mardi, 16 février 2010

L'histoire sans fin (Die unendliche Geschichte) - Michael Ende -1979

bibliotheca l histoire sans fin

Bastien Balthasar Bux est un garçon de douze, orphelin de mère et élevé par un père toujours absent et effacé. Pour échapper à sa vie morne et solitaire il s'évade dans son imaginaire en inventant par l'esprit une multitude de choses. Un jour, alors qu'il est pourchassé par des camarades de classe, pour qui Bastien est le souffre-douleur idéal, il se réfugie dans un magasin de livres antiques. Sous une impulsion autant inattendue qu'incontrôlée, Bastien dérobe y dérobe un livre étrange intitulé L'Histoire sans fin. Le libraire l'avait pourtant prévenu : ce livre est dangereux. Bastien ne peut résister et se lance dans sa lecture. L'histoire raconte une drôle d'histoire se déroulant dans un monde imaginaire du nom de Pays Fantastique, une terre peuplée d'elfes, de fées, de princesses et de monstres en tous genres. Mais le Pays Fantastique est rongé d'un mal étrange, voyant peu à peu s'effacer de nombreux de ses éléments dans un Néant mystérieux. Sa disparition complète est proche. Un héros du nom d'Atréju est nommé par la Petite Impératrice, souveraine incontestée de ce merveilleux pays, pour accomplir une grande quête: trouver un remède afin de sauver leur monde. Bastien est complètement happé par le livre qu'il n'arrive plus à relâcher, et cela au point, qu'il y est propulsé, en passant carrément de l'autre côté du miroir pour entrer dans l'histoire, l'histoire sans fin...

L'Histoire sans fin de l'écrivain allemand Michael Ende a été publié pour la première fois en 1979 et a depuis connu un succès sans fin : lu et relu par des enfants et adolescents du monde entier et adapté plusieurs fois, que ce soit au cinéma ou à la télévision. Initialement classé en tant que roman pour la jeunesse, ce roman a réussi à également conquérir un public bien plus adulte, par sa grande richesse et l'imagination débordante dont fait preuve l'auteur. Le roman est également classé dans le genre de la fantasy mais va bien au-delà de cela : si l'histoire reprend des éléments classique du genre, il aborde bien plus le pouvoir immense de l'imagination et de la lecture, thèmes pour lesquelles ce roman est un véritable plaidoyer. D'ailleurs cette terre imaginaire qu'est le Pays Fantastique est créé par les rêves et l'imagination des hommes et, l'héros Atréju le découvrira bien assez vite, il est détruit aujourd'hui par le Néant car les hommes ne rêvent plus. Et Bastien, comme dans tout bon roman initiatique se verra transformé, non pas en se faisant à la réalité mais en apprenant à exploiter son imaginaire.
Le lecteur suit avec grand plaisir ces aventures fantastiques, et comme Bastien, il est de plus pris dans l'histoire, une histoire sans fin, car bien au-delà du texte présent, tout peut être imaginé comme suites possible ou histoires secondaires. L'auteur lance d'ailleurs à de multiples reprises de nombreuses pistes pour de quelconques continuités, notamment en utilisant fréquemment l'expression "Ceci est une autre histoire, qui sera contée une autre fois". De plus, Atréju accepte de terminer les histoires commencées par Bastien au pays fantastique pour lui permettre de rentrer dans le monde des humains.
Pour le lecteur l'effet sera pratiquement le même que pour Bastien, le livre, en tout cas dans sa version originale, en mettant en place une savante mise en abîme afin que le lecteur s'identifie le plus possible au héros. Ainsi, le livre que lit Bastien peut être facilement assimilé à celui que tient le lecteur en main : même titre, même couverture, même mise en page en deux couleurs différenciant ainsi ce qui se passe dans le monde réel et ce qui se passe dans le Pays Fantastique, et quelque part le même pouvoir de transporter le lecteur vers un autre univers dont on reviendra changé. Hélas toutes ces particularités ne sont pas toujours respectés par toutes les éditions, dont notamment la couverture ainsi que l'impression en deux couleurs différentes.
L'histoire sans fin comporte encore bien d'autres astuces que l'on ne découvre qu'au fur et à mesure des relectures, tel par exemple le fait qu'il comporte 26 chapitres se déroulant dans le Pays Fantastique, dont le premier commence par la lettre A, le deuxième par la lettre B et ainsi de suite jusqu'au dernier qui commence par la lettre Z. Le prologue, dont le titre est "Livres d'occasion", écrit à l'envers (image de la vitrine de l'antiquaire vue de l'intérieur du magasin) a une importance particulière dans l'histoire, déjà par l'introduction qu'il fait, mais aussi du fait qu'il est aussi présent dans le livre relu par le vieillard de la montagne errante, ce qui signifie que ce dernier lit et écrit non pas le livre dérobé par Bastien mais bien celui que le lecteur a entre ses mains. Il est à noter aussi que le nom de l'auteur "Ende" signifie "fin" en allemand.
L'adaptation cinématographique la plus célèbre aujourd'hui reste celle de Wolfgang Peterson datant de 1984, celle-ci ne réussit toutefois guère à rendre la densité et la complexité du roman original.

L'histoire sans fin est un roman pas comme les autres, unique et merveilleux à plus d'un titre, et qui emporte le lecteur par un foisonnement impressionnant d'histoires fantastiques et palpitantes, toujours original et très astucieux, posant une réflexion profonde sur le pouvoir et la place de l'imagination et du rêve en chacun de nous. Un roman parfait pour la jeunesse, mais aussi pour un public plus âgé.

Un roman à lire et à relire... sans fin.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr  PRICEMINISTER.com


Présente édition : Editions Livre de Poche, 1 mars 2008, 497 pages