jeudi, 07 octobre 2010

Les mystères de Marseille - Emile Zola - 1867

bibliotheca les mysteres de marseille.jpgLorsque Philippe Cayol, jeune républicain marseillais, enlève pour épouser Blanche de Cazalis, fille d’un riche aristocrate de la région, il ne se doute pas de tous les malheurs qui vont s’abattre sur lui. Blanche était destinée à entrer au couvent, et sa famille n’aurait jamais toléré son mariage avec le plébéien qu’est Cayol. Une fois le mariage consommé Blanche croit en un pardon de son père, mais celui-ci ne cessera jamais de poursuivre les deux amoureux. Car au-delà de cette romance il s’agît avant tout d’une lutte de classes. Un De Cazalis ne peut s’unir à un Cayol. Seul Marius, le frère de Philippe, tentera tant bien que mal de venir en aide aux deux amoureux.


Les mystères de Marseille paraissent en 1867 sous forme de feuilleton dans un journal phocéen du nom de Messager de Provence. Emile Zola, alors qu’il était en cours d’écriture du roman de Thérèse Raquin, n’était encore que très peu connu lorsqu’il se vit proposer d’écrire ce feuilleton pour lancer les ventes du journal. L’éditeur avait évidemment en tête l’immense succès des Mystères de Paris d’Eugène Sue qui, quelques années auparavant en 1842 et 1843, avaient tant tenu en haleine les foules. Sans le sous, Emile Zola va accepter la commande de ce roman-feuilleton. Le texte ne sera publié sous forme de roman que bien des années plus tard.
En tant que véritable roman-feuilleton Les mystères de Marseille contient toutes les caractéristiques du genre : amours impossibles, complots, drames et rebondissements à n’en plus finir. Des personnages hauts en couleur sont présentés, qu’ils soient banquiers véreux, usuriers, grisettes, joueurs ou prêtres dévoyés. Le tout s’articulant autour d’une lutte de classe entre républicains et anciens aristocrates sur fond de révolution de 1848. Le côté social de l’écrivain engagé qu’est Zola ressort déjà dans ce texte. L’affrontement entre classes verra d’ailleurs son sommet lors d’une sanglante émeute ouvrière qui n’est pas sans rappeler celle qui sera décrite plus tard dans Germinal.
Hélas les romans-feuilleton avaient pour but avant tout de divertir, vite et facilement, et ce roman contrairement à l’oeuvre future de Zola manque ainsi cruellement de profondeur.

Les mystères de Marseille est un beau roman-feuilleton d’Emile Zola, l’une de ses premières oeuvres, un texte très divertissant mais guère des meilleurs de l’auteur.

Intéressant !
 

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr  -  PRICEMINISTER.com

Extrait : le premier chapitre

Comme quoi Blanche de Cazalis s’enfuit avec Philippe Cayol

Vers la fin du mois de mai 184., un homme, d’une trentaine d’années, marchait rapidement dans un sentier du quartier Saint-Joseph, près des Aygalades. Il avait confié son cheval au méger d’une campagne voisine, et il se dirigeait vers une grande maison carrée, solidement bâtie, sorte de château campagnard comme on en trouve beaucoup sur les coteaux de la Provence.


L’homme fit un détour pour éviter le château et alla s’asseoir au fond d’un bois de pins, qui s’étendait derrière l’habitation. Là, écartant les branches, inquiet et fiévreux, il interrogea les sentiers du regard, semblant attendre quelqu’un avec impatience. Par moments, il se levait, faisait quelques pas, puis s’asseyait de nouveau en frémissant.

Cet homme, haut de taille et de tournure étrange, portait de larges favoris noirs. Son visage allongé, creusé de traits énergiques, avait une sorte de beauté violente et emportée. Et, brusquement, ses yeux s’adoucirent, ses lèvres épaisses eurent un sourire tendre. Une jeune fille venait de sortir du château, et, se courbant comme pour se cacher, elle accourait vers le bois de pins.

Haletante, toute rose, elle arriva sous les arbres. Elle avait à peine seize ans. Au milieu des rubans bleus de son chapeau de paille, son jeune visage souriait d’un air joyeux et effarouché. Ses cheveux blonds tombaient sur ses épaules ; ses petites mains, appuyées contre sa poitrine, tâchaient de calmer les bonds de son cœur.

« Comme vous vous faites attendre, Blanche ! dit le jeune homme Je n’espérais plus vous voir. »

Et il la fit asseoir à son côté, sur la mousse.

« Pardonnez-moi, Philippe, répondit la jeune fille. Mon oncle est allé à Aix pour acheter une propriété ; mais je ne pouvais me débarrasser de ma gouvernante. »

Elle s’abandonna à l’étreinte de celui qu’elle aimait, et les deux amoureux eurent une de ces longues causeries, si niaises et si douces. Blanche était une grande enfant qui jouait avec son amant comme elle aurait joué avec une poupée. Philippe, ardent et muet, serrait et regardait la jeune fille avec tous les emportements de l’ambition et de la passion.

Et, comme ils étaient là, oubliant le monde, ils aperçurent, en levant la tête, des paysans qui suivaient le sentier voisin et qui les regardaient en riant. Blanche, effrayée, s’écarta de son amant.

« Je suis perdue ! dit-elle toute pâle. Ces hommes vont avertir mon oncle. Ah ! par pitié, sauvez-moi, Philippe. »

À ce cri, le jeune homme se leva d’un mouvement brusque.

« Si vous voulez que je vous sauve, répondit-il avec feu, il faut que vous me suiviez. Venez, fuyons ensemble. Demain, votre oncle consentira à notre mariage... Nous contenterons éternellement nos tendresses.

