jeudi, 06 novembre 2008

Impératrice de Chine (Imperial Woman) - Pearl Buck - 1956

bibliotheca imperatrice de chine

Pékin, avril 1852. Soixante jeunes filles appartenant aux meilleures familles mandchoues sont convoquées au palais de l'empereur de Chine, Hsien Feng, afin qu'il choisisse ses épouses. Seule sera impératrice celle qui lui aura donné un fils, aussi ne suffit-il pas d'être élue, encore faut-il ne pas se laisser oublier...
Yehonala ne l'ignore pas. Elle a rusé pour se faire distinguer par l'empereur, mais se souviendra-t-il encore d'elle demain? Ambitieuse et intelligente, elle prépare avec soin les voies de son succès. Sa patience sera récompensée: elle devient la favorite et, à la naissance de l'Héritier, un décret la proclame impératrice sous le nom de Tzu-Hsi.
La mort précoce de l'empereur remet tout en question, mais Tzu-Hsi sort victorieuse de la bataille pour la régence. A moins de trente ans, elle tient en main les rênes du pouvoir - elle les gardera pendant près d'un demi-siècle crucial pour l'Empire du Milieu. Personnage fabuleux, Tzu-Hsi appartient en effet au passé historique de la Chine que le récit de Pearl Buck recrée magnifiquement dans son faste et sa beauté.

Impératrice de Chine de l’écrivaine américaine Pearl Buck est un roman de fiction s’inspirant directement de la vie de Cixi, concubine de l’empereur Xianfeng qui devint impératrice à la tête de la dynastie Qing jusqu’à sa mort en 1908. Plutôt fidèle à l’histoire (c’est presque un roman historique) Pearl Buck livre ici un magnifique portrait du pouvoir impérial chinois à une époque bien trouble politiquement. Certains faits historiques s’avèrent cependant inexacts face aux connaissances d’aujourd’hui. Mais ce qui plaît toujours dans les livres de Pearl Buck c’est sa fine analyse de la culture chinoise, une culture très riche et si particulière aux yeux du reste du monde. L’écriture est parfaite, l’histoire fascinante et le lecteur accroche au destin de cette femme si particulière.

Impératrice de Chine
est un grand classique de la littérature, un roman indispensable sur l’histoire de la Chine impériale.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Voir également :
- Vent d’est, vent d’ouest (East Wind, West Wind) - Pearl Buck (1930), présentation

vendredi, 06 octobre 2006

Vent d'Est, Vent d'Ouest (East Wind, West Wind) - Pearl Buck - 1930

eastwindwestwind1

Kwei-Lan est une jeune femme chinoise qui a été élevée selon les traditions de son pays. Elle va épouser une jeune homme choisi par sa famille qui a étudié aux Etats-Unis. Comme le veut la coutume, elle n’a encore jamais rencontré son futur époux. Mais lors des noces elle est choquée par son époux et surtout par le discours que celui-ci lui tient. Ils ont, tous deux, été obligés de se marier mais maintenant ils sont libres. Il ajoute qu'il veut suivre les voies nouvelles en la considérant comme son égale. Ainsi, selon la volonté du mari, ils emménagent dans une maison de type occidental où ils vivront seuls, sans l'autorité parentale. Kwei-Lan, tel que le veut les traditions obéit à son mari et en accepte les volontés. Mais la situation devient vite insupportable pour les deux jeunes époux. Lui est trop axé sur la culture occidentale, alors qu’elle est profondément ancrée dans ses traditions. Ils ne s’entendent sur rien. Kwei-Lan fait pourtant de son mieux pour attirer son attention, en cuisinant des bons petits plats etc… mais lui n’y reconnaît que la femme domestique chinoise dont il ne veut pas. Petit à petit elle va faire des efforts pour se libérer et notamment débander ses pieds. C’est alors que son mari commence à s’intéresser petit à petit à elle. Mais à ce moment la famille est frappé par une grande catastrophe : le frère de Kwei-Lan, qui lui aussi a étudié aux Etats-Unis, revient en Chine en présentant à ses parents comme sa future femme une Américaine.

Dans Vent d’Est, vent d’Ouest l’auteur américaine Pearl Buck, qui a elle-même vécue en Chine, nous parle des conflits existant entre l’ancienne génération chinoise, surtout parmi les gens dits de bonne famille, et la jeune génération fortement influencée par la culture occidentale et qui cherche à ses libérer de ces lourdes traditions qui les enchaînent. Pearl Buck nous décrit bien la peur bien ancrée dans la tête de Kwei-Lan lorsqu’elle essaie de se libérer de ces traditions. Le tout est écrit sous forme d’un journal intime, ce qui permet au lecteur de mieux s’identifier et de mieux comprendre les sentiments, les doutes et les inquiétudes de l’héroïne au travers de ce conflit de génération et de son initiation dans un mode de vie plus moderne. Et outre le contexte chinois de ce roman, les propos dans ce livre concernent l’émancipation de la femme et sa situation dans des sociétés très machistes, et pas qu’en Chine.

Vent d’Est, vent d’Ouest est un excellent roman de l’américaine Pearl Buck, lauréate du prix Nobel de littérature en 1938. C’est l’un de ses premiers romans mais aussi l’un des plus lus.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Voir également :
- Impératrice de Chine (Imperial Woman) - Pearl Buck (1956), présentation