vendredi, 28 décembre 2012

Les Aigles de Rome, Livre 1 - Enrico Marini - 2007

enrico marini, les aigles de rome, bd italienne, bd suisse livre 1, bd, bande dessinee, bandes dessineesDans la Rome d’Auguste il a été confié à Drusus la délicate, voire impossible, mission de soumettre les irréductibles barbares de Germania. Le combat terminé, le Prince Sigmar « offre » son fils Ermanamer en otage aux Romains. César confie l’éducation de ce jeune barbare chevelu au fidèle Titus Valerius Falco, qui a justement un fils du même âge, Marcus, qui lui aussi aurait bien besoin d’une éducation digne de ce nom. Entraînement complet et discipline de fer : les deux jeunes garçons affrontent ensemble les terribles épreuves auxquelles les soumet leur entraîneur, ancien légionnaire. Au fil de ces expériences éprouvantes, le jeune Romain insolent et le Germain au sang chaud transforment leur haine réciproque en profonde amitié. Surtout quand ils découvrent ensemble les charmes irrésistibles de la gent féminine...
Mais leur amitié pourra-t-elle résister à la démesure de l'Empire ? Surtout que la paix en Germanie ne sera pas éternelle.


Débutée en 2007, avec un troisième tome déjà paru en 2012, Les Aigles de Rome est une série se déroulant dans la Rome antique et suivant les pas de deux jeunes combattants que tout oppose et qui pourtant sont liés par une forte amitié: d’un côté le barbare germain, et de l’autre le fils de bourgeois romain. L’auteur italo-suisse Enrico Marini est plus célèbre pour ses qualités de dessinateur, cela se voit d’ailleurs dès la première planche, pourtant ici pour cette série il préfère se passer de scénario, et cela hélas se voit aussi, tant l’ensemble manque d’originalité avec une intrigue prévisible aux dialogues assez plats.

Pourtant ce premier livre est si beau que l’on a hâte de découvrir le tout et de se plonger dans ces magnifiques albums, en espérant que certains défauts soient corrigés à l’avenir.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr -  PRICEMINISTER.com

Extrait : les deux premières planches

enrico marini, les aigles de rome, bd italienne, bd suisse livre 1, bd, bande dessinee, bandes dessinees

enrico marini, les aigles de rome, bd italienne, bd suisse livre 1, bd, bande dessinee, bandes dessinees

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr -  PRICEMINISTER.com

Présente édition : Dargaud, 2 novembre 2007, 58 pages
ISBN-10: 2505001375 / ISBN-13: 978-2505001379

jeudi, 27 décembre 2012

Sommeil (Nemuri / 眠り) - Haruki Murakami - 1989

haruki murakami, sommeil, kat menschik, nouvelles, litterature japonaise, insomnie, fantastique, nemuriDix-sept nuits qu’elle ne dort plus.

Une jeune femme, la trentaine, mariée un enfant mène une vie bien monotone. Le matin, elle fait les courses et prépare les repas et l'après-midi, elle va nager à la piscine. Tous les jours c’est la même chose, elle vit sa vie comme un robot.
Et une nuit, elle a cessé de dormir. Cela a commencé par un cauchemar, puis le sommeil n’est plus venu. Au lieu de cela elle se plonge dans la lecture, de la littérature russe principalement. La nuit est faite pour se reposer, et elle se repose de se journées monotones en prenant un plaisir oublié depuis longtemps, celui de la nuit quand tout le monde, toute sa famille dort, et qu’elle est seule avec elle-même.
Et peu à peu cette insomnie est une nouvelle liberté qu’elle découvre... à moins que ce ne soit la folie qui la guette...

Parue initialement en 1990 dans le recueil TV People et en France dans Un éléphant s’évapore l’onirique et poétique nouvelle Sommeil paraît en 2009 en édition plus luxueuse, illustrée de superbes dessins de l’artiste Kat Menschik, dessins qui renforcent tout le mystère et la magie du récit. Cela hélas parfois au point d’en faire trop. Cela fait plaisir de retrouver un texte de ce grand auteur qu’est Haruki Murakami, hélas ce texte n’est pas son plus grand. Certes le récit étonne, émerveille... on y retrouve de nombreux éléments bien classiques de l’oeuvre du maître japonais, mais le texte manque d’aboutissement au point où l’on peut se demander si pas un autre texte de l’auteur aurait peut-être plus mérité une telle mise en page et illustration.

La nouvelle Sommeil de Haruki Murakami peut être lue comme introduction dans l’univers de l’auteur, soit appréciée par les amateurs de l’auteur. Les autres n’en tireront guère grand chose sinon la possibilité de découvrir les magnifiques dessins de Kat Menschik.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com

Extrait : les premières pages avec deux illustrations prises au hasardharuki murakami, sommeil, kat menschik, nouvelles, litterature japonaise, insomnie, fantastique, nemuri

Voilà dix-sept nuits que je ne dors plus.


Attention, je ne parle pas d'insomnie. L'insomnie, j'ai une idée de ce que c'est. J'en ai fait une sorte à l'époque où j'étais à l'université. Je dis «une sorte» parce que je n'ai pas la certitude que les symptômes correspondaient exactement à ce qu'on appelle communément «insomnie». Si j'étais allée consulter dans un hôpital, j'aurais sans doute au moins appris si c'était de l'insomnie ou pas. Mais il me semblait inutile d'aller à l'hôpital. Je n'avais aucune raison fondée de croire ça, une intuition, c'est tout. Je ne suis même pas allée voir un médecin. Et je n'en ai même pas parlé à ma famille ou à mes amis. De toute façon, ils m'auraient dit d'aller à l'hôpital.


Cette «sorte d'insomnie» avait duré tout un mois. Pendant ce mois-là, je n'ai pas passé une seule nuit de sommeil normale. Il suffisait que je me mette au lit avec l'idée de dormir pour qu'instantanément, comme par un réflexe conditionné, je me sente complètement réveillée. Plus je m'efforçais de m'endormir, moins j'y parvenais. Je me sentais au contraire de plus en plus réveillée. J'essayai toutes les méthodes possibles mais rien n'y fit, pas même les somnifères ni l'alcool.


haruki murakami, sommeil, kat menschik, nouvelles, litterature japonaise, insomnie, fantastique, nemuriVers l'aube enfin, je sentais un assoupissement me gagner. Ce n'était cependant pas un véritable sommeil. A peine le bout de mes doigts effleurait-il le bord du sommeil que déjà je me réveillais. Je commençais à somnoler, mais je sentais ma conscience complètement éveillée me surveiller de la pièce voisine, à peine séparée de moi par une mince paroi. Mon corps physique flottait vaguement dans la clarté de l'aube, et juste à côté je sentais le regard insistant et la respiration de ma conscience. Mon corps voulait dormir, ma conscience voulait rester éveillée.


Je passais la journée entière dans un état de semi-somnolence. J'avais la tête vague, embrumée. Je n'arrivais plus à évaluer la distance qui me séparait des objets alentour, ni leur volume ou leur texture. Cette somnolence me submergeait, à intervalles réguliers, comme une vague. Sur la banquette du métro, à ma table de travail, pendant les cours ou le dîner, je m'assoupissais à mon insu. Ma conscience s'éloignait de mon corps. Le monde se mettait à vaciller sans bruit. Tout s'écroulait autour de moi. Je laissais tomber bruyamment à terre mon stylo, ma fourchette, mon sac à main. J'aurais voulu m'endormir profondément. Mais non. L'état de veille était toujours présent. Je sentais son ombre glacée au-dessus de moi. C'était ma propre ombre. Étrange, pensais-je au milieu de ma torpeur. Je suis à l'intérieur de mon ombre. Je marchais en somnolant, mangeais en somnolant, parlais en somnolant. Or, bizarrement, personne de mon entourage ne s'apercevait de l'état limite dans lequel je me trouvais. En un mois, je perdis six kilos. Mais ni ma famille ni mes amis n'y prêtèrent attention. Je vivais en dormant.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com

