dimanche, 01 octobre 2006

Sans sang (Senza Sangue) - Alessandro Baricco - 2002

sanssang1

"Le pays allait de l'avant, bien loin de la guerre, à une vitesse incroyable, en oubliant tout. Mais il y avait tout un monde qui n'en était jamais sorti, de la guerre, et qui dans ce pays heureux n'arrivait pas à redémarrer."

Un homme, Manuel Roca, vit avec ses deux petits enfants, un garçon et une fille, dans la ferme isolée de Mato Rujo. Une vie apparemment tranquille. Mais un jour le drame éclate, sans explications. Quatre hommes arrivent dans une vieille Mercedes pour tuer Manuel Roca. Par la même occasion ils tuent le fils et mettent le feu à la ferme. Seul la fille survivra, aidé par l'un des quatre hommes. Il s'agît d'un meurtre de vengeance suite à une guerre qui n'est pas encore finie pour tous.
De nombreuses années plus tard, dans un restaurant, s'entretiennent une vieille dame et un encore plus vieux monsieur. La dame est la fille qui a survécu. L'homme est le meurtrier qui au dernier moment avait décidé de sauver cette enfant. Le passé se découvre, les terribles événements sont expliqués des deux points de vue.

Sans sang est un court roman très réussi et bien surprenant. En deux épisodes Alessandro Baricco nous tisse un drame violent et impulsif dans le pur style d'un thriller noir en mélangeant la violence et le sang qui en découle à sa douce poésie. Sans sang nous raconte l'histoire de ces hommes et femmes qui par leur faute ou celle de leurs parents restent à jamais enchaînés dans une histoire, des conflits, qui ne les concernent même plus. Le tout est raconté tel un conte, voire une fable, dans un contexte intemporel qui pourrait se dérouler partout et nulle part à la fois, avec pour seul fil conducteur la vengeance qui va sévir du début à la fin en n'épargnant personne. une vengeance qui a débutée on ne sait plus quand ou où de toute façon. Le premier épisode nous décrit le massacre initial de cette histoire avec une terrible violence. Dans le second épisode, sans faire couler de sang, on nous conte ce dénouement qui sans faire couler de sang est peut-être encore bien plus violent que le premier épisode. Alessandro Baricco nous amène cet étrange récit de façon brillante et dans un style impeccable de poésie qui lui est bien propre.

Sans sang est un court roman exceptionnel.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Voir également:
- Alessandro Baricco - bibliographie et note biographique
- Novecento pianiste (Novecento) - Alessandro Baricco (1994), présentation
- Novecento pianiste (Novecento) - Alessandro Baricco (1994), extrait
- Soie (Seta) - Alessandro Baricco (1996), présentation

17:22 Écrit par Marc dans Baricco, Alessandro | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : romans psychologiques, litterature italienne, alessandro baricco, contes | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!

samedi, 26 novembre 2005

Alessandro Baricco - bibliographie et note biographique

Après des études de philosophie sous Gianna Vattimo, lui-même écrivain, et un diplôme de piano au Conservatoire Alessandro Baricco s'oriente vers le journalisme et la critique musicale. Il publie notamment L'Âme de Hegel et les Vaches du Wisconsin (L'anima di Hegel e le mucche del Wisconcin, 1992), une oeuvre sur la relation entre musique et modernité. Petit à petit il sera emené à présenter des émissions à la télévision italienne, la RAI Tre, sur l'art lyrique et la littérature. Il devient aussi collaborateur des journaux La Repubblica et La Stampa. C'est en 1991 qu'il publie son premier roman Châteaux de la colère (Castelli di rabbia) pour lequel il obtiendra en 1995 le Prix Médicis étranger. En 1993 il est le cofondateur d'une école d'écriture créative à Turin dénommée la Scuola Holden (en honneur du personnage Holden Caulfield tiré du roman L'attrape-coeurs (The Catcher in The Rye, 1951) de J. D. Salinger) qui est censé donner des cours sur divers techniques de narration, que ce soit point de vue romans, nouvelles, scénarios, voire même jeux vidéos. Le succès littéraire d'Alessandro Baricco ne cesse dès lors de croître, chacun de ses romans obtenant à la fois un immense succès critique et commercial. Outre son activité principale de romancier, dont vous trouverez la biographie complète ci-dessous, Alessandro Baricco travaille également pour le théâtre pour lequel il a écrit plusieurs pièces


