lundi, 08 mars 2010

Le Voyage à Venise - Jean-Claude Simoën - 2000

bibliotheca le voyage a venise

"Venise ! Est-il une ville qui ait été plus admirée, plus célébrée, plus chantée par les poètes, plus désirée par les amoureux, plus visitée et plus illustre ?

Venise ! Est-il un nom dans les langues humaines qui ait fait rêver plus que celui-là ? Il est joli, d'ailleurs, sonore et doux : il évoque d'un seul coup dans l'esprit un éclatant défilé de souvenirs magnifiques et tout un horizon de songes enchanteurs.

Venise ! Ce seul mot semble faire éclater dans l'âme une exaltation, il excite tout ce qu'il y a de poétique en nous, il provoque toutes nos facultés d'admiration. Et quand nous arrivons dans cette ville singulière, nous la contemplons infailliblement avec des yeux prévenus et ravis, nous la regardons avec nos rêves.

Car il est presque impossible à l'homme qui va par le monde de ne pas mêler son imagination à la vision des réalités. On accuse les voyageurs de mentir et de tromper ceux qui les lisent. Non, ils ne mentent pas, mais ils voient avec leur pensée bien plus qu'avec leur regard. Il suffit d'un roman qui nous a charmés, de vingt vers qui nous ont émus, d'un récit qui nous a captivés pour nous préparer au lyrisme spécial des coureurs de route, et quand nous sommes ainsi excités, de loin, par le désir d'un pays, il nous séduit irrésistiblement. Aucun coin de la terre n'a donné lieu, plus que Venise, à cette conspiration de l'enthousiasme. Lorsque nous pénétrons pour la première fois dans la lagune tant vantée il est presque impossible de réagir contre notre sentiment anticipé, de subir une désillusion. L'homme qui a lu, qui a rêvé, qui sait l'histoire de la cité où il entre, qui est pénétré par toutes les opinions de ceux qui l'ont précédé, emporte avec lui ses impressions presque toutes faites ; il sait ce qu'il doit aimer, ce qu'il doit mépriser, ce qu'il doit admirer."

Guy de Maupassant, Venise, 5 mai 1885


C'est à un voyage unique dans la Venise d'antan que nous invite l'éditeur et écrivain français Jean-Claude Simoën dans son recueil Le Voyage à Venise, paru initialement en 2000 avant d'être réédité en 2010 aux éditons J'ai Lu. La Sérénissime a été un haut lieu culturel du XIXème siècle, et cela malgré son déclin politique et économique de l'époque. Peintres, écrivains, poètes... tous voulaient y aller et découvrir cette flamboyante cité perdue au beau milieu d'une lagune, et se perdre dans ses ruelles à la recherche de ses mille et uns trésors.
Jean-Claude Simoën reprend une multitude d'extraits de récits de voyages écrits au XIXème siècle pour témoigner des impressions de ces illustres voyageurs lors de leur découverte de Venise. Le tout est de plus accompagné d'une multitude de photographies d'époque et de peintures des plus grands maîtres qui ont tous voulu immortaliser l'enchantement que représentait pour eux Venise. Et parmi tous ces grands artistes on retrouve entre autres Guy de Maupassant, les frères Goncourt, Henry James, Lord Byron, Théophile Gautier, Goethe, George Sand, Mark Twain, mais aussi des chroniqueurs amoureux plus anonymes ou souvent oubliés que sont Rubens Santoro, Julius Rollmann ou Antoine Bouvard.
Le livre commence par une belle introduction de Jean-Claude Simoën sur ces voyages à Venise, sur l'impression que la cité a laissé sur ces voyageurs en quête de romantisme et de découvertes artistiques et historiques. Ensuite vient le gros du livre consacré aux Impressions vénitiennes, composé d'un vaste florilège d'extraits de textes, citations, tableaux et autres illustrations, classées en fonction de leur sujet dans de multiples sous-chapitres. Vient après un parcours vénitien, plus proche dans sa forme du guide touristique actuel, toujours aussi richement illustré de documents d'époque et nous faisant découvrir le Palais duccal et Piazzetta, la Dogana et Santa Maria della Salute, le Grand Canal et le Pont du Rialto, ainsi que les îles de la Lagune. Plusieurs annexes viennent ensuite clore ce magnifique ouvrage, dont une très intéressante chronologie artistique et historique de la Cité, ainsi que de nombreuses biographies de ces différents voyageurs cités dans le livre. On aurait toutefois aimé que le côté historique de la Sérénissime, ainsi que son rôle politique dans l'histoire européenne, soient quelque peu plus développés.

Le Voyage à Venise de Jean-Claude Simoën est une magnifique invitation au voyage dans la Venise du dix-neuvième siècle sur les traces des grands artistes de l'époque.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr  PRICEMINISTER.com

Voir également :
- Le Voyage en Egypte - Jean-Claude Simoën (2002), présentation et extraits

Présente édition : Editions J'ai Lu, 3 février 2010, 235 pages

Les commentaires sont fermés.