vendredi, 31 août 2012

Un été chaud et humide - Elise Bourque - 2010

elise bourque, un ete chaud et humide, litterature canadienne, romans erotiques, romans pornographique, litterature erotiqueSur la rive nord de l’estuaire du Saint-Laurent se trouve le pittoresque hameau de Baie Saint-Hugues, un endroit magnifique où tous les villageois vivent en rapport avec le fleuve. Et lorsque l’été vient les hommes quittent la place pour s’occuper des touristes... et les femmes pendant ce temps s’ennuient.
Engagés comme DJ à la discothèque de l'hôtel du coin pour la saison estivale, Simon et Charles ont le mandat d'y ramener la clientèle. Après une nuit dans le lit d'une conquête plus âgée, une véritable cougar vorace et impudique, Simon verra sa popularité atteindre bientôt des sommets inégalés. Son corps, fraîchement sorti de l'adolescence, nourrit les fantasmes des dames. Les visites à domicile vont se multiplier chez l'une et l'autre, et la liasse de billets grossira à vue d'œil. L’été sera définitivement chaud et humide...
Mais un adolescent peut-il réellement s’adonner ainsi à une sorte de prostitution, et devenir du jour au lendemain un gigolo ? Simon se rendra vite compte que ces petits plaisirs et sa fortune qui s’amasse l’écorcheront à jamais.

Un été chaud et humide est un roman érotique de l’auteure canadienne et québécoise Elise Bourque nous contant en quelque sorte la prostitution par inadvertance d’un jeune homme dans un village d’été au bord du Saint-Laurent.
Plaisant, érotique, sensuel... l’été annoncé sera effectivement chaud et humide à cette lecture. Des personnages plutôt bien développés et intéressants, du moins pour ce genre de littérature, de belles situations, bien sûr du sexe... et le fantasme de la cougar qui semble être à la mode en ces temps-ci.

Hélas il n’est pas toujours évident pour tout francophone de se faire à la langue française du Québec. Certaines tournures de phrases semblent tordues, toutes expressions ne sont pas toujours compréhensibles à leur juste valeur... cela ne restreint ni de lire, ni de comprendre le texte mais cela m’a empêché de plonger pleinement dans cette histoire. S’ajoutent certaines incohérences bien propres au genre, mais rien de grave.

Donc, intéressant pour les amateurs du genre, mais je n’ai pas été toujours convaincu.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com

Présente edition : editions Pocket, 7 juin 2012, 211 pages
ISBN-10: 2266215744 / ISBN-13: 978-2266215749

16:02 Écrit par Marc dans Bourque, Elise, Critiques littéraires | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!

jeudi, 30 août 2012

Les Noirs dans le cinéma français - Régis Dubois - 2012

regis dubois les noirs dans le cinema francais, cinema, cinema francais, litterature francaise, essais« Au cinéma, un Noir n’est noir que lorsqu’il est montré par un cinéaste blanc. » (Rodrig Antonio, 1988)

Les « Noirs » ont toujours eu leur place dans le cinéma français, mais encore faut-il voir à quels rôles les réserve-t-on d’habitude... celui du bouffon, du sauvage, du voyou délinquant, du sorcier, du videur... Le cinéma français encore plus que l’américain semble être bien mal à l’aise face à ses acteurs d’origine africaine. Et pourtant on y connaît des réussites tels Josephine Baker, Darling Légitimus ou plus récemment Omar Sy, césarisé en 2012 pour son rôle dans Intouchables d’Olivier Nakache et Eric Toledano.

L’essai Les Noirs ans le cinéma français de Régis Dubois, auteur et docteur en cinéma nous retrace l’histoire de ces acteurs « Noirs », depuis les frères Lumière à aujourd'hui, leurs rôles souvent bien limités, leurs évolutions dans l’imaginaire cinématographique français, leurs difficultés face au racisme ambiant... Parfois même leur absence totale dans certains films se déroulant pourtant en Afrique et dans lesquels le Noir n’est souvent rien d’autre qu’un figurant apportant une touche de couleur locale.
Et tout cela en évoquant diverses périodes du cinéma français, des débuts jusqu’à cette année 2012 et notamment les rôles et parcours de certaines grandes figures tels Josephine Baker, Habib Benglia, Darling Légitimus, Robert Liensol, Isaac de Bankolé, Firmine Richard, Jacques Martial, Alex Descas, Mouss Diouf, Aïssa Maïga, Edouard Montoute, Stomy Bugsy, Eriq Ebouaney, Joey Starr ou Omar Sy.
Un chapitre est également consacré  au « cinéma noir français » pour essayer de comprendre pourquoi et comment s’est constitué un cinéma identitaire réalisé par des cinéastes d’ascendance afro-caribéenne depuis une trentaine d’années.
S’y ajoute un regard croisé sur les cinémas français et américains, cela par rapport à ce même sujet, des témoignages de divers acteurs concernés ainsi qu’un vaste dictionnaire fort bien documenté reprenant les biographies de plus d’une soixantaine d’acteurs et réalisateurs noirs.

