lundi, 17 août 2009

Le retour des ténèbres (Nightfall) - Isaac Asimov et Robert Silverberg - 1990

bibliotheca le retour des tenebres

Imaginez un monde qui ne connaît pas l'obscurité. Kalgash est une planète constamment éclairée par six soleils de taille de variable qui tournent autour de lui dans un mouvement complexe. Ses habitants n'ont jamais connu l'obscurité, sauf certains volontaires qui en ont fait l'expérience dans une célèbre attraction foraine. Mais ceux-ci sont tous devenus fous. La lumière est une évidence ! Mais que se passerait-il si elle venait à disparaître? Une secte religieuse prédit en effet une apocalypse qui plongera le monde dans les ténèbres. Les scientifiques aussi prennent peur. En effet, en unissant leur efforts, des astronomes, un psychologue et une archéologue sont arrivés à la conclusion que des périodes existent, se répétant de façon régulière, durant lesquelles Kalgash serait plongé dans l'obscurité la plus totale. Le six soleils viendraient-ils à disparaître? Et, dans ce cas, comment survivre à une telle épreuve? Car les scientifiques en viennent aussi à la conclusion que leur civilisation n'y survivrait pas...

D'abord il s'agissait d'une nouvelle publiée par l'écrivain américain Isaac Asimov en 1941 dans le magazine Astounding Science Fiction, traduite sous le titre de Quand les ténèbres viendront. Deux ans avant sa mort, l'auteur décide de s'associer à l'écrivain Robert Silverberg, autre grand maître de la science-fiction américaine, pour faire un véritable roman de cette nouvelle, devenue depuis un grand classique du genre.. Et c'est ainsi que naît Le retour des ténèbres. Le but d'en tirer un roman était aussi pour les auteurs de la réactualiser d'un point de vue scientifique. Car en effet il s'agît bien de hard science, un sous-genre de la science-fiction se voulant très recherché d'un point de vue scientifique. On connaît le talent d'Asimov pour ce sous-genre, Silverberg y apporte une pointe de dépaysement qui fait vivre cet univers. Mais la difficulté du roman est de faire comprendre au lecteur pourquoi le passage jour-nuit, un événement si anodin avec lequel nous vivons depuis notre naissance, peut représenter un tel bouleversement pour les habitants de la planète Kalgash. Et cela est parfaitement réussi dans la première partie qui décrit un monde vivant encore dans l'insouciance, mais qui commence en même temps à avoir des doutes alimentés par les sectes religieuses tout d'abord, puis par les scientifiques. Cette partie s'attarde notamment beaucoup à décrire le combat des scientifiques qui tentent de préparer leurs concitoyens au pire. la deuxième partie décrit l'arrivée de la nuit, et ainsi la fin de la civilisation qui renaîtra dans la troisième partie, les deux dernières parties ressemblant plus à un roman catastrophe. Ce qui impressionne est la facilité avec laquelle les deux auteurs réussissent à rendre les discussions scientifiques à la fois intéressantes et toujours divertissantes. L'aspect politique est également très important (comment préparer la fin du monde, comment en convaincre les masses et les autorités et surtout comment en sortir). Tout est bien construit, parfaitement réfléchi dans tous les détails et le roman en devient assez fascinant. Hélas le roman vaut surtout pour son postulat de base, une belle réflexion, mais reste toutefois assez artificiel. Peut-être qu'il aurait mieux valu adapter la nouvelle de base sans forcément en faire un roman (le choix d'en faire un roman est vraisemblablement lié plus à des impératifs commerciaux qu'autre chose). Les personnages eux aussi sont typiques de ceux des nouvelles : simples et ne servant que trop parfaitement les éléments de l'intrigue. Sur la fin le tout s'enlise quelque peu, laissant le lecteur quelque peu déçu.

Le retour des ténèbres est un très intéressant roman du duo Isaac Asimov et Robert Silverberg, hélas pas toujours convaincant.

