jeudi, 05 mai 2011

La route (The Road) – Cormac McCarthy – 2006

cormac mccarthy, litterature americaine, science-fiction, post-apocalypseUn cataclysme dont on ne saura jamais rien a dévasté le monde. Le pays en proie aux incendies alors que toute faune a disparu. Le ciel est continuellement saturé de cendres qui masquent le soleil et recouvrent toutes les campagnes. Et suite à tout cela l’humanité a presque disparu, les civilisations détruites et seule une poignée de survivants tentent tant bien que mal de se raccrocher à la vie en régressant peu à peu à l’état sauvage. Et c’est dans ce monde post-apocalyptique qu’un père et son fils errent le long d’une route abandonnée tirant avec eux un caddie de supermarché contenant toutes leurs maigres possessions. Leur but est de trouver un endroit meilleur, mais cela existe-t-il encore alors que les dangers et menaces s’accumulent au fur et à mesure de leur progression.

La Route de l’auteur américain Cormac McCarthy, paru en 2006, est une œuvre métaphorique d’une force inouïe sur la quête de l’impossible, les relations père-fils et la subjectivité des valeurs. Les deux personnages ignorent tout de leur être et de leur devenir, ils ne font que avancer sans fin sur cette route dont ne sait même pas pour sûr où elle mène. L’univers post-apocalyptique recréé ici est saisissant, ses évocations sombres et troublantes, et cela malgré son style épuré se contenant du minimum. De nombreux romans de S-F ont déjà traités la survie dans ce genre d’univers, mais aucun n’a jamais eu la force de La Route, que ce soit par son style ou son propos.

Le roman de Cormac McCarthy sera adapté au cinéma en 2009 sous la direction de John Hillcoat.

A lire !

En 2011 le roman La Route paraît aux éditions Point Deux .2 dans un format poche tout à fait innovant.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com

Présente édition : traduit de l’américain par François Hirsch, Point Deux Editions,  14 avril 2011, 432 pages

Commentaires

Je n'ai jamais pu embarquer dans ce roman... j'avoue que je ne comprend pas l'engouement qu'il a eu. Dans un même registre, je préfère Le voyage d'Anna Blume de Paul Auster. Que je devrais relire, d'ailleurs, depuis le temps!

Écrit par : Allie | vendredi, 06 mai 2011

Bonjour, moi non plus, je n'ai pas éprouvé un grand enthousiasme à la lecture de ce roman vraiment trop noir et pessimiste à mon goût. L'adaptation ciné était honorables. Bonne après-midi.

Écrit par : dasola | lundi, 09 mai 2011

et on ne sait pas vraiment s'ils sont père et fils...

Écrit par : Lystig | vendredi, 03 juin 2011

Il est vrai que le fait qu'ils soient père et fils me paraissait être une évidence, mais maintenant que tu le dis je n'en suis plus sûr en effet.

Écrit par : Marc | samedi, 04 juin 2011

en revanche, c'est la version du film (diffusé la semaine prochaine sur une chaîne payante française)

dans le livre, l'adulte a des souvenirs de sa famille, d'une femme, d'un enfant (pas du même âge, mais ce peuvent être des souvenirs lointains), jamais aucun ne dira "papa" ou "mon fils", d'ailleurs, aucun prénom n'est cité...

Écrit par : Lystig | dimanche, 05 juin 2011

Cette lecture m'a saisie aux tripes du début à la fin... Je n'ai pas vu le film le livre est tellement visuel que j'ai peur d'être déçue.

Écrit par : céline | mercredi, 27 juillet 2011

Les commentaires sont fermés.