2889081419 / ISBN-13: 978-2889081417

mardi, 04 septembre 2012

Le temps des mots à voix basse : Suivi de Du mal à une mouche - Anne-Lise Grobéty - 2012

anne-lise grobety, le temps des mots a voix basse, du mal a une mouche, recueil de nouvelles, recueils de nouvelles, litterature jeunesse, litterature suisseLe temps des mots à voix basse (2001)

Une petite ville allemande, fin des années 1930. Deux garçons partagent une amitié profonde, de même que leurs pères qui aiment se retrouver et passer des soirées à faire des vers de poésie. Ils adorent ainsi s’exprimer, rire et s’exclamer sur tout et n’importe quoi. Les deux enfants les suivent toujours avec le même bonheur.
Mais les temps changent, un nouveau parti a pris le pouvoir dans le pays et peu à peu la peur s’installe. Dire ce que l’on veut devient difficile, et mieux vaut s’exprimer en silence : c’est pour les deux garçons le Temps des mots à voix basse qui commence.  Mais rien est éternel, et ce temps-là va vite être remplacé par celui du silence, tout comme l’amitié des deux enfants qui va s’arrêter net car l’un des deux est différent : il est juif.
Et rapidement la folie et la haine des hommes vont prendre le dessus sur l’innocence des enfants. L’unb doit fuir, très vite, et l’autre peut-il encore aider ? Que peut encore faire l’amitié dans ces cas-là ?

Du mal à une mouche (2004)

« Au suivant ! » C’est au tour d’une vieille dame qui vient de quitter le monde, de faire ce qu’on appelle « son dernier bilan ». Un greffier très consciencieux et austère tient des comptes d’apothicaire. Il dresse la liste impressionnante de tous les êtres (de A à Z, des abeilles aux vers de terre, ni wapiti ni zèbre mais un loup tout de même !) auxquels elle a ôté la vie. Toutes les créatures, même les puces, les fourmis et les mouches, sont prises en compte.
La liste est bien longue pour celle qui se croyait innocente.


2012 voit la republication aux éditions La joie de lire de deux nouvelles de l’auteur suisse Anne-Lise Grobéty, deux nouvelles adressées à un public jeune mais qui gardent leur force pour tout autre lecteur. La première, Le Temps des mots à voix basse, plus dramatique se distingue de la seconde, Du mal à une mouche, bien plus drôle et cela même si le sujet reste toujours aussi grave et profond. Le style simple, concis et poétique de l’auteur apporte toute sa force à ses deux nouvelles. Si la première interroge sur le devoir de mémoire, la tolérance et la révolte que l’on doit avoir contre toute injustice et barbarie, la seconde appelle avec humour à une réflexion sur nos actes de tous les jours et de leur portée réelle.

Le Temps des mots à voix basse d’Anne-Lise Grobéty est un recueil à découvrir de toute urgence !

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com 

Présente édition : éditions La joie de lire, 25 juillet 2012, 105 pages
ISBN-10: 2889081389

lundi, 03 septembre 2012

Pin-Up, tome 10 : Le dossier Alfred H. - Yann et Philippe Berthet - 2011

pin-up, dottie partington, philippe Berthet, yann, bd, bande dessinee, bd belges, alfred hitchcock, l'affaire alfred H, tome 10, Pin-up 10Dottie Partington travaille depuis peu pour un détective privé à Los Angeles. Une nuit d’été, alors qu’elle effectue une filature en voiture, elle percute une femme courant au milieu de la route. Sa victime semble peu blessée, mais surtout effrayée et se disant poursuivie d’un dangereux « gros ». Remarquant une silhouette qui l’observe à travers les arbres, Dottie part à sa poursuite... en vain... et en revenant vers la voiture elle constate que la victime a disparue.
L’affaire aurait pu se clore ainsi, si le lendemain Dottie n’avait pas reconnu le portrait de la jeune femme percutée dans le journal. Il s’agît de Grace MacCuffin, une starlette qui travaillait que le dernier film d’Alfred Hitchcock... et qu’elle aurait disparue. Dottie décide de mener l’enquête et réussit à se faire engager sur le plateau du film d’Hitchcock.
Ainsi elle va découvrir le monde impitoyable du cinéma, et surtout l’un de ses auteurs les plus troubles et étranges : Alfred Hitchcock.

