mardi, 18 décembre 2007

Misery - Stephen King - 1987

bibliotheca misery

Paul Sheldon est un écrivain de best-sellers qui doit sa renommée principalement grâce à une série de romans mettant en scène les aventures d'une héroïne romantique qu'il a crée : Misery Chastain. Cependant au fil des ans il commence à s’ennuyer de son personnage et décide de la faire mourir pour se consacrer à d'autres histoires. Le dernier tome des aventures de Misery Chastain qui aura comme titre « L’enfant de Misery » est écrit en hiver. Le manuscrit en main, Paul Sheldon est cependant victime d’un accident de la route dans les montagnes. Il est sauvé par une ancienne infirmière, Annie Wilkes, qui dit être son admiratrice numéro un. Elle le soigne gentiment, mais Paul se rend vite compte que celle-ci est victime de troubles de la personnalité. Et quand elle lit "L'enfant de Misery" et découvre à la fin que son héroïne préférée meurt, elle fait tout pour empêcher Paul de partir de chez elle, ayant même recours à la violence, et le force à écrire "Le retour de Misery", roman dans lequel Misery survivra.
Le cauchemar, pour Paul Sheldon, commence alors...

Misery
est un très marquant et immense succès de l’écrivain américain Stephen King. Comme si souvent Stephen King met en scène un autre écrivain de best-sellers, quasi double de lui-même, qui va connaître l’horreur à cause de son écriture, ici notamment sous les traits de l’une de ses admiratrices qui peine à séparer la réalité de la fiction. Et ici, contrairement à ses autres livres, il n’y a guère de fantastique, tout se base sur le suspense d’un immense réalisme. Stephen King donne à ce roman la forme d’un passionnant huis-clos entre ses deux personnages qui dure sur plusieurs centaines de pages, la presque totalité du livre, avec en plus l’apparition du livre « Le retour de Mary » plusieurs dizaines de pages. Les scènes les plus impressionnantes, mais aussi les plus compliquées, sont celles dans lesquels Paul à l’esprit brumeux, sous l’emprise de ces fortes douleurs et des drogues administrées par Annie Wilkies, subit entre diverses hallucinations ses multiples sensations douloureuses parfaitement décrites. Comme il le prétend lui-même dans son livre Ecriture: mémoires d'un métier (On Writing: A Memoir of the Craft, 2000), Stephen King voulait faire de ce roman une métaphore de sa propre dépendance aux drogues qu’il a connue dans les années 80.

Et malgré sa longueur et une intrigue qui se résume en quelques lignes le roman réussit parfaitement à maintenir le suspense tout au long.

Pour l'anecdote, Stephen King songea à publier ce roman sous le pseudonyme qu'il avait déjà utilisé, Richard Bachman, malheureusement le public ayant découvert que ces deux personnes ne faisaient qu'une, il se résolut à ne pas faire durer la supercherie plus longtemps et signa ce livre sous le nom de Stephen King.

Misery a été adapté au cinéma en 1990 par Rob Reiner avec dans les deux rôles principaux Kathy Bates et James Caan.

Voir également :
- Cujo - Stephen King (1981), présentation
- Christine - Stephen King (1983), présentation

- L'année du loup-garou (Cycle of the Werewolf) - Stephen King (1983), présentation
- La peau sur les os (Thinner) - Richard Bachman (Stephen King) (1984), présentation

- Ecriture : Mémoires d’un métier (On Writing : A Memoir of the Craft) – Stephen King (2000), présentation
- Dreamcatcher - Stephen King (2001), présentation
- Colorado Kid (The Colorado Kid) - Stephen King (2005), presentation
- Cellulaire (Cell) - Stephen King (2006), présentation
Dôme, tome 1 (Under The Dome) - Stephen King (2009), présentation

15:55 Écrit par Marc dans King, Stephen | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : horreur, stephen king, litterature americaine, suspense, thrillers, romans psychologiques | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!

Commentaires

film Je ne connaissais pas le livre. Le film est une réussite grâce à une très bonne interprétation.

Écrit par : Vance | samedi, 22 décembre 2007

... Bonjour,
Que les fêtes de Noël te soient, ainsi qu'à ta famille, joyeuses et agréables
Claude

Écrit par : Claude | lundi, 24 décembre 2007

Les commentaires sont fermés.