dimanche, 19 février 2006

La Variété Andromède (The Andromeda Strain) - Michael Crichton - 1969

Dans La Variété Andromède, des preuves scientifiques semblent indiquer q'uil est fort probable que de nombreux et mystérieux organismes, de type bactéries ou virus, attendent l'homme dans l'espace. L'armée américaine a ainsi développé deux programmes spatiaux secrets afin de pouvoir étudier les micro-organismes présents dans l'espace. L'un, le projet Scoop, a été mis en place afin de récolter de nouveaux organismes pathogènes en vue d'une utilisation future dans la Guerre Froide, l'autre, le projet Wildfire, a pour but d'étudier les conséquences sur Terre et pour l'homme après une introduction de ces organismes venus d'ailleurs. Ces deux projets vont connaître un aboutissement tragique, lorsqu'une capsule du projet Scoop revient de l'espace et est récoltée par erreur par les habitants d'une petite bourgade, Piedmont, en plein désert de l'Arizona. Après qu'un imprudent médecin local, ait ouvert la capsule, une maladie mystérieuse va se propager parmi la population tuant la quasi totalité de la population, excepté un nouveau-né et un vieillard. Le projet Wildfire va se mettre en route. Une équipe de quatre scientifiques est dépêchée sur place, afin d'étudier ce qui vient de se passer. Les deux miraculeux rescapés, ainsi que de nombreux échantillons, seront étudiés dans un bunker isolé. Cependant, ce bunker, dû à un défaut de construcion, va laisser échapper la maladie, et mettre en danger l'équipe des scientifiques.

La Variété Andromède est un classique du techno-thriller américain, et l'une des premières oeuvres de Michael Crichton. Egalement un grand classique de science-fiction. Le talent de Crichton est de faire de cette histoire de science-fiction quelque chose de parfaitement plausible. Ici, les extra-terrestres ne sont pas de petits bonhommes verts mais des micro-organismes, au contact desquels l'homme n'a pas encore développé d'immunité et est, par conséquence, parfaitement vulnérable à ces envahisseurs de l'espace.Comme d'habitude chez Michael Crichton, l'intrigue se base sur des innovations techniques et scientifiques de dernier cri, mais hélas ces avancées deviennent une menace pour l'homme imprudent qui les apllique. Crichton a fait beaucoup de recherches sur ce sujet, et nous présente son sujet avec beaucoup de détail et de talent. Certains aspects scientifiques décrits sont devenus désuets de nos jours, mais cela n'est pas trop gênant à la lecture, et au contraire, Crichton met en évidence des problèmes, toujours d'actualité aujourd'hui.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr - FNAC.comABEBOOKS.fr - PRICEMINISTER.com

Voir également:
- L’homme terminal (The Terminal Man) – Michael Crichton (1972), présentation
- Congo - Michael Crichton (1980), présentation
- Les prisonniers du temps (Timeline) - Michael Crichton (1998), présentation
- Proie (Prey) - Michael Crichton (2002), présentation
- Etat d'urgence (State of Fear) - Michael Crichton (2004), présentation
- Pirates (Pirate Latitudes) - Michael Crichton (2009), présentation

Commentaires

andromeda il y a eu un excellent film tiré du bouquin, je crois qu'il s'agit du 1er Crichton porté à l'écran - j'en ai gardé surtout le souvenir d'une scène finale tout à fait parano qui pour l'étudiant en techniques de l'image que j'étais devait être un modèle... mais tout ça est bien loin !
bravo de ressortir nos souvenirs !

Écrit par : jean pierre | mercredi, 22 février 2006

le film En effet, le film est paru en 1971, et a été réalisé par Robert Wise.

Écrit par : Marc | mercredi, 22 février 2006

. perso j'ai detesté

Écrit par : nico | vendredi, 02 juin 2006

Moi j'ai adoré... un peu technique mais j'adore. Un bon ptit suspense qui se finit un petit peu abruptement... J'ai cru que l'histoire était vrai à cause des retranscriptions graphiques et des commentaires (édité avec l'autorisation de...) J'ai bien aimé !

Écrit par : Mattyghan | mardi, 31 août 2010

En effet, plutôt bon roman. Hélas la plupart des romans de Crichton ne le valent pas.

Écrit par : Marc | mercredi, 01 septembre 2010

Les commentaires sont fermés.