vendredi, 03 octobre 2008

Jonathan Livingston le goéland (Jonathan Livingston Seagull) - Richard Bach - 1970

bibliotheca jonathan livingston le goeland

Jonathan Livingston est un goéland passionné par le vol. Sans cesse il essaie de voler plus haut que les autres, plus vite aussi, dans l’unique but d’améliorer ce qu’il sait faire. Cependant ses parents, ainsi que les autres membres du clan n’apprécient guère ses prouesses de voltige et souhaitent que Jonathan se comporte comme tout bon goéland qui se respecte, càd. Qu’il ne vole plus que pour chasser et pour se déplacer. Ils ne comprennent pas que pour Jonathan le vol puisse avant tout être un plaisir. Mais Jonathan sait bien qu’en volant toujours plus haut, toujours plus vite, il sait qu'il découvrira un sens plus noble à la vie. Effrayés par son audace, ses semblables le rejettent. En effet vu qu'il ne veut pas vivre comme ses pairs, les goélands s'assemblent en grand conseil et ils accusent Jonathan de sa totale absence du sens des responsabilités et l’obligent à l’exil. En s’envolant, loin au-delà de ceux de se clan, Jonathan va heureusement rencontrer de nouveaux amis qui eux le comprennent parfaitement. Il va ainsi découvrir comment maîtriser ses peurs et connaître ses limites et se vouera pleinement dans l’enseignement du vol.
Mais son but ultime est de retourner dans sa communauté d’origine afin de libérer ses congénères de leur routines en leur montrant qu’il peut y a voir d’autres choses à réaliser dans la vie.

Richard Bach n’est autre que l’arrière petit-fils du célèbre compositeur Johann Sebastian Bach et, lorsqu’il écrit la nouvelle Jonathan Livingston le goéland, est pilote réserviste dans l’armée de l’air américaine. L’aviation est sa véritable passion et marquera fortement son œuvre bibliographique en faisant du vol du métaphore philosophique. Ici, pour Jonathan Livingston, le vol est à la fois une façon de se démarquer et de s’exprimer, un art dans lequel il peut exceller, et cela dans le but de se libérer pour trouver le bonheur intérieur et développer son identité individuelle. Et pour Jonathan Livingston le parcours de sa libération est celui, très philosophique, de la sortie de la caverne telle qu’énoncée dans la célèbre allégorie du Livre VII de La République de Platon.
La nouvelle est courte et simple, écrite dans un langage universel dans le but d’atteindre un public de tout âge. Et cela marche parfaitement pour ce conte philosophique qui pourtant aux premiers abords ressemble plus à un conte pour enfants. On sent directement où l’auteur veut en venir sans toutefois gâcher le plaisir, car même si attendu et prévu, le développement de l’histoire reste toujours aussi fort. Certains éléments de l’histoire sont cependant un peu plus maladroits, notamment tout le côté mystique autour de la formation de Jonathan Livingston.

Jonathan Livingston le goéland a été adapté au cinéma en 1973 sous la direction du réalisateur américain Hall Bartlett.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !