lundi, 21 septembre 2009

Le mystérieux docteur Fu Manchu (The Mystery of Dr. Fu-Manchu / The Insidious Dr Fu Manchu) - Sax Rohmer - 1913

bibliotheca le mysterieux docteur fu manchu

Le Dr Petrie, un soir, reçoit la visite surprise de l’une de ses anciennes connaissances Sir Daniel Nayland Smith, ancien agent de Scotland Yard, de retour à Londres après un voyage en Birmanie, qui va engager le brave docteur sur une enquête à la poursuite du plus terrible criminel de tous les temps : le docteur Fu Manchu, un mystérieux chinois, doté d’une intelligence rare et voué corps et âme au crime au nom de complots des plus mystérieux. Et le temps presse pour les deux enquêteurs. En effet plusieurs notables britanniques, lié d’une façon ou d’une autre à la colonie britannique en Inde, se font tuer de manières les plus étranges. Nayland Smith y reconnaît de suite la marque de Fu Manchu, et pour lui la traque commence afin de mettre au plus tôt hors d’état de nuire ce baron du crime. Mais ce dernier est bien plus adroit qu’il n’y paraît, et la traque sera longue et pleine de rebondissements…

Le mystérieux docteur Fu Manchu est le premier tome d’un feuilleton romanesque imaginé par l’écrivain anglais Sax Rohmer, de son vrai nom Arthur Henry Sarsfield. Ce roman est composé de multiples épisodes parus en 1912 avant d’être rassemblés dans ce volume. Tout tourne autour de ce mystérieux chinois, le mal absolu, l’image type du Péril Jaune, qui débarque à Londres pour commettre une série de crimes des plus abominables dans un dessein qui l’est encore plus : soumettre le monde. Heureusement que Nayland Smith veille, un policier génial qui tient à la fois d’un James Bond, par l’action, et de Sherlock Holmes, par les énigmes qu’ils perce. Et évidemment les aventures sont nombreuses, les rebondissements ne cessent jusqu’à la fin, mais le terrible Docteur réussira toujours à s’évader. Le style de Sax Rohmer est clairement celui du feuilleton populaire. Il faut que cela accroche dès les premières pages, sans trop rechercher la profondeur. Mais ce qui frappe avant tout est l’aspect d’époque de ce roman et l’immense inventivité de l’auteur. On ressent les soucis de l’époque, la Chine faisait peur, et les Chinois étaient très mal vus. Le texte, par sa représentation de Fu Manchu, les multiples propos tenus par Nayland est évidemment raciste et risque de choquer, ou plutôt même aujourd’hui plutôt de faire rire. En effet le preux policier, si héroïque, ressemble aujourd’hui plus à un facho fou furieux qui voit le mal chez tout chinois. L’inventivité de l’écrivain se distingue par la mise en place des intrigues, les crimes étant tous d’une originalité et d’un exotisme sans précédent. Fu Manchu est présenté en véritable esthète du crime : il tue en série, mais surtout il tue en beauté ! Et l’exotisme vient aussi de la description de ce Londres du début de XXème siècle, avec ses cachettes à criminels, ses souterrains, ses faux-semblants ; une ville qui se transforme en un véritable labyrinthe sombre et obscur où le danger se cache à tous les coins de rue.
Par certains aspects, ce roman est une véritable réussite, un must pour tous les amateurs. Hélas toutefois, initialement publié en feuilleton, ces multiples épisodes, mis bout à bout, ne donnent pas bien sous la forme d’un roman. Les personnages sont trop caricaturaux, et à force de rebondissements spectaculaires qui se suivent à toute page, le lecteur risque même de s’en lasser.

Le mystérieux docteur Fu Manchu de l’écrivain Sax Rohmer, premier tome d’une célèbre série, est certes un roman particulier, original et émerveillant, et toujours à prendre au second degré, mais qui lasse par sa forme trop superficielle.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  - ABEBOOKS.fr
 

Voir également :
Les Créatures du Docteur Fu Manchu (The Return of Doctor Fu Manchu) - Sax Rohmer (1916), présentation et extrait
Les Mystères du Si-Fan (The Si-Fan Mysteries) - Sax Rohmer (1917), présentation

Les commentaires sont fermés.