jeudi, 04 mars 2010

Les ruines de Paris en 4908 - Alfred Franklin - 1875

bibliotheca les ruines de paris en 4908

En 4908, la France n'est plus, victime d'un cataclysme de nature inconnue. L'Empire français a toutefois survécu, installé à Nouméa à l'autre bout du monde. Les impériaux ne connaissent que peu de choses de leur passé. Ils savent qu'une ville au nom de Paris avait existé, mais nombreux sont ceux qui croient que c'est une légende. L'Empereur décide alors en cette fin de l'année 4908 de monter une expédition, menée par son Amiral Quésitor, afin de retrouver la ville légendaire de Paris.
Arrivé dans ce qui était jadis la France, l'Amiral Quésitor et son équipage y découvre une population autochtone très accueillante mais totalement désorganisée, de véritables sauvages dont la civilisation n'atteint pas la cheville de leur Empire. Ceux-ci guident toutefois les Impériaux aux portes des ruines de Paris que les explorateurs vont analyser afin de découvrir le passé de cette ville. Et leurs conclusions seront des plus étonnantes.

Les ruines de Paris en 4908 est un savoureux et étonnant roman de science-fiction écrit en 1875 et qui mérite bien plus de reconnaissance qu'il ne connaît aujourd'hui. Son écrivain, Alfred Franklin, n'a guère marqué le domaine de la science-fiction, ni même celui de la littérature en général, que ce soit en son temps et même par après. Pourtant ce court roman vaut amplement la peine d'être redécouvert de nos jours, alors qu'il reparaît en 2008 aux éditons L'Arbre Vengeur.
Alfred Franklin était conservateur de la Bibliothèque Mazarine, grand amateur d'histoire et bibliophile. Il écrit en 1875 ce roman de science-fiction dans un but satirique, alors que la France, malgré sa "grandeur" de l'époque, venait de connaître un siècle rempli de troubles politiques de toute sorte. Ainsi se moque-t-il de la bourgeoisie par cet Empire ridicule qui a survécu à l'autre bout du monde loin de son peuple caricaturé par ces autochtones aux défauts si familiers : papoteurs, râleurs etc.
La forme du roman est épistolaire, constituée des lettres envoyés par l'Amiral Quésitor à son Empereur et dans lesquelles il décrit les découvertes faites par son expédition et analysés avec le plus grand soin par ses spécialistes qui vont s'illustrer à la fois par leurs incompétences et prétentions. Le lecteur ne connaissant rien qu'un peu le Paris d'aujourd'hui se rendra vite comptes des bêtises constituant les conclusions des travaux de ces historiens qui trouvent des raisons d'êtres totalement farfelues aux différents monuments qui parsèment la Capitale française. Evidemment Franklin s'attaque par là à l'inébranlable certitude historique, devenant même scientifique, défendue par les historiens et archéologues qui en son temps pensaient pouvoir déduire tout et n'importe quoi d'une époque passée sur la simple base de quelques ruines découvertes, le dix-neuvième siècle ayant été marqué notamment par les grandes découvertes archéologique en Egypte entre autres.
Mais au-delà du côté satirique du roman, Alfred Franklin interroge aussi le lecteur sur ce que notre société, que l'on croit si éternelle, laissera aux générations futures et comment ces générations à venir verront notre société. Que sauront-ils sur nous, ou plutôt que croiront-ils savoir de nous ?
Et si nous-mêmes n'avions qu'un savoir totalement erroné et fantaisiste du passé ?

Les ruines de Paris en 4908 est un roman de science-fiction tout à fait étonnant et savoureux, poussant le lecteur à une belle réflexion sur l'histoire et sur son interprétation ; un roman datant de 1875 qui n'a guère perdu de sa force de nos jours.

Les ruines de Paris en 4908 d'Alfred Franklin est un petit joyau littéraire à découvrir de toute urgence.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr  -  PRICEMINISTER.com


Présente édition : Editions L'Arbre Vengeur, 20 novembre 2008, 107 pages avec des illustrations d'Amandine Urruty

19:05 Écrit par Marc dans Franklin, Alfred | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alfred franklin, science-fiction, histoire, archeologie, litterature francaise | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!