– Fuir, fuir... répétait l’enfant. Ah ! je ne m’en sens pas le courage. Je suis trop faible, trop craintive...

– Je te soutiendrai, Blanche... Nous vivrons une vie d’amour. »

Blanche, sans entendre, sans répondre, laissa tomber sa tête sur l’épaule de Philippe.

« Oh ! j’ai peur, j’ai peur du couvent, reprit-elle à voix basse. Tu m’épouseras, tu m’aimeras toujours ?

– Je t’aime... Vois, je suis à genoux. »

Alors, fermant les yeux, s’abandonnant, Blanche descendit le coteau à grands pas, au bras de Philippe. Comme elle s’éloignait, elle regarda une dernière fois la maison qu’elle quittait, et une émotion poignante lui mit de grosses larmes dans les yeux.

Une minute d’égarement avait suffi pour la jeter dans les bras du jeune homme, brisée et confiante. Elle aimait Philippe de toutes les premières ardeurs de son jeune sang, de toutes les folies de son inexpérience. Elle s’échappait comme une pensionnaire, volontairement, sans réfléchir aux terribles conséquences de sa fuite. Et Philippe l’emmenait, ivre de sa victoire, frémissant de la sentir marcher et haleter à son côté.

D’abord, il voulut courir à Marseille, pour se procurer un fiacre. Mais il craignit de la laisser seule sur la grande route, et il préféra aller à pied avec elle jusqu’à la campagne de sa mère. Ils se trouvaient à une grande lieue de cette campagne, située au quartier de Saint-Just.

Philippe dut abandonner son cheval, et les deux amants se mirent bravement en marche. Ils traversèrent des prairies, des terres labourées, des bois de pins, coupant à travers champs, marchant vite. Il était environ quatre heures. Le soleil, d’un blond ardent, jetait devant eux de larges nappes de lumière. Et ils couraient dans l’air tiède poussés en avant par la folie qui les mordait au cœur. Lorsqu’ils passaient, les paysans levaient la tête et les regardaient fuir avec étonnement.

Ils ne mirent pas une heure pour arriver à la campagne de la mère de Philippe. Blanche, exténuée, s’assit sur un banc de pierre qui se trouvait à la porte, tandis que le jeune homme était allé écarter les importuns. Puis, il revint et la fit monter dans sa chambre. Il avait prié Ayasse, un jardinier que sa mère occupait ce jour-là, d’aller chercher un fiacre à Marseille.

Tous deux restaient dans la fièvre de leur fuite. En attendant le fiacre ils demeurèrent muets et anxieux. Philippe avait fait asseoir Blanche sur une petite chaise ; à genoux devant elle, il la regardait longuement, il la rassurait en baisant avec douceur la main qu’elle lui abandonnait.

« Tu ne peux garder cette robe légère, lui dit-il enfin. Veux-tu l’habiller en homme ? » Blanche sourit. Elle éprouvait une joie d’enfant à la pensée de se déguiser.

« Mon frère est de petite taille, continua Philippe. Tu vas mettre ses vêtements. »

Ce fut une fête. La jeune fille passa le pantalon en riant. Elle était d’une gaucherie charmante, et Philippe baisait avidement la rougeur de ses joues. Quand elle fut habillée, elle avait l’air d’un petit homme, d’un gamin de douze ans. Elle eut toutes les peines du monde à faire tenir le flot de ses cheveux dans le chapeau. Et les mains de son amant tremblaient, en ramenant les boucles rebelles.

Ayasse revint enfin avec le fiacre. Il consentit à recevoir les deux fugitifs dans son domicile, situé à Saint-Barnabé. Philippe prit l’argent qu’il possédait, et tous trois montèrent dans la voiture qu’ils quittèrent au pont du Jarret, pour gagner à pied la demeure du jardinier.

Le crépuscule était venu. Des ombres transparentes tombaient du ciel pâle, et d’âcres odeurs montaient de la terre, chaude encore des derniers rayons. Alors, une vague crainte s’empara de Blanche. Lorsque, à la nuit naissante, dans les voluptés du soir elle se trouva seule, entre les bras de son amant, toutes ses pudeurs effrayées de jeune fille s’éveillèrent, et elle frissonna, prise d’un malaise inconnu. Elle s’abandonnait, elle était heureuse et épouvantée de se trouver livrée ainsi à la passion de Philippe. Elle défaillait, elle voulait gagner du temps.

« Écoute, dit-elle, je vais écrire à l’abbé Chastanier, mon confesseur... Il ira voir mon oncle, pour obtenir de lui mon pardon et le décider à nous marier ensemble... Il me semble que je tremblerais moins si j’étais ta femme. »

Philippe sourit de la naïveté tendre de cette dernière phrase.

« Écris à l’abbé Chastanier, répondit-il. Moi, je vais faire connaître notre retraite à mon frère. Il viendra demain et portera ta lettre. »

Puis, la nuit se fit, chaude et voluptueuse. Et Blanche devint l’épouse de Philippe. Elle s’était livrée d’elle-même, elle n’avait pas eu un cri de révolte, elle péchait par ignorance, comme Philippe péchait par ambition et par passion. Ah ! la douce et terrible nuit ! Elle devait frapper les amants de misère et leur apporter toute une existence de souffrance et de regrets.

Ce fut ainsi que Blanche de Cazalis s’enfuit avec Philippe Cayol, par une claire soirée de mai.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr  -  PRICEMINISTER.com


Présente édition : Editions Jeanne Laffitte, 1 octobre 2010, 368 pages 


Voir également :
Thérèse Raquin - Emile Zola (1867), présentation et extrait
- La Fortune des Rougon (1871), présentation
La Curée - Emile Zola (1872), présentation
Le Rêve - Emile Zola (1888), présentation et extrait

Les commentaires sont fermés.