A découvrir toutefois pour tous les amateurs de science-fiction.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com

Voir également :
- Les Robots (I, Robot) - Isaac Asimov (1950), présentation
- Les Cavernes d'acier (The Caves of Steel) - Isaac Asimov (1954), présentation
- The Thirteenth Immortal - Robert Silverberg (1956), présentation
- Au temps pour l'espace (Starman's Quest) - Robert Silverberg (1956), présentation
- Stepsons of Terra (aka. Shadow on The Stars) - Robert Silverberg (1958), présentation
- Regan's Planet - Robert Silverberg (1964), présentation
- Ceux qui veillent (Those Who Watch) - Robert Silverberg (1967), présentation
- L'oreille interne (Dying Inside) - Robert Silverberg (1972), présentation
- En un autre pays (In another Country) - Robert Silverberg (1988), présentation et extrait

mercredi, 16 août 2006

Les Cavernes d'acier (The Caves of Steel) - Isaac Asimov - 1954

New-York, environ 4700 ans après J.C. Un meurtre est commis à Spacetown, port de débarquement vers les mondes extérieurs colonisés il y a bien longtemps par les Terriens. La victime est le docteur Sarton, spécialiste en robotique. Aucune arme c’est retrouvée et les spaciens suspectent fortement que l’assassin soit un Terrien oeuvrant pou une organisation rétrograde terrienne voulant déstabiliser la paix fragile existant entre la Terre et les mondes du dehors. Les relations entre ces deux univers ne sont en effet pas au beau fixe. La Terre, ancienne colonisatrice a beaucoup perdu de sa force et est victime d’une surpopulation énorme poussant les villes à se développer de plus en plus en profondeur sous forme de méga-cités auto-suffisantes, emmurées et couvertes, ce sont les Cavernes d’acier. Mais ces habitats terriens accumulent aussi toute la misère et les maladies dues au surpeuplement. Dans les mondes extérieures la société s’est développé sur le progrés scientifique, en éradiquant toutes les maladies, en prolongeant l’espérance de vie. De plus ils ont développé la robotique en créant des robots humanoïdes pouvant aider les hommes dans toutes sortes de tâches. Mas les Terrien refusent cette société, et surtout les robots en lesquels ils voient une menace pour leur survie. L’assassinat du docteur Sarton cause un grand problème, car il y avait justement enfin un rapprochement entre ces deux univers. Le détective terrien, Elijha Baley, se voit confier cette délicate enquête mais les spaciens exigent que l'un des leurs soit associé à ce dernier car ils veulent que l'enquête soit menée correctement et sans bavure. C'est donc dans un contexte hautement diplomatique que Baley devra enquêter, flanqué d'un collègue spacien du nom de R. Daneel Olivaw, un enquêteur robot humanoïde.

Les Cavernes d’acier, publié en 1954, fait partie du Cycle des Robots, commencé dans les années quarante par Isaac Asimov. Les premières nouvelles de ce cycle ont été publiés en 1950 dans le recueil Les Robots (I, Robot, 1950). Ici Asimov explore d’autres problématiques liées au robot. De plus il donne à son récit la forme d’un passionnant et haletant thriller policier. Le mélange science-fiction et polar est ici particulièrement réussi. En exploitant le motif du couple d’enquêteurs dissemblables, à la fois opposés et amis, l'auteur réussit très bien à nous tenir en haleine tout au long de l'histoire mais on sent bien que le but premier n'est pas celui-là. C’est la robotique, et de plus il nous pousse à réfléchir sur l’absurdité de la vie dans les mégavilles. Ainsi l’enquête et les personnages évluent dans un monde renfermé, autonome et coupé de tout contact avec la nature et l’air libre. C’est l’une des forces de ce roman de nous faire voir à quoi pourrait ressembler la vie dan un monde surpeuplé. Mais il décrit aussi un monde qui vit dans la peur du progrès, celui représenté par les robots qui pourraient petit à petit remplacer les êtres humains. En utilisant comme l’un des personnages principaux un robot de forme parfaitement humaine, Asimov développe une réflexion sur l’humanité et sur la spécificité de l’être humain par rapport à une machine aussi développée qu‘elle puisse être. Il reste encore beaucoup à dire de cet excellent roman. En tout cas Les Cavernes d’acier constituent un bon point de départ en vue de découvrir l’œuvre d’Asimov. En effet ce roman est une histoire parfaitement autonome et de plus il s’inscrit dans les deux grands cycles de l’auteur : Le Cycle des Robots et Fondation. D’où l’importance de ce roman dans la totalité de l’œuvre du grand maître de la S-F.