L’auteur Régis Dubois, déjà par ses précédents livres dont, entre autres, Hollywood, cinéma et idéologie (2008) et Une histoire politique du cinéma (2007), a déjà fait preuve de sa connaissance très pointue du cinéma. Il est d’ailleurs d’autant plus spécialisé dans le cinéma populaire et afro-américain. Et comme à son habitude il nous livre ici un essai simple et complet, richement documenté, en privilégiant l’approche socio-culturelle du sujet. Le texte se lit d’une traite, avec passion et étonnement, en nous donnant une vision unique et très complète d’un sujet au final bien peu connu.

Mais au-delà du cinéma, ce texte de Régis Dubois, nous renvoie aux rapports difficiles qu’entretient la France avec sa population d’origine africaine, qui peine à s’intégrer ou à se faire accepter, car trop bien souvent réduite à des poncifs et clichés hérités d’un passé difficile et tumultueux.

Les Noirs dans le cinéma français de Régis Dubois est un texte passionnant et très instructif qui s’adresse tout autant aux amateurs de cinéma qu’à ceux intéressés par la « question noire ».

A découvrir !

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com   

Présente édition : The Book Edition, juin 2012, 230 pages


Voir également:
Une histoire politique du cinéma (2007), présentation
Hollywood, cinéma et idéologie - Régis Dubois (2008), présentation et extrait 

mercredi, 29 août 2012

Promenade en luttes, version intime, avec classes - Pascal Pratz - 2012

promenade en luttes version intime avec classes, litterature francaise, recueil de nouvellesPromenade en luttes, version intime, avec classes est un étonnant et bien réjouissant recueil de trois courts romans de l’auteur français Pascal Pratz :

- Révolte et déchirement
- Il n'y a rien de pire que de savoir de quoi se plaindre
- Le petit cossard, un certain flan (contrepet)

Trois histoires donc, oscillant entre autobiographie, autofiction, mémoires et fiction tout court racontent tous pourtant le même persistance dans l’esprit de l’auteur des combats passés, ceux nés en mai 1968 pour la plupart mais qui gardent encore et toujours toute leur valeur.

Dans le premier texte l’auteur nous fait part de sa jeunesse, et ses premiers combats, lorsque adolescent il voit les premières émeutes débuter, cela tout en développant ses premiers talents d’artiste. Dans le second une femme aveugle  lutte à la fois au barreau et dans la vie contre les injustices, pendant que le dernier récit nous fait connaître un fils d’industriel peu scrupuleux du monde qu’il contemple avec mépris du haut de sa classe sociale.

Les textes se dévorent, de par l‘écriture belle et vive, la simplicité et la nostalgie des propos ainsi que leur éternelle actualité. Et d’un texte à l’autre, même d’un genre à l’autre, on souhaite toujours en découvrir encore plus de cet auteur.

A découvrir !

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com  

Extrait : les premières lignes

En ce temps-là, les écoliers travaillaient le samedi entier et le meilleur jour de la semaine était le jeudi, pour qui a connu et aimé le «sirop de la rue».

- Bon, alors !... on y va ?

- On peut pas... Bernard a pas de vélo...

- Il faut que tu lui prêtes celui de ton père...

- Si on se fait piquer, je vais encore me faire engueuler... et si on le casse...

- Y'a pas d'autre solution... va chercher la clef...

- Ça m'embête.

- Si tu veux, je le prends, moi, et je lui file le mien... Marc s'y connaît, question vélo. Il doit bien avoir fait, en tout, sur sa bicyclette, l'équivalent d'un tour du monde. Bon, d'accord, d'Europe. C'est tout de suite différent si c'est lui qui prend le clou du paternel. Je vais chercher la clef de l'antivol. Après quoi, on s'en va enfin. On est toute une troupe. Sept. Le plus jeune a treize ans, le plus vieux quinze. Direction Chatenay-Malabry. Vingt kilomètres aller, avec, juste après le départ, la côte des gardes. Tout sauf une plaisanterie. On sait déjà que la majorité d'entre nous finira à pied et que le premier en haut sera encore une fois Marc, même avec le vélo de mon père. Pourquoi Chatenay ? C'est devenu une balade rituelle de printemps. L'un d'entre nous a, un jour, repéré une cerisaie (aucun de nous n'a jamais entendu parler de Tchekov à cette époque) abandonnée. Du moins, c'est ce qu'on croira jusqu'à ce que le proprio nous tombe dessus et appelle les gendarmes. On y monte une ou deux fois par an. On se remplit la panse de délicieuses cerises, variété bigarreau, peut-être Napoléon, blanches et rouges. Acidulées, plus sucrées vers l'été. On en ramène un peu. Du moins ceux qui peuvent avouer à leurs vieux qu'on est allé aussi loin à vélo et qu'on a piqué des cerises. C'est mon cas. Je peux tout leur dire, sauf que j'emprunte le vélo de papa. Pas non plus que je pioche un peu dans la caisse pour acheter des bonbons.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com 