Présente édition : traduit du japonais par Corinne Atlan et illustré par Kat Menschik, éditions 10 18, 25 août 2011, 92 pages
ISBN-10: 2264055871 / ISBN-13: 978-2264055873

Voir également :
- Après le tremblement de terre (Kami no kodomo-tachi wa mina odoru) - Haruki Murakami (2000), présentation
- 1Q84 : Livre 1, Avril, Juin - Haruki Murakami (2009), présentation et extrait
- 1Q84, Livre 2 : Juillet-Septembre - Haruki Murakami (2009), présentation
- 1Q84, Livre 3 : Octobre-Décembre - Haruki Murakami (2009), présentation

Pistouvi : Le pays des grands oiseaux - Merwan Chaban et Bertrand Gatignol - 2011

manga, bd, bande dessinee, bandes dessinees, bd françaises, pistouvi, le pays des grands oiseaux, manga, merwan chaban, bertrang gatignolPistouvi est un jeune renard qui aime s’amuser avec son lance-pierre en visant les oiseaux qui volent au loin. Mais Jeanne, une petite fille avec laquelle il vit dans une cabane au sommet d’un arbre, le lui reproche, car les paroles des oiseaux sont dangereuses, elles pourraient le transformer lui aussi en oiseau. Dehors un « homme tracteur » sillonne ces espaces infinis, fauchant sans relâche. Mais dans son dos, le vent, à l'apparence féminine, sème et refait pousser là où il vient de tailler...

Se situant quelque part entre bande dessinée classique et manga le one-shot Pistouvi : Le pays des grands oiseaux des deux auteurs français Merwan Chaban (scénario) et Bertrand Gatignol (dessin) est une magnifique fable pleine de poésie sur le passage dans le monde des adultes. Ce récit est ensuite paru en couleurs en 2012 dans un format se rapprochant plus du format franco-belge, et sous le titre de Jeanne.
Cette fable se découvre dès l’âge de dix ans mais se savoure tout autant par un public plus adulte. Car si les symboles sont empruntés au monde des enfants, prenant vie par la relation fusionnelle de ces deux héros, celle-ci pourtant s’accidente avec le temps, dans ce monde où le mal même si invisible est pourtant  bien présent, et où le passage  dans le monde adulte, changement inéluctable, n'est pas sans créer quelques désillusions.

Pistouvi : Le pays des grands oiseaux de Merwan et Gatignol est une magnifique fable, entre bande dessinée et manga, sur le passage de l’enfance à l’âge adulte.

A découvrir !

Extrait : les premières planches

 

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com

manga, bd, bande dessinee, bandes dessinees, bd françaises, pistouvi, le pays des grands oiseaux, manga, merwan chaban, bertrang gatignol

manga, bd, bande dessinee, bandes dessinees, bd françaises, pistouvi, le pays des grands oiseaux, manga, merwan chaban, bertrang gatignol

manga, bd, bande dessinee, bandes dessinees, bd françaises, pistouvi, le pays des grands oiseaux, manga, merwan chaban, bertrang gatignol

manga, bd, bande dessinee, bandes dessinees, bd françaises, pistouvi, le pays des grands oiseaux, manga, merwan chaban, bertrang gatignol

manga, bd, bande dessinee, bandes dessinees, bd françaises, pistouvi, le pays des grands oiseaux, manga, merwan chaban, bertrang gatignol

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com



Présente édition : Dargaud, 7 octobre 2011, 192 pages
ISBN-10: 2205064509 / ISBN-13: 978-2205064506

mercredi, 26 décembre 2012

Millenium, tome 2 : La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette (Flickan som lekte med elden) - Stieg Larsson - 2006

stieg larsson, millenium, La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette, romans policiers, thrillers, lisbeth Salander, litterature suedoiseAlors que, suite aux précédentes aventures, Lisbeth Salander passe du beau temps aux Caraïbes, ou presque si elle ne devait faire face à une tempête et à une tentative de meurtre de la part d’un covacancier sur son épouse, Mikael Blomkvist, Super Blomkvist, réhabilité, victorieux, est prêt à lancer un numéro spécial de Millenium sur un thème brûlant pour des gens haut placés : une sombre histoire de prostituées exportées des pays de l’Est. Et il se rendra rapidement compte à quel point certains sujets peuvent s’avérer dangereux, lorsque le pigiste de la principale enquête est retrouvé mort assassiné, que les services secrets et de troubles mafieux issus de l’est se mêlent. Mais sa surprise est au comble lorsque la police semble suspecter comme principal suspect une certaine... Lisbeth Salander.
Une longue enquête va débuter pour le journaliste, et surtout pour Lisbeth qui doit tout faire pour sauver sa peau.

Deuxième roman de la série policière Millenium, La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette, de l’auteur suédois Stieg Larsson, décédé lors de sa parution, et qui nous conte une sombre histoire d’enquête sur les milieux de la prostitution, ou du moins s’en approche. Cela commence assez fort sur les traces de Lisbeth Salander avec une intrigue secondaire mais qui hélas s’enlise rapidement avant le démarrage de l’intrigue principale. L’auteur met l’accent sur les personnages, parfois de façon maladroite, et surtout il en fait trop, dévoilant de multiples et inutiles détails notamment sur la vie sexuelle de ses protagonistes. Soit on s’y laisse prendre à découvrir plus de facettes de Salander ou de Blomkvist, et dans ce cas tant mieux, sinon on s’ennuie. Et ce n’est pas l’intrigue principale qui viendra ensuite sauver le tout, se basant trop sur un suspense partant d’un meurtre plutôt que de s’attaquer au sujet de base de l’intrigue qu’est censé être la prostitution. Tout comme pour le premier tome, pourtant plus réussi à de multiples égards, le texte souffre tout autant, voir même plus de l’absence de tout style littéraire.

A mes yeux Millenium, tome 2 : La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette de Stieg Larsson représente donc une belle déception.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com

Extrait : le prologue

Prologue

Elle était attachée sur une étroite couchette au cadre en acier. Des courroies de cuir l'emprisonnaient et un harnais lui maintenait la cage thoracique. Elle était couchée sur le dos. Ses mains étaient retenues par des lanières de cuir de part et d'autre du lit.

Elle avait depuis longtemps abandonné toute tentative de se détacher. Elle était éveillée mais gardait les yeux fermés. Quand elle les ouvrait, elle se trouvait dans le noir et la seule source de lumière visible était un mince rayon qui filtrait au-dessus de la porte. Elle avait un mauvais goût dans la bouche et ressentait un besoin impérieux de se laver les dents.

Une partie de sa conscience épiait le bruit de pas qui signifierait qu'il venait. Elle savait que c'était le soir mais n'avait aucune idée de l'heure, à part qu'elle sentait que ça devenait trop tard pour une de ses visites. Elle sentit une vibration soudaine dans le lit et ouvrit les yeux. On aurait dit qu'une sorte de machine s'était mise en marche quelque part dans le bâtiment. Quelques secondes plus tard, elle n'aurait su dire si elle l'inventait ou si le bruit était réel.

Dans sa tête, elle cocha un jour de plus.

C'était son quarante-troisième jour de captivité.

Son nez la grattait et elle tourna la tête pour pouvoir le frotter contre l'oreiller. Elle transpirait. L'air de la pièce était chaud et renfermé. Elle était vêtue d'une simple chemise de nuit en tissu uni qui remontait sous son corps. En déplaçant la hanche du peu qu'elle pouvait, elle réussit à attraper le tissu avec l'index et le majeur et à tirer la chemise de côté, centimètre par centimètre. Elle essaya avec l'autre main. Mais la chemise formait toujours des plis eh bas de son dos. Le matelas était bosselé et inconfortable. L'isolement total auquel elle était livrée amplifiait terriblement la moindre impression qu'autrement elle aurait ignorée. Le harnais, bien que serré, était suffisamment lâche pour qu'elle puisse changer de position et se coucher sur le côté, mais cela l'obligeait alors à garder une main dans le dos et son bras s'engourdissait vite.

Si un sentiment dominait son esprit, ce devait être une colère accumulée.

