vendredi, 09 novembre 2012

La Voilette bleue - Fortuné du Boisgobey - 1885

fortune du boisgobey, la voilette bleue, romans policiers, litterature francaise, feuilleton, texte integralParis, fin de dix-neuvième siècle. Deux amis, l’intenre en médecine Daubrac et le philanthrope Mériadec, se prélassent en observant le va-et-vient sur le parvis de Notre-Dame. N’ayant rien à faire ils se racontent des histoires sur ceux qu’ils voient, et sont particulièrement attirés par ce qui semble être un couple d’amants. Ils décident de le suivre, mais en arrivant face à Notre-Dame, un attroupement attire leur attention : une jeune femme portant une voilette bleue identique à celle de la femme aperçue auparavant au bras de son amant est retrouvée sans vie au bas des tours. Qui est cette femme? S'est-elle suicidée ou bien l'a-t-on précipitée dans le vide? Et qu'est-ce que le capitaine de Saint-Briac, arrêté à sa descente des tours, a à voir dans cette affaire? C'est ce que Daubrac et Mériadec, aidés de Rose Verdière, la charmante fille du gardien des tours, et de Fabreguette, peintre farfelu et témoin oculaire du drame, vont tenter de découvrir en même temps que M. de Malverne, juge d'instruction et intime de Saint-Briac.

Fortuné du Boisgobey était en son temps un célèbre feuilletoniste qui publiait dans plusieurs journaux avant de se faire engager de façon plus durable par Le Figaro. Et à l’époque ses textes ont souvent été comparés à ceux d’Emile Gaboriau, qui pourtant marquera plus l’histoire littéraire. Ses romans, dont plusieurs ont déjà été traités ici sur ce site et comme celui-ci La voilette bleue, se démarquent par un parfait calibrage au format du feuilleton, une intrigue policière pas trop complexe, des personnages gentils et naïfs à qui tout finit par réussir, un certain humour léger et le hasard qui décidément fait bien les choses dans un Paris qui ressemble à un petit village dans lequel tout le monde finit par se rencontrer.
Bref rien de parfait, ni de palpitant, le genre policier n’aura pas attendu ce cher Fortuné du Boisgobey pour connaître ses heures de gloire. Et pourtant l’auteur réussit tout de même dans La voilette bleue à bien divertir le lecteur par ses romans bien légers. C’est une joie de suivre ses personnages, la lecture est rapide et gaie, et même si après le dénouement attendu on oublie vite le contenu du roman, on y aura passé quelques belles heures de divertissement.


Bref, je ne m’en lassa pas.

N. B. Les romans de Fortuné du Boisgobey ne sont plus que rarement publiés et les textes se retrouvent donc plus facilement en téléchargement (gratuit, car faisant partie du domaine public).

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr    -  PRICEMINISTER.com

Texte intégral :

La voilette bleue - Fortuné de Boisgobey - 1885

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr    -  PRICEMINISTER.com

Voir également :
Le crime de l'omnibus - Fortuné du Boisgobey (1881), présentation et extrait
Le pouce crochu - Fortuné du Boisgobey (1885), présentation et extrait
La main froide - Fortuné du Boisgobey (1889), présentation et extrait

Les commentaires sont fermés.