Présente édition : Le Petit Pavé, 1 mars 2012, 227 pages

mardi, 28 août 2012

SAS, tome 193 : Le chemin de Damas [1] - Gérard de Villiers - 2012

romans erotiques,sas,gerard de villiers,malko linge,litterature francaise,beyrouth, damas,le chemin de damas, 193,thrillers,romans d espionnage,syrie, libanUn grand maigre au nez proéminent et à la barbe fournie, s'approcha de Malko et s'assit sur un petit banc en face de lui, braquant sa perceuse sur son genou gauche.

- Bismallah al Rahin al Rahman, psalmodia-t-il. Chien, dis-nous la vérité.

La méthode habituelle d'interrogatoire du Hezbollah.

Début 2012, les émeutes populaires contre le régime syrien ne cessent de s’amplifier. Et pourtant le Raïs, Bachar El Assad se maintient au pouvoir, cela coûte que coûte, et peu importe le nombre de victimes.
Les Etats-Unis d’Amérique soutiennent officiellement les insurgés, mais pour aider leur allié israélien et empêcher une prise de pouvoir par les Frères musulmans syriens, ils souhaitent maintenir le régime alaouite en en remplacer seulement la tête afin de contenter l’opinion publique.
Mais le régime alaouite est bien soudé et le moindre élément qui tente de s’en écarter se voit vite assassiné. Dès lors la CIA dépêche son meilleur agent au Liban, à Beyrouth, pour trouver et convaincre un traître pour à la fois servir leur cause et sauver le régime alaouite tout en dégageant Bachar El Assad.
En ces temps troubles, hélas, Beyrouth fourmille d’espions et d’assassins et la tâche s’avérera vite bien plus dangereuse pour Malko et s’il réussit, cela ne se fera qu’au péril de sa vie.

Le chemin de Damas, tomes 193 et 194 sont le double volume de l’année auquel l’auteur Gérard de Villiers a habitué son lectorat depuis quelques années. Une aventure sur deux volumes, bien plus longue avec bien plus d’aventures… et aussi bien mois relue, tant le texte est parsemé de fautes. Il n’empêche que ce premier volume est tout de même une réussite pour tout amateur de cette longue série de romans d’espionnage. D’autant plus que l’ancrage dans l’actualité du moment est bien réelle, au point de retrouver dans l’actualité un certain nombre de personnages cités dans le roman. Les aventures de toute sorte pour l’agent spécial Malko Linge sont comme d’habitude bien nombreuses, les femmes à ravir en étant tout aussi séduisantes que dangereuses.

Le premier volume de SAS, tome 193 : Le chemin de Damas de Gérard de Villiers est dans son ensemble plutôt réussi, donne envie de continuer sur le second, le tome 194, et ravira tous les amateurs de la série.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com 

Présente édition : Editions Gérard de Villiers, 6 juin 2012, 320 pages

Voir également :
SAS, tome 83 : Coup d'état au Yémen - Gérard de Villiers (1985), présentation
SAS, tome 84 : Le plan Nasser - Gérard de Villiers (1986), présentation
SAS, tome 85 : Embrouilles à Panama – Gérard de Villiers (1987), présentation
SAS, tome 107 : Alerte Plutonium - Gérard de Villiers (1992), présentation
- SAS, tome 108 : Coup d'état à Tripoli - Gérard de Villiers (1992), présentation
- SAS, tome 132 : L'espion du Vatican (1998), présentation et extrait
SAS, tome 176 : Le printemps de Tbilissi - Gérard de Villiers (2009), présentation
SAS, tome 177 : Pirates ! - Gérard de Villiers (2009), présentation
SAS, tome 178 : La Bataille des S-300 [1] - Gérard de Villiers (2009), présentation
SAS, tome 179 : La Bataille des S-300 [2] - Gérard de Villiers (2009), présentation

