jeudi, 03 janvier 2008

L’inspecteur Ali – Driss Chraïbi - 1991

bibliotheca l inspecteur ali

Brahim Orourke est l’auteur de plusieurs romans dont une série policière à succès mettant en scène le célèbre personnage l’inspecteur Ali. Par ses écrits Brahim Orourke est devenu une véritable légende dans son pays d’origine dans lequel il est récemment retourné vivre accompagné de Fiona, sa femme écossaise, enceinte, et de ses enfants. Quand l’histoire débute on apprend que le couple va recevoir la visite des parents de Fiona, Jock et Susan, qui n’ont jamais auparavant fait de voyages au Maroc et qui donc en ressentent certaines appréhensions. Brahim Orourke, appréhendant certaines appréhensions de la part de ses beaux-parents, s’inquiète également. De plus que le moment est bien mal choisi. En effet Brahim Orourke décide de donner une nouvelle orientation assez radicale à sa carrière d’écrivain en voulant abandonner à jamais l’inspecteur Ali. Son but est d’écrire un roman politico-social, Le Second Passé simple, où il dénoncera les injustices que subit l’homme arabe dans le monde. Hélas il n’arrivera jamais à ses fins, et à force d’insister dans cette voie il finit par écrire un livre, pas celui espéré, mais plutôt une nouvelle aventure de l’inspecteur Ali qui réussira à reprendre le dessus sur l’écrivain.

L’inspecteur Ali est un bien étrange roman policier, d’ailleurs ce n’est pas vraiment un. Un policier, caractère récurrent dans l’œuvre de Driss Chraïbi, est mis en scène, mais ce dont il est question est plutôt son auteur, un écrivain marocain qui pourrait être le double parfait de Driss Chraïbi lui-même. Mais finalement il est bien difficile de cerner le sujet exact de ce livre, et peut-être que cela n’est pas si important que cela. Derrière cette mise en abîmes autour du personnage de l’écrivain, renforcée par l’avertissement qui ouvre le roman indiquant que le vrai auteur ne serait autre que l’inspecteur Ali lui-même, on ressent la volonté de Chraïbi d’écrire sur sa longue carrière bibliographique et de se poser une multitude de questions sur son devenir, son succès et sa motivation réelle d’écrire.
Mais il s’agît également du conflit orient-occident présent dans la famille même du personnage. Les références à son précédent roman Le Passé simple (1954) qui mettait en scène l'incompréhension et la rupture entre un père, ancré dans les traditions, et un fils, de retour après de longues études en Occident, sont nombreuses. L’auteur Brahim Orourke tentant même d’écrire une suite à ce roman. Ici, par contre, Driss Chraïbi semble voir une conciliation possible entre l’orient et l’occident, et cela principalement grâce aux personnages féminins du livre, un peu comme si les véritables coupables des conflits entre orient et occident n’étaient autres que les hommes et leur fierté culturelle.

Le roman est écrit avec énormément d’humour et de tendresse et donne l’occasion à Driss Chraïbi de dresser une irrésistible galerie de personnages et de situations. Malgré ses sujets plutôt intéressants et son style très vif et prenant, le lecteur se sentira cependant un peu perdu par la complexe construction du texte.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Voir également :
- L’homme qui venait du passé - Driss Chraïbi (2004), présentation et extrait

mardi, 07 novembre 2006

L'homme qui venait du passé - Driss Chraïbi - 2004

bibliotheca l homme qui venait du passé

Qui se serait douté qu'un cadavre retrouvé au fond d'un puits dans le patio d'un ryad à Marrakech puisse être aussi important. L'inspecteur Ali est dépêché sur place. Il identifie directement le cadavre, ce qui d'ailleurs n'est pas e ce cadavre derrière lui. L'enquête mènera le policier marocain bien hors des frontières de son pays, jusqu'en France, aux Etats-Unis, en Suisse et en Afghanistan où il sera amené à enquêter à la fois sur des barons de la drogue, des financiers sans scrupules et des islamistes terroristes. Car il en ressort vite que c'est toute la sûreté du monde qui est en jeu dans cette affaire. Tout cela pour remonter la piste de ce mystérieux personnage retrouvé à Marrakech et qui n'est autre que l'homme le plus recherché du monde.

L'homme qui venait du passé est un incroyable roman policier de l'auteur marocain Driss Chraïbi, qui remet ici en scène l'un de ses personnages favoris, celui de l'Inspecteur Ali. Mais il s'agît ici plus d'une comédie sur le pseudo-conflit qui oppose l'Orient à l'Occident dans laquelle l'écrivain interprète à sa manière les événements majeurs des sociétés occidentales et arabes de ces dernières années. Driss Chraïbi utilise dans ce roman son personnage de l'inspecteur, qui est déjà paru dans de nombreux autres de ses romans, qu'il lance enquêter sur les secrets les mieux gardés de la planète et ainsi donner sa propre vision des relations internationales. Chraïbi nous raconte cette histoire avec beaucoup d'ironie grinçante et de satire féroce. Il s'en prend joyeusement à la politique internationale, aux magouilles politiciennes marocaines, à la presse, ... Hélas l'humour utilisé est parfois un peu trop léger et futile (certaines blagues sont particulièrement faciles). Le lecteur suit l'intrigue avec grand plaisir, même si le développement de celle-ci est un peu décousue. Le style d'écriture franc, direct, féroce et souvent insolent, plutôt bon en général, m'a cependant de temps en temps énervé durant la lecture.

