lundi, 15 février 2010

L’Empire Invisible - Jérôme Noirez - 2008

bibliotheca l empire invisible

1858, l’état de Caroline du Sud fait vivre ses riches fermiers  de la culture du coton. Mais dans ces terres vides des Etats-Unis, pour récolter cet or blanc et pour ainsi augmenter sa rentabilité, les fermiers ont essentiellement recours aux esclaves d’origine africaine. Nat Walker est l’un de ses esclaves employé avec sa fille Clara chez les Wingard. Son épouse a été vendue plus tôt par ses propriétaires à une autre famille. Et Nat Walker tente de veiller du mieux qu’il peut sur sa fille. C’est un père aimant et conciliant, qui est toujours présent à ses côtés, aussi bien pour la soutenir durant la journée face à l’ardeur du travail que pour la rassurer à la nuit tombée lorsque les blancs encapuchonnés de costumes immaculés se livrent à leurs chevauchées intimidantes. Mais Nat est aussi le chef spirituel de cette petite communauté d’esclaves. La nuit, en secret et caché des maîtres, il offre à ses pairs un peu de réconfort en disant la messe pour ceux qui n’ont plus d’espoir. Et tout ce monde survit dans un fragile équilibre, mais un beau jour il faudra bien que la situation dérape.
Chez les Riley, propriétaires voisins des Wingard, on raconte qu’une poignée d’esclaves s’est retournée contre ses maîtres et a usé d’armes en faisant couler le sang. Se sentant menacés, Daugherty, le surveillant principal, accompagné de ses deux assistants Samuel et Harper ainsi que d’Edwin, aîné de la famille Wingard, multiplient les expéditions punitives. Et une nuit, alors qu’ils sont ivres morts, ils tombent sur Nat qu’ils rouent de coups. Le pauvre homme décédera de ses blessures.
Le lendemain c’est toute la communauté qui se retrouve consternée, les esclaves qui ont perdu l’un leur exemple, et même les Wingard qui ont perdu un valeureux esclave très travailleur et qui redoutent maintenant une révolte. Mais le pire est pour Clara, qui n’arrive pas à se résoudre à la perte de son père. Elle ne vit plus que pour se venger, les assassins de son père ne peuvent s’en tirer impunis. Et l’arme de sa vengeance elle l’a trouvée en la personne d’Aaron, un Noir mystérieux qui se prétend affranchi et qui semble prêt à tout pour quelques sacrifices. Mais Clara ne se doute pas encore de l’horreur qu’elle va déclencher e faisant appel au fou d’Aaron.

Jérôme Noirez est un conteur, musicien et écrivain français, principalement de romans pour adolescents. Dans ce passionnant roman qu’est L’Empire de l’Invisible Jérôme Noirez plonge le lecteur dans l’une des périodes les plus sombres de l’histoire des Etats-Unis d’Amérique, celles de l’esclavage et de la naissance du Ku Klux Klan dans les états du Sud aux environs de l’an 1860. L’écrivain nous mène à la découverte du travail des esclaves dans les champs de coton, dans un état du Sud, à la suite d’une jeune esclave, Clara, qui après la mort de son père prépare une terrible vengeance. Il nous démontre la dureté de la vie de ces travailleurs, l’injustice qu’ils subissent de la part de maîtres qui semblent tout-puissants en leur domaine. Jérôme Noirez s’inspire pour son roman de la révolte de Nat Turner de 1831 qui se vengea de ses maîtres et lui rend d’ailleurs hommage par le personnage de Nat Walker. Et Noirez fait fonctionner le tout comme un huis clos sous haute tension, l’action se concentrant uniquement dans le domaine des Wingard, où toute cette communauté voit son fragile équilibre se détruire après la mort de l’un d’eux. Des nouvelles parviennent du dehors, des rumeurs de révoltes chez les Riley ou par le biais du médium Hodgkin venu de Philadelphie, là où les Noirs vivent en toute liberté. Et ce petit univers voit sa fin approcher à grands pas dans une intrigue qui voit sa violence augmenter de façon crescendo, jusqu’à un point culminant d’où personne ne sortira indemne. Le lecteur est porté par le grand talent de narration de l’auteur à la suite de nombreux personnages, tous très attachants et bien détaillés, et cela même dans leurs travers. De nombreux clichés et stéréotypes subsistent hélas également. Le suspense tient parfaitement et lecteur y accroche jusqu’à la dernière page. Le fantastique y est souvent évoqué et sous-entendu, mais jamais confirmé, le roman s’ancrant parfaitement dans le réel.
Mais l’une des qualités principales du roman est de nous expliquer l’esclavage, un sujet quelque peu oublié de nos jours, dans toutes ses dimensions. En bon pédagogue, Jérôme Noirez, y adjoint une carte des Etats-Unis de 1860, une petite chronologie de l’esclavage aux Etats-Unis (allant de 1607 à 1870, un texte expliquant la naissance du Ku Klux Klan ainsi qu’un rappel de la révolte historique de Nat Turner. Toutes ses annexes viennent étoffer l’intrigue et augmentant la valeur historique.

L’Empire Invisible de Jérôme Noirez est un roman fort et poignant sur l’esclavage américain, un parfait divertissement pour un public adolescent, mais qui ne perd rien face à un lectorat plus adulte.

Un roman à découvrir !

Pour commander ce livre :

AMAZON.frFNAC.com ABEBOOKS.fr PRICEMINISTER.com


Présente édition
: Editions J’ai Lu, 10 février 2010, 215 pages

Voir également :
Leçons du monde fluctuant - Jérôme Noirez (2007), présentation
- Fleurs de dragon - Jérôme Noirez (2008), présentation


Commentaires

Un roman très noir mais aussi très humain Je viens de terminer la lecture de "L'empire invisible", et j'ai plutôt bien aimé. Ce livre fait partie d'une sélection pour un prix pour adolescents dans mon département et il s'agit de mon préféré. J'ai trouvé ce roman très noir, laissant peu place à l'espoir, mais aussi très humain, notamment dans la présentation des personnages : l'auteur ne les présente pas de manière manichéenne, ce qui m'a beaucoup plu : le personnage de Clara par exemple est montré dans toute son ambivalence. J'ai apprécié aussi les annexes, très instructives. Une excellente lecture !

Écrit par : Seraphita | jeudi, 18 février 2010

Les commentaires sont fermés.