En revanche, elle était torturée par ses propres pensées qui, malgré toutes ses tentatives pour l'éviter, se transformaient en fantasmes désagréables sur ce qui allait lui arriver. Elle haïssait cet état de vulnérabilité forcée. Elle avait beau essayer de se concentrer sur un sujet de réflexion pour passer le temps et refouler sa situation, l'angoisse suintait quand même et flottait comme un nuage toxique autour d'elle, menaçant de pénétrer ses pores et d'empoisonner son existence. Elle avait découvert que la meilleure façon de tenir l'angoisse à distance était de fantasmer sur quelque chose de plus fort que ses pensées. Quand elle fermait les yeux, elle matérialisait l'odeur d'essence.

Il était assis dans une voiture avec la vitre latérale baissée. Elle se précipitait sur la voiture, balançait l'essence par la vitre ouverte et craquait une allumette. C'était l'affaire d'une seconde. Les flammes fusaient instantanément.

Il se tordait de douleur et elle entendait ses cris de terreur et de souffrance. Elle pouvait sentir l'odeur de chair brûlée et l'odeur plus acre du plastique et de la garniture du siège qui se carbonisaient.

Elle s’était probablement assoupie, parce qu'elle ne l'avait pas entendu venir, mais elle fut parfaitement éveillée quand la porte s'ouvrit. La lumière de l'ouverture l'aveugla.

Il était venu quand même.

Il était grand. Elle ne connaissait pas son âge, mais il était adulte. Ses cheveux étaient roux et touffus, il avait des lunettes à monture noire et une barbiche clairsemée. Il sentait l'après-rasage. Elle haïssait son odeur.

Il resta en silence au pied du lit et la contempla un long moment.

Elle haïssait son silence.

Son visage n'était pas éclairé et elle ne le percevait que comme une silhouette à contre-jour. Brusquement, il lui parla. Sa voix était grave et nette et il insistait avec affectation sur chaque mot.

Elle haïssait sa voix.

Il dit qu'il voulait lui souhaiter un bon anniversaire, puisque c'en était le jour. La voix n'était ni désagréable ni ironique. Elle était neutre. Elle devina qu'il lui souriait.

Elle le haïssait.

Il s'approcha et contourna la couchette pour venir près de sa tête, posa le dos d'une main humide sur son front et glissa les doigts le long de la racine des cheveux en un geste sans doute destiné à être amical. C'était son cadeau d'anniversaire.

Elle haïssait qu'il la touche.

Il lui parlait. Elle vit sa bouche remuer mais elle ne laissa pas entrer le son de sa voix. Elle ne voulait pas écouter. Elle ne voulait pas répondre. Elle l'entendit élever la voix. Une note d'irritation due à son refus de répondre s'était glissée dans les mots. Il parlait de confiance réciproque. Au bout de plusieurs minutes, il se tut. Elle ignora son regard.

Puis il haussa les épaules, contourna le lit par la tête et ajusta les courroies de cuir. Il serra le harnais d'un cran et se pencha sur elle.

Elle se tourna soudain sur la gauche, se détourna de lui, autant qu'elle le put et aussi loin que les courroies le lui permettaient. Elle replia la jambe et lui décocha un violent coup de pied. Elle visa la pomme d'Adam et elle le toucha avec le bout d'un orteil quelque part sous le menton, mais il s'y attendait et il esquiva, et le coup fut très léger, à peine perceptible. Elle essaya de nouveau mais il était déjà hors d'atteinte.

Elle laissa retomber ses jambes sur la couchette.

Le drap avait glissé et formait un tas par terre. Elle sentit que sa chemise de nuit était remontée loin au-dessus des hanches. Elle n'aimait pas ça. Elle ne pouvait pas couvrir
sa nudité.

Il resta immobile un long moment sans rien dire. Puis il contourna la couchette et installa la lanière de pied. Elle essaya de ramener les jambes vers elle, mais il saisit sa cheville et lui rabattit vigoureusement le genou avec l'autre main, puis il bloqua le pied avec la courroie de cuir. Il passa de l'autre côté du lit et attacha l'autre pied.

Maintenant, elle était totalement à sa merci. Il ramassa le drap et la couvrit. Il la contempla en silence pendant deux minutes. Dans l'obscurité, elle pouvait sentir son excitation même s'il la dissimulait ou du moins essayait. Elle savait qu'il bandait. Elle savait qu'il voulait tendre une main et la toucher.

Ensuite il fit demi-tour, sortit et tira la porte derrière lui.

Elle entendit qu'il fermait à clé, ce qui était largement exagéré puisqu'elle n'avait aucune possibilité de se dégager du lit.

Elle resta immobile pendant plusieurs minutes et regarda le mince rai de lumière en haut de la porte. Puis elle bougea et essaya de sentir si les courroies étaient vraiment très serrées. Elle pouvait remonter un peu les genoux mais le harnais se tendit immédiatement. Elle se décontracta. Elle resta allongée complètement immobile, les yeux fixés dans
le néant.

Elle attendait.

Elle rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette. Elle le voyait imbibé d'essence. Elle pouvait sentir physiquement la boîte d'allumettes dans sa main. Elle la secouait. Ça faisait du bruit. Elle ouvrait la boîte et choisissait une allumette. Elle l'entendait dire quelque chose mais fermait ses oreilles et n 'écoutaitpas les mots. Elle voyait l'expression de son visage lorsqu'elle passait l'allumette sur le grattoir.

Elle entendait le raclement du soufre contre le grattoir. On aurait dit un coup de tonnerre qui dure. Elle voyait le bout s'enflammer.

Elle esquissa un sourire totalement dépourvu de joie et se blinda.

C'était la nuit de ses treize ans.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com


Présente édition : traduit du suédois par Lena Grumbach, Actes Sud - Babel noir, 4 janvier 2012, 800 pages
ISBN-10: 2742797874 / ISBN-13: 978-2742797875

Voir également :
- Millenium, tome 1 : Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes (Män som hatar kvinnor, 2006), présentation et extrait

Rani, tome 3 : Esclave - Jean Van Hamme, Didier Alcante et Francis Vallès - 2012

rani, bd, bande dessinee, bandes dessinees, tome 3, esclave, francis valles, jean vanhamme, didier alcante, bd belges, jean van hammeLes aventures de Jolanne de Valcourt, jeune femme ardente et fugueuses, trahie par son frère à l’heure d’enterrer son père, est en partance pour les Indes pour y être vendue en esclave. Elle ne tarde d’ailleurs pas d’y être vendue à une tenancière de maison close qui entend bien la mettre au pas, sur la commande expresse d'un riche français mystérieusement masqué. Mais Jolanne ne l'entend pas de cette oreille : peu lui importent les menaces, elle vivra libre, à n'importe quel prix !

Après deux premiers tomes pas réellement réussis, ce 3ème tome de la série Rani, Esclave, prend de l’air, gagne en exotisme et se donne aussi plus de temps pour narrer une finalement bien belle histoire. Et enfin on a envie de connaître la suite. On peut toutefois regretter certaines imprécisions du dessin, surtout au niveau des personnages aux traits parfois bien changeants d’une case à l’autre. Néanmoins ce troisième album, qui devait être le dernier que je lis de cette saga, on connaître d’autres, huit au total, dont les derniers que j’attends avec impatience.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr  -  PRICEMINISTER.com

Extrait : une planche choisie au hasard

rani, bd, bande dessinee, bandes dessinees, tome 3, esclave, francis valles, jean vanhamme, didier alcante, bd belges, jean van hamme

 

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr  -  PRICEMINISTER.com


Présente édition : Les Editions du Lombard, 20 avril 2012, 48 pages
ISBN-10: 2803629739 / ISBN-13: 978-2803629732

Voir également :
- Rani, tome 1 : Bâtarde - Jean Van Hamme, Didier Alcante, et Francis Vallès (2009), présentation et extrait
- Rani, tome 2 : Brigande - Jean Van Hamme, Didier Alcante, et Francis Vallès (2010), présentation et extrait

vendredi, 21 décembre 2012

Ligne 135 - Germano Zullo et Albertine - 2012

Germano zullo,albertine, ligne 135, romans jeunesse, livres pour enfants, illustrations, la joie de lire, monorail, litterature jeunesseInspiré d’un voyage au Japon, l’auteur suisse Germano Zullo, invite le lecteur à un magnifique voyage suivant le pârcours d’un monorail, la Ligne 135, partant du coeur d’une mégapole jusqu’à la campagne environnante. A l’intérieurde cetrain, navettent une petite fille que sa maman vient de quitter sur le quai et qui va rendre visite à sa grand-mère. Ainsi les le monorail traverse de multiples paysages très variés qui se succèdent, du quartier d'affaires à celui plus populaire, de la banlieue industrielle, au no man's land, la forêt et le village de campagne, et se transforment au fil des pensées de la jeune fille.

