lundi, 26 octobre 2009

Le Bal des voleurs - Jean Anouilh - 1932

bibliotheca le bal des voleurs

«Gustave, ta mère t'a confié à moi. Je t'ai admis dans notre association comme aide-rabatteur. Tu as vingt ans. Tu es ambitieux, c'est bien. Moi aussi, j'étais ambitieux à ton âge. Mais attention ! Dans notre carrière, comme dans toutes les carrières, il y a une hiérarchie à suivre. Hector est un des meilleurs séducteurs professionnels que je connaisse sur la place de Paris. C'est un homme qui ne rate pas une femme sur trois... et permets-moi de te dire que c'est joli, comme moyenne. Tu n'as tout de même pas l'intention, toi, un apprenti, de faire du meilleur ouvrage, non ?»

Vichy, les années 1930, tranquille petite ville française où une certaine noblesse anglaise vient profiter de sa fortune. La riche mais vieille Lady Hurf s'ennuie à Vichy, ainsi que ses deux nièces, Eva et Juliette, et son vieil ami Lord Edgard. Elle et ses nièces sont harcelées par les Dupont-Dufort, Père et Fils, banquiers au bord de la faillite qui aimeraient renflouer leur entreprise grâce à une belle dot.
L'arrivée de trois voleurs va tout changer, Peterbono le chef, Hector le séducteur et Gustave l'apprenti. En effet, Hector flirte avec Eva tandis que Gustave et Juliette tombent amoureux. Alors que Peterbono, flairant un bon coup, décide de les faire passer pour un Grand d'Espagne ruiné par la révolution, Lady Hurf détecte immédiatement la supercherie et saute sur cette occasion de s'amuser en faisant semblant de reconnaître son ami le Duc de Miraflor, rencontré à Biarritz en 1902 et mort depuis, et invite nos trois voleurs dans sa villa. Hector et Peterbono sont ravis mais Gustave est malheureux de devoir jouer la comédie à sa bien-aimée, qui sent que quelque chose cloche. Lord Edgard finit par retrouver le faire-part de décès, mais Juliette le lui subtilise et découvre la vérité. Un bal est organisé au casino, le Bal des voleurs, où tous attendent un dénouement à cette histoire. Mais quand les mensonges et les supercheries l'emportent sur tout, la vérité, si jamais elle réussit à transpercer, peut s'avérer bien plus surprenante que prévue...

Le Bal des voleurs, datant de 1932, est une pièce de théâtre, dénommée comédie-ballet, de l'écrivain et dramaturge français Jean Anouilh qui sera présentée pour la première fois au théâtre des Arts de Paris le 17 septembre 1938 dans une mise en scène d'André Barsacq.
Dans l'œuvre d'Anouilh, elle fait partie des Pièces roses avec Humulus le Muet (1932), Léocadia (1940) et Le Rendez-vous de Senlis (1941).
Le Bal des voleurs reprend sur le ton de la comédie une partie des personnages du Voyageur sans bagage, créé en 1937 dans la série des Pièces noires. Le nom de Dupont-Dufort vient quant à lui de Y'avait un prisonnier (1934).
D'un premier aspect Le Bal des voleurs se présente sous la forme d'une comédie des plus légères, sans prétention mais des plus divertissantes. L'humour est omniprésent et le tout est d'une immense gaité. La construction est certainement intelligente et sophistiquée, mais en fin de compte assez vide de sens. Pour Jean Anouilh cette pièce représente cependant un élément clé dans son oeuvre, le point de départ d'une véritable évolution de son écriture.  "Il me semble que tout est dans Le bal des voleurs : mes personnages, mes thèmes", a dit Jean Anouilh dans une interview dans ART (N°333 datant du 16 novembre 1951). Et en effet, par sa construction apparaissent dans cette pièce plusieurs autres qui s'imbriquent parfaitement les unes dans les autres : celles que les personnages montent pour le public et les autres qu'ils imaginent à leur intention. Et cela principalement par les trois personnages de Lady Hurf, Lord Edgard et Eva, qui tous trois partagent d'une manière différente les fonctions du metteur en scène en devenant autant d'intermédiaires entre l'auteur, ses personnages et le public.

