vendredi, 29 janvier 2010

La tour des miracles - Georges Brassens - 1950

bibliotheca la tour des miracles

A Montmarte, en ces temps-là, vivait dans l’immeuble l'"Abbaye Gré-du-Vent", une maison miracligfique de sept étages par temps calme et de six les jours de bourrasques, une communauté d’amis, des êtres aussi insolites qu’extravagants, autour de Georges, le narrateur qui nous en raconte les scènes de vie avec humour et une infinie tendresse. Parmi eux il y a la Harpe éolienne, Corne d’Auroch, Courte-pattes, Huon de la Briève, et bien d’autres. Georges observe et nous emmène  à la découverte du quotidien totalement surréaliste de cette communauté faite de braves gens tellement insolites. On y retrouve ainsi les créateurs de la S.P.M.H. (Société de propagation des maladies honteuses), dévoreurs de figues, brûleurs de livres de grammaire et de grands-mères, et joueurs au « Tue-je-ne-sais-qui ».

La tour des miracles, second roman écrit en 1950 par le poète et chanteur Georges Brassens, décédé en 1981, représente à la fois le début et la fin de sa carrière littéraire. Fort de son succès en chanson, Brassens se fait solliciter par un ami éditeur afin de publier ce roman en 1954. Brassens lui-même, toutefois, ne revendiquera jamais son statut d’écrivain et laissera ce livre comme une quasi œuvre unique.
Brassens dépeint dans ce roman toute une galerie de personnages hauts en couleurs en s’inspirant largement de son vécu et bien à l’image de son univers musical. Il s’inspire directement d’un immeuble dans lequel il a vécu à Montmartre, et qu’il compare à la Cour des miracles, ce lieu où se retrouvaient dans le temps des malandrins de toutes sortes.
par analogie bien sûr à la Cour des miracles. C’est drôle et railleur, toujours surprenant et original. Brassens s’amuse à jouer avec les mots et les sonorités pour faire un texte très particulier. Mais ce roman, que peu soutenu par son auteur, n’est pas non plus parfaitement réussi. Les qualités ne manquent pas, pourtant le roman n’est pas abouti. Un petit quelque chose aurait suffit à le faire passer d’une galerie de personnages et d’une suite de scènes vers un véritable roman.

Lire ce roman est avant tout découvrir un univers particulier et très surréaliste, fait de drôleries en tout genre. C’est une parfaite immersion dans l’œuvre unique de ce chanteur, dont les chansons qui, malgré le temps qui passe, gardent toujours leur saveur et leur force.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  - ABEBOOKS.fr  PRICEMINISTER.com


Présente édition
: Editions Librio, 13 janvier 2010, 94 pages

18:32 Écrit par Marc dans Brassens, Georges | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : litterature francaise, georges brassens, recits autobiographiques | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!

Commentaires

kikoo !
J'ai pas aimé ce livre, pourtant j'adore Brassens ! Mais ce livre est vraiment trop étrange... Je sais pas si tu tiens encore ce blog, je suis tombée dessus par hasard sur blogswizz car il paraît qu'aujourd'hui c'est ton anniversaire, mais je le trouve vraiment bien fait ! Et autant je te connait sur un forum de lecture et je ne suis pas arrivée à te remettre ou alors autant pas. lol
Bonne lecture et bonne fin de semaine.
Florel

Écrit par : Florel | jeudi, 09 décembre 2010

Si, si je tiens encore ce blog.

Le livre est assez inhabituel, il est vrai. Mais c'est avant tout pour découvrir l'univers d'un auteur que l'on ne connaît que par ses chansons.

Écrit par : Marc | vendredi, 10 décembre 2010

Les commentaires sont fermés.