Sur de magnifiques dessins de l’illustratrice Albertine s’alternant entre paysages réalistes et tout aussi allégoriques tracés au stylo Rotring, en noir et blanc avec juste une touche de couleur pour le monorail, illustrations superbement rendus sur ces double pages de 2 fois 33x19,5cm, ce livre, Ligne 135, nous invite à une belle réflexion sur notre société moderne dans laquelle tout va trop vite et qui engendre autant d’inégalités et de pollutions... Un monde beau, triste et effrayant à la fois, que découvre une jeune fille en voyageant à bord d’un simple monorail?

Ligne 135 des auteurs suisses Germano Zullo et Albertine est un magnifique album destiné à tout âge mais plus particulièrement aux enfants, véritable hymne à la vie, à notre société et ses contradictions, une mélodie philosophique qui nous entraîne à découvrir le monde d’un autre regard.

A découvrir !


Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr -  PRICEMINISTER.com

Extraits : quelques pages prises au hasard

Germano zullo,albertine, ligne 135, romans jeunesse, livres pour enfants, illustrations, la joie de lire, monorail, litterature jeunesse

Germano zullo,albertine, ligne 135, romans jeunesse, livres pour enfants, illustrations, la joie de lire, monorail, litterature jeunesse

Germano zullo,albertine, ligne 135, romans jeunesse, livres pour enfants, illustrations, la joie de lire, monorail, litterature jeunesse

 


Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr -  PRICEMINISTER.com

 
Présente édition : La Joie de lire, 6 novembre 2012, 40 pages, dimensions 33 x 19,5cm
ISBN-10: 2889081249 / ISBN-13: 978-2889081240

mercredi, 19 décembre 2012

Nous sommes tous des mentalistes ! (Iedereen Paranormaal) - Gili - 2012

gili, iedereen paranormaal, nous sommes tous des mentalistes, paranormal, essais, litterature belge, magie, mentalisteDévelopper ses 5 sens au point de donner l'impression d'en avoir un sixième : c'est ce que propose le mentaliste Gili. Car c’est bien cela le mentalisme. Bien plus que de la magie, ou de la télépathie. Peux-tu lire vos pensées ? Non, mais il réussira à vous le faire croire. Ou plutôt c’est ce qu’il ne souhaite pas vous faire croire.
Et pour cela il va même dans son ouvrage Nous sommes tous des mentalistes ! jusqu’à dévoiler de nombreux trucs et astuces utilisés par tous ceux qui se disent magiciens, voyants, télépathes et autres. Car si pour de nombreux d’entre eux le tout n’est que spectacle, l’escroquerie existe également bel et bien et des charlatans de tout genre parcourent le monde.

Nous sommes tous des mentalistes ! propose de traiter avec vérité et humour le phénomène du paranormal et du sixième sens. Ainsi un regard révélateur et divertissant est donné entre autres au sujet du pendule, du spiritisme, du « troisième oeil » et du « contact avec 'autre monde ».

Gili se balade avec élégance dans l'univers brumeux des médiums et soulève des interrogations entre autres au sujet du monde des hypnotiseurs.

Par moments on aurait aimé qu’il donne encore plus d’astuces, mais comme il le dit, il faut bien qu’il conserve certains trucs pour lui.

L’auteur de ce livre Gili se présente en tant que comédien-mentaliste, donne des spectacles et fait de nombreuses apparitions à la télévision, notamment en Belgique flamande.

A découvrir !

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr -  PRICEMINISTER.com

Présente édition : traduit du néerlandais par Pascale Tant, éditions Racine, 21 novembre 2012, 220 pages
ISBN 9782873868260

jeudi, 13 décembre 2012

Be Bop ! - Laëtitia Devernay - 2012

Laetitia Devernay, album, bebop, bebop !, romans jeunesseBe Bop ! D’un gramophone passant un morceau de jazz apparaît un chat noir, tel né au rythme de ces notes envoûtantes pour se retrouver au coeur d’un orchestre et de s’y laisser entraîner... jusqu’à ce qu’y apparaît un gros chien comptant bien faire régner l’ordre.

L’illustratrice et graphiste française Laëtitia Devernay nous fournit avec Bebop ! un magnifique album tout en couleur et rythmé, une balade humoristique au milieu d’un orchestre de jazz avec un chat facétieux littéralement sorti d’un vieux tourne-disque. Les quarante pages se lisent, plutôt se regardent car pas de texte, d’un coup, et se relit encore et encore avec un continuel étonnement face à la beauté et l’ingéniosité de l’ensemble.
Si les éditions La Joie de lire se concentrent surtout sur des albums pour enfants, celui-ci se retrouvera avec un même plaisir entre les mains de lecteurs de tout âge, chacun y retrouvant quelque part quelque chose d’autre.

A découvrir !


Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr -  PRICEMINISTER.com


Extraits : quelques doubles pages prises au hasard

Laetitia Devernay, album, bebop, bebop !, romans jeunesse

 

Laetitia Devernay, album, bebop, bebop !, romans jeunesse

 

Laetitia Devernay, album, bebop, bebop !, romans jeunesse

 

Laetitia Devernay, album, bebop, bebop !, romans jeunesse

 

 Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr -  PRICEMINISTER.com



Présente édition :  La Joie de lire, novembre 2012, 40 pages

22:46 Écrit par Marc dans Critiques littéraires, Devernay, Laëtitia | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : laetitia devernay, album, bebop, bebop !, romans jeunesse | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!

Les aventures de Yoko Tsuno, tome 7 : La Frontière de la vie - Roger Leloup - 1977

roger leloup, les aventures de yoko tsuno, yoko tsuno, bande dessinee, bandes dessinees, b, bd belges, la frontiere de la vie, tome 7Yoko Tsuno arrive à Rothenburg en Bavière suite à une invitation de son amie Ingrid. Or elle va trouver son amie malade, frappée d’un mal secret qui la laisse sans forces. Selon les dires de son cousin, elle serait victime d’un vampire, qui nuit après nuit se servirait de son sang. Mais derrière ce mystère Yoko va vite découvrir un drame humain. De poursuite en course effrénée, Yoko découvre, au coeur des souterrains de cette vieille cité, un complexe médical ultramoderne. Le mystérieux docteur Schultz y essaie désespérément, depuis 1945, de maintenir à la frontière de la vie et de la mort son enfant, Magda, victime des bombardements.

Véritable chef-d’oeuvre de la série des aventures de Yoko Tsuno, son auteur Roger Leloup la fait paraître cette douzième aventure La Frontière de la vie dans les numéros de 1979 à 1999 avant de la faire paraître en album, le septième, en 1977.
Cet album s’impose de suite par de nombreux aspects, dont son scénario riche, ambitieux et parfaitement tenu, ainsi que ses dessins qui démontrent comme jamais auparavant la minutie donnée par l’auteur pour ses décors. Une belle place est donnée par l’auteur à la ville bavaroise de Rothenburg, représentant un grand nombre de ses monuments. 