Avant tout un divertissement très réussi par son humour et son intelligence, Le Bal des voleurs se démarque aussi et surtout par sa construction qui en fait une œuvre clé de Jean Anouilh.

Pour commander ce livre :

AMAZON.fr  -  FNAC.com  -  ABEBOOKS.fr

Voir également :
- Le voyageur sans bagage - Jean Anouilh (1937), présentation

13:17 Écrit par Marc dans Anouilh, Jean | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jean anouilh, litterature francaise, theatre | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!

mardi, 23 septembre 2008

Le voyageur sans bagage - Jean Anouilh - 1937

bibliotheca le voyageur sans bagage

"Je ne suis pas Jacques Renaud ; je ne reconnais rien ici de ce qui a été à lui. Un moment, oui, en vous écoutant parler, je me suis confondu avec lui. Je vous demande pardon. Mais, voyez-vous pour un homme sans mémoire, un passé tout entier, c'est trop lourd à endosser en une seule fois. Si vous voulez me faire plaisir, pas seulement me faire plaisir, me faire du bien, vous me permettriez de retourner à l'asile. Je plantais des salades, je cirais les parquets. Les jours passaient... Mais même au bout de dix-huit ans - une autre moitié exactement de ma vie - ils n'étaient pas parvenus, en s'ajoutant les uns aux autres, à faire cette chose dévorante que vous appelez un passé."

À la fin de la Première Guerre mondiale, Gaston est retrouvé amnésique. Il ne se souvient de plus rien rien concernant son passé, plus aucun souvenir de sa famille ou d’un quelconque événement. Un hôpital l’emploie en tant que jardinier. Mais, parmi les nombreux disparus de la guerre, beaucoup de familles pensent reconnaître en lui un fils tragiquement disparu. C’est notamment le cas de la famille Renaud. Et en effet de nombreux éléments semblent indiquer que Gaston est leur fils. Afin qu’il recouvre la mémoire, Gaston est invité à loger chez les Renauds. Mais ce qu’il découvre est loin de l’enchanter : en effet Gaston a eu un passé fort crapuleux, un personnage violent et sans scrupules, et lorsqu'une blessure, infligée par l'aiguille à chapeau de son ancienne maitresse, est reconnue sans l'ombre d'un doute, Gaston rejette sa famille d'origine et choisit de se déclarer membre d'une des autres familles revendiquant un membre disparu.

La pièce de théâtre Le voyageur sans bagage de l’écrivain et dramaturge français Jean Anouilh paraît en 1937 et est représenté en première le 16 février 1937 au Théâtre des Mathurins à Paris sous la direction de Georges Pitoeff. Elle est pour Jean Anouilh le premier succès à la fois critique et populaire. 190 représentations ont été donné à l’époque. Cette histoire d'un soldat amnésique tire son origine dans la vie d'Anthelme Mangin, l'amnésique de Rodez, et sert à Jean Anouilh à mettre en scène la douloureuse servitude du passé, à laquelle Gaston réussit finalement à s’échapper miraculeusement. Car étonnement Gaston préfère à la fin renoncer à la vérité pour vivre volontairement dans un mensonge qui lui permettra une seconde jeunesse plus saine et qui de toute façon ne nuira à personne.

A la fois touchant et drôle Le voyageur sans bagage est devenu un grand classique du théâtre français.

A lire !

Pour commander ce livre via Amazon.fr : CLIQUEZ ICI !

Voir également :
- Le Bal des voleurs - Jean Anouilh (1932), présentation

14:11 Écrit par Marc dans Anouilh, Jean | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : litterature francaise, theatre, jean anouilh | |  Facebook | |  Imprimer | | | Pin it!