lundi, 05 décembre 2005

Les Enfants de l'Esprit (The Children of the Mind) - Orson Scott Card - 1996

Les Pequeninos, la Reine des Buggers et les humains de Lusitania sont menacés par l'arrivée de la flotte stellaire qui compte utiliser un désintégrateur moléculaire, pour préserver le restant de la race humaine du terrible virus de la Descolada. Seule Jane, l'intelligence artificielle alliée d'Ender, autre espèce intelligente, est capable de les sauver, mais son action risque d'être contrée par le congrès interstellaire.

Quant à Ender lui-même, il doit affronter ses pires démons, tous ceux qui se sont accumulés depuis le début de la série, en commençant par la réapparition d'un clone de son maléfique grand frère, Peter, et de sa soeur, Val. Il devra mintenir toute son attention pour que les enfants nés de son esprit - Peter et Val - puissent mener à bien leurs quêtes respectives : la recherche d'un puissant leader d'opinion susceptible d'influer sur la décision du congrès, et l'exploration de planètes colonisables pour préparer l'exode des espèces menacées.

Dernier volume de cette saga, et certains diront: enfin! Ce roman est meilleur que le précédent, ce qui n'est pas très dur, mais il reste encore bien en-dessous des deux premiers tomes.

Toutefois Orson Scott Card, même s'il écrit des bêtises, reste un écrivain hors pair, et le lecteur ne se lassera pas de suivre les aventures de Ender, jusqu'à leur dénouement final.

La fin de cette longue saga est un peu prévisible d'ailleurs. Donc en gros, il ne faut pas trop en espérer de ce volume, sauf qu'il met un terme à une longue saga, qui a connu ses hauts et ses bas.

Voir également:
- La Stratégie Ender (Ender's Game) - Orson Scott Card (1985), présentation
- La Voix des Morts (Speaker for the Dead) - Orson Scott Card (1985), présentation
- Xénocide (Xenocide) - Orson Scott Card (1991), présentation

21:58 Écrit par Marc dans Card, Orson Scott | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : orson scott card, science-fiction, le cycle de ender, litterature americaine | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!

samedi, 03 décembre 2005

Xénocide (Xenocide) - Orson Scott Card - 1991

La saga d'Ender continue avec Xenocide.

Trois espèces intelligentes vivent actuellement sur Lusitania, les Pequeninos, natifs de cette terre, les humains, qui l'ont colonisé, et la reine des Buggers, amenée là par Ender Wiggins (voir volume précédent). Il y a beaucoup de tensions entre les espèces, et de plus, un virus mystérieux, la descolada, qui fait partie du cycle de vie des Pequeninos et devient de plus en plus virulent et risque d'essaimer à travers l'univers. Le congrès galactique envoye une flotte pour mettre la planète au pas, et se débarrasser de ce virus. Mais a-t-on le droit de neutraliser ce virus, qui est peut-être lui aussi intelligent, au risque de commettre un nouveau xénocide et de nuire aux Pequeninos?

Ce livre est la suite directe de La Voix des Morts (Speaker for the Dead), cependant il est loin de l'égaler. On s'ennuie énormément à lire toutes ces disgressions philosophico-religieuses que nous a préparé le mormon Orson Scott Card. Il s'embarque dans une extrapolation scientifique douteuse en expliquant la vie, le comportement humain, etc, à partir d'une particule élémentaire, le philote. Le tout est un peu fumeux. Card détourne la science pour appuyer ses théories qui établissent une distinction un peu facile entre l'organique et le minéral, et même entre la vie intelligente et la vie non intelligente. Il prétend qu'elles peuvent heurter des préjugés scientifiques, mais elle se fonde sur ses propres préjugés. Toute cette mystique donne une image bien simpliste de la vie et du monde.

Cependant ce livre contient quand même d'autres aspects intéressants: réflexions sur le secret d'état, la manipulation des hommes par la religion; mais il est dommage que les débats soient interrompus par l'explication philotique censée résoudre tous les problèmes.

Le lecteur, qui a commencé la série de Ender par la Stratégie Ender (Ender's Game) tombe de haut en arrivant à ce volume. Le tout est agaçant, irritant, ennuyeux, l'intrigue avance mais avec lenteur. Hélas ce volume est un passage obligé aux plus assidus qui veulent terminer cette série de quatre volumes.

Voir également:
- La Stratégie Ender (Ender's Game) - Orson Scott Card (1985), présentation
- La Voix des Morts (Speaker for the Dead) - Orson Scott Card (1985), présentation
- Les Enfants de l'Esprit (The Children of the Mind) - Orson Scott Card (1996), présentation

17:05 Écrit par Marc dans Card, Orson Scott | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : orson scott card, science-fiction, le cycle de ender, litterature americaine | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!

mercredi, 30 novembre 2005

La Voix des Morts (Speaker for the Dead) - Orson Scott Card - 1985

Après avoir détruit la dernière planète des Buggers (voir La Stratégie Ender), Andrew Wiggin fut acclamé comme un Sauveur. Mais bien des années plus tard, l'Humanité ayant finalement compris - grâce notamment aux propres écrits d'Ender - qu'il s'agissait là de la plus grande erreur jamais commise par l'homme, c'est en tant qu'Ender le Xénocide qu'il fut désormais connu.