Cet album, La Frontière de la vie, existe également en grand format, version de luxe, de 96 pages et qui débute par les confidences de l'auteur à propos de la genèse de cette histoire.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr  -  PRICEMINISTER.com

Extrait : les deux premières planches

 

roger leloup, les aventures de yoko tsuno, yoko tsuno, bande dessinee, bandes dessinees, b, bd belges, la frontiere de la vie, tome 7

roger leloup, les aventures de yoko tsuno, yoko tsuno, bande dessinee, bandes dessinees, b, bd belges, la frontiere de la vie, tome 7

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr  -  PRICEMINISTER.com

Présente édition : Dupuis, collection Vintage, 17 novembre 2012, 46 pages 

Voir également :
Les aventures de Yoko Tsuno, tome 1 : Le trio de l'étrange - Roger Leloup (1972), présentation et extrait

Les aventures de Yoko Tsuno, tome 2 : L'Orgue du diable - Roger Leloup (1973), présentation et extrait
Les aventures de Yoko Tsuno, tome 3 : La Forge de Vulcain - Roger Leloup (1973), présentation et extrait
Les aventures de Yoko Tsuno, tome 4 : Aventures électroniques - Roger Leloup (1974), présentation et extrait
Les aventures de Yoko Tsuno, tome 5 : Message pour l'éternité - Roger Leloup (1975), présentation et extrait
Les aventures de Yoko Tsuno, tome 6 : Les 3 Soleils de Vinéa - Roger Leloup (1976), présentation et extrait
- Les aventures de Yoko Tsuno, tome 7 : La Frontière de la vie - Roger Leloup (1977), présentation et extrait

samedi, 08 décembre 2012

Quelque chose de grand - Sylvie Neeman et Ingrid Godon - 2012

quelque chose de grand, la joie de lire, sylvie neeman, ingrid godon, romans jeunesse, albums, illustréC’est surtout quand on est petit que l’on aimerait faire de grandes choses.

Mais grandes comment ? Comme une montagne ? Un éléphant ? Ou plutôt comme un phare ? avec la mer autour ?

Ainsi dialoguent un grand et un petit, jusqu’à ce que le grand propose au petit une balade au bord de mer, histoire de réfléchir... et peut-être de trouver quelque chose de grand à faire !


Quelque chose de grand est un magnifique album illustré destiné aux enfants de plus de 5 ans, les auteurs Sylvie Neeman et Ingrid Colon y présente une savoureuse petite aventure, ou peut-être pas si petite que cela, dans laquelle on suit un petit qui peine à exprimer ce qu’il aimerait et un grand qui tente de deviner ses désirs. La plume est poétique, les dessins beaux et doux pour nous conter cette tendre histoire entre un grand et un petit tout en réfléchissant sur la portée et l’importance de nos actes de tous les jours.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr 
-  PRICEMINISTER.com

Extraits : quelques pages au hasard

quelque chose de grand, la joie de lire, sylvie neeman, ingrid godon, romans jeunesse, albums, illustré

quelque chose de grand, la joie de lire, sylvie neeman, ingrid godon, romans jeunesse, albums, illustré

 

quelque chose de grand, la joie de lire, sylvie neeman, ingrid godon, romans jeunesse, albums, illustré

 

quelque chose de grand, la joie de lire, sylvie neeman, ingrid godon, romans jeunesse, albums, illustré

 Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr -  PRICEMINISTER.com

Présente édition : La joie de lire, 6 novembre 2012, 32 pages
ISBN-10: 2889081524 / ISBN-13: 978-2889081523

lundi, 26 novembre 2012

Empires, de la Chine ancienne à nos jours (Empires in World History) - Jane Burbank & Frederick Cooper - 2010

jane burbanck, frederick, cooper, essais, essais historiques, empires, empire, histoire, Empires de la Chine ancienne à nos joursL’Histoire en a connu plusieurs, et pourtant on en ignore tant de choses. En effet, qu’étaient exactement ces Empires, de la Chine antique, en passant par Rome, la Mongolie, l’empire russe et ottoman, ces vastes Etats composés de territoires et de peuples assemblés par al force et l’ambition et qui ont dominé le monde pendant plus de deux mille ans ? Et que serait l’Histoire vue du point de vue de ces vastes Etats qui ont tant contribué au monde ?

C’est ce que nous proposent de faire les deux professeurs Jane Burbank et Frederick Cooper, en nous contant, dans ce vaste essai l’histoire de ces empires, en se concentrant sur les principaux qui ont façonnées notre histoire, cela en en étudiant les conquêtes, les rivalités, les stratégies de domination, éclairant tout particulièrement dont les empires s’adaptent à leur différences, les créant ou les manipulant. Ils expliquent ainsi le monothéisme militant de Byzance, les califats islamiques, les Carolingiens, mais aussi les lois tolérantes des Mongols et des Ottomans, qui combinèrent protection religieuse et loyauté des sujets. Ils discutent également la question de l'influence des empires sur le capitalisme et la souveraineté populaire, les limites et l'instabilité des projets coloniaux européens, le répertoire de l'exploitation et de la différenciation en Russie, ou encore l'« empire de la liberté », qui fut la devise des révolutionnaires américains et qui s'étendit plus tard au-delà de ce continent. Car les empires ne sont pas finis, toujours pas et s’adaptent de nos jours à des formes bien autres que celles initiales.

Burbank et Cooper ont conçu ce livre, Empires, de la Chine ancienne à nos jours, afin qu’il puisse rencontrer un public des plus larges, que ce soit de l’étudiant et académicien au simple amateur d’histoire. Et dès l’introduction on constate ce mélange entre rigueur scientifique, en définissant bien le sujet du texte et ce qui ne l’est pas, et la simplicité de l’écrit. Et pourtant ce mélange n’est qu’à moitié réussi, car très vite l’on se rend compte que les données sont bien trop importantes et denses pour permettre une lecture par simple divertissement. Mais l’intérêt universel du sujet, qui devrait intéresser tout un chacun, par son emprise sur l’histoire de ces 2000 dernières années, ainsi que par ce concept même qu’est celui de l’empire, finit par l’emporter, et on lit ce livre, à son rythme, au fil des siècles et des évolutions des empires.

Le sujet étonne aussi aujourd’hui par la force du propos, ce principe d’empire, alors qu’aujourd’hui ce sont les états-nations qui sont au centre de tous les enjeux et qui maintenant ne semblent être qu’une parenthèse futile et éphémère dans une civilisation humaine prédominée par les constructions plurielles. Et ce qui ne doit jamais être oublié est que toute forme d’état, que ce soit celle de nation ou d’empire, n’est qu’artificielle.

Empires, de la Chine ancienne à nos jours de Jane Burbank et Frederick Cooper est donc un ouvrage majeur, et fort utile en ces temps ou l'Etat nation est au centre de tous les enjeux, et ce alors meme qu'il ne semble etre qu'une parenthèse dans une histoire humaine dominée par des constructions plurielles. Aucune forme étatique n'est "naturelle", la nation pas plus que l'empire.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr    -  PRICEMINISTER.com

Présente édition : traduit de l'anglais par Christian Jeanmougin, Payot, 5 octobre 2011, 687 pages
ISBN-10: 2228906824 / ISBN-13: 978-2228906821

vendredi, 23 novembre 2012

SAS, tome 195 : Panique à Bamako - Gérard de Villiers - 2012

gerard de villiers, panique a bamako, bamako, 195, sas, malko linge, litterature francaise, romans d espionnage, islamistes, mali, bamako, litterature erotique, thrillers, romans erotiques- Boubacar, cria Malko, ouvrez votre chemise !

Le Malien commença à déboutonner l'ample chemise bleue portée par-dessus son pantalon.

Malko sentit son sang se figer. Entre la chemise et le torse de Boubacar Wagué, il y avait un véritable plastron d'explosifs, maintenu par une armature de cerceaux métalliques qui l'empêchait de s'en débarrasser.

Ils allaient mourir tous les deux.

2012 au Mali. Le Nord du pays a été pris par des groupes islamistes armés qui peu à peu avancent vers la capitale, Bamako, délaissée par l’armée qui s’est évaporée.
Lorsque Malko arrive au Mali, appelé par la CIA afin de reprendre en main une tortueuse opération de renseignement visant à découvrir les intentions des islamistes, la situation est déjà désespérée. Quand vont-ils frapper ? Nul ne sait. Et pour la CIA il faut coûte que coûte découvrir les intentions de l’ennemi dans l’espoir de trouver de quoi les contrer.
Tout va reposer sur les épaules de Malko qui a en face de lui des adversaires féroces et rusés. Lorsque sa source revient de Gao transformée en bombe humaine, destinée à les transformer tous les deux en chaleur et lumière, tout semble perdu.
C’est un concours de circonstances extraordinaire qui va lui permettre, in extremis, de renverser la situation. Grâce à son sens de l’observation et à son astuce...

