vendredi, 21 janvier 2011

Le bourreau - Pierre Boulle - 1954

bibliotheca pierre boulle le bourreau.jpgLe narrateur, un européen en fuite de ses démons au fin fond de la Chine rencontre un jour dans une auberge un vieux Chinois qui tient à lui conter une histoire incroyable. Ce dernier est un ancien médecin qui a assisté dans les années 1920 à un fait divers très singulier. A l’époque, dans sa ville natale, il était en charge de vérifier et de confirmer le décès des condamnés à mort après leur exécution. Mais un jour, après la peine affligée, un policier vient arrêter toutes les personnes impliqués dans l’exécution. Il prétend que le condamné n’a pas été exécuté, mais qu’en fait il a été tué. Et que ce n’est pas la première fois que cela arrive. Le bourreau avoue de suite ses crimes. En effet pour les sept condamnés dont il tranché la tête il leur a d’abord administré un poison redoutable, juste quelques minutes avant, tuant ainsi ces pauvres hommes avant que ne tombe le sabre de la justice. Le vieux Chinois, présent à toutes les étapes de la condamnation du bourreau, fait le récit de son procès et, par ce biais, raconte la vie du tortionnaire pervers ou humaniste. Car en Chine c’est toute la vie de l’accusée qui est passée au crible afin de pouvoir comprendre ce crime. Et l’histoire de cet assassin si particulier est véritablement particulière : des années auparavant, en conflit avec son père, le bourreau quittait son village pour une odyssée morbide et sinistre où, acoquiné à une femme horriblement laide, aveugle et décharnée, il va aller de Charybde en Scylla. Les années passe et au fil de leurs terribles aventures le couple n’héritera que d’un flacon, devenu à leurs yeux mystique et intouchable, et contenant un terrible poison. Il se développe alors dans leurs têtes un plan fou et meurtrier autour de ce poison...

Le bourreau, paru initialement en 1954, est un véritable petit bijou de l’auteur français Pierre Boulle, dont l’oeuvre globale reste assez peu connue, se résumant souvent à ces deux gros succès internationaux que sont Le Pont de la rivière Kwai (1953) et La Planète des singes (1963)
Ici, Pierre Boulle s’avère vite être un conteur hors pair, accrochant son lecteur dès les premières pages par la personnalité trouble du narrateur, l’ambiance sombre qui ressort du récit ainsi que par le terrible mystère qu’il nous expose. Et on se rend vite compte que c’est un bien étrange roman d’aventures dans lequel on plonge, à travers une Chine somptueuse et terrible. Le roman traite de la folie, celle qui va pousser le bourreau à tuer et aussi celle du narrateur en conflit avec son ange, sorte de bonne conscience qui l’empêche de savourer cette histoire. Mais Pierre Boulle y traite aussi des ressorts de la fiction et la manière dont on la compose, opposant continuellement le conteur et son auditeur ainsi que l’auteur et le lecteur. Il joue de tous les styles en véritable virtuose en amenant le lecteur vers une fin cruelle. Des ratés existent hélas aussi dans ce qui n’est finalement que l’un des premiers romans de ce grand écrivain que deviendra Pierre Boulle.

Le bourreau de Pierre Boulle est un étonnant et dérangeant roman d’aventures, l’un de ses premiers, qui, même s’il comporte certaines erreurs et ratés, est un véritable bijou littéraire, captivant d’un bout à l’autre.

A découvrir !

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.comABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com

Présente édition : Editions Le Cherche Midi, 11 mars 2010, 213 pages

Voir également :
William Conrad - Pierre Boulle (1950), présentation
Le sacrilège malais - Pierre Boulle (1951), présentation
Le Pont de la rivière Kwaï (1953), présentation
La planète des singes - Pierre Boulle (1963), présentation 
L’archéologue et le mystère de Néfertiti - Pierre Boulle (2005), présentation et extrait
L'enlèvement de l'obélisque - Pierre Boulle (2007), présentation

Les commentaires sont fermés.