Cependant 3000 ans plus tard l’humanité a découvert sur une planète lointaine, Lusitania, une autre forme extra-terrestre, qui semble douée d’intelligence. L’ombre de Ender, plane toujours, et il n’est plus question de commettre les mêmes erreurs. Des xénologues sont détachés pour étudier ces êtres, les Pequeninos ou piggies. Mais un beau jour, sans mobile apparent, un des chercheurs, est torturé à mort par ses sujets d’étude. Les piggies sont-ils une menace ? Doit-on s’en inquiéter ? Est-ce que l’homme peut vivre ensemble avec une autre espèce intelligente ?

Ender, lors de la bataille contre les Buggers avait pu sauver, à l'insu de tous, un cocon renfermant l'espoir de toute une race de vivre à nouveau. Ployant sous le fardeau de la culpabilité, Ender, avait alors décidé de sillonner l'espace à la recherche d'une planète pour accueillir les Buggers, et devint Porte-Parole-des-Morts, un homme chargé de raconter sans mensonges ni faux-semblants la vie d'hommes pour lesquels on faisait appel à lui. … Jusqu’à ce qu’il entend parler des événements sur Lusitania. Ender va tenter d ‘empêcher un nouveau xénocide.

La Voix des Morts fait suite à l'excellent La Stratégie Ender, et on retrouve un Ender, mais cette fois adulte et mature, qui aura à résoudre un délicat problème avec l'étonnante race des cochons humanoides, les Piggies. Le tout se passe dans un cadre totalement différent. Ici, le décor n'est pas militaire, et le roman est beaucoup moins violent et intense.

Le sujet central de cette suite, toute aussi prenante que le premier opus, est une réflexion sémantique autour du thème de l'étranger. Mais la distinction entre "raman" et "varelse" repose sur des considérations intellectuelles ou morales très exclusives qui ne sont définies qu'en rapport avec l'homme, aboutissant à une conception humanocentriste qui semble aller à l'encontre du but recherché, si l'on en croit le message moral que tente de faire passer Card au sujet des incompréhensions mutuelles, et qu'il élude quand il s'agit de l'appliquer aux autres animaux. Il paraît étrange de résumer l'intelligence à la possibilité de communiquer, car celle-ci n'est pas si évidente que veut nous le faire croire Card.

La Voix des Morts est un très bon roman, et une suite digne de La Stratégie Ender. Il est à signaler que cette suite a également obtenu le Hugo Awards.


Voir également:
- La Stratégie Ender (Ender's Game) - Orson Scott Card (1985), présentation
- Xénocide (Xenocide) - Orson Scott Card (1991), présentation
- Les Enfants de l'Esprit (The Children of the Mind) - Orson Scott Card (1996), présentation

13:06 Écrit par Marc dans Card, Orson Scott | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le cycle de ender, science-fiction, orson scott card, litterature americaine | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!

mardi, 29 novembre 2005

La Stratégie "Ender" (Ender's Game) - Orson Scott Card - 1985

Andrew Wiggin, surnommé Ender, est un enfant de six ans vivant dans un futur qui a subi deux attaques dévastatrices d'insectes extraterrestres, appelés communément les 'Buggers'. Les nations se sont regroupés pour unir leurs forces, sous une armée internationale. Un programme militaire pour la formation des futurs commandants de la flotte est en cours. Ces futurs stratèges, tous des enfants doués de capacités intelectuelles hors normes, devront être suffisamment sensibles pour ne pas être des monstre, mais assez durs pour tuer. Mais le temps est compté. Ender est choisi pour devenir un futur stratège, dû à son intellect hors norme. Très vite, parmi les élèves-officiers - tous des surdoués - Andrew Wiggin, focalise toutes les attentions. Appelé à devenir un puissant stratège, voir le plus puissant, pour parer une nouvelle invasion, il est le jouet des manipulations supérieurs depuis sa naissance... Ender est condamné à se dépouiller de lui-même pour porter le poids de l'humanité jusque dans les étoiles.

Les romans d'Orson Scott Card sont de véritables drames shakespeariens. Ender erre en quête d'une liberté qui lui sera toujours refusée, afin d'accomplir les tâches que d'autres ont choisies pour lui. Ce roman montre également sans détours la violence des relations entre les enfants. Lorsque celle-ci est exacerbée et exploitée à des fins militaires (ou à n'importe quelles fins par des adultes), le résultat est effrayant. On y voit également la perversion du jeu, jeu auquel s'entraînent les enfants dans le centre de formation, métaphore évidente du sport professionnel à l'américaine, mais aussi le jeu vidéo qui absorbe le jeune Ender de plus en plus, et les stratégies employées sont fort intéressantes.

Ce roman, qui a remporté à la fois les deux plus prestigieux prix de science-fiction, le Hugo et le Nebula, tient le lecteur en haleine depuis la première jusqu'à la dernière page, malgré ses nombreuses invraissemblances (l'histoire parallèle du frère et de la soeur d'Ender est peu crédible, même si elle est très intéressante). On y trouve de nombreuses références évidentes à Starship Troopers de Robert A. Heinlein, mais le livre reste tout à fait unique. Le livre est d'ailleurs l'un des plus populaires du genre de la science-fiction, et à raison.

La Stratégie "Ender" est le premier d'une série de quatre livres, la Saga "Ender".


Voir également:
- La Voix des Morts (Speaker for the Dead) - Orson Scott Card (1985), présentation
- Xénocide (Xenocide) - Orson Scott Card (1991), présentation
- Les Enfants de l'Esprit (The Children of the Mind) - Orson Scott Card (1996), présentation

21:42 Écrit par Marc dans Card, Orson Scott | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : le cycle de ender, orson scott card, science-fiction, litterature americaine | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!