Déjà la 195ème aventure du Prince Malko Linge, parcourant le monde en mission pour la CIA et cela sous la plume de l’infatigable auteur et reporter Gérard De Villiers. Toujours la même recette... celle qui marche... action, espionnage et sexe baignant un contexte d’actualité. Hélas ici, Panique à Bamako n’est guère le meilleur de la série. L’intrigue ne prend pas vraiment et c’est bien dommage, car sinon le roman procure un certain plaisir à découvrir une ville abandonnée de tout pouvoir et dans l’attente de ses futurs occupants.

Pour les amateurs de la série.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr    -  PRICEMINISTER.com


Extrait : premier chapitre

Souha, souple comme une liane, sa croupe cambrée moulée dans un pantalon de toile noire serré comme un gant trop petit, les bras noués autour du cou de Ted Schackley, son amant américain, se balançait languissamment contre lui, plantée au milieu de la piste de danse du « Bla-Bla », éclairée par à-coups par des stroboscopes, au son rythmé d’un zouk ivoirien.

La boîte était presque vide: depuis le coup d’État du 22 mars fomenté par le capitaine Amadou Haya Sanogo, officier des «Bérets verts » de l’armée malienne, Bamako s’était vidée comme un évier de la plupart de ses toubabs et ceux qui étaient restés sortaient moins.

Les Maliens n’étaient pas des sanguinaires. Peuple commerçant, pratiquant un islam africanisé, c’est-à-dire extrêmement modéré, ils n’aimaient pas la violence.

Le vieux président ATT chassé du pouvoir, après quelques combats dans le centre de la ville, pour la possession de l’immeuble de la radio-télévision et des heurts à l’aéroport, un calme précaire était revenu dans Bamako, surveillé avec inquiétude par la CDAO.

Le capitaine Sanogo s’était retrouvé tout seul, avec sa Révolution sur les bras et, pour tout arranger, la débâcle de l’armée malienne chassée des grandes villes du nord du pays: Tombouctou, Gao, Kidal, par une coalition improbable de Touaregs de la « Légion islamique » du colonel Kadhafi, revenus de Libye armés jusqu’aux dents, et d’islamistes fanatiques, agglutinés en plusieurs mouvements, sous la houlette de l’AQMI.

Ceux-ci avaient égorgé sauvagement les quelques soldats maliens qui n’avaient pas couru assez vite vers le Sud, abandonnant leurs armes et matériel, puis s’étaient installés dans l’Azawad, la zone désertique du Mali remontant jusqu’à l’Algérie, qui représentait 80 % de la surface du pays.

Proclamant, sous les étendards noirs brodés de sourates du Coran, un califat pur et dur, semblable au régime des Talibans.

Allant jusqu’à « chicoter » les enfants qui osaient encore jouer avec des « playstation », réputées instruments du Diable. Saccageant les bars et les restaurants, interdisant l’alcool et forçant les femmes à se voiler.

Certes, ils n’étaient encore qu’à huit cents kilomètres de Bamako, la capitale du Mali, allongée paresseusement au bord du Niger, mais il n’y avait rien pour les arrêter.

Désormais, une police islamique féroce veillait sur la morale. Un couple ayant eu des relations sexuelles hors mariage avait été fouetté en public à Tombouctou, sous le regard effaré et terrifié de la population.

Alors, Bamako, calme en apparence, vivait au ralenti, la majorité des Blancs ayant fui. Les restaurants étaient vides. L’Hôtel de l’Amitié, 200 chambres en plein centre, avait dû fermer, faute de clients, envoyant les deux seuls qui lui restaient au «El Farouk », planté au bord du fleuve, juste à l’ouest du Pont des Martyrs.

En ce samedi, la vie nocturne avait repris un peu dans les quelques discothèques encore ouvertes. Pour la plus grande joie des quelques toubabs demeurés sur place, la plupart des diplomates demeurant claquemurés dans leurs ambassades respectives.

Ted Shackley, déjà bien imbibé, décida de ne plus bouger, debout au milieu de la piste, Souha, gluée à lui comme un Bernard-l’Hermite à son rocher, son regard légèrement bovin dans le vague, mais son ventre s’agitant efficacement contre celui de l’Américain.

Très jeune pute marocaine, au corps fin et à la morale absente, elle considérait comme une importante promotion sociale d’être la favorite d’un diplomate américain, de surcroît plutôt bel homme, même s’il avait trente ans de plus qu’elle. Sentir son désir se développer contre elle la remplissait de joie.

Du coup, elle accéléra un peu son balancement, et Ted Shackley resserra un peu plus son bras autour de sa taille, l’incrustant contre son érection.

Les ventilateurs marchaient bien et la douce musique rythmée du zouk le plongeait dans un état quasi euphorique. Normalement, il aurait dû se trouver devant sa télé, dans son petit cottage niché au fond des bois, à Mac Lean, en Virginie. Heureux retraité après trente-cinq ans de bons et loyaux services à la Central Intelligence Agency, qui l’avait recruté à la sortie de l’Université. D’abord analyste, puis officier traitant et enfin, chef de Station, il avait été affecté un peu partout dans le monde, en Irak, au Zaïre, au Pakistan, dans tous les points chauds. Divorcé, sans enfant, il s’était laissé pousser la barbe et s’était mis à boire un peu plus que modérément. Faisant honneur au pot d’adieu donné un an plus tôt à Langley pour fêter son départ en retraite de « Senior Officer ».

Retraite qui n’avait duré que quatre mois.

En effet, la CIA cherchait un OT expérimenté pour le nommer à Bamako, au Mali.

N’en trouvant pas!

La plupart des OT étaient mariés et pères de famille. Pas vraiment désireux de quitter la civilisation pour une ville plantée au milieu de l’Afrique. Sans parler des épouses, encore plus réticentes, et des risques courus: violences, mort, kidnapping.

Tout le monde s’était défilé; la CIA, qui comptait de moins en moins de héros, avait fait appel à lui, lui proposant un contrat CDD de deux ans, avec des émoluments agréables. Élément qu’elle n’aurait pas pu proposer à un OT en activité.

Ted Shackley avait signé des deux mains: il commençait à s’ennuyer au fond des bois.

Il ne le regrettait pas, retrouvant avec plaisir l’environnement exotique et sensuel de l’Afrique.

Souha s’agita un peu contre lui et, mentalement, il imagina la grosse bouche se refermant sur son sexe, ce qui faillit le faire éjaculer.

Observatrice, la jeune pute marocaine colla ses lèvres tièdes à son oreille gauche et murmura:

– Tu veux qu’on aille derrière?

– Qu’est-ce qu’elle est bandante, cette salope! murmura Joe Kovarski, affalé sur la banquette de velours rouge, face à la piste du « Bla-Bla », une main crispée sur la cuisse de sa voisine, Bella, une longue Bambara à la poitrine aiguë, gentille pute ramassée à l’Appaloosa, restaurant du centre ville. L’Américain n’arrivait pas à détacher les yeux du couple oscillant sur la piste.

Avec son crâne rasé, ses épaules de Superman, ses traits brutaux et ses pectoraux monstrueux, Joe Kovarski faisait peur. C’est ce qu’il fallait pour être admis dans les « Spécial Forces » américaines. Cent quatre-vingt dix centimètres de muscles. Ses cuisses énormes faisaient éclater son pantalon de toile. La bosse qui grandissait en haut de ses cuisses intéressait beaucoup Bella. Discrètement, elle posa sa main sur le sexe serré dans la toile. Se disant que, dans très peu de temps, elle l’aurait au fond de son ventre. Maîtresse régulière de Joe Kovarski, elle avait pu, grâce à sa générosité, acheter un petit commerce d’alimentation qui faisait vivre sa famille.