10ème tome d’une série de bandes dessinées, Pin-up, débutée en 1994 et dédiée au personnage de Dottie Partington, ainsi qu’à l’imagerie d’après-guerre de ces icônes féminines qualifiées de pin-up. Ce dixième tome, L'affaire Alfred H., qui est le début d’un nouveau cycle dans la série, après un premier dédié à la Guerre du Pacifique, un second à la Guerre froide et un troisième à Las Vegas, nous fait découvrir sous prétexte d’une intrigue policière, Dotti étant devenue détective privée, l’univers hollywoodien et surtout une caricature d’Hitchcock, hélas bien mal rendue et dont on s’étonne tant elle joue sur des clichés rassemblées sur toute la carrière du réalisateur, sans jamais en appréhender la vérité, ni la subtilité. Et c’est bien dommage !
Sous les plumes de Yann (scénario) et Philippe Berthet (dessin) ce dixième tome prend pourtant bien vite de l’intérêt grâce à son dessin exceptionnel, la belle représentation de l’intrigue et les charmes de son personnage principal, mais le scénario connaît certaines lourdeurs et longueurs. Encore dommage !

Reste après un divertissement tout de même convenable d’espérer quelque peu mieux pour la suite.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com  

Extrait : première planche et page et  croquis

pin-up, dottie partington, philippe Berthet, yann, bd, bande dessinee, bd belges, alfred hitchcock, l'affaire alfred H, tome 10, Pin-up 10

pin-up, dottie partington, philippe Berthet, yann, bd, bande dessinee, bd belges, alfred hitchcock, l'affaire alfred H, tome 10, Pin-up 10

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com 

Présente édition : Dargaud, 04 novembre, 2011, 64 pages

vendredi, 31 août 2012

Un été chaud et humide - Elise Bourque - 2010

elise bourque, un ete chaud et humide, litterature canadienne, romans erotiques, romans pornographique, litterature erotiqueSur la rive nord de l’estuaire du Saint-Laurent se trouve le pittoresque hameau de Baie Saint-Hugues, un endroit magnifique où tous les villageois vivent en rapport avec le fleuve. Et lorsque l’été vient les hommes quittent la place pour s’occuper des touristes... et les femmes pendant ce temps s’ennuient.
Engagés comme DJ à la discothèque de l'hôtel du coin pour la saison estivale, Simon et Charles ont le mandat d'y ramener la clientèle. Après une nuit dans le lit d'une conquête plus âgée, une véritable cougar vorace et impudique, Simon verra sa popularité atteindre bientôt des sommets inégalés. Son corps, fraîchement sorti de l'adolescence, nourrit les fantasmes des dames. Les visites à domicile vont se multiplier chez l'une et l'autre, et la liasse de billets grossira à vue d'œil. L’été sera définitivement chaud et humide...
Mais un adolescent peut-il réellement s’adonner ainsi à une sorte de prostitution, et devenir du jour au lendemain un gigolo ? Simon se rendra vite compte que ces petits plaisirs et sa fortune qui s’amasse l’écorcheront à jamais.

Un été chaud et humide est un roman érotique de l’auteure canadienne et québécoise Elise Bourque nous contant en quelque sorte la prostitution par inadvertance d’un jeune homme dans un village d’été au bord du Saint-Laurent.
Plaisant, érotique, sensuel... l’été annoncé sera effectivement chaud et humide à cette lecture. Des personnages plutôt bien développés et intéressants, du moins pour ce genre de littérature, de belles situations, bien sûr du sexe... et le fantasme de la cougar qui semble être à la mode en ces temps-ci.

Hélas il n’est pas toujours évident pour tout francophone de se faire à la langue française du Québec. Certaines tournures de phrases semblent tordues, toutes expressions ne sont pas toujours compréhensibles à leur juste valeur... cela ne restreint ni de lire, ni de comprendre le texte mais cela m’a empêché de plonger pleinement dans cette histoire. S’ajoutent certaines incohérences bien propres au genre, mais rien de grave.

Donc, intéressant pour les amateurs du genre, mais je n’ai pas été toujours convaincu.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com

Présente edition : editions Pocket, 7 juin 2012, 211 pages
ISBN-10: 2266215744 / ISBN-13: 978-2266215749

16:02 Écrit par Marc dans Bourque, Elise, Critiques littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!

jeudi, 30 août 2012

Les Noirs dans le cinéma français - Régis Dubois - 2012

regis dubois les noirs dans le cinema francais, cinema, cinema francais, litterature francaise, essais« Au cinéma, un Noir n’est noir que lorsqu’il est montré par un cinéaste blanc. » (Rodrig Antonio, 1988)

Les « Noirs » ont toujours eu leur place dans le cinéma français, mais encore faut-il voir à quels rôles les réserve-t-on d’habitude... celui du bouffon, du sauvage, du voyou délinquant, du sorcier, du videur... Le cinéma français encore plus que l’américain semble être bien mal à l’aise face à ses acteurs d’origine africaine. Et pourtant on y connaît des réussites tels Josephine Baker, Darling Légitimus ou plus récemment Omar Sy, césarisé en 2012 pour son rôle dans Intouchables d’Olivier Nakache et Eric Toledano.

L’essai Les Noirs ans le cinéma français de Régis Dubois, auteur et docteur en cinéma nous retrace l’histoire de ces acteurs « Noirs », depuis les frères Lumière à aujourd'hui, leurs rôles souvent bien limités, leurs évolutions dans l’imaginaire cinématographique français, leurs difficultés face au racisme ambiant... Parfois même leur absence totale dans certains films se déroulant pourtant en Afrique et dans lesquels le Noir n’est souvent rien d’autre qu’un figurant apportant une touche de couleur locale.
Et tout cela en évoquant diverses périodes du cinéma français, des débuts jusqu’à cette année 2012 et notamment les rôles et parcours de certaines grandes figures tels Josephine Baker, Habib Benglia, Darling Légitimus, Robert Liensol, Isaac de Bankolé, Firmine Richard, Jacques Martial, Alex Descas, Mouss Diouf, Aïssa Maïga, Edouard Montoute, Stomy Bugsy, Eriq Ebouaney, Joey Starr ou Omar Sy.
Un chapitre est également consacré  au « cinéma noir français » pour essayer de comprendre pourquoi et comment s’est constitué un cinéma identitaire réalisé par des cinéastes d’ascendance afro-caribéenne depuis une trentaine d’années.
S’y ajoute un regard croisé sur les cinémas français et américains, cela par rapport à ce même sujet, des témoignages de divers acteurs concernés ainsi qu’un vaste dictionnaire fort bien documenté reprenant les biographies de plus d’une soixantaine d’acteurs et réalisateurs noirs.

L’auteur Régis Dubois, déjà par ses précédents livres dont, entre autres, Hollywood, cinéma et idéologie (2008) et Une histoire politique du cinéma (2007), a déjà fait preuve de sa connaissance très pointue du cinéma. Il est d’ailleurs d’autant plus spécialisé dans le cinéma populaire et afro-américain. Et comme à son habitude il nous livre ici un essai simple et complet, richement documenté, en privilégiant l’approche socio-culturelle du sujet. Le texte se lit d’une traite, avec passion et étonnement, en nous donnant une vision unique et très complète d’un sujet au final bien peu connu.

Mais au-delà du cinéma, ce texte de Régis Dubois, nous renvoie aux rapports difficiles qu’entretient la France avec sa population d’origine africaine, qui peine à s’intégrer ou à se faire accepter, car trop bien souvent réduite à des poncifs et clichés hérités d’un passé difficile et tumultueux.

Les Noirs dans le cinéma français de Régis Dubois est un texte passionnant et très instructif qui s’adresse tout autant aux amateurs de cinéma qu’à ceux intéressés par la « question noire ».

A découvrir !

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com   

Présente édition : The Book Edition, juin 2012, 230 pages


Voir également:
Une histoire politique du cinéma (2007), présentation
Hollywood, cinéma et idéologie - Régis Dubois (2008), présentation et extrait 

mercredi, 29 août 2012

Promenade en luttes, version intime, avec classes - Pascal Pratz - 2012

promenade en luttes version intime avec classes, litterature francaise, recueil de nouvellesPromenade en luttes, version intime, avec classes est un étonnant et bien réjouissant recueil de trois courts romans de l’auteur français Pascal Pratz :

- Révolte et déchirement
- Il n'y a rien de pire que de savoir de quoi se plaindre
- Le petit cossard, un certain flan (contrepet)

Trois histoires donc, oscillant entre autobiographie, autofiction, mémoires et fiction tout court racontent tous pourtant le même persistance dans l’esprit de l’auteur des combats passés, ceux nés en mai 1968 pour la plupart mais qui gardent encore et toujours toute leur valeur.

Dans le premier texte l’auteur nous fait part de sa jeunesse, et ses premiers combats, lorsque adolescent il voit les premières émeutes débuter, cela tout en développant ses premiers talents d’artiste. Dans le second une femme aveugle  lutte à la fois au barreau et dans la vie contre les injustices, pendant que le dernier récit nous fait connaître un fils d’industriel peu scrupuleux du monde qu’il contemple avec mépris du haut de sa classe sociale.

Les textes se dévorent, de par l‘écriture belle et vive, la simplicité et la nostalgie des propos ainsi que leur éternelle actualité. Et d’un texte à l’autre, même d’un genre à l’autre, on souhaite toujours en découvrir encore plus de cet auteur.

A découvrir !

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com  

Extrait : les premières lignes

En ce temps-là, les écoliers travaillaient le samedi entier et le meilleur jour de la semaine était le jeudi, pour qui a connu et aimé le «sirop de la rue».

- Bon, alors !... on y va ?

- On peut pas... Bernard a pas de vélo...

- Il faut que tu lui prêtes celui de ton père...

- Si on se fait piquer, je vais encore me faire engueuler... et si on le casse...

- Y'a pas d'autre solution... va chercher la clef...

- Ça m'embête.

