mardi, 14 décembre 2010

Les Cinq Rubans d’or (The Space Pirate/The Five Gold Bands) - Jack Vance - 1950

bibliotheca les cinq rubans d'or.jpg"Je creuse comme un fou, des siècles durant, pour entrer dans l'endroit le mieux gardé des Univers et deux minutes après mon arrivée je fais tout sauter. On m'arrête, on me condamne a mort : normal. Je me retrouve enchaîné à la surface d'un asteroïde de la forme de votre pied et à peine plus grand, je débranche une toute petite prise de rien du tout, et vous voyez le résultat : les cinq Fils de Langtry, qui règnent sur les Univers, morts. Il ne m'arrive que des ennuis.

Tout ça parce que je voulais mettre la main sur le secret de l'ultrapropulsion. Evidemment, tout ce qui grouille, parle et respire dans le cosmos se lance à ma poursuite.

Et moi, qu'est-ce que je fais ? Je prends la fuite avec une espèce d'agent secret femelle au postérieur osseux. Même pas belle. Comment vouliez-vous que je ne me retrouve pas dans le Grand Horripilateur ?

Ah là là, j'aurais jamais du quitter l'Irlande..."

C’est ainsi que peut se résumer en quelques mots l’histoire et le ton donné ce court roman Les Cinq Rubans d'or, l’un des premiers de Jack Vance. Ecrit en 1950 pour le magazine Startling Stories, ce space-opera est publié sous forme de livre en 1953, cette oeuvre première, très classique de cet âge d’or de la science-fiction, sert avant tout à divertir le lecteur par des aventures spatiales aux très multiples rebondissements. Mais au-delà on reconnaît déjà les éléments qui vont marquer toute l’oeuvre à venir de Jack Vance : un héros haut en couleurs réussissant le bien en voulant se sauver lui-même, des endroits exotiques aux cultures bien différentes, une chasse au trésor, la perte identitaire par l’immigration et biensûr une analyse du pouvoir dans toutes ses formes. Ici le pouvoir est détenu par cinq familles, les descendants de l’inventeur de l’ultrapropulsion qui se sont éparpillés sur cinq planètes différentes. Eux seuls détiennent le secret de ce procédé permettant le voyage interplanétaire, et donc ils en contrôlent tous les aspects. Afin de se défaire de ce monopole les Terriens tentent de voler ce secret et c'est l'un d'eux (le héros de l'histoire) qui va mettre véritablement le feu aux poudres en tuant, pour échapper lui-même à la mort, les cinq possesseurs du secret. Ceci pour découvrir que chacun d'entre eux n'en possédait qu'une partie rédigée sous forme de rébus galactique... Une longue quête débute alors pour enfin découvrir la clé de l’énigme, quelque part entre roman d’aventures et enquête policière. A ce moment l’on reconnaît aussi les nombreux défauts de cette première oeuvre, parfois naïve et simpliste, mais rappelons-le ce roman est paru d’abord dans un magazine dans le seul but de divertir rapidement en faisant voyager le lecteur de planète en planète, tout en respectant un nombre de pages limité.


Les Cinq Rubans d’or est l’une des premières oeuvres du désormais grand auteur qu’est devenu Jack Vance. Donc intéressant pour les amateurs de science-fiction.


Pour commander ce livre :


AMAZON.fr - FNAC.com - ABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com


Présente édition : traduit de l’américain par Dominique Haas, éditions Pocket, juin 1991, 160 pages

Voir également :
Un monde magique (The Dying Earth) - Jack Vance (1950), présentation
Les Maîtres des Dragons (The Dragon Masters) - Jack Vance (1962), présentation
- Emphyrio - Jack Vance (1969), présentation et extrait 
Les mondes d'Alastor - Jack Vance (1973, 1975, 1978), présentation

Les commentaires sont fermés.