Castelli di Rabbia (1995) : Châteaux de la colère
Seta (1997) : Soie
Oceano Mare (1998) : Océan mer
L'Âme de Hegel et les Vaches du Wisconsin (1998, essai)
Constellations : Mozart, Rossini, Benjamin, Adorno (1999)
City (2001)
Novecento (2001) : Novecento pianiste (version originale en 1994)
Next : Petit livre sur la globalisation et sur le monde qui vient (2002, essai)
Senza Sangue (2003) : Sans Sang
Omero, Iliade (Homère, Iliade), une réécriture de la traduction de l'Iliade par Maria Grazia Ciani, chez Feltrinelli.
Questa storia (2005) : Cette histoire (avec quatre quatre versions différentes de la couverture)
(les dates correspondant à l'édition française)



Voir également:
- Novecento, pianiste (Novecento) - Alessandro Barrico (1994), présentation
- Novecento, pianiste (Novecento) - Alessandro Barrico (1994), extrait
- Soie (Seta) - Alessandro Barrico (1996), présentation
- Sans sang (Senza Sangue) - Alessandro Baricco (2002), présentation

23:11 Écrit par Marc dans Baricco, Alessandro | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : litterature italienne, alessandro baricco | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!

jeudi, 17 novembre 2005

Soie (Seta) - Alessandro Baricco - 1996

Vers 1860 dans la région de Lyon, pour sauver les élevages de vers à soie contaminés par une épidémie, Hervé Joncour ese voit contraint d'effectuer une expédition "jusqu'au bout du monde" pour acheter des oeufs sains. En ces temps-là, le bout du monde est un Japon qui sort à peine de son isolationisme. Et c'est au Japon que la vie du héros prend un tour nouveau en rencontrant une femme mystérieuse. C'est le choc de deux mondes, une histoire d'amour et de guerre, une alchimie merveilleuse qui tisse le roman de fils impalpables. Des voyages longs et dangereux, des amours impossibles qui se poursuivent sans jamais avoir commencé, des personnages de désirs et de passions, le velours d'une voix, la sacralisation d'un tissu magnifique et sensuel, et la lenteur, la lenteur des saisons et du temps immuable.

A la base, Alessandro Baricco, à créé ce récit pour être lu à voix haute devant un public au théâtre. On comprend dès lors le soin apporté par cet ancien musicologue au choix des mots qu'ils utilise et au rythme qu'il donne au récit.

Ce très bref roman, proche du conte, est un récit émouvant de par son histoire mais aussi de par son type de nartration. Poétique, lyrique, beau et pur à la fois, ce récit est absolument à découvrir.

Voir également:
- Alessandro Baricco - bibliographie et note biographique
- Novecento, pianiste (Novecento) - Alessandro Barrico (1994), présentation
- Novecento, pianiste (Novecento) - Alessandro Barrico (1994), extrait
-
Sans sang (Senza Sangue) - Alessandro Baricco (2002), présentation

15:27 Écrit par Marc dans Baricco, Alessandro | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : alessandro baricco, japon, litterature italienne, contes | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!

lundi, 14 novembre 2005

Novecento, pianiste (Novecento) - Alessandro Baricco - 1994

Novecento est né et abandonné sur un paquebot transatlantique en l'an 1900, d'où son nom. Il sera vite adopté et élevé par les membres de l'équipage et passera ainsi toute sa vie sur le bateau. Très jeune on lui découvre un immense talent musical, et Novecento va se mettre à jouer au piano. Il passe sa vie les mains posées sur les quatre-vingt-huit touches noires et blanches d'un piano, à composer une musique étrange et magnifique, qui n'appartient qu'à lui: la musique de l'Océan dont l'écho se répand dans tous les ports.