- Si tu veux, je le prends, moi, et je lui file le mien... Marc s'y connaît, question vélo. Il doit bien avoir fait, en tout, sur sa bicyclette, l'équivalent d'un tour du monde. Bon, d'accord, d'Europe. C'est tout de suite différent si c'est lui qui prend le clou du paternel. Je vais chercher la clef de l'antivol. Après quoi, on s'en va enfin. On est toute une troupe. Sept. Le plus jeune a treize ans, le plus vieux quinze. Direction Chatenay-Malabry. Vingt kilomètres aller, avec, juste après le départ, la côte des gardes. Tout sauf une plaisanterie. On sait déjà que la majorité d'entre nous finira à pied et que le premier en haut sera encore une fois Marc, même avec le vélo de mon père. Pourquoi Chatenay ? C'est devenu une balade rituelle de printemps. L'un d'entre nous a, un jour, repéré une cerisaie (aucun de nous n'a jamais entendu parler de Tchekov à cette époque) abandonnée. Du moins, c'est ce qu'on croira jusqu'à ce que le proprio nous tombe dessus et appelle les gendarmes. On y monte une ou deux fois par an. On se remplit la panse de délicieuses cerises, variété bigarreau, peut-être Napoléon, blanches et rouges. Acidulées, plus sucrées vers l'été. On en ramène un peu. Du moins ceux qui peuvent avouer à leurs vieux qu'on est allé aussi loin à vélo et qu'on a piqué des cerises. C'est mon cas. Je peux tout leur dire, sauf que j'emprunte le vélo de papa. Pas non plus que je pioche un peu dans la caisse pour acheter des bonbons.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com 

Présente édition : Le Petit Pavé, 1 mars 2012, 227 pages

mardi, 28 août 2012

SAS, tome 193 : Le chemin de Damas [1] - Gérard de Villiers - 2012

romans erotiques,sas,gerard de villiers,malko linge,litterature francaise,beyrouth, damas,le chemin de damas, 193,thrillers,romans d espionnage,syrie, libanUn grand maigre au nez proéminent et à la barbe fournie, s'approcha de Malko et s'assit sur un petit banc en face de lui, braquant sa perceuse sur son genou gauche.

- Bismallah al Rahin al Rahman, psalmodia-t-il. Chien, dis-nous la vérité.

La méthode habituelle d'interrogatoire du Hezbollah.

Début 2012, les émeutes populaires contre le régime syrien ne cessent de s’amplifier. Et pourtant le Raïs, Bachar El Assad se maintient au pouvoir, cela coûte que coûte, et peu importe le nombre de victimes.
Les Etats-Unis d’Amérique soutiennent officiellement les insurgés, mais pour aider leur allié israélien et empêcher une prise de pouvoir par les Frères musulmans syriens, ils souhaitent maintenir le régime alaouite en en remplacer seulement la tête afin de contenter l’opinion publique.
Mais le régime alaouite est bien soudé et le moindre élément qui tente de s’en écarter se voit vite assassiné. Dès lors la CIA dépêche son meilleur agent au Liban, à Beyrouth, pour trouver et convaincre un traître pour à la fois servir leur cause et sauver le régime alaouite tout en dégageant Bachar El Assad.
En ces temps troubles, hélas, Beyrouth fourmille d’espions et d’assassins et la tâche s’avérera vite bien plus dangereuse pour Malko et s’il réussit, cela ne se fera qu’au péril de sa vie.

Le chemin de Damas, tomes 193 et 194 sont le double volume de l’année auquel l’auteur Gérard de Villiers a habitué son lectorat depuis quelques années. Une aventure sur deux volumes, bien plus longue avec bien plus d’aventures… et aussi bien mois relue, tant le texte est parsemé de fautes. Il n’empêche que ce premier volume est tout de même une réussite pour tout amateur de cette longue série de romans d’espionnage. D’autant plus que l’ancrage dans l’actualité du moment est bien réelle, au point de retrouver dans l’actualité un certain nombre de personnages cités dans le roman. Les aventures de toute sorte pour l’agent spécial Malko Linge sont comme d’habitude bien nombreuses, les femmes à ravir en étant tout aussi séduisantes que dangereuses.

Le premier volume de SAS, tome 193 : Le chemin de Damas de Gérard de Villiers est dans son ensemble plutôt réussi, donne envie de continuer sur le second, le tome 194, et ravira tous les amateurs de la série.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com 

Présente édition : Editions Gérard de Villiers, 6 juin 2012, 320 pages

Voir également :
SAS, tome 83 : Coup d'état au Yémen - Gérard de Villiers (1985), présentation
SAS, tome 84 : Le plan Nasser - Gérard de Villiers (1986), présentation
SAS, tome 85 : Embrouilles à Panama – Gérard de Villiers (1987), présentation
SAS, tome 107 : Alerte Plutonium - Gérard de Villiers (1992), présentation
- SAS, tome 108 : Coup d'état à Tripoli - Gérard de Villiers (1992), présentation
- SAS, tome 132 : L'espion du Vatican (1998), présentation et extrait
SAS, tome 176 : Le printemps de Tbilissi - Gérard de Villiers (2009), présentation
SAS, tome 177 : Pirates ! - Gérard de Villiers (2009), présentation
SAS, tome 178 : La Bataille des S-300 [1] - Gérard de Villiers (2009), présentation
SAS, tome 179 : La Bataille des S-300 [2] - Gérard de Villiers (2009), présentation