À sa droite, son voisin, Dave Nichols, «Special Forces » lui aussi, le clone de Joe, lui tournait presque le dos, occupé à triturer sur toutes les coutures sa compagne Linda, autre jeune Marocaine qui s’efforçait de l’empêcher de lui arracher sa culotte.

Pour les deux membres des «Special Forces », c’était une récréation inespérée. Venus pour entraîner l’armée malienne, ils se retrouvaient au chômage, celle-ci s’étant évaporée dans les sables du désert.

Défaite par les quelques centaines de combattants de la rébellion islamo-touareg.

La plupart des « Spécial Forces » s’étaient repliés sur une base au Burkina-Fasso, ne laissant à Bamako qu’une poignée d’entre eux.

Joe Kovarski et Dave Nichols se contentaient désormais d’escorter l’ambassadrice américaine, lorsqu’elle se hasardait en ville, et de servir d’officiers de sécurité à Ted Shackley, les membres de la CIA n’ayant pas le droit de sortir seuls, la nuit tombée.

Le zouk s’arrêta brutalement et Ted Shackley, précédé par son érection, regagna le box.

D’autorité, le barman apporta une bouteille de champagne. Personne n’eut le cœur de refuser.

Les trois Américains n’avaient plus qu’une idée: profiter amplement de cette soirée de détente bien commencée à l’Appaloosa, de l’autre côté du fleuve, un restaurant tenu par un Français où on mangeait correctement.

Plus sûr que ceux des Libanais. Ceux-ci passant leur temps, par économie, à décongeler et à recongeler leurs gambas importées d’Abidjan par des camions vaguement frigorifiques. En y goûtant, on avait une chance sur deux de mourir ou de rester paralysé.

La bouteille de champagne ne dura que le temps d’une rose. Tous rêvaient désormais d’une bonne récréation sexuelle. Ted Shackley regarda son chronographe et lança:

– On va y aller!

Les deux « Spécial Forces » étaient déjà debout. Le vieil OT de la CIA était leur diamant! Ils l’escortaient souvent lorsqu’il rendait visite à ses contacts, dans des quartiers excentrés.

Pendant qu’il payait, Joe Kovarski se leva, tirant sa copine par la main et fonça vers la sortie, en lâchant:

– On va sécuriser!

Chacun d’eux portait un petit revolver « deux pouces » dans un « anckle holster » G.K. dissimulé par leur pantalon de toile.

Dave Nichols le suivit et ils se retrouvèrent tous les quatre dans la sombre allée de latérite où il y avait encore un peu de vie. Des marchands ambulants, quelques putes en solde et des Maliens appuyés au mur, dormant debout.

Après un regard circulaire, Joe Kovarski lança à son copain :

– Va lui dire que c’est OK. All clear.

Après la clim relative de la boîte, les 38° humides de la nuit tropicale vous tombaient dessus comme une couverture brûlante.

À peine dans la Land-Cruiser, Bella, la fiancée de Joe Kovarski, se colla à lui, massant discrètement le pantalon de toile.

– Où on va? demanda-t-elle.

Évidemment, ils ne pouvaient pas se rendre à l’ambassade américaine.

– On va au Farouk, annonça Joe Kovarski. Il y a la clim et de la bière.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr    -  PRICEMINISTER.com


Présente édition : éditions Gérard de Villiers, 3 octobre 2012, 320 pages
ISBN-10: 2360530534 / ISBN-13: 978-2360530533

 

Voir également :
SAS, tome 83 : Coup d'état au Yémen - Gérard de Villiers (1985), présentation
SAS, tome 84 : Le plan Nasser - Gérard de Villiers (1986), présentation
SAS, tome 85 : Embrouilles à Panama – Gérard de Villiers (1987), présentation
SAS, tome 107 : Alerte Plutonium - Gérard de Villiers (1992), présentation
- SAS, tome 108 : Coup d'état à Tripoli - Gérard de Villiers (1992), présentation
- SAS, tome 132 : L'espion du Vatican (1998), présentation et extrait
SAS, tome 176 : Le printemps de Tbilissi - Gérard de Villiers (2009), présentation
SAS, tome 177 : Pirates ! - Gérard de Villiers (2009), présentation
SAS, tome 178 : La Bataille des S-300 [1] - Gérard de Villiers (2009), présentation
SAS, tome 179 : La Bataille des S-300 [2] - Gérard de Villiers (2009), présentation

SAS, tome 180 : Le piège de Bangkok - Gérard de Villiers (2009), présentation

SAS, tome 181 : La Liste Hariri - Gérard de Villiers (2010), présentation

SAS, tome 182 : La filière suisse - Gérard de Villiers (2010), présentation
SAS, tomes 183 et 184 : Renegade - Gérard de Villiers (2010), présentation
SAS, tome 185 : Féroce Guinée - Gérard de Villiers (2010), présentation
SAS, tome 186 : Le Maître des Hirondelles - Gérard de Villiers (2011), présentation
SAS, tome 187 : Bienvenue à Nouakchott - Gérard de Villiers (2011), présentation
SAS, tome 188 : Rouge Dragon [1] - Gérard de Villiers (2011), présentation
SAS, tome 189 : Rouge Dragon [2] - Gérard de Villiers (2011), présentation
SAS, tome 190 : Ciudad Juarez - Gérard de Villiers (2011), présentation
SAS, tome 191 : Les fous de Benghazi - Gérard de Villiers (2012), présentation
SAS, tome 192 : Igla S - Gérard de Villiers (2012), présentation 
SAS, tome 193 : Le chemin de Damas [1] - Gérard de Villiers (2012), présentation 
- SAS, tome 194 : Le chemin de Damas [2] - Gérard de Villiers (2012), présentation
- SAS, tome 195 : Panique à Bamako - Gérard de Villiers (2012), présentation
SAS, tome 196 : Le beau Danube rouge - Gérard de Villiers (2013), présentation et extrait
SAS, tome 197 : Les fantômes de Lockerbie (2013), présentation et extrait
SAS, tome 1 , version BD : Pacte avec le Diable (2006), présentation et extraits
SAS, tome 2, version BD : Le sabre de Bin-Laden (2006), présentation et extrait

jeudi, 22 novembre 2012

Les Enquêtes insolites des Maîtres de l'Étrange, tome 1 : L'ange tombé du ciel - Li-An - 2012

les enquetes insolites des maitres de l'etrange, aglae aglaee, bd, bande dessinee, bandes dessinees, li-an, bd françaisesUne nuit de plein hiver le cadavre d’une femme est découvert dans la neige, non loin de la ligne de chemin de fer reliant Paris au Havre. Or la police dépêchée sur place constate qu’il n’y a aucune trace de pas autour du corps. Personne n’a pu le déposer là. De plus il est impossible que la femme soit tombée d’un train de passage, étant donné que son cadavre a été retrouvé à plus de 100 mètres de la ligne de chemin de fer. Serait-elle donc tombée du ciel ? Et puis pour ne rien arranger, personne n’a signalé la disparition d’une jeune femme dans la région. Serait-elle un ange tombé du ciel ? Les médias en tout cas s’en donnent à cœur joie.
À Paris, les Maîtres de l’étrange, un cercle de détectives célèbres mais vieillissants émettent moult hypothèses, sans trop de conviction. De par le passé ils réussissaient à résoudre des énigmes qui semblaient impossible à la police. Mais avec la modernisation des techniques d’investigation et leur vieillissement certain, le Club de l’Etrange ne résout hélas guère plus de mystère. Par contre Aglaëe Aglaé, nièce pleine d’énergie de l’un des membres, de passage sur Paris, est bien décidée à faire la lumière sur cette affaire d’ange tombé du ciel. Elle pousse donc les vieux enquêteurs à se reprendre en main et à se rendre sur les lieux du crime …

Les Enquêtes insolites des Maîtres de l'Étrange, tome 1 : L'ange tombé du ciel est le premier tome d’une nouvelle série, un deuxième tome est prévu pour début 2013, autour d’une investigatrice criminelle plutôt originale, même si certains modèles sautent aux yeux, menant des enquêtes limite fantastiques durant la Belle époque. Bref, beaucoup de déjà-vu quand même entre les Adèle Blanc-Sec, Arsène Lupin, Rouletabile, Sherlock Holmes et autres.
Li-An, le dessinateur et scénariste de cet album, fournit un travail formidable, que ce soit par les textes ou les dessins (avec de magnifiques colorations de Laurence Croix), mettant l’accent fortement sur l’humour surtout créé ici par les différences entre les enquêteurs vieillissants du Club de l’Etrange et la jeune et dynamique Aglaëe Aglaé. A noter aussi que la plupart des personnages secondaires sont très réussis (p.ex. l'enquêteur de police, le directeur de cirque...), et aussi très drôles.
Et bien heureux de cela, car on se rend vite compte que l’intrigue elle ne passionne guère, juste ce qu’il faut pour suivre les traces de cette charmante héroïne. A la fin de l’album, l’intrigue semble résolue, pourtant certains points ouverts se verront résolus lors du second tome à venir.


