lundi, 15 octobre 2012

Les Ages sombres (The Owl Killers) - Karen Maitland - 2009

the owl killers, les ages sombres, karen maitland, litterature britannique, romans historiquesLes habitants d’Ulewic, une bourgade isolée dans l’est de l’Angleterre du XIVe siècle, subissent le joug de leur seigneur et de leur Eglise, celle-ci ayant depuis quelques années supplanté le paganisme qui régnait dans la région. Les paysans sont broyés par les taxes et les travaux, et après un hiver particulièrement rigoureux une nouvelle menace les assaille : s’inspirant de superstitions profondément ancrées, une confrérie secrète, celle des Maîtres-Huants, fait régner la terreur en voulant imposer sa loi.
Seule lumière dans ces ténèbres, une petite communauté de béguines originaires de Bruges en Flandres, tentent d’aider les plus démunis. Mais la population se méfie, surtout qu’ils savent que ces étrangères seront les prochaines cibles des terribles Maîtres-Huants...

Les Ages sombres de l’auteure britannique Karen Maitland offre aux lecteurs une plongée dans l’une des périodes les plus sombres du Moyen-Âge, cela à l’exemple de cette petite ville isolée qui survit dans les croyances d’un autre temps. Raconté par plusieurs personnages à la fois, cette histoire semble nous donner une vision assez réaliste de l’époque et l’intrique ne manque pas non plus d’intérêts. Bref, tout y est pour aguicher le lecteur, sauf que le résultat est souvent bien pâle. Dès un départ bien trop lent, je me suis vite énervé de la narration à la première personne utilisée pour chacun des personnages. Il devient difficile de s’y retrouver, surtout que tous s’expriment de la même façon, cela de plus dans une langue plate et sans style. Est-ce l’auteur ou le traducteur ? A qui la faute de toute cette platitude ? Petit à petit le texte prend tout de même de l’intérêt, hélas après et avec toujours de nombreux passages bien inutiles et beaucoup trop longs, pour en arriver à un certain suspense dans une intrigue qui étonne par moments par certaines de ces évolutions.
Autre point dérangeant et apparent effet de mode de notre époque, on a de plus droit à un féminisme souvent ridicule et totalement inapproprié pour ce genre de texte, se dénotant dans un manichéisme idiot entre les deux sexes. Puis côté érudition on est de plus bien loin du sombre comparatif que fait l’éditeur de son auteur avec des noms célèbres tels que Umberto Eco et Iain Pears.

Il en reste tout de même un livre qui saura en divertir certains lecteur peu exigeants, les passionnant par moments, mais qui certainement ne laissera aucune trace imémorable auprès de quiconque.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr  -  PRICEMINISTER.com

Présente édition : traduit de l’anglais par Pierrre Demarty, éditions Sonatine, 8 avril 2012, 670 pages
ISBN-10: 2355841152 / ISBN-13: 978-2355841156

Les commentaires sont fermés.