SAS, tome 180 : Le piège de Bangkok - Gérard de Villiers (2009), présentation

SAS, tome 181 : La Liste Hariri - Gérard de Villiers (2010), présentation

SAS, tome 182 : La filière suisse - Gérard de Villiers (2010), présentation
SAS, tomes 183 et 184 : Renegade - Gérard de Villiers (2010), présentation
SAS, tome 185 : Féroce Guinée - Gérard de Villiers (2010), présentation
SAS, tome 186 : Le Maître des Hirondelles - Gérard de Villiers (2011), présentation
SAS, tome 187 : Bienvenue à Nouakchott - Gérard de Villiers (2011), présentation
SAS, tome 188 : Rouge Dragon [1] - Gérard de Villiers (2011), présentation
SAS, tome 189 : Rouge Dragon [2] - Gérard de Villiers (2011), présentation
SAS, tome 190 : Ciudad Juarez - Gérard de Villiers (2011), présentation
SAS, tome 191 : Les fous de Benghazi - Gérard de Villiers (2012), présentation
SAS, tome 192 : Igla S - Gérard de Villiers (2012), présentation 
SAS, tome 193 : Le chemin de Damas [1] - Gérard de Villiers (2012), présentation 
- SAS, tome 194 : Le chemin de Damas [2] - Gérard de Villiers (2012), présentation
- SAS, tome 195 : Panique à Bamako - Gérard de Villiers (2012), présentation
SAS, tome 196 : Le beau Danube rouge - Gérard de Villiers (2013), présentation et extrait
SAS, tome 197 : Les fantômes de Lockerbie (2013), présentation et extrait
SAS, tome 1 , version BD : Pacte avec le Diable (2006), présentation et extraits
SAS, tome 2, version BD : Le sabre de Bin-Laden (2006), présentation et extrait

samedi, 25 août 2012

Kaïro - Kiyoshi Kurosawa - 2001

Kiyoshi Kurosawa, litterature japonaise, fantastique, kairo, horreur, apocalypseLe monde est en train de se dérégler, quelque chose se passe… et surtout des personnes disparaissent… Pour Michi, 21 ans, elle s’en rend compte après la disparition brutale et sans raison d’un collègue de travail. Et en se rendant à son domicile il lui semble même voir son fantôme avant qu’il ne s’évapore à jamais.
Ailleurs, un jeune homme découvre dans un laboratoire un étrange programme informatique sur la vie artificielle. Il est étudiant en économie et lui aussi constate ces disparitions, d’abord par l’apparition de personnes qui ne sont plus que l’ombre d’eux-même avant de disparaître à jamais, puis par le dépeuplement bien visible de sa ville.
Et en effet, quelque part dans l’au-delà, des fantômes condamnés à la léthargie de l’éternité ont perçu un moyen d’accéder au monde des vivants, cela par le biais des ordinateurs et connections réseaux. Et peu à peu ils prennent la place des vivants, les envoyant à leur tour dans l’au-delà, alors que peu à peu le monde se vide de toute humanité.

Est-ce la fin du monde ?

Kaïro de l’auteur-cinéaste japonais Kiyoshi Kurosawa est un sombre roman fantastique dans lequel le monde se voit peu à peu envahi, cela avec un calme terrifiant par des fantômes utilisant les connections du net pour faire disparaître les vivants. Mais Kaïro est aussi un film, réalisé par l’auteur lui-même et produit à peu près au même moment que l’écriture de ce roman. Et si les deux oeuvres se ressemblent elles ne sont pourtant pas égales. D’où l’intérêt du livre, qui est bien plus qu’une novélisation du très réussi film.
Et le roman étonne à plus d’un titre. D’abord par l’ambiance sombre qui s’installe dès les premières pages, avec ses personnages solitaires qui vivotent dans cette société aliénante. Et puis par son horreur... mais ici guère de fantastique à gros effets avec des scènes violentes. Non, l’horreur est celle de la solitude qui s’installe de plus en plus et du vide qui se fait dans le monde, un vide bien plus angoissant et suffocant pour les héros du roman. Peu à peu ils voient tout et tout le monde disparaître autour, les gens deviennent spectre avant de s’évaporer... et tout cela dans une non-violence qui en devient d’autant plus dérangeante. Et l’auteur ne laisse guère d’espoir à ses personnages de stopper cette invasion. Le peuvent-ils, le veulent-ils même ?
Si l’auteur excelle dans son écriture, la lenteur du texte et son absence d’action pourront tout de même ennuyer plus d’un lecteur en recherche de ce que ce genre de fantastique offre généralement. Toutefois ce livre vaut certainement la peine, d’autant plus que la société décrite par Kurosawa, une société connectée sans plus de lien social humain, se matérialise de plus en plus autour de nous.