En bref L’ange tombé du ciel, premier tome des Enquêtes insolites des Maîtres de l'Etrange, est bien agréable à lire, et très divertissant. On espère juste une intrigue un peu plus musclée pour la suite... et moins de déjà-vu.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr    -  PRICEMINISTER.com

Extraits : les premières planches

les enquetes insolites des maitres de l'etrange, aglae aglaee, bd, bande dessinee, bandes dessinees, li-an, bd françaises

 

les enquetes insolites des maitres de l'etrange, aglae aglaee, bd, bande dessinee, bandes dessinees, li-an, bd françaises

 

les enquetes insolites des maitres de l'etrange, aglae aglaee, bd, bande dessinee, bandes dessinees, li-an, bd françaises

 

les enquetes insolites des maitres de l'etrange, aglae aglaee, bd, bande dessinee, bandes dessinees, li-an, bd françaises

 

les enquetes insolites des maitres de l'etrange, aglae aglaee, bd, bande dessinee, bandes dessinees, li-an, bd françaises

 

les enquetes insolites des maitres de l'etrange, aglae aglaee, bd, bande dessinee, bandes dessinees, li-an, bd françaises

 

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr    -  PRICEMINISTER.com

Présente édition : Vents d’Ouest, 11 janvier 2012, 56 pages
ISBN-10: 2749306418 / ISBN-13: 978-2749306414

mercredi, 21 novembre 2012

Réponds correctement ! (Felej szépen, ha kérdeznek !) - Eva Janikovszky et Lászlo Réber - 1968

reponds correctement !, eva janikovszky, laszlo reber, litterature hongroise, romans jeunesse« Réponds correctement ! » C’est ce que doivent entendre tous les enfants du monde confrontés aux adultes qui leur posent des questions. Les adultes veulent en effet que les enfants répondent correctement, mais ce n’est pas toujours facile, étant donnée que les questions ne sont que trop rarement pertinentes et que de plus les réponses ne sont pas vraiment les réponses correctes mais celles qui sont attendues. Ils veulent savoir si l’enfant aime l’école (la réponse est oui), ce qu’ils veulent faire plus tard (toute réponse prêtera à rire) ou si l’enfant préfère sa mère ou son père (sans commentaire). A l’enfant de s’en sortir.
Mais heureusement qu’il y a l’oncle Charles, qui a toujours le temps, et qui pose des questions intéressantes, en tout cas jamais de questions auxquelles un enfant ne puisse répondre.

A la fois critique, satirique et drôle ce livre incroyablement moderne, malgré qu’il date des années 1960, ravira à la fois petits et grands, mettant à mal les convictions des adultes face aux compréhensions des adultes. Les textes de Eva Janikovszky font mouche et les illustrations de László Réber impressionnent par leur simplicité. Tout le monde s’y reconnaîtra, ou du moins s’en rappelera des moments vécus.

Réponds correctement ! de Eva Janikovszky et Lászlo Réber s’indique plus particulièrement à un public jeune à partir de 6 ans d’âge.

A découvrir !

Extrait : quelques doubles-pages prises au hasard

 

reponds correctement !, eva janikovszky, laszlo reber, litterature hongroise, romans jeunesse

 

reponds correctement !, eva janikovszky, laszlo reber, litterature hongroise, romans jeunesse

 

reponds correctement !, eva janikovszky, laszlo reber, litterature hongroise, romans jeunesse

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr  -  PRICEMINISTER.com 


Présente édition
: traduit de l’hongrois par Joëlle Dufeuilly, La joie de lire, 6 septembre 2012, 30 pages
ISBN-10: 288908146X / ISBN-13: 978-2889081462

Voir également :
La chance que j’ai ! (Jó nekem !) - Eva Janikovszky et Lászlo Réber (1967), présentation et extrait

Le Révérend, tome 1 : Les Diables déchus du Nevada - Augustin Lebon et Lylian - 2012

augustin lebon, lylian, le reverend, les diables dechus du nevada, western, bd, bande dessinee, bandes dessinees, bd françaisesSeconde moitié du XIXe siècle dans l’Ouest américain. Angus, accompagné de sa mère et de deux hommes, traverse le désert du Nevada à bord d’une diligence lorsqu’ils rencontrent un groupe de bandits. L’attaque est violente, et lorsque les bandits d’en prennent à sa mère, tentant de la violer, Angus n’a d’autre choix que de s’emparer des deux pistolets et de tirer...
Quelques années plus tard, l’enfant est devenu le révérend Angus Whitecross. Faisant route vers Sacramento, il s’arrête à Eureka et fait la connaissance de Cartus Nance, gros propriétaire, bienfaiteur de la bourgade (il est en train d’y faire construire une église), mais également bon vivant. Il prépare une grande fête pour son anniversaire et a fait venir des filles de petite vertu pour cette occasion.
Alors que la fête bat son plein, Cartus s’étonne de ne pas voir Terrence, le barbier, à ses côtés. Ce dernier est retrouvé mort au fond de sa boutique. La caisse est vide et la cause de sa mort semble être une violente surprise. Angus était le dernier à l’avoir vu vivant, il est arrêté et interrogé.

Premier tome sur deux de prévus, Le Révérend, tome 1 : Les Diables déchus du Nevada nous conte une sombre histoire de vengeance dans le style du western, cela servi par un habile mais peu original scénario de Lylian, de très beaux dessins très réussis dans les expressions des personnages et les actions reproduites, et de plus magnifiquement et vivement colorés par Hugo Poupelin. Si l’histoire semble convenue, le départ sème tout de même un doute sur la vengeance en question, d’autant plus que les motivations du chasseur de primes ne semblent par moments guère si claires que cela. On imagine donc en découvrir davantage au second tome qui s’annonce prometteur et que l’on attend avec impatience.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com

Extrait : les premières planches

augustin lebon, lylian, le reverend, les diables dechus du nevada, western, bd, bande dessinee, bandes dessinees, bd françaises

 

augustin lebon, lylian, le reverend, les diables dechus du nevada, western, bd, bande dessinee, bandes dessinees, bd françaises

 

augustin lebon, lylian, le reverend, les diables dechus du nevada, western, bd, bande dessinee, bandes dessinees, bd françaises

 

augustin lebon, lylian, le reverend, les diables dechus du nevada, western, bd, bande dessinee, bandes dessinees, bd françaises

 

augustin lebon, lylian, le reverend, les diables dechus du nevada, western, bd, bande dessinee, bandes dessinees, bd françaises

 

augustin lebon, lylian, le reverend, les diables dechus du nevada, western, bd, bande dessinee, bandes dessinees, bd françaises

 

augustin lebon, lylian, le reverend, les diables dechus du nevada, western, bd, bande dessinee, bandes dessinees, bd françaises

 

augustin lebon, lylian, le reverend, les diables dechus du nevada, western, bd, bande dessinee, bandes dessinees, bd françaises

 

augustin lebon, lylian, le reverend, les diables dechus du nevada, western, bd, bande dessinee, bandes dessinees, bd françaises

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com

Présente édition : éditions Emmanuel Proust, collection Atmosphères, 15 novembre 2012, 56 pages
ISBN-10: 2848104139 / ISBN-13: 978-2848104133