lundi, 14 février 2011

La couleur des rêves (The Colour) - Rose Tremain - 2003

Rose Tremain, litterature britannique, romans historiques, Nouvelle-zelande, la couleur des reves1864. Joseph Blackstone s’installe sur les terres sauvages de la Nouvelle-Zélande avec  son épouse Harriet et Lilian, sa mère, et cela dans le fol espoir d'échapper à son passé et de construire une nouvelle vie. Mais l'existence est si rude près de Christchurch, où ils se sont établis, qu'elle menace de les détruire avant même que s'accomplisse la promesse tant désirée d'un avenir meilleur. Quand Joseph trouve de l'or au fond d'une rivière, il dissimule sa découverte aux yeux de sa femme et est saisi d'une obsession dévorante de faire fortune. Abandonnant alors derrière lui sa ferme et sa famille, il part vers les nouveaux champs aurifères à la conquête de ses rêves et de son destin. Harriett va entreprendre à sa suite un long voyage pour tenter non seulement de le retrouver, mais aussi de rencontrer la nourrice maori qui a bercé de légendes l'enfant de ses voisins.

La couleur des rêves de l’écrivain anglais Rose Tremain est une magnifique fresque romantique et historique plongeant le lecteur à la suite d’émigrants en Nouvelle-Zélande lors de la ruée vers l’or. Dans cette nature encore sauvage et grandiose de cette Nouvelle-Zélande du XIXème siècle c’est la folie de l’homme qui ressort, avec une force immense, poussé par l’appât de la fortune et qui ne peut que causer la perte de ces émigrants. C’est prenant du début à la fin, les personnages sont forts et attachants, et l’ensemble certes classique ne cesse d’émerveiller par la beauté de son contexte.

La couleur des rêves de Rose Tremain est un roman épique et romanesque d’une rare beauté.

A découvrir !

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.comABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com

Présente édition : traduit de l’anglais par Suzanne V. Mayoux, éditions J’ai Lu, 6 octobre 2010, 473 pages

Commentaires

C'est très tentant comme histoire! Je vais le noter!

Écrit par : Edelwe | mercredi, 16 février 2011

Les commentaires sont fermés.