jeudi, 11 novembre 2010

Ceux qui nous veulent du bien : 17 mauvaises nouvelles d'un futur bien géré – 2010

bibliotheca ceux qui nous veulent du bien.jpgQuelle belle initiative que ce recueil de science-fiction, édité en 2010 par La Volte, qui nous propose sous la plume de 17 auteurs de science-fiction de nous faire entrevoir ce que pourrait être notre avenir, ainsi que les risques qui nous attendent suite à l'évolution technologique. Et c'est un monde, plusieurs même, fait de contrôle et de surveillance généralisé, d'imposition à des normes sociales uniques, de mode de consommation standardisé... Et gare à celui qui tente d'y déroger ! Webcams, bases de données privées, génétique, tout peut être facilement contrôlé.
Et pour ce recueil assez unique en son genre, du moins dans l'édition française, La Volte a su rassembler 17 des auteurs les plus en vue de la science-fiction française dont Thomas Day, Stéphane Beauverger, Eric Holstein, Ayerdahl, Alain Damasio, ainsi que l'anglais Jeff Noon. La préface est rédigée par Dominique Guibert, le secrétaire général de la Ligue des droits l'Homme. Car c'est bien de cela qu'il s'agît : de nos droits et des dangers q'uils risquent d'encourir dans un futur pas si lointain que cela.
Concernant les nouvelles sélectionnées, on apprécie vite le choix de certaines, hélas d'autres paraissent totalement hors sujet. Certaines sont très originales, d'autres beaucoup moins. Le résultat laisse quelque peu indifférent, malgré que de nombreux textes ont du moins le mérite de marquer le lecteur. Notons l'excellent Satisfeict de Stéphane Beauverger et Spam de Jacques Muchielli qui tirent clairement leur épingle du jeu que ce soit du côté éditorial, càd. bien dans la ligne du sujet, et par la force de leur texte.
 Mais le reste final de cette anthologie laisse un peu songeur : d'autres bons textes et certains un peu moins. Finalement ce n'est peut-être pas tant ce recueil qui est à critiquer mais plutôt, au vu des auteurs présents, la science-fiction française qui sait se montrer à la fois multiple et originale sans pour autant toujours convaincre.

Ceux qui nous veulent du bien est une anthologie assez inégale, certains textes sont saisissants, d'autres le sont beaucoup moins. Du moins elle nous permet un beau survol de ce qu'est la science-fiction française d'aujourd'hui, dans laquelle il reste encore à trier le meilleur du pire.

Au sommaire de l'anthologie :

- « Préface » de Dominique Guibert, secrétaire général de la Ligue des droits de l’Homme
- « Echelons » de Thomas Day
- « Satisfecit » de Stéphane Beauverger
- « Les événements sont potentiellement inscrits et non modifiables » de Bernard Camus
- « Spam » de Jacques Mucchielli
- « 78 ans » de Camille Leboulanger
- « Paysage urbain » de Ayerdhal
- « Le regard » de Jérôme Olinon
- « Remplaçants » de Gulzar Joby
- « Ghost in a Supermarket » de Éric Holstein
- « Trajectoires » de Danel
- « Sauver ce qui peut l’être » de Prune Matéo
- « Annah à travers la Harpe » de Alain Damasio
- « Des myriades d’arphides » de Sébastien Cevey
- « Vieux salopard » de Paul Beorn
- « Un spam de trop » de Philippe Curval
- « Naître et fleurir » de Léo Henry

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr   -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr  PRICEMINISTER.com


Présente édition : Editions La Volte, 7 octobre 2010, 341 pages

Les commentaires sont fermés.