Kaïro de Kiyoshi Kurosawa est certainement un roman à lire !

Kiyoshi Kurosawa, litterature japonaise, fantastique, kairo, horreur, apocalypse


Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com

Présente édition : Editions Philippe Picquier, 1 septembre 2004, 254 pages

lundi, 16 juillet 2012

L'Étoile du sud - Jules Verne - 1884

jules verne, les voyages extraordinaires, l'étoile du sud, l etoile du sud, grikaland, afrique du sud, diamants, litterature francaiseXIXe siècle au Grikaland, Afrique du Sud. Le commerce des diamants fait la richesse du pays, dont surtout celle de quelques grands propriétaires terriens. L’ingénieur français Cyprien Méré, n’ayant aucune fortune personnelle, souhaite obtenir la main de la belle Alice Watkins, fille d’un riche propriétaire de mines diamantifères, main évidemment refusée pour une question d’argent.
Ne baissant pas les bras Cyprien décide de mériter l’objet de son désir en trouvant le plus gros diamant imaginable. Et il compte utiliser ses connaissances scientifiques pour réussir, c’est à dire fabriquer un diamant artificiel. Après plusieurs essais, il croit y être enfin arrivé en découvrant dans son appareil un énorme joyau qu’il baptisera l’Etoile du Sud. Mais une telle richesse attire les convoitises, d’autant plus que l’invention de du français risque de mettre à mal tous les propriétaires de mines. Car à quoi bon creuser dans des mines, si on peut fabriquer des diamants dans un laboratoire.
Et d’ailleurs l’Etoile du Sud ne tardera pas à disparaître, ce qui précipitera l’ingénieur dans une suite événements extraordinaires à travers ces magnifiques terres australes.

L’Étoile du sud de Jules Verne n’est en fait pas réellement un roman de cet illustre auteur. En effet il avait été écrit par Paschal Grousset qui l’a vendu à l’éditeur Hetzel, qui le remettre à Jules Verne qui le remaniera et le signera. Il parut ensuite du 1er janvier au 15 octobre 1884 sous forme de feuilleton Magasin d'éducation et de récréation avant d’être publié in octavo la même année.
Si ce n’est un vrai Jules Verne, cela y ressemble tout de même fortement. On y trouve tous les éléments propres à l’oeuvre de l’auteur : les voyages, la découverte de pays encore peu connus (surtout à l’époque), un fort aspect scientifique (ici la géologie et les diamants) et beaucoup d’aventures et de rebondissements.
Bref tout y est pour faire de L’Etolie du sud un roman bien divertissant qui plaira tout autant à un public plus jeune qu’adulte.


Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.comABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com

Texte intégral :

L'Etoile du Sud - Jules Verne - 1884

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.comABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com

Voir également :
- Cinq semaines en ballon - Jules Verne (1863), présentation et texte intégral
Voyage au centre de la Terre - Jules Verne (1864), présentation et extrait
Les forceurs de blocus - Jules Verne (1865), présentation
- De la Terre à la Lune - Jules Verne (1865), présentation et texte intégral
Les enfants du Capitaine Grant - Jules Verne (1868), présentation
- Autour de la Lune - Jules Verne (1869), présentation et texte intégral
Vingt mille lieues sous les mers - Jules Verne (1869), présentation
- Une ville flottante - Jules Verne (1871), présentation et extrait
Le Tour du monde en Quatre-vingts jours - Jules Verne (1872), présentation et extrait
L'île mystérieuse - Jules Verne (1874), présentation
Les Indes noires - Jules Verne (1877), présentation
Les 500 millions de la Bégum - Jules Verne (1879), présentation et extrait
- Les Tribulations d'un Chinois en Chine - Jules Verne (1879), présentation et extrait
Kéraban-le-Têtu - Jules Verne (1883), présentation et extrait
Robur le Conquérant - Jules Verne (1885), présentation
Le Château des Carpathes - Jules Verne (1889), présentation
- L'île à hélice - Jules Verne (1895), présentation et extrait
Le village aérien - Jules Verne (1901), présentation et extrait
Maître du monde - Jules Verne (1904), présentation et extrait

dimanche, 15 juillet 2012

Dorian Gray - Enrique Corominas - 2011

dorian gray, le portrait de dorian gray, extraits, planches, bandes dessinées, bd, enrique corominas, oscar wilde, litterature espagnoleLondres, fin de XIXe siècle. Dorian Gray se souvient. Il y a 19 ans de cela, le peintre Basil Howard, fasciné par la beauté et la personnalité de Dorian, achevait de peindre son portrait, un tableau rendant pleinement la magnificence du jeune homme. Pendant ce temps Lord Henry Wotton, dit Harry, corrompait Dorian aux principes d’hédonisme. Et à ce moment Dorian, en contemplant son portrait, commença à s’inquiéter des effets de la vieillesse sur sa beauté. Si seulement le tableau pouvait vieillir à sa place... Et par un effet fantastique son désir devient réalité. Mais pour Dorian, le tableau ne fait pas seulement vieillir pour lui, il encaisse également tous les coups, blessures, qu’ils soient physiques ou moraux que pourra subir le jeune dandy. Celui-ci devient ainsi quelque part invincible, plus rien ne peut l’atteindre. S’adonnant ainsi sans refrain à ses plaisirs, Dorian va peu à peu se corrompre à tous les vices, entraînant autour de lui tous ses amis dans une descente aux enfers, dont seul lui survivra grâce à son tableau.
Hélas nul ne peut échapper indéfiniment à sa conscience... et pour Dorian le retour à la réalité risque d’être des plus terrifiants.

Dorian Gray du dessinateur espagnol Enrique Corominas est une somptueuse adaptation en bandes dessinées du classique et célèbre roman Le Portrait de Dorian Gray (1890) de l’anglais Oscar Wilde. Les adaptations de ce texte sont bien nombreuses, et pourtant Corominas réussit à en faire une oeuvre à part, d’une beauté inouïe et qui retrace parfaitement l’ambiance du roman, son époque et surtout  l’évolution du personnage. Si l’histoire est respectée, la structure est quelque peu modifiée, l’auteur reprenant l’histoire à soi pour en donner sa vision. L’histoire est ainsi divisée en cinq actes, chacun débutant par le fameux portrait qui se dégrade au fur et à mesure que le récit avance. De nombreuses scènes sont très impressionnantes, surtout celles plus oniriques, d’ailleurs, dès que le récit débute réellement, le lecteur ne connaîtra plus de temps mort jusqu’à la fin. Evidemment la fin est connue (voir le roman) et il n’y a pas de surprises ici, et pourtant on s’étonne à chaque fois du rendu qu’en donne le dessinateur. D’ailleurs question dessin, c’est tout simplement sublime. Chaque planche, quasi chaque case est une pure merveille. On regrettera peut-être l’utilisaton de case nombreuses et assez petites. La couleur en divers dégradés sombres donne un aspect et une ambiance sombre et glauque à l’ensemble.

Malgré la quantité d’adaptations du roman d’Oscar Wilde, le Dorian Gray d’Enrique Corominas fait certainement partie de celles qui en valent pleinement la peine.

Une merveille à découvrir au plus vite !

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr  -  PRICEMINISTER.com



Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr  -  PRICEMINISTER.com

 

Extrait : les premières planches

 

dorian gray, le portrait de dorian gray, extraits, planches, bandes dessinées, bd, enrique corominas, oscar wilde, litterature espagnole

dorian gray, le portrait de dorian gray, extraits, planches, bandes dessinées, bd, enrique corominas, oscar wilde, litterature espagnole

dorian gray, le portrait de dorian gray, extraits, planches, bandes dessinées, bd, enrique corominas, oscar wilde, litterature espagnole

dorian gray, le portrait de dorian gray, extraits, planches, bandes dessinées, bd, enrique corominas, oscar wilde, litterature espagnole

dorian gray, le portrait de dorian gray, extraits, planches, bandes dessinées, bd, enrique corominas, oscar wilde, litterature espagnole

dorian gray, le portrait de dorian gray, extraits, planches, bandes dessinées, bd, enrique corominas, oscar wilde, litterature espagnole

dorian gray, le portrait de dorian gray, extraits, planches, bandes dessinées, bd, enrique corominas, oscar wilde, litterature espagnole

dorian gray, le portrait de dorian gray, extraits, planches, bandes dessinées, bd, enrique corominas, oscar wilde, litterature espagnole

dorian gray, le portrait de dorian gray, extraits, planches, bandes dessinées, bd, enrique corominas, oscar wilde, litterature espagnole

dorian gray, le portrait de dorian gray, extraits, planches, bandes dessinées, bd, enrique corominas, oscar wilde, litterature espagnole

dorian gray, le portrait de dorian gray, extraits, planches, bandes dessinées, bd, enrique corominas, oscar wilde, litterature espagnole

dorian gray, le portrait de dorian gray, extraits, planches, bandes dessinées, bd, enrique corominas, oscar wilde, litterature espagnole

dorian gray, le portrait de dorian gray, extraits, planches, bandes dessinées, bd, enrique corominas, oscar wilde, litterature espagnole

dorian gray, le portrait de dorian gray, extraits, planches, bandes dessinées, bd, enrique corominas, oscar wilde, litterature espagnole

dorian gray, le portrait de dorian gray, extraits, planches, bandes dessinées, bd, enrique corominas, oscar wilde, litterature espagnole

dorian gray, le portrait de dorian gray, extraits, planches, bandes dessinées, bd, enrique corominas, oscar wilde, litterature espagnole

