lundi, 31 août 2009

Les vierges suicidées (The Virgin Suicides) - Jeffrey Eugenides - 1993

bibliotheca virgin suicides

Grosse-pointe est un quartier résidentiel très huppé de la banlieue de Detroit dans le Michigan. La vie y coule doucement, sans jamais de souci. Ses habitants sont heureux et rien ne peut les perturber dans leur tranquillité. Jusqu'au drame des soeurs Lisbon, dans les années 1970. Ronnie, professeur de mathématiques, et sa femme ont cinq magnifiques filles : Cecilia (13 ans), Lux (14 ans), Bonnie (15 ans), Mary (16 ans) et Therese (17 ans). C'est un foyer tranquille et sans souci, jusqu'au jour où la cadette , Cecilia, atteinte à sa vie en se coupant les veines. Tentative ratée, elle se suicide quelques semaines plus tard en e jetant de la fenêtre de la chambre.
Après ce drame, les parents tentent de prendre les choses en main en déscolarisant leurs filles pour les couper de l'influence néfaste du monde. Mais rien y fait, les beautés virginales décident elles aussi de se donner la mort.
Les gamins du voisinage ont tous été maqués par ces événements. Quelque part ils étaient tous amoureux de ces files mystérieuses qui, qui sans revendications ni plaintes se sont donnés la mort. Une vingtaine d’années plus tard, alors qu’ils frôlent les quarante ans, ceux-ci mèneront une enquête dans l’espoir un peu fou d’éclaircir toute cette affaire. Ce récit en sera le résultat, la reconstitution la plus minutieuse et la plus fidèle possible d’une année pour le moins particulière. Mais des zones d'ombre subsistent... vraissemblablement à jamais...

Les vierges suicidées (The Virgin Suicides) est le premier roman de l'écrivain américain d'origine grecque Jeffrey Eugenides. Publié en 1993 la version française ne sortira qu'en l'an 2000 lors de la sortie de l'adaptation cinématographique à succès, réalisée par Sofia Coppola avec l'actrice Kirsten Dunst dans le rôle principal. Dans l'édition française, le roman paraîtra à la fois sous le titre original (The Virgin Suicides) et sous le titre traduit (Les vierges suicidées).
Dans ce premier roman fort réussi, l'auteur invite le lecteur à suivre une enquête sur un fait divers s'étant produit il y a une vingtaine d'année. L'enquête est menée par des gamins ayant connu les soeurs Lisbon et qui en étaient secrètement amoureux. Et vingt ans après ceux-ci décident de revenir sur cette affaire et d'en récolter tous les témoignages. Et cela concerne les parents des soeurs Lisbon, les voisins, les collègues et tous les acteurs de ce drame, mais aussi les objets les plus dérisoires, tels les bâtons de rouge à lèvres, un journal intime, une maison en ruine, n'importe quel bout de moquette ou de cigarette. Tout y passe pour faire la lumière sur cette lumière. Et les collecteurs, aussidévots que possédés, même vingt ans après, n'arrivent à comprendre le fin mot de l'histoire. Que le récit soit raconté du point de vue des enquêteurs fait en sorte que le lecteur, non plus, n'en saura pas plus. Les limites du roman étant bien fixées, il reste au lecteur d'apprécier ces nombreux détails qui ont fait la vie de ces adolescents, l'atmosphère lourde et suffocante dans laquelle ils ont vécu, leurs espoirs et incompréhensions. Certains passages sont tout simplement inoubliables. En parallèle, le roman décrit aussi un monde vivant dans l'insouciance de l'après-guerre et qui évolue vers une certaine modernité avec ses dangers et contradictions.
Mais par les limites posé par l'auteur, le roman n'est pas toujours aussi captivant qu'il pourrait l'être de par la distance posée entre le lecteur et l'événement propre. Le tout manque de ce fait quelque peu de souffle et les soeurs Lisbon, pour analysés en profondeur, n'y prennent guère vie.

Les vierges suicidées (The Virgin Suicides), premier roman de Jeffrey Eugenides, est une belle réussite; et les soeurs Lisbon marqueront pendant longtemps l'esprit du lecteur.

Un roman bouleversant !

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  - ABEBOOKS.fr