Un roman policier marocain qui loin d'exceller est plutôt original et bien intéressant.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Extrait: Avant-propos

Les beignets étaient chauds, gluants de miel de l'Atlas, aussi appétissants que des monts de Vénus en pleine jouissance. Le thé vert était parfumé à la "chiba", cette absinthe sauvage inconnue des touristes. La journée s'annonçait sous les meilleurs auspices. Avec un soupir d'aise, l'inspecteur Ali déplia ses interminables jambes sous la table basse, noua une serviette autour de son cou et déploya un journal qui datait de quelques jours.

"De notre envoyé spécial à Washington. Le Congrès vient de voter, à l'écrasante majorité de 346 voix contre 40 et peu d'abstentions, une résolution demandant au Président George W. Bush de décréter un jour de jeûne et de prières pour que la Providence divine protège l'Amérique et les forces de la coalition engagées en Irak..."

... Ami lecteur, ce livre que vous venez d'ouvrir aurait pu s'arrêter ici, selon toutes les lois de la statistique, sinon de la tuyauterie la plus élémentaire. Vous auriez peut-être été frustré - et moi plus encore. Plus de héros, plus d'enquête ! Parce qu'à cet instant précis, l'inspecteur Ali aurait dû logiquement mourir d'étouffement. Prenez un beignet, fourrez-le de quelques olives dénoyautées (du sucré-salé en quelque sorte), et essayez donc de l'avaler sans mâcher ou presque. C'est possible, dites-vous ? D'accord ! Mais si dans le même temps, au moment de déglutir, vous étiez pris d'un brusque accès d'hilarité ?... C'est ce qui arriva ce matin-là à l'inspecteur. Ne me demandez pas comment il resta encore en vie, sans assistance respiratoire, loin de tout service de réanimation. Je puis cependant avancer une hypothèse qui vaut ce qu'elle vaut : il fut sauvé par l'habitude - une sorte de long entraînement pour les courses 400 mètres haies.

- Argh ! Fit-il. Khkhkh ! La face rouge et les yeux exorbités, deux ou trois minutes durant il ne fit rien d'autre qu'émettre des borborygmes et autres bruitages intraduisibles en quelque langue que ce soit, même en marocain du bled. Il toussa. Il cracha. Quelques miettes de nourriture atterrirent sur la photo de Saddam Hussein qui ornait la une du journal - des "dommages collatéraux", pour employer les termes civilisés qui n'entrent pas dans la ligne de mes références -.

Revenons à notre inspecteur. Il but un verre de thé, d'un seul trait, afin de faire descendre ce qui restait coincé dans sa gorge malgré lui. Il alluma une cigarette de sa confection, moitié tabac moitié kif. Il tira bouffée sur bouffée, à toute vitesse. La fumée lui sortait par les narines. C'était bon. La vie était belle. Ce n'est qu'après avoir écrasé son mégot dans une soucoupe qu'il rendit grâces à Dieu. Il dit :

- Allah akbar ! Je ne le ferai plus. Je suis un musulman de fraîche date.
Dans le bol, il n'y avait plus que des noyaux d'olives. Mais il restait un rescapé : un beignet, un seul. Ali le regarda, le scruta comme s'il se fût agi d'un suspect, d'un "mis en examen". Après mûres réflexions, il le partagea en deux, puis en quatre. Il dit avec une espèce de désespoir tranquille :

- Mâche, Ali ! Mâche, comme te l'avait recommandé ta maman, que Dieu repose son âme en son saint paradis !

Et il se mit à mastiquer consciencieusement. Il fallait ce qu'il fallait. Mais il ne fallait pas ce qu'il ne fallait pas.

"Bagdad. De notre envoyé spécial. Extraits du discours du Président Saddam Hussein. "Au nom de Dieu Clément et Miséricordieux ! Frappez les ennemis de la nation arabe et de l'Islam ! Combattez-les, car ce sont des agresseurs maléfiques maudits par la Providence. Ne leur donnez aucune occasion de souffler, jusqu'à ce qu'ils se retirent, bredouilles et défaits, des terres des musulmans. Vous serez les vainqueurs et ils seront les vaincus. Celui qui est tué sur les terrains du combat sera récompensé par un paradis éternel. Saisissez donc cette chance d'éternité, ainsi qu'il est écrit dans le Saint Livre..."

- C'est pas possible ! s'exclama l'inspecteur Ali en repliant le journal. Ces orientalistes du Pentagone et de la CIA ont dû se servir d'un guide pour touristes en guise de dictionnaire bilingue. Qui c'est ce journaleux qui a traduit ce galimatias ? Traduit !.. J'aimerais bien discuter avec lui à coups de matraque dans les caves du commissariat central... À moins que ce président moustachu n'ait jamais lu un seul verset du Coran, hey ? Il parle de la Providence tout comme Bush le chrétien. Je vais lui passer un coup de fil. Je dois avoir le numéro de son portable dans mon vieux carnet. Il m'a coupé l'appétit, ce ramadaneur de la onzième heure. Pourquoi il ne va pas, "lui", au paradis éternel ?...

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Voir également :
- L’inspecteur Ali - Driss Chraïbi (1991), présentation

14:00 Écrit par Marc dans Chraïbi, Driss | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : litterature marocaine, driss chraibi, romans policiers, inspecteur ali | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!