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr  -  PRICEMINISTER.com

 

Présente édition : traduit de l’espagnol par Carole Ratcliff, éditions Daniel Maghen, 15 septembre 2011, 90 pages
ISBN-10: 2356740228 / ISBN-13: 978-2356740229

samedi, 14 juillet 2012

Une nuit de pleine lune - Hermann et Yves H. - 2011

une nuit de pleine lune, hermann, yves h., bandes dessinées, bd, thrillers, hermann huppen, BD belges,litterature belgeLucas, Karim, Quentin, Pat et Cynthia sont cinq jeunes qui un samedi décident de partir à la compagne pour cambrioler une maison, celle des Boisseau, un couple de retraités partis ce soir-là en ville. Les choses commencent bien mal, des tensions naissent entre eux, et puis ils ne semblent guère préparés. Pourtant ils connaissent l’adresse, l’absence des propriétaires, et la présence du coffre-fort... mais une fois le soir tombé et les Boisseau sortis, en pénétrant dans la maison, les jeunes se rendent compte que le coffre a été changé par un autre qu’ils sont bien incapables d’ouvrir. Décision est prise d’attendre le retour du vieux couple pour le faire parler et obtenir par la violence la combinaison du coffre. Mais lorsque les deux retraités rentrent à la maison, tout dérape dans la violence. Le passé caché du vieux Boisseau se réveille et il est bien loin d’être le paisible retraité auquel tout le monde s’attend. Et peu à peu les cinq jeunes leur virée se transformer en un véritable cauchemar, et dont plus personne n’est sûr de s’en sortir vivant...

L’auteur-dessinateur belge Hermann Huppen est déjà bien connu du public pour ses nombreuses séries dont la célèbre Jérémiah.
Pour Une nuit de pleine lune il s’associe avec son fils Yves H. qui lui écrit un scénario type polar bien noir qui vire rapidement au survival horror bien glauque et d’une rare violence. Le tout se déroule dans une ambiance bien lourde et étouffante, d’abord celle d’un groupe de jeunes mal dans leur peau, puis celui d’un huis-clos dans une maison en proie à une violence rare. L’angoisse et les frissons prennent rapidement le lecteur, cela lié à la force des personnages, même si pas toujours très bien dessinés, aux dessins sombres et souvent sublimes et à un scénario qui en vient rapidement à l’essentiel.

Bien sûr cela sent un peu le déjà-vu, tout est quelque peu prévisible, mais parfaitement construit. Ne reste donc plus qu’au lecteur à assister impuissant à cette violente descente aux enfers.

Il est à noter qu’une version en noir et blanc augmentée d’un cahier graphique de 8 pages a été publié en tirage limité. Avis aux amateurs.

Une nuit de pleine lune de Hermann et Yves H. est un thriller glaçant et angoissant très réussi.

A lire !

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr  -  PRICEMINISTER.com

 Extrait : les premières planches

une nuit de pleine lune, hermann, yves h., bandes dessinées, bd, thrillers, hermann huppen, BD belges,litterature belge

une nuit de pleine lune, hermann, yves h., bandes dessinées, bd, thrillers, hermann huppen, BD belges,litterature belge

une nuit de pleine lune, hermann, yves h., bandes dessinées, bd, thrillers, hermann huppen, BD belges,litterature belge

une nuit de pleine lune, hermann, yves h., bandes dessinées, bd, thrillers, hermann huppen, BD belges,litterature belge

une nuit de pleine lune, hermann, yves h., bandes dessinées, bd, thrillers, hermann huppen, BD belges,litterature belge

une nuit de pleine lune, hermann, yves h., bandes dessinées, bd, thrillers, hermann huppen, BD belges,litterature belge

une nuit de pleine lune, hermann, yves h., bandes dessinées, bd, thrillers, hermann huppen, BD belges,litterature belge

une nuit de pleine lune,hermann,yves h.,bandes dessinées,bd,thrillers,hermann huppen,bd belges,litterature belge

une nuit de pleine lune,hermann,yves h.,bandes dessinées,bd,thrillers,hermann huppen,bd belges,litterature belge

une nuit de pleine lune,hermann,yves h.,bandes dessinées,bd,thrillers,hermann huppen,bd belges,litterature belge

une nuit de pleine lune,hermann,yves h.,bandes dessinées,bd,thrillers,hermann huppen,bd belges,litterature belge

une nuit de pleine lune,hermann,yves h.,bandes dessinées,bd,thrillers,hermann huppen,bd belges,litterature belge


Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr  -  PRICEMINISTER.com


Présente édition : éditions Glénat, 14 septembre 2011, 56 pages
ISBN-10: 2723480542 / ISBN-13: 978-2723480543