"Il l’était vraiment, le plus grand. Nous, on jouait de la musique, lui c’était autre chose. Lui, il jouait ? quelque chose qui n’existait pas avant que lui ne se mette à jouer, okay ? Quelque chose qui n’existait nulle part. Et quand il quittait son piano, ça n’existait plus ? Ça n’était plus là, définitivement."

Ce bref roman m'avait tellement impressioné que je l'ai vite relu une seconde fois. Certaines scènes sont tout simplement inoubliables, tel par exemple le duel des pianistes. Si Novecento fait une musique au rythme de l'océan, Alessandre Barrico nous fournit de la même façon une prose au rythme des vagues. Mais que dis-je, il ne s'agit pas tout à fait d'un roman, mais d'un monologue, tenu par un trompetiste qui sera engagé sur le paquebot et se liera d'amitié avec l'étrange Novecento. Alessandro Baricco, écrit dans une langue poétique, riche, audacieuse et pleine de sensibilité. Une musique impalpable car tout s'y mêle à la perfection. Virtuosité, poésie, humour, nostalgie, beauté, intelligence. La vie de Novecento défile comme une partition sans fausse note, au rythme des vagues.

Signalons que ce récit a été porté au grand écran dans une production internationale (mais surtout italienne) par Guiseppe Tornatore, avec dans le rôle principal l'anglais Tim Roth, et tout cela sous la direction d'un Ennio Morricone, très inspiré pour l'occasion.


Voir également:
- Alessandro Baricco - bibliographie et note biographique
- Novecento, pianiste (Novecento) - Alessandro Barrico (1994), extrait
- Soie (Seta) - Alessandro Barrico (1996), présentation
-
Sans sang (Senza Sangue) - Alessandro Baricco (2002), présentation

22:33 Écrit par Marc dans Baricco, Alessandro | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : alessandro baricco, contes, litterature italienne | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!

jeudi, 13 octobre 2005

Novecento pianiste (extrait) - Alessandro Baricco - 1994

bbbnovecento"Ca arrivait toujours à un moment ou à un autre, il y en avait un qui levait la tête... et qui la voyait. C'est difficile à expliquer. Je veux dire... on y était plus d'un millier, sur ce bateau, entre les rupins en voyage, et les émigrants, et d'autres gens bizarres, et nous... Et purtant, il y en avait toujours un, un seul sur tous ceux-là, un seul qui, le premier... la voyait. Un qui était peut-être là en train de manger, ou de se promener, simplement, sur le pont...ou de remonter son pantalon... il levait la tête un instant, il jetait un coup d'oeil sur l'Océan... et il la voyait. Alors il s'immobilisait, là, sur place, et son coeur battait à en exploser, et chaque fois, je le jure, il se tournait vers nous, vers le bateau, vers tous les autres, et il criait (adagio et lentissimo): l'Amérique. Et puis il restait là, sans bouger, comme s'il devait rentrer dans la photo, avec la tête du type qui se l'est fabriquée tout seul, l'Amérique.

Celui qui est le premier à voir l'Amérique. Sur chaque bateau il y en a un. Et il ne faut pas croire que c'est le hasard, non, ni même une question de bonne vue, c'est le destin ça. Ces type-là, depuis toujours, dans leur vie, ils avaient cet instant-là d'écrit ..."


Voir également:
- Alessandro Baricco - bibliographie et note biographique
- Novecento, pianiste (Novecento) - Alessandro Barrico (1994), présentation
- Soie (Seta) - Alessandro Barrico (1996), présentation
-
Sans sang (Senza Sangue) - Alessandro Baricco (2002), présentation

21:42 Écrit par Marc dans Baricco, Alessandro | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : alessandro baricco, litterature italienne, contes | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!