SAS, tome 180 : Le piège de Bangkok - Gérard de Villiers (2009), présentation

SAS, tome 181 : La Liste Hariri - Gérard de Villiers (2010), présentation

SAS, tome 182 : La filière suisse - Gérard de Villiers (2010), présentation
SAS, tomes 183 et 184 : Renegade - Gérard de Villiers (2010), présentation
SAS, tome 185 : Féroce Guinée - Gérard de Villiers (2010), présentation
SAS, tome 186 : Le Maître des Hirondelles - Gérard de Villiers (2011), présentation
SAS, tome 187 : Bienvenue à Nouakchott - Gérard de Villiers (2011), présentation
SAS, tome 188 : Rouge Dragon [1] - Gérard de Villiers (2011), présentation
SAS, tome 189 : Rouge Dragon [2] - Gérard de Villiers (2011), présentation
SAS, tome 190 : Ciudad Juarez - Gérard de Villiers (2011), présentation
SAS, tome 191 : Les fous de Benghazi - Gérard de Villiers (2012), présentation
SAS, tome 192 : Igla S - Gérard de Villiers (2012), présentation 
SAS, tome 193 : Le chemin de Damas [1] - Gérard de Villiers (2012), présentation 
- SAS, tome 194 : Le chemin de Damas [2] - Gérard de Villiers (2012), présentation
- SAS, tome 195 : Panique à Bamako - Gérard de Villiers (2012), présentation
SAS, tome 196 : Le beau Danube rouge - Gérard de Villiers (2013), présentation et extrait
SAS, tome 197 : Les fantômes de Lockerbie (2013), présentation et extrait
SAS, tome 1 , version BD : Pacte avec le Diable (2006), présentation et extraits
SAS, tome 2, version BD : Le sabre de Bin-Laden (2006), présentation et extrait

samedi, 25 août 2012

Kaïro - Kiyoshi Kurosawa - 2001

Kiyoshi Kurosawa, litterature japonaise, fantastique, kairo, horreur, apocalypseLe monde est en train de se dérégler, quelque chose se passe… et surtout des personnes disparaissent… Pour Michi, 21 ans, elle s’en rend compte après la disparition brutale et sans raison d’un collègue de travail. Et en se rendant à son domicile il lui semble même voir son fantôme avant qu’il ne s’évapore à jamais.
Ailleurs, un jeune homme découvre dans un laboratoire un étrange programme informatique sur la vie artificielle. Il est étudiant en économie et lui aussi constate ces disparitions, d’abord par l’apparition de personnes qui ne sont plus que l’ombre d’eux-même avant de disparaître à jamais, puis par le dépeuplement bien visible de sa ville.
Et en effet, quelque part dans l’au-delà, des fantômes condamnés à la léthargie de l’éternité ont perçu un moyen d’accéder au monde des vivants, cela par le biais des ordinateurs et connections réseaux. Et peu à peu ils prennent la place des vivants, les envoyant à leur tour dans l’au-delà, alors que peu à peu le monde se vide de toute humanité.

Est-ce la fin du monde ?

Kaïro de l’auteur-cinéaste japonais Kiyoshi Kurosawa est un sombre roman fantastique dans lequel le monde se voit peu à peu envahi, cela avec un calme terrifiant par des fantômes utilisant les connections du net pour faire disparaître les vivants. Mais Kaïro est aussi un film, réalisé par l’auteur lui-même et produit à peu près au même moment que l’écriture de ce roman. Et si les deux oeuvres se ressemblent elles ne sont pourtant pas égales. D’où l’intérêt du livre, qui est bien plus qu’une novélisation du très réussi film.
Et le roman étonne à plus d’un titre. D’abord par l’ambiance sombre qui s’installe dès les premières pages, avec ses personnages solitaires qui vivotent dans cette société aliénante. Et puis par son horreur... mais ici guère de fantastique à gros effets avec des scènes violentes. Non, l’horreur est celle de la solitude qui s’installe de plus en plus et du vide qui se fait dans le monde, un vide bien plus angoissant et suffocant pour les héros du roman. Peu à peu ils voient tout et tout le monde disparaître autour, les gens deviennent spectre avant de s’évaporer... et tout cela dans une non-violence qui en devient d’autant plus dérangeante. Et l’auteur ne laisse guère d’espoir à ses personnages de stopper cette invasion. Le peuvent-ils, le veulent-ils même ?
Si l’auteur excelle dans son écriture, la lenteur du texte et son absence d’action pourront tout de même ennuyer plus d’un lecteur en recherche de ce que ce genre de fantastique offre généralement. Toutefois ce livre vaut certainement la peine, d’autant plus que la société décrite par Kurosawa, une société connectée sans plus de lien social humain, se matérialise de plus en plus autour de nous.

Kaïro de Kiyoshi Kurosawa est certainement un roman à lire !

Kiyoshi Kurosawa, litterature japonaise, fantastique, kairo, horreur, apocalypse


Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com

Présente édition : Editions Philippe Picquier, 1 septembre 2004, 254 pages