lundi, 25 septembre 2006

Demian – Hermann Hesse - 1919

Emil Sinclair est un jeune home à la fin de l’adolescence issu d’une bonne famille bourgeoise. Depuis un certain temps il a cette impression de vivre dans deux mondes bien distincts. D’un côté un monde heureux et bienveillant construit autour de sa personne essentiellement par sa famille et par le milieu social dans lequel il vit, et d’autre part un monde cruel, injuste, interdit, celui de la vie extérieure et que Emil ne connaît que très peu. Un soir alors qu’il se retrouve avec des collègues de classe, dont le méchant Kromer, à une soirée où chacun raconte ses aventures passés à la limite de la légalité, Emil, peu aventureux dans sa vie jusqu là et pour ne pas attirer l’attention sur lui, invente une histoire dans laquelle il aurait volé un sac de pommes dans un propriété voisine. Kromer met en doute ses paroles et lui fait jurer qu’il s’agît bien là de la vérité. Emil, entraîné dans la spirale du mensonge, confirme en inventant d’autres détails sur cette histoire. Là-dessus Kromer réplique qu’il avait entendu parler de ce vol, et que le propriétaire avait même prosposé une récompense de 2 mark à celui qui trouverait le voleur. Et pour ne pas dénoncer Emil, Kromer lui demande de payer cette récompense de sa poche. Pris au piège par son propre mensonge qu’il n’ose plus nier et par cette somme démésurée pour un étudiant de l’époque, Emil voit autour de lui un monde s’écrouler. Il ne peut se confier à ses parents de peur de les décevoir, eux qui se sont donnés tant de peine pour lui donner une enfance parfaite, et petit à petit il passe dans le monde cruel et injuste de la vie du dehors. Il commence à mentir et à voler ses parents pour pouvoir payer son maître-chanteur. Mais à ce moment de sa vie apparaît Demian, un jeune homme plutôt étrange et mystérieux qui va aider Emil à surmonter cette épreuve. A partir de là Demian accompagnera Emil pour un bon bout de chemin de vie. Demian visiblement bien supérieur à ce pauvre Emil va l’aider à surmonter ses peurs et voir le monde d’une façon différente.

Demian, paru en 1919, fut l’un des premiers succès de l’auteur Hermann Hesse, nobelisé en 1946. Il s’agît d’un roman initiatique qui comme souvent a la caractéristique de se diviser en trois parties bien distinctes. Dans la première on voit la confrontation du jeune et naïf Emil avec le monde du mal, de l’extérieur. Dans une deuxième partie on voit notre héros quitter sa famille et ainsi quitter ce monde idéal de sa jeunesse dans laquelle il vivait de façon si heureuse et il commence à se poser des questions sur le monde qui l’entoure. Dans la troisième partie on nous narre le développement final du personnage principal à l’aube de la Première Guerre mondiale. Et tout ce développement s’opérera en Emil de par l’influence de ce mystérieux Demian. Pour Hesse c’est ce développement de la personnalité de son héros qui prime avant toute chose. Ainsi le tout est raconté du point de vue de Emil en mettant en avant ses sentiments et non les actions qui se déroulent. Le sujet principal de ce roman est donc l’évolution de la personnalité vers un niveau supérieur, tel qu’il est illustré par le personnage de Demian. Les grands ennemis à ce développement sont pour Hesse les conventions de cette société et la lâcheté qu’on éprouve en vue de l’affronter. Il serait pour l’auteur plus intéressant de se battre avec tous les diables et démons que de se soumettre et d’accepter le Dieu des conventions. Et comme souvent chez Hermann Hesse, ce roman est rempli de traits plus autobiographiques et la philosophie orientale chère à l’auteur est omniprésente, même si elle est pleinement masquée.

Il est à noter que Demian fut un immense succès lors de sa publication, et est vite devenu un livre culte et incontournable de par le monde, spécialement pour un public adolescent ou en début d’âge adulte. En vue de donner plus d’effet à ce livre, l’éditeur avait à l’époque menti sur l’âge de l’écrivain en vue de faciliter l’identification des jeunes lecteurs à cette œuvre. Un classique incontournable de la part de l’un des plus grands auteurs germanophones de tous les temps.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Voir également :
- Siddhartha - Hermann Hesse (1922), présentation

dimanche, 04 décembre 2005

Siddhartha (Siddhartha: Eine indische Dichtung) - Hermann Hesse - 1922

Siddhartha de Hermann Hesse a été publié pour la première fois en 1922. Ce bref roman nous raconte la quête initiatique d'un jeune brahmane dénommé Siddhartha et de son ami Govinda. Le jeune Siddhartha, admiré par tous, voue sa vie à la quête du Atman, le tout, la plénitude, qui se trouve en chacun de nous. De la spiritualité sans limites au matérialisme le plus corrupteur, Siddhartha expérimente tout. Tour à tour apprenti brahmane, respect de la vie familiale, la recherche de spiritualité avec les samanas, ces mystiques errant nus, ascète fuligineux, mendiant ou commerçant jouisseur, Siddhartha foule un chemin qu'il croit pouvoir choisir. Car les étapes de la vie de Siddhartha, fils de brahmane et enfant, adulte et vieillard en quête de pureté, sont autant de perles d'un cycle, celui d'une vie apparaissant aussi logiquement fluide qu'un torrent qui, quels que soient ses remous, finit dans la mer de l'accomplissement. Le héros a en effet la soif du savoir. Mais qu'est ce que la connaissance? Que peuvent apporter les maîtres aux questions existentielles des disciples? Aucune de ces vies ne lui donne satisfaction. Un beau jour, suite à une dispute avec son ami d'enfance, les deux itinérants se séparent et Siddhartha verra le but de son voyage initiatique au bord d'un fleuve. Il deviendra apprenti d'un batelier et va apprendre à écouter, à entendre le monde l'entourant, pour atteindre la plénitude.

Hermann Hesse, d'éducation protestante mais fortement instruit des philosophies orientales, dédie ce livre aux Indes, mais surtout aux Indes religieuses, tel qu'il l'a annoté dans son journal intime en 1921. Hesse a vécu en Indes et connaît fort bien son sujet. Siddhartha, en effet, semble avoir jailli des doigts de Hesse comme une eau limpide coule peu à peu d'un glacier. Il a en effet réussi à retranscrire les relations compliqués entre la culture et la religion indienne de façon simple et atemporelle. Ce qui a eu pour résultat, un succès immense en Asie. Siddhartha est en effet et de loin le livre le plus traduit au monde, étant donné que l'on connaît rien qu'en Indes, plus de deux cents traductions dans les différentes langues du pays.

Les idées reprises dans Siddhartha se retrouvent également dans d'autres oeuvres de Hermann Hesse, dont notamment Narziss und Goldmund (1930) et dans Le jeu des perles en verre (Das Glasperlenspiel, 1943).


Voir également:
- Demian – Hermann Hesse (1919), présentation