vendredi, 30 mai 2008

Dans la dèche au Royaume Enchanté (Down and Out in the Magic Kingdom) - Cory Doctorow - 2003

bibliotheca dans la deche au royaume enchante

"J'ai vécu assez longtemps pour voir le remède à la mort, assister à l'ascension de la Société Bitchun, apprendre dix langues étrangères, composer trois symphonies, réaliser mon rêve d'enfance d'habiter à Disney World et assister non seulement à la disparition du lieu de travail, mais du travail lui-même."

Julius, ou Jules, a tout d’un jeune homme malgré ses 150 ans. Et il réalise enfin son rêve : celui de vivre à Disney World en Floride. Car Julius fait partie d’une ad-hoc, ces équipes de volontaires qui se sont approprié le parc et ses attractions, qui les entretiennent et les améliorent avec une passion d’adolescents. Julius fait partie de l’ad-hoc qui s’occupe de la Haunted Mansion, la maison hantée, avec son train fantôme, le bal de spectre, etc. C’est une drôle de vie, évidemment, mais en cette fin de XXIème siècle le monde a radicalement changé. C’est l’ère de la Société Bitchun, une société dans laquelle la technologie a réussi à vaincre la mort, puisque l’esprit connecté au réseau peut se sauvegarder à tout moment et, en cas de mort, être réimplanté dans un corps tout neuf, cloné en 24 heures. Le travail aussi a été vaincu en même temps, car depuis l’Energie Libre tout existe à profusion, il suffit de se servir. Et cela a également tué la notion d’argent, car tout est disponible pour chacun et à tout moment. Le résultat en est que tout citoyen se doit de s’investir dans une activité artistique et culturelle pour pouvoir s’épanouir. Et c’est la raison pour laquelle Julius s’investit à Disney World. Mais si plus rien n’a de valeur marchande, il reste une valeur qui prime sur tout le reste : les whuffies. Ceux-ci mesurent en temps réel la popularité et la réputation de chacun. Lorsque les gens vous apprécient ou admirent vos activités, ils vous attribue du whuffie. Si, au contraire, ils ne vous apprécient pas, votre whuffie diminue. Et quand le whuffie est trop bas, on vit seul et on a une vie triste. Infinie, mais vide.
Et pour Julius, il n’y a aucun problème avec cela. Il vit paisiblement à Disney World, avec sa copine Lil, dont il est très amoureux,  et s’entend bien avec tous ses voisins.
Mais un beau jour, Julius est mystérieusement assassiné. Il est de suite ressuscité et peut continuer à vivre sans problème. Mais cette mort va le blesser plus que d’habitude et il sera obnubilé par l’idée de retrouver son meurtrier. D’autant plus qu’il a de sérieux soupçons portés sur Debra, leader de l’ad-hoc qui a entrepris de moderniser l’attraction voisine, le Hall of Presidents, et qu’il suspecte de vouloir également mettre la main sur son manoir hanté. Et Julius n’arrive plus à se détacher de cette idée fixe.
Peu à peu il finit par se fâcher avec ses voisins, puis avec sa petite amie Lil pour finir fâché avec tout le monde. Son whuffie est en chute libre, et événement rarissime, Julius va finir par se retrouver déconnecté du réseau.
Et l’utopie se transforme pour lui en véritable enfer.

Dans la dèche au Royaume Enchanté
est le premier roman de l’auteur canadien Cory Doctorow, qui s’est également fait connaître en tant que blogueur sur des sites persos à très fort succès. Fait exceptionnel : ce roman publié outre-Atlantique en 2003 chez l’éditeur Tor et est également publié gratuitement sur internet sous licence Creative Commons. Le roman fut téléchargé plus de 700.000 fois dans les trois premières années de sa publication, ce qui n’a pas empêché la version papier a devenir un gros succès en librairie. Et ainsi, en très peu de temps, Cory Doctorow a acquis une immense notoriété dans le domaine.
Dans ce roman Cory Doctorow mène le lecteur à la suite de Julius, dont la vie va connaître de gros bouleversements une bien étrange utopie qui pourtant ne semble pas si éloignée que cela.
La lecture du roman est plutôt difficile et il est peu évident de s’identifier au personnage de Julius, tant ses préoccupations semblent éloignées de celles d’un citoyen d’aujourd’hui. En effet la vie, la mort, le confort, la sécurité, la réussite sociale, …, sont toutes des notions qui n’ont plus aucune valeur dans le monde décrit par Doctorow. De plus le style de Doctorow tient plus du journaliste que du véritable romancier. Le tout manque un peu de nerfs et vaut plus par l’analyse que par son histoire qui finalement se révèle assez peu entraînante.
Ce roman peut donc être considéré comme assez peu réussi, si ce n’est la compétence d’analyse et de projection de Cory Doctorow, véritable adepte de la culture web, qui décrit avec beaucoup d’intelligence les torts et travers actuelles et futures des réseaux sociaux et autres mondes virtuels. Les whuffies ne sont qu’une transcription de la popularité (qui se compte en nombre de connaissances, de points attribués par d’autres utilisateurs, etc) sur ce type de réseaux. Et Doctorow nous démontre dans ce roman tout l’absurde de ces nouvelles technologies.

Dans la dèche au Royaume Enchanté est un roman certes peu réussi et qui risque de lasser un bon nombre de lecteurs, mais a le mérite de présenter et développer des idées intéressantes sur les nouveaux développement de la société d’internet en devenir.

En bref donc un roman peu abouti mais qui peut même fortement intéresser par ses idées.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

13:53 Écrit par Marc dans Doctorow, Cory | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cory doctorow, science-fiction, utopies, litterature canadienne | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!