mercredi, 18 avril 2007

La Horde du Contrevent - Alain Damasio - 2004

bibliotheca la horde du contervent

Sur une terre lavée de rafales
une élite de sobres fous a été formée
pour aller chercher l'origine du vent.

Ils sont 23,
guidés par l'Eclaireur - ARVAL,
menés par le Traceur - GOLGOTH,
protégés par le combattant - ERG.

Ils sont l'orage marchaur.
Ils sont la foudre lente.
Ceux qui les ont vus contrer ne les tutoient plus.

Ils iront au bout.

Ils sont la Horde du Contrevent.

Ils sont 23 dans la Horde, tous unis, en Pack et en Fer, derrière Golgoth, 9e du nom, le traceur. Il y a Pietro Della Rocca, prince honnête et probe, droit dans ses bottes. Sov Strochnis, le scribe, qui observe et note tout, qui veut savoir. Caracole, le troubadour, fantasque et léger comme une zéphyrine. Erg Machaon, le combattant-protecteur, vif comme la foudre, solide comme le roc, fidèle comme un chien. Et Oroshi, l'aéromaîtresse qui sent si bien les vents, secrète et réservée ; et Aoi Nan, la petite sourcière, si gentille, et Horst et Karst, les jumeaux piliers, toujours prêts, toujours joyeux ; et Coriolis, la petite croc ramassée dans un village d'abrités, innocente et courageuse ; Arval l'éclaireur, un vrai lutin, l'autoursier et le fauconnier, la feuleuse, le fleuron et l'artisan du bois...
Tous ensemble ils forment la 34e Horde du Contrevent qui trace en amont vers l'origine du vent. Ils ont été sélectionnés gamins en Extrême-Aval, une terre poncée avec en son centre une bande de cinq mille kilomètres de large et sur ses franges un miroir de glace à peine rayable, inhabité. Leur terre est sans cesse rincée par les vents, les villages y sont accrochés avec leurs maisons en forme de goutte d'eau. Leur mission : parvenir à l'Extrême-Amont, source de tous les vents, origine du monde, du moins c'est ce qu'ils croient. Des hordes il en a existé 33 en huit siècles, toutes infructueuses. Mais la 34e Horde à tenter ce parcours impossible et affronter les différents vents (slaminos, choons, crivietz, furvents etc.) souvent dévastateurs se veut cependant être l'ultime Horde. Le Traceur est plus obstiné que jamais à avancer dans ce monde si souvent hostile. Car outre les terribles vents qu'ils devront contrer, ils devront affronter les chrones et leurs aberrations physico-mentales, les pirates, le Corroyeur qui se nourrit de leurs vifs, le désert et son sable abrasif, la flaque de Lapsane et son Siphon ouvert sur le néant, Norska et ses falaises de glace laminées par les tempêtes de neige... Pour atteindre leur but ils devront également apprendre à comprendre ce monde mystérieux qui les entoure afin de pouvoir le maîtriser.

Avec son deuxième roman après La zone du dehors (2001) Alain Damasio fait une entrée fracassante dans le monde littéraire. La Horde du Contrevent est un véritable chef-d'oeuvre littéraire d'une rare originalité. C'est à la fois envoûtant, déroutant et souvent tout simplement brillant. L'univers créé par Alain Damasio est tout simplement magnifique, un univers hors temps et hors espace où tout tourne autour du Vent et d'ailleurs l'unique but des 23 héros de ce roman est d'en découvrir l'origine. Cependant cette oeuvre totalement atypique risquera d'agacer plus d'un lecteur traditionnel de science-fiction. On est bien loin des règles du genre, ce qui met ce roman finalement en marge de la science-fiction. Ce roman s'adresse finalement à tout lecteur voulant s'immerger dans un imaginaire toujours surprenant et magique à souhait.
L'expédition de cette 34e horde nous est racontée de l'intérieur même de la Horde. A tour de rôle et sous forme de brefs chapitres les différents témoignages des 23 personnages nous sont relatés. Chacun a son style et sa propre façon de voir les événements qui se produisent, les différents personnages étant distingués par des signes de ponctuation. Ce va-et-vient continu entre les différents personnages confère au récit un dynamisme tourbillonnant d'une exceptionnelle fluidité et nous fait ressortir une galerie de personnages incroyablement vivants et proches de nous. De ces différentes voix ne sort à la fin finalement qu'une seule harmonieuse représentant chacun des membres de le Horde. S'en sortir avec 23 narrateurs différents n'est pas chose aisée et le lecteur s'y perdra hélas bien de temps en temps.
Mais ce qui frappe le plus est la richesse de l'écriture. Alain Damasio a dû réinventer un langage pour cette immense aventure épique. Ce monde ne peut être décrit avec des mots ordinaires, il fallait en inventer d'autres, des plus spécifiques et dont le son rappellera toujours la signification du terme en question, afin d'immerger le lecteur totalement dans cette histoire. A croire qu'il s'agît plus de poésie en prose que d'autre chose. Les néologismes affluent, de même que les détournements de sens. Ponctuations, syntaxes, ..., tout y passe pour être détourné dans le sens de cet univers. Ce style rend l'immersion au départ de la lecture plutôt difficile, mais petit à petit le lecteur s'y fait commence à réellement apprécier ce style au bout de quelques pages.
Autre originalité de ce roman est la numérotation inversée des pages, dont le sens devient vite prévisible au lecteur et qui se confirmera uniquement dans les dernières pages du livre.
Les événements que va vivre la Horde, ainsi que les obstacles qu'elle doit surmonter sont souvent d'une grande originalité. Obstacles qui sont parfois de facture classique : manger, combattre, affronter un environnement hostile... Parfois moins : chrones, tour Fontaine, duel verbal à Alticcio... Et puis, au fur et à mesure que la Horde progresse, il faut aussi affronter le doute, qui mine les esprits des uns ou des autres, trouver de nouvelles sources de motivation, de volonté, pour poursuivre le périple. Cela se transforme finalement en véritable récit d'apprentissage pour ces 23 personnages. Cependant toutes les aventures vécues ne susciteront pas toujours le même intérêt auprès du lecteur.

Vous l'aurez compris, ce livre est terriblement original à plus d'un titre. La Horde du Contrevent a d'ailleurs obtenu le Grand Prix de l'Imaginaire en 2006. Cependant il faut dire que si la plupart seront accrochés à ce récit un bon nombre d'entre eux, dont moi compris, se lasseront quelque peu de cette immense aventure.

La Horde du Contrevent est un livre tout simplement unique.

A découvrir!

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Extrait:

) À la cinquième salve, l'onde de choc fractura le fémur d'enceinte et le vent sabla cru le village à travers les jointures béantes du granit. Sous mon casque, le son atroce du roc poncé perce, mes dents vibrent - je plie contre Pietro, des aiguilles de quartz crissent sur mon masque de contre. À terre, dans la ruelle qui nous couvre, deux vieillards tardifs qui clouaient un volet ont été criblés; plus loin au carrefour, je cherche en vain la poignée de mômes qui crânaient front nu en braillant des défis que personne, pas même nous, ne peut à cette puissance, et sous cette viscosité d'air, relever. Toute la Horde est à présent plaquée contre la face ouest d'une bâtisse qui nous a paru un peu moins pitoyablement jointoyée que les autres, à attendre le ressac, la courte pause dans l'accélération qui nous permettra de contrer dans le dédale des rues jusqu'aux fortifications, puis au-delà, si l'on sort. Si l'on se décide - finalement - à sortir. Des dômes les plus hauts, du métal tordu crie dans les accalmies, une éolienne grince, hoquette - elle repart... Se bloque. Les pales crépitent sous la grenaille. Une rafale encore - et le bruit se fond dans le rugissement saturé. À ma gauche, un chat oblong se cale, ébouriffé, dans une encoignure trop étroite pour lui, et volent les jouets cassés, des calebasses, des bancs qui raclent et des tuiles de terre cuite arrachées et jetées comme à la main à trois mètres de nous. Il n'y a plus de doute maintenant, pour personne : le furventarrive. Il sera là dans l'heure. Il s'annonce, comme toujours en quintet. Et il ne laissera rien debout ici, dans ce bled qui ne figurait sur aucun carnet de contre, tant son plan carré, ses ruelles axiales et son architecture en pisé auraient fait hurler une Oroshi de huit ans.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

14:59 Écrit par Marc dans Damasio, Alain | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : alain damasio, litterature francaise, fantasy, science-fiction | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!