dimanche, 23 août 2009

Les Sanguinaires, tome 1 : Le masque de la bête - Sean McFarrel (Jean-Luc Bizien) - 2009

bibliotheca le masque de la bete

Le jeune Thibault est l'écuyer de Jehan de Kermarec, un chevalier errant puissant et terrible, et n'a qu'un seul rêve : celui de devenir chevalier à son tour. Mais lorsqu'un beau son maître se fait attaquer par un groupe de brigands, Thibault, par lâcheté, fuit le combat. Pris de remords, il revient sur ses pas et tue les assaillants dans leur sommeil. Il retrouve la dépouille du grand guerrier, mort assassiné. Cédant à une impulsion, il endosse l'armure de Kermerac et usurpe son identité dans l'espoir de monnayer ses services et de mener l'existence des soldats de fortune. Il ignore encore qu'ainsi il se condamne à jamais.
Une première mission se présente d'ailleurs rapidement à lui : il doit escorter un riche commerçant à travers le pays. Mais manque de chance, le convoi se fait attaquer, Thibault est piégé comme un novice. Ces brigands, sous les masques souriants de bateleurs ont vite faits de percer à jour l'escroquerie de Thibault. Mais au lieu de le tuer, comme les autres membres du convoi, ils décident de se servir de lui. Thibault devient alors, malgré lui, le faire-valoir et le parfait alibi des ces malandrins, qui s'introduisent dans le s villages et châteaux pour en vider les coffres.
Leur route les mène rapidement à Moncontour, ville dirigée par le puissant Conan et proie aux agissements d'une bête, sorte de loup-garou, qui plonge la cité dans la terreur. Alors qu'ils préparent leur coup, malgré eux, Thibault et sa troupe arrivent peu à peu sur les traces de la Bête...

Le masque de la bête est le premier tome d'une série, débutée en 2009 aux éditions Vauvenargues, qui propose de suivre les aventures d'une drôle de troupe de voleurs dans un moyen-âge qui se veut des plus réalistes. Il s'agît en fait d'une réédition d'un roman publié en 2000 aux éditions Le Masque et écrit par l'écrivain français Jean-Luc Bizien, qui donne ici, sous le nom de plume de Sean McFarrel, une version plus longue, plus complète et aussi et surtout plus violente de son récit qui avait été coupé pour correspondre aux exigences de l'éditeur précédent. Plus long donc, ce qui explique que le roman initial paraisse en deux tomes, ce tome-ci n'en reprenant que la première partie. D'autres tomes suivront encore, notamment pour y intégrer la suite du premier roman, qu'est La Muraille, sortie à l'initiale en 2001.
Le masque de la bête
est donc un roman historique et d'aventures plutôt sombre suivant la logique simpliste et dépassée concernant le moyen-âge qui veut que plus c'est violent, plus c'est réaliste. Et l'auteur en fait voir de toutes les couleurs dans ce thriller historique, duquel les âmes sensibles feraient mieux de s'abstenir. Le lecteur accroche dès le début aux aventures de ces voleurs, et est vite conquis par le mystère entourant la Bête de Moncontour. Le tout est en effet écrit dans un style, certes parfois hasardeux, mais très entraînant et l'intrigue tient parfaitement la route. L'ambiance lourde et terrifiante qui s'en dégage est très réussie. Tout cela en fait un très beau divertissement.


Le masque de la bête, premier tome de la série des Sanguinaires de Sean McFarrel (Jean-Luc Bizien), est un roman d'aventures, ou plutôt un thriller historique, très réussi qui laisse présager des suites bien prometteuses.

A découvrir !

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.comABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com


Voir également :
- La Muraille - Jean-Luc Bizien (2001), présentation
- Les Sanguinaires, tome 2 : Le souffle de la bête - Sean McFarrel (Jean-Luc Bizien) (2009), présentation

- Les Sanguinaires, tome 3 : Le muraille des damnés - Sean McFarrel (Jean-Luc Bizien) (2009), présentation
- Les Sanguinaires, tome 4 : Le labyrinthe des damnés - Sean McFarrel (Jean-Luc Bizien) (2009), présentation
Les Sanguinaires, tome 5 : A l'invitation du Dragon - Sean McFarrel (Jean-Luc Bizien) (2009), présentation
- Les Sanguinaires, tome 6 : L'antre des écorcheurs - Sean McFarrel (Jean-Luc Bizien) (2009), présentation

Les commentaires sont fermés.