dimanche, 18 janvier 2009

Crépuscule d'acier (Singularity Sky) - Charles Stross - 2003

bibliotheca crepuscule d acier

Au XXIème siècle l'Humanité va subir un choc sans précédent: la découverte du voyage au-delà de la vitesse de la lumière via une technique de sauts quantiques qui permet littéralement de voyager dans le temps et qui a permis de partir à la découverte de l'Univers, l'a surtout amené en face de l'Eschaton, une puissante intelligence artificielle qui surveille la galaxie et n'hésite pas à anéantir ceux qui contreviennent à ses lois. Près de 400 ans plus tard, les colonies humaines sont éparpillées sur 3000 années dans le temps et des milliers de kilomètres dans l’espace. Planète-Rochard est une de ces colonies, évoluant sous le règne de la Nouvelle République, un état multiplanétaire totalitaire et gentiment monarchiste, ultra hiérarchique et farouchement anti-technologique. Et ce monde sera visité par Le Festival, une civilisation nomade dont la nature est quasiment inconnue, et qui se promène de système en système, pour se nourrir d'informations. Et pour cela Le Festival échange les informations avec la population d'une planète en lâchant à sa surface des quantités immenses de téléphones portables qui mettent toute personne les décrochant en contact avec un interlocuteur qui réalisera tous ces voeux (la vie éternelle, de l'or, de la nourriture... n'importe quoi qui puisse être créé par ceux qui maîtrisent parfaitement les nanotechnologies) en échange d'une information aussi quelconque qu'elle puisse être (conte, souvenir, théories scolaires...).
Mais pour un monde aussi arriéré technologiquement que La Nouvelle République, cette intrusion du Festival représente une réelle menace pour sa stabilité et sa survie. Celle-ci tente d'y résister en envoyant une flotte sur Planète-Rochard. Les militaires conçoivent un plan audacieux : jouer sur la relativité et programmer une série de sauts qui feront arriver la flotte en orbite autour de Rochard en même temps que le Festival. Un jeu dangereux qui risque d’attirer l’attention de l’Eschaton qui interdit tout voyage dans le temps. A bord de cette flotte, une observatrice de l’ONU, chargée de vérifier qu’aucun viol de la causalité n’est pratiqué, ainsi qu’un ingénieur terrien loué par son entreprise pour assurer la maintenance spéciale des propulseurs du vaisseau amiral. Lui aussi espion infiltré, mais dont le véritable employeur est bien plus qu’humain, il tombe assez vite amoureux de l’observatrice terrienne, tous deux comprenant rapidement que la flotte se dirige droit vers un désastre, les militaires obtus n’ayant aucune idée de la nature précise du Festival...

L'écrivain britannique Charles Stross montre dans ce premier roman Crépuscule d'acier un immense talent plein d'humour au service d'un genre, le space-opera, qui ne cesse de se réinventer en ces débuts des années 2000. Le roman se base sur un fond technologique d'actualité, l'information et l'informatique, et ne cesse de surprendre par son immense originalité et la vision critique et absurde de l'auteur sur ces développements humains. Pour le lecteur il est certes difficile d'entrer dans l'histoire, le début étant un peu moins réussi, mais une fois le pas franchi le roman devient un réel plaisir. C'est surtout l'humour omniprésent de l'auteur, ainsi que sa vision décalée du genre qui donnent un réel intérêt au roman. Certes quelques longueurs existent également, entre autres sous la forme de fatigantes explications scientifiques, et l'intrigue souffre d'une bien trop grande linéarité.

Crépuscule d'acier est le premier roman de science-fiction et de space-opera d'un auteur qui s'avère être un écrivain très prometteur en proposant une vision unique et totalement décalée au genre. Un roman à découvrir pour tout amateur de SF.

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Voir également :
- Aube d'acier (Iron Sunrise) - Charles Stross (2004), présentation

14:46 Écrit par Marc dans Stross, Charles | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : science-fiction, space-opera, litterature britannique, charles stross, eschaton | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!

Les commentaires sont fermés.