Les Cavernes d’acier d'Isaac Asimov est un roman incontournable du genre!

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Voir également:
- Les Robots (I, Robot) - Isaac Asimov (1950), présentation
- Le retour des ténèbres (Nightfall) - Isaac Asimov et Robert Silverberg (1990), présentation

jeudi, 01 juin 2006

Les Robots (I, Robot) - Isaac Asimov - 1950

Première Loi : Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger.
Deuxième Loi : Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres sont en contradiction avec la Première Loi.
Troisième Loi : Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n'entre pas en contradiction avec la Première ou la Deuxième Loi.

Les Robots, paru en 1950, est un cycle de science-fiction reprenant neuf nouvelles écrites par l'un des tout grands maîtres du genre Isaac Asimov. Les nouvelles sont d'abord parues dans les magazines de science-fiction Super Science Stories et Astounding Science Fiction entre 1940 et 1950. Les Robots a lors de sa parution totalement révolutionné le thème de la robotique dans la science-fiction, devenu aujourd'hui un grand classique à son tour. Asimov y invente les robots positroniques, adjectif sans signification aucune mais qui sonnait bien à l'auteur, qui obéissent à trois règles inviolables.

Les neuf nouvelles, qui peuvent être lus séparément, retracent en quelque sorte les souvenirs du docteur Susan Calvin, le chef robopsychologique de l'U.S. Robots and Mechanical Men, Inc. (USRMM), gigantesque entreprise ayant le monopole mondial de la fabrication et de la maintenance des robots, comme si celle-ci racontait ces histoires au fil d'un entretien avec un journaliste au sujet de travaux de sa vie, où elle était gravement concernée par le comportement aberrant des robots. Ici apparaissent également pour la première fois les fameuses Trois lois de la robotique, tryptique devenu sacré du genre, lois à priori parfaites et inviolables inculqués aux robots de leur création afin de protéger en tout cas les humains. A travers ces nouvelles, Asimov s'amuse à imaginer des failles possibles à ces lois, par exemple un robot peut-il rester passif à un humain qui se nuit à lui-même... , et des bizarreries de comportement de robots qui semblent enfreindre ces lois, mais qui après enquête, toujours quasi-policière s'avèrent démontrer une interprétation plus fine ou plus complexe de ces lois. Mais parfois ce n'est pas le robot qui est en tort, mais l'imperfection humaine qui n'arrive pas à toujours saisir la rigueur logique des robots.

Les Robots
, à travers ces neuf histoires, est au fait plus une réflexion sur la possibilité de l'homme à vivre et à interagir dans un futur proche avec des robots. D'ailleurs chacune des nouvelles se présente souvent plus sous formes de fables.

Initialement, Isaac Asimov avait initulé ce receueil L'esprit et l'acier (Mind and iron), mais a été changé suite à une objection de l'éditeur.

Les Robots a connu de très nombreuses adaptations au cinéma et à la télévision. Le dernier en date est un film d'Alex Proyas sorti en 2004 sous le titre I, Robot avec dans le rôle principal l'acteur américain Will Smith. Si le film est très plaisant en soi, l'adaptation finalement ne consiste qu'à avoir repris plusieurs éléments des différentes nouvelles et de les empaqueter dans une intrigue globale. Le film de plus s'oppose aux idées d'Asimov, qui détestait les histoires de type Frankenstein où la créature se rebelle contre son créateur, ce qui est le cas dans le film et non dans l'oeuvre d'Asimov.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Voir également:
- Les Cavernes d'acier (The Caves of Steel) - Isaac Asimov (1954), présentation
- Le retour des ténèbres (Nightfall) - Isaac Asimov et Robert Silverberg (1990), présentation

13:19 Écrit par Marc dans Asimov, Isaac | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : isaac asimov, le cycle des robots, science-fiction, litterature americaine | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!