mercredi, 21 octobre 2009

Les Nains, tome 1 : Le Passage de pierre (Die Zwerge) - Markus Heitz - 2003

bibliotheca les nains tome 1 le passage de pierre

Le monde est gouverné par les forces du mal qui, sous l’impulsion du dieu Tion et de ses serviteurs les orcs, trolls et ogres, ont réduit l’humanité à l’esclavage. Mais une terre est restée à l’abri du mal : le Pays Sûr, qui entouré de montagnes et gardé les enfants du forgeron, les Nains des clans du premier Boengar, du second Beruin, du quatrième Goïmdil et du cinquième Giselbart (Guiselbart). Les Nains du troisième, Lorimbur le traître, dans leur forteresse des montagnes noires, cherchent à détruire tous les autres nains et renient le dieu Vracas. A l’intérieur de ce Pays Sûr vivent les humains de Weyron, Idoslan et d'autres royaume, ainsi que les elfes d'Alandur et des Plaines Dorées. Des kobolds et gnomes vagabondent à travers les terres, et les mages veillent sur la source de la magie. Les forces de Tion n’ont jamais réussi à entrer en ce pays, malgré de multiples attaques. Mais un jour, cela pourrait bien changer.
Et c’est ce qui va arriver aux alentours du 5000ème cycle solaire, quand les Nains du cinquième, Giselbart, s’apprêtent à affronter une armée de l’ombre bien plus redoutable qu’à l’habitude. Les forces du mal sont cette fois accompagnés de créatures bien plus puissantes, dont la simple évocation glace le sang du plus vaillant guerrier. Alors que les Nains de Giselbart sont de plus victimes d’une fièvre contagieuse qui les affaiblit, le sort du Pays Sûr n’a jamais été aussi incertain.
Près de mille cycles plus tard, le jeune Nain Tungdil, fils adoptif du mage Lod-Ionan le patient, qui a grandi loin de ses frères parmi les humains dans l'un des royaumes magiques, se met en route pour porter un message à un ancien élève du vieux mage. Mais ce voyage, aux allures banales, se transforme rapidement en une quête désespérée dans laquelle Tungdil se retrouve acteur d’un sombre jeu de pouvoirs. Les différents clans de Nains ne s’entendent depuis la première brêche causée dans le Pays Sûr par les forces du Mal. L’un d’entre eux ne donne d’ailleurs même plus signe de vie.
Et pendant ce temps les armées des ténèbres, de plus en plus redoutables, ne cessent de progresser…

Le Passage de pierre est le premier tome d’une longue série de romans de fantasy, le cycle des Nains, écrits par l’écrivain allemand Markus Heitz, et qui sera notamment directement suivi par le tome 2 : La Lame de feu, ces deux premiers tomes n’en formant qu’un seul dans l’édition originale allemande, qui en 2009 compte déjà 4 tomes.
Markus Heitz nous propose dans cette série un univers merveilleux très proche de celui développé par J. R. R. Tolkien dans ses célèbres romans, en mettant cette fois l’accent sur le peuple des Nains, fiers et robustes combattants que l’auteur voit ici comme les ultimes défenseurs de l’humanité. Outre cette différence, ce roman est pratiquement du Tolkien, avec la même efficacité, mais avec bien moins de poésie, de beauté et de profondeur. Et c’est par ce manque d’originalité que le tout souffre, malgré le talent de conteur de l’auteur qui n’a pas su s’élever au-dessus de ce qu’on peut considérer comme de la simple fan fiction, bien peu originale et guère innovante. L’histoire est de plus bien simple et trop linéaire ; elle s’étoffe toutefois quelque peu dans les tomes suivants. Les personnages sont attachants mais bien trop stéréotypés.

Au final Le Passage de pierre, premier tome du cycle des Nains de Markus Heitz, est un roman qui même s’il est bien divertissant, manque cruellement d’originalité.

Le roman reste toutefois à conseiller à tous les inconditionnels du genre de la fantasy.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr

Voir également :
- Les Nains, tome 2 : Lame de feu (Die Zwerge) - Markus Heitz (2003), présentation et extrait

14:03 Écrit par Marc dans Heitz, Markus | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fantasy, markus heitz, litterature allemande, les nains | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.