mercredi, 29 août 2012

Promenade en luttes, version intime, avec classes - Pascal Pratz - 2012

promenade en luttes version intime avec classes, litterature francaise, recueil de nouvellesPromenade en luttes, version intime, avec classes est un étonnant et bien réjouissant recueil de trois courts romans de l’auteur français Pascal Pratz :

- Révolte et déchirement
- Il n'y a rien de pire que de savoir de quoi se plaindre
- Le petit cossard, un certain flan (contrepet)

Trois histoires donc, oscillant entre autobiographie, autofiction, mémoires et fiction tout court racontent tous pourtant le même persistance dans l’esprit de l’auteur des combats passés, ceux nés en mai 1968 pour la plupart mais qui gardent encore et toujours toute leur valeur.

Dans le premier texte l’auteur nous fait part de sa jeunesse, et ses premiers combats, lorsque adolescent il voit les premières émeutes débuter, cela tout en développant ses premiers talents d’artiste. Dans le second une femme aveugle  lutte à la fois au barreau et dans la vie contre les injustices, pendant que le dernier récit nous fait connaître un fils d’industriel peu scrupuleux du monde qu’il contemple avec mépris du haut de sa classe sociale.

Les textes se dévorent, de par l‘écriture belle et vive, la simplicité et la nostalgie des propos ainsi que leur éternelle actualité. Et d’un texte à l’autre, même d’un genre à l’autre, on souhaite toujours en découvrir encore plus de cet auteur.

A découvrir !

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com  

Extrait : les premières lignes

En ce temps-là, les écoliers travaillaient le samedi entier et le meilleur jour de la semaine était le jeudi, pour qui a connu et aimé le «sirop de la rue».

- Bon, alors !... on y va ?

- On peut pas... Bernard a pas de vélo...

- Il faut que tu lui prêtes celui de ton père...

- Si on se fait piquer, je vais encore me faire engueuler... et si on le casse...

- Y'a pas d'autre solution... va chercher la clef...

- Ça m'embête.

- Si tu veux, je le prends, moi, et je lui file le mien... Marc s'y connaît, question vélo. Il doit bien avoir fait, en tout, sur sa bicyclette, l'équivalent d'un tour du monde. Bon, d'accord, d'Europe. C'est tout de suite différent si c'est lui qui prend le clou du paternel. Je vais chercher la clef de l'antivol. Après quoi, on s'en va enfin. On est toute une troupe. Sept. Le plus jeune a treize ans, le plus vieux quinze. Direction Chatenay-Malabry. Vingt kilomètres aller, avec, juste après le départ, la côte des gardes. Tout sauf une plaisanterie. On sait déjà que la majorité d'entre nous finira à pied et que le premier en haut sera encore une fois Marc, même avec le vélo de mon père. Pourquoi Chatenay ? C'est devenu une balade rituelle de printemps. L'un d'entre nous a, un jour, repéré une cerisaie (aucun de nous n'a jamais entendu parler de Tchekov à cette époque) abandonnée. Du moins, c'est ce qu'on croira jusqu'à ce que le proprio nous tombe dessus et appelle les gendarmes. On y monte une ou deux fois par an. On se remplit la panse de délicieuses cerises, variété bigarreau, peut-être Napoléon, blanches et rouges. Acidulées, plus sucrées vers l'été. On en ramène un peu. Du moins ceux qui peuvent avouer à leurs vieux qu'on est allé aussi loin à vélo et qu'on a piqué des cerises. C'est mon cas. Je peux tout leur dire, sauf que j'emprunte le vélo de papa. Pas non plus que je pioche un peu dans la caisse pour acheter des bonbons.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com 

Présente édition : Le Petit Pavé, 1 mars 2012, 227 pages

Les commentaires sont fermés.