jeudi, 21 juin 2007

Le Sieur Dieu - Franz-Olivier Giesbert - 1998

bibliotheca le sieur dieu

En l'an de grâce 1545 une croisade, menée par Maynier d'Oppède, le premier président au parlement d'Aix, est lancée dans le Lubéron contre les Vaudois, une secte catholique refusant l'autorité du pape. Mais cette croisade se transforme vite en une succession de massacres, viols, pillages et autres qui ravagent toute la région. Une nouvelle affaire des plus sanglantes vient se rajouter à cela en ces temps déjà bien troubles. Un tueur en série rôde dans l a région et s'acharne à tuer, violer et arracher le foie de fillettes. Jehan Dieu de La Viguerie, aussi appelé le Sieur Dieu, maître-chirurgien de son état et aventurier et philosophe éclairé, observe les événements et tente d'aider les populations opprimées en évitant toutefois de se mettre le pouvoir contre lui. Ne pouvant trop agir contre les massacres des Vaudois, il va tout faire pour démasquer l'assassin des jeunes filles. Pour cela il devra affronter les autorités qui tentent de mettre ces meurtres sur le dos de rites religieux vaudois. Mais à force de vouloir faire le bien en voulant éclairer cette sombre affaire, lui-même sera accusé des pires crimes et deviendra victime de cette société infâme. Pour oublier les horreurs de la vie, le Sieur Dieu s'inventera la nuit des vies antérieures au près des grands saints et prophètes de ce monde (le jujubier de Mani qui voit mourir dans sa prison l'inventeur du manichéisme; l'orange de Marie, mère du Christ, qu'on lui présente à son agonie, la chienne de Lao-Tseu, la vache de Moïse, la mouche de Zarathoustra, l'agnelle de Mahomet, l'araignée près de Jésus etc.). Car pour le Sieur Dieu, l'âme de l'Immortel est en toute chose: humaine, animale ou végétale... peut-être même minérale.

Le Sieur Dieu est un roman historique du journaliste français Franz-Olivier Giesbert dans lequel celui-ci invente un sombre fait divers, les massacres de jeunes filles par un tueur en série, qu'il place dans un contexte historique réel peu connu de nos jours, la croisade contre les Vaudois. Dans cette période troublée par les violences, la misère et le fanatisme religieux, le personnage de Sieur Dieu évolue doit se battre contre le mal, qu'il soit religieux ou intéressé - Maynier d'Oppède convoitait surtout les terres des hérétiques - ou qu'il soit pur. Le Sieur Dieu, en véritable personnage éclairé, est fort attachant et Giesbert le décrit un peu comme un Don Quichotte se battant en vain contre le mal dans le monde. Pour mieux illustrer ses dires Giesbert accumule à outrance les scènes de violence, on retrouve des viols et des meurtres à quasi chaque tournant de page, Giesbert semblant avoir une réelle attirance pour le morbide. Un certain humour et un soupçon d'humour tempèrent cependant quelque peu les horreurs décrites. Le côté métaphysique du roman, même si intéressant et très divertissant, ne pèse hélas pas bien lourd. L'histoire est en général bien racontée malgré certains passages un peu longs et d'autres un peu confus. Le style d'écriture se veut à l'ancienne, mais prête hélas parfois à sourire.

Le Sieur Dieu est un plutôt bon roman historique.

Un bon divertissement.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !