dimanche, 17 décembre 2006

En attendant les barbares (Waiting for the Barbarians) - John Maxwell Coetzee - 1980

bibliotheca en attendant les barbares

Dans un autre temps, aux frontières d'un Empire imaginaire, se dresse un fort dans une oasis, dernier rempart avant les vastes terres non ou peu civilisées. Ce fort est dirigé par le magistrat, un homme juste qui voit sa vie et celle de son fort avancer paisiblement. Tout se passe bien. Il y a même un commerce qui s'est établi avec ceux d'au-delà la frontière, des nomades qu'on qualifie dans l'Empire par le terme de barbares. Mais des rumeurs courent dans l'Empire. Celui-ci serait menacé par des hordes de barbares qui s'organiseraient quelque part de l'autre côté de la frontière. Le pouvoir central cherche à attiser les peurs de la population en lui faisant croire qu’une invasion de barbares est imminente. Le pouvoir central désigne comme étant des barbares de simples nomades, qui ne demandent qu’à vivre tranquillement sur des terres qu’ils considèrent comme étant la propriété de tous. Leur seul tort est finalement d’être différents de la population dite civilisée et de vivre selon des traditions séculaires. le pouvoir central ne cessera d'ailleurs pas de grossir cette menace afin de mieux asseoir son autorité. Les barbares représentent un parfait bouc émissaire. Le magistrat tente de s'opposer à cette peur grandissante, mais un homme seul ne peut pas grand chose contre la peur d'un peuple et la folie d'un état. Son opposition sera cependant constatée par les autorités, et le magistrat sera petit à petit suspecté, puis emprisonné sous divers motifs d'accusation.

Dans En attendant les barbares le Sud-Africain John Maxwell Coetzee nous raconte l'histoire d'une société uchronique aux prises avec la peur d'un ennemie imaginaire. Ceux qu'on appelle ici les barbares ne sont que de simples nomades, pourtant la société les accusera de tous les maux. Coetzee y décrit comment le régime va profiter de cette hystérie collective afin de renforcer son pouvoir en abusant des droits de la population. Il est facile pour le lecteur de voir des parallèles entre l'Empire imaginaire décrit dans le roman et l'Afrique du Sud de l'époque de l'apartheid, mais si aucune référence n'est faite par l'auteur à son pays d'origine. A cette époque l'Afrique du Sud menait une politique répressive, une fuite en avant vers le "tout sécuritaire", qui mettait le pays à feu et à sang. L'ambiance et le climat de violence et de suspicion de cette époque se ressentent parfaitement dans ce roman. Mais cela va bien au-delà de ça. Le message de Coetzee est bien plus universel et a de plus en plus d'actualité en ce moment. Et les exemples sont nombreux (p.ex. la politique de l'administration américaine face à ce sois-disant Axe du Mal, etc.). De plus le roman est très pessimiste et se termine sans message. A la fin on constate que malgré toutes les horreurs vécues, personne n'a appris la moindre leçon: les soldats quittent la place uniquement pour aller se battre ailleurs. Tant qu'un pays vit dans la peur, tout sera toujours possible.

Lors de sa publication en 1980, le roman En attendant les barbares a immédiatement connu un immense succès en Afrique du Sud, mas aussi d'un point de vue international. Mais il a aussi fait l'objet d'immenses critiques dans son pays d'origine, des critiques venant principalement de certains membres du gouvernement et d'autres instances politiques. Mais Coetzee ne pourra jamais être atteint dû à l'immense notoriété qu'il va rapidement gagner à l'étranger. J. M. Coetzee sera d'ailleurs plusieurs fois lauréat du Booker Prize et en 2003 il remportera le Prix Nobel de littérature.

En attendant les barbares est un excellent et indispensable roman, qui même s'il a été écrit en 1980, est de